Viens prendre un cours de #rugby avec Tata Gwen (les maillots KEZAKO ?)

Le rugby c’est en ce moment avec le Tournoi des 6 nations (Angleterre – tous nos matchs France/Angleterre et Angleterre/France sont appelés CRUNCH et je t’expliquerais pourquoi une autre fois – Italie – Ecosse – Pays de Galles et Irlande) et peut être tu aimerais bien comprendre un peu tout ce que tu vois à l’écran.

Leçon 1, je ne vais pas t’emmerder trop, c’est les positions des joueurs et les numéros sur leur maillot. Et même que je vais te le faire avec les joueurs du prochain match France-Pays de galle (le 28/02) comme ça tu pourras faire ton singe savant en mattant la télé !

attention hein, je n’ai sous la main que la liste des 30 « titularisables » donc pour 1 poste il y a parfois 2 (voire 3) candidats donc je te mets les « possibles », au rugby il n’y a que 15 joueurs par équipe sur le terrain MAXIMUM.

Alors, le rugby, peu importe si t’as un numéro fétiche sur ton maillot, tu portes le numéro de ton job sur le terrain. Un job = un numéro.

Quand tu changes de job, tu changes aussi de numéro.


(photo de position de lancement de touche – c’est plus facile de comprendre à ce moment là quand on début le rugby-télé)

La première ligne

Les joueurs numérotés 1 et 3 sont les piliers gauche et droit. Lors des mêlées, ils entourent le talonneur (le numéro 2) et constituent la première ligne. Leur rôle principal est de pousser en mêlée et lors des regroupements afin de protéger ou de récupérer le ballon. Lors des touches, on voit généralement le talonneur lancer le ballon et les piliers soulever les sauteurs. S’ils font partie des joueurs les plus lourds de l’équipe, leur vitesse et leur technique de passe sont également des atouts car ils sont de plus en plus souvent mis à contribution dans le jeu courant. Le talonneur est rapide et explosif, on lui demande plus au niveau offensif comme défensif.

Dans le groupe des 30 de PSA coté piliers il y a Uini Atonio, Eddy Ben Arous, Vincent Debaty et Rabah Slimani

 

 

Les talonneurs retenus potentiellement pour le match sont  Guilhem Guirado et Benjamin Kayser

Les deuxième ligne

Les numéros 4 et 5  sont traditionnellement les plus grands joueurs de l’équipe. Ils participent activement à la poussée lors des mêlées, déblaient dans les regroupements pour protéger ou récupérer le ballon, et sautent généralement en touche. Les 5 de devant représentent la puissance de combat de l’équipe.

PSA (pitié tu connais Ouin ouin hein ?)  en a retenu 4 mais comme la reine et le roi ne veulent pas Papé a fait une bêtise il est puni de match. Il faudra donc compter sur Yoann Mestri, Jocelino Suta, Romain Taofifenua (ou l’homme tellement grand qu’il sort du cadre de la photo)

En troisième ligne

Les troisième ligne aile, numéros 6 et 7, sont des joueurs à la fois puissants et mobiles, très bons plaqueurs pour défendre efficacement sur l’adversaire. La paire de flanker est souvent composée d’un joueur longiligne sauteur en touche, et d’un autre plus costaud, dont le rôle en plus de plaquer est de gratter et ralentir l’équipe adverse dans les rucks. Le poste de troisième ligne centre  (numéro 8.) est le plus souvent tenu par un joueur d’expérience et de grande taille, possédant assez de recul et d’autorité pour orienter le travail de ses équipiers au cours des mêlées.

Chez nous, Chouly, Goujon, Lauret, Le Roux (tu peux même faire ton malin face à quelqu’un qui s’y connait pas en lui apprenant que Bernard Le Roux est sud africain), Nyanga (reconnaissable à ses larmes pendant la Marseillaise et souvent appelé 5ème roue du carosse) et Dusautoir (capitaine) sont potentiellement prêts pour le match !

Le demi de mêlée

Le numéro 9 anime le jeu : c’est généralement lui qui récupère le ballon en sortie de touche, de mêlée ou de regroupement, il choisit de jouer à droite ou à gauche vers ses arrières, de passer le ballon à l’un des avants pour tenter d’avancer en percussion au ras du regroupement, ou, plus rarement, de taper au pied par dessus la défense. Il introduit également le ballon dans la mêlée. Agile et vif, il est capable de faire des passes rapides et précises afin de dynamiser le jeu.

Chez nous Parra et Tillous-Borne se tiennent prêt (oui Parra aka Choupi aka mon amoureux secret qui l’ignore lui même) – tu as peut etre entendu parler de Kokott qui faisait le job pendant les matchs précédents, il est malheureusement (ou pas) forfait pour le France-Pays De Galles.

(la fille qui écrit cet article a passé plus de temps à sélectionner une photo de Choupi qu’à faire le texte … )

Le demi d’ouverture

C’est l’ouvreur, numéro 10 qui dirige le jeu : le plus souvent, suite à un regroupement, une mêlée ou une touche, il reçoit le ballon de la part du demi de mêlée (le numéro 9) et, grâce à sa position plus reculée, possède une meilleure vision du jeu qui lui permet de choisir comment utiliser ce ballon. C’est à lui de décider s’il tape au pied, porte le ballon ou le passe. Il possède généralement un bon jeu au pied qui lui permet de trouver des touches ou de mettre en difficulté l’adversaire, mais ce n’est pas toujours lui qui tape les pénalités et transformations dans une équipe. La transmission 9-10 (mêlée-ouverture) est souvent la clé du bon fonctionnement d’une équipe. Ces numéros 9 et 10 forment ce qu’on appelle la charnière.

Chez nous on a Pierre Bernard, Remi Tales et Camille Lopez qui sont sur la grille de loto des trente.

 

edit du 22/02/2015

plisson

Les centres

Les numéros 12 et 13 : premier et deuxième centres, en fonction de leur proximité avec l’ouvreur, ils essaient de perforer la défense adverse en combinant technique, rapidité et puissance, ou de fixer leurs adversaires pour servir les trois-quarts aile. Le premier centre peut également, s’il est performant au pied, agir comme un second ouvreur. Le second centre est généralement un peu plus rapide et moins puissant, il fait la transition avec les ailiers.

Chez nous on a Bastareaud, Fickou, Fofana et Lamerat

Les ailiers

Il y a le gauche (11) et droit (14). Il sont en bout de ligne d’attaque. Ils sont souvent d’un gabarit plus petit, leur vitesse doit leur permettre de contourner la défense adverse. Ce sont aussi des finisseurs, généralement les meilleurs marqueurs d’essai. En défense, ils constituent le troisième rideau et aident l’arrière à contre-attaquer.

Chez nous on verra Guitoune, Huget et peut être Nakaitaci


L’arrière

C’est le numéro 15, il doit allier des capacités de défenseur à celles d’attaquant. En défense, il est le dernier rempart avant la ligne d’en-but et reste souvent en retrait pour réceptionner les ballons frappés au pied par l’équipe adverse et contre-attaquer. En attaque, il peut apporter sa contribution à l’offensive de son équipe en amenant le surnombre entre les trois-quarts : on dit alors qu’il s’intercale.

Pour ce match, le numéro 15 sera soit Dulin soit Spedding (qui est aussi SudAfricain au passage)

Voilà, revise bien, fais toi des fiches et à bientot pour la leçon numero 2 de Tata Gwen.

Publicités

Une réponse à “Viens prendre un cours de #rugby avec Tata Gwen (les maillots KEZAKO ?)

  1. Pingback: Mon Tournoi Des 6 Nations 2015 | IgorReteno

N'hésitez pas à donner votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s