Celle qui trinque

12h 36

Au restaurant 

Seule

Avec mon kir cassis 

….


Je trinque avéc mon kir mais je trinque au boulot surtout . 

Celle qui avait ses rêves de grandeur et de réussite est à mi chemin entre laisser tomber et continuer pour le fun. 

Fini la période des tentatives désespérées ! Aujourd’hui j’ai carrément du mal à me lever pour « ça » le matin. 

Reprendre une activité salariée était une idée géniale. Mais une idée qui ne me réussi pas vraiment (pour l’instant ?)

Je ne sais pas si je suis faite pour « ça » … Je commence à douter de moi. Et pas que de moi. C’est passez pour rejeter la faute sur qui que ce soit mais mon secteur (les villes où  je travaille) semble de plus en plus casse gueule. 

Je continue de garder la pêche et le moral. Je continue même à sourire et à prendre du plaisir à discuter avec les humains. Mais il me paraît compliquer d’atteindre les objectifs demandés  (ou exigés selon si mon chef est de bonne composition ou pas)

Je sais ce que j’aime faire. Je sais aussi ce qui me blesse et me freine. J’ai la « chance » d’avoir un recul sur moi même assez fort et je sais jusqu’où je peux aller.

Je sais que je veux finir mon secteur. Je ne supporterai pas de laisser tomber mes clients. Je sais que je veux faire des mois riches d’expérience et de contrats. Je sais que je veux être fière et euphorique de ramener des clients à ma boîte.

Mais je suis aujourd’hui circonspecte de ce ressenti de lassitude qui m’a envahi. 

Comment doser la motivation et la pression ?  Comment voir clair dans mes capacités ? 

Ballottée entre le « tu en es capable » et le « c’est pas normal que tu n’y arrives pas » je ne saurait pas dire qu’il de mon chef ou moi est le plus inquiet de mes non-résultats. 

Je trinque à ces questions. Je trinque à mon avenir. Je trinque au plaisir de voir de l’humain et de l’humour. Je trinque aux aléas de la vie et à la chance d’avoir encore du temps devant moi pour m’épanouir proffessionellement. Je trinque au monde et aux petits bonheurs (chanter Stewball à mes enfants chaque soir depuis ppresque 10 ans) et je trinque à l’homme merveilleux qui me soutient inlassablement contre les tempêtes et les bourrasques.

Je trinque à FAIRYDESFOLIES qui poursuit sa vie grâce à vous et que je suis épatée de voir grandir mois après mois. Je trinque à toi qui me lit et à toi qui ne me lit pas (mais qui devrait, vraiment)

Je trinque à NOUS. 

Vendredi, le chamboule-tout et la nounou

E. est géniale. E c’est la nounou. La première, celle qui a le job le plus important, faire que #monbébéfille ait une transition douce entre maman et école. Celle qui doit aussi faire de ma fille une sans couches. Parce que depuis le drame de l’école, personne n’a réussit à lui ré-enfiler une culotte..

L’adaptation s’est bien passée. Elle a commencé par 2h un lundi, 2h donc une heure avec moi. Puis le lendemain, elle est restée y dejeuner. Et puis aujourd’hui, vendredi, il y a eu dejeuner + sieste. Ma fille y a dormi. ce qui est extra car pour qu’elle dorme faut toujours qu’elle soit apaisée et en confiance. C’est une siesteuse de luxe.

A propos de sieste. J’ai failli m’endormir pendant mon massage Californien. C’était vraiment génial.

Bref. Faut que je le dise. Attention.

Tu te souviens qu’on doit déménager. On a fait plusieurs demandes … Et on a « trouvé » un logement.

Comme quoi le karma, tout ça.

Et on va déménager. Pas loin. 200m. Mais loin de tout ce qu’on connaissait (maison, jardin, terrasse, espace…)

Carpe diem.

On a un plan.

Ça fait très psychopathe hein. Mais c’est vrai. On essaie de se dire que c’est temporaire. Un  an. Maxi. C’est long et c’est rien. On a bien attendu plus d’un an le retour de GOT alors …

J’aimerais faire un bond dans le futur. Genre Noël 2017. Qu’on passera dans une maison. Notre maison. A nous. Que personne ne viendra nous prendre. Qui sera notre maison parfaite à nous.

Et on se souviendra de ce choix de sacrifier un peu (beaucoup) d’espace pour viser plus haut ensuite.

Et on se dira qu’on a fait le meilleur choix possible. Parce que y a un destin. Et un karma. Et tout ça.

En attendant on va faire des cartons et faire plein de changement de contrats. Et on va serrer les dents. Un peu.

Et ça va aller.

Hein ?

 

____

et sinon, là, quand tu lieras, j’irais travailler.

First day.

(et non pas Fist day hein…)

Enregistrer

Mardi, vrac et soucis !

Il est 6h. Le reveil a sonné il y a 1h.

J’ai eu le temps de checker les mails, les forums, facebook et même de dire bonjour à twitter.

Aujourd’hui J2 adaptation nounou pour #MonBébéFille. Le J1 s’est bien passé : 2 petites heures pendant lesquelles elle a mangé plein de raisins et joué avec un nounours géant à qui elle faisait des piqûres)

Aujourd’hui mon homme visite un logement. Logement que j’ai vu moi hier. Logement qui est 3 fois plus petit que la maison actuelle.

Mieux vaut un petit chez soi, qu’un grand chez les autres

Cela fait bizarre. Si on dépose la demande, il va y avoir une commission (ça ne m’a pas porté chance avec la crèche, je me méfie maintenant) et la commission attribue les logements par priorité. On a de la chance (ou pas, tout est relatif) mais nous sommes aujourd’hui prioritaires (faibles revenus, reprise du logement par propriétaire). Dans moins de deux mois on pourrait être dans un autre logement. Avant Noël.

Noël, faudra que je vous parle de Noël aussi. J’ai plein d’idées. Plus ou moins réalisables d’ailleurs. Je note. Bientôt.

Mon homme travaille, je suis en congé parental, et comme bon nombre de gens, on a fait des crédits pour les voitures, et même pour une machine à laver. On a de la chance le lave vaisselle survit encore. Aujourd’hui 1/3 du loyer est couvert par les APL.

Lundi je travaille. Lundi je signe un contrat. Un CDI. La dernière fois que j’ai signé un CDI c’était en 2005 et c’était au Quick. A partir de ce moment là, à partir de cet instant précis, je vais basculer (en emportant avec moi ma famille) dans une sorte d’abîme financier sans fond, qu’il faudra remplir de tout les petits gains possibles.

Les APL seront divisés par 10. Les gardes cumulées (nounou, baby sitter, cantine, garderie, centre de loisirs) dépasseront 850 €/mois (aides déduites). Sans compter qu’à partir de janvier, la CAF considère que ma miniature de 3 ans peut se garder toute seule et ne prends plus vraiment en charge le mode de garde hein. Si tout va bien elle sera à l’école à ce moment là. J’allume un cierge !

Quand ma mère m’a hurlé dessus, le jour où je lui ai annoncé avoir refusé de reprendre un poste « planplan » dans les bureaux de l’éducation nationale, je lui ai répondu que ce boulot ne payait pas. Que malheureusement, aujourd’hui, avec 3 enfants, si on voulait VIVRE décemment, il fallait que je travaille pour un salaire nettement supérieur au smic. Et j’étais payée 900€ par mois (puisque contrat non annualisé qui allait de veille de vacances au jour de reprise, payé à M+2, avec pole emploi qui complétait sur M+3 vu les retards administratifs pour avoir mes fin de contrats et solde de tout compte). Comment j’aurai pu reprendre un poste qui nous foutait, mois après mois, dans la misère sociale et nous enfonçait dans la précarité ?

Non, j’ai choisi, pour le bien de ma famille, de mes enfants, de m’absenter de la maison jusqu’à parfois tard le soir. J’ai choisi de ne pas avoir de vacances pendants un certains temps et de payer plusieurs personnes pour s’occuper d’eux. J’ai choisi d’essayer de gagner vraiment NOTRE vie.

Alors évidemment, si ça foire, ce ne sera pas retour case départ. Non, ça sera chômage. Congé parental rompu le jour de la signature du contrat : fin du deal. Mais je préfère me dire que ça va marcher, que je vais casser la baraque et tout déchirer, et qui sait si à la fin du mois je ne pourrais pas payer un plateau jap’ à mon homme pour notre anniversaire de mariage ?

Je cours mais je couds aussi. Je prépare une surprise pour Noël, avec une copine de la blogosphère. SURPRISE ! Vous patienterez encore un peu. En attendant, je finalise des nouvelles séries de pare pipi. Les stocks baissent à vue d’œil. Je kiffe trop votre confiance.

pare pipi fairydesfolies

les merveilleux (fabuleux) pare pipi de Fairydesfolies

Allez, joyeux mardi et des bisous.

Retour case départ, ne touchez pas 20 000 Francs

Il y a des moments dans la vie où tu as fait des trucs dingues.

Où j’ai fait des trucs dingues.

Comme perdre plus de de 20 kilos en 6 mois.

C’était en 2011/2012.

C’était grâce à la chrono-nutrition.

Et puis j’ai merdé. moi toute seule hein, je suis l’unique responsable de mon désastre physique. Aujourd’hui il ne reste rien de mes pertes de poids précédentes. J’ai le fameux bonus en prime.

J’ai tout essayé ces derniers temps, j’ai fait super attention, j’ai remplacé les féculents par des légumes, j’ai arrêté de fumer et de manger en dehors des repas, j’ai même l’impression d’avoir eu une vie saine pendant plusieurs mois.

Mais les résultats n’ont pas du tout été à la hauteur des attentes. Et aujourd’hui je suis à un moment de ma vie où la balance, je m’en fou.

Là ce qui compte c’est que je me sens mal quand je m’habille, je me sens mal quand je me déshabille, je ne peux pas faire mes lacets sans retenir ma respiration, l’escalier de 13 marches m’essouffle, acheter un soutien gorge en 115G me fait chialer pendant 2h.

Donc cette fois, plus d’excuse. Je l’ai déjà fait, je peux le refaire.

Pourquoi la chrono ? Parce que je l’ai déjà fait, je connais, c’est moins fastidieux que WW et plus facile à gérer au quotidien. J’avais fait un comparatif où je disais qu’il valait mieux WW que chrono, et je le pense encore, mais aujourd’hui, là, dans mon mode de vie, devant l’urgence de la situation, j’ai besoin de respirer rapidement. On verra ensuite comme je fais évoluer ma perte de poids.

regime chrono

Celle qui avait envie de faire sa rebelle

9h.

C’est précisément le temps qu’il a fallu à #monbébéfille pour se faire « virer » de l’école.

Oui oui.

2 ans et demi, et un casier judiciaire long comme le bras.

Pourtant, ça semblait bien parti !

Pourtant, ça semblait bien parti !

Non, je n’en rajoute pas !

Bon, première matinée, un petit accident et une petite fille qui a testé tous les enfants et adultes présents.

Une seconde matinée avec 3 accidents et une petite fille qui a compris qu’à chaque accident, quelqu’un s’occupait d’elle.

Une troisième avec 6 accidents et une petite ravie – RAVIE – de retrouver sa mère en disant « a pu école, a fait pipi » …

Je suis passée par toutes les couleurs, et par tous les sentiments.

Colère (comment en 3 matinées on peut juger qu’un enfant n’est pas pret) et déception (putain chez moi elle est propre !) majoritairement.

Malheureusement, je n’ai pas pu faire grand chose, ravaler mes envies de hurler et téléphoner en crèche m’a semblé une option pas trop dégueulasse.

Je COMPRENDS qu’on ne puisse pas mettre une Atsem derrière ma fille pendant 3h, je comprends qu’une fillette qui fait pipi en continu (toutes les 20 min aux toilettes + entre chaque pause) soit usant, fatiguant, agaçant et complètement contre productif, MAIS, ça faisait 3 jours, 9 petites heures, et peut être, j’en sais rien, peut être qu’elle (ma fille) avait besoin de temps.

Bref.

Au revoir l’école.

 

Enregistrer

Enregistrer

Au boulot !

Nous sommes le 12 septembre quand j’écris cet article. c’est une date hyper importante, grave, qui me trouble et m’embarrasse encore, 19 ans après. Mais j’y reviendrais, ce n’est pas là dessus que je voulais écrire aujourd’hui.

Aujourd’hui, dans 1h30 environ, je vais prendre ma voiture pour me rendre à un entretien. Un entretien pour un emploi salarié.

Commerciale.

Voilà.

C’est dit.

La situation couvait depuis plusieurs mois, j’avais envie de me lancer mais c’était compliqué de renoncer à certaines choses (mon congé parental et ma couture par exemple)

Je n’ai encore pas franchi le pas de signer un contrat, mais j’ai commencé à postuler, et j’ai eu la joie (relative) d’être appelée, et l’entretien téléphonique à débouché sur un second, qui a débouché sur une prise de rendez vous « de vive voix ».

J’avoue que quand j’ai vu que l’entretien était à plus de 1h30 de route, ça m’a gonflé, il faut prendre l’autoroute, c’est payant, double dose de gonflage… J’avoue aussi que ça fait tellement longtemps que je n’ai pas passé d’entretien que je ne sais même plus ce qui s’y fait, ou ne s’y fait pas. J’ai acheté des derbies à talons, mais tant pis pour le tailleur, on dépasse les 30 degrés, je mets une tunique et un pantalon en toiles.

 

29.90 € chez Gémo

29.90 € chez Gémo

J’ai coupé mon tye and dye blong-orange-rouge pour une coupe courte chatain foncé. Une couleur que je n’avais jamais faite et qui me va très bien. Je suis correctement maquillée, je ressemble à quelqu’un de sympa et de dynamique.

Bon, là je m’énerve parce que mon imprimante est en train d’agoniser et que ça fait deux jours que j’essaie de sortir mon CV mais sinon, à par ça, ça va.

Je stresse pour la route surtout. C’est la première fois que je prends seule l’autoroute, que je vais prendre des péages, et j’ai peur de pas y arriver, je sais, c’est ridicule, mais quand même.

Bon, bref.

Je veux reprendre le chemin du travail. Je veux organiser ma vie différemment, je veux pouvoir ramener une (grosse part) financière au sein de notre foyer. Et pour cela, oui, j’ai décidé de sacrifier d’autres aspects.

Je suis prête.

Y a plus qu’à.

****

Edit du 19 septembre : j’ai donc eu le poste ! merci de vos encouragement et de votre soutien !

Enregistrer

9ème jour #sanstabac

Je vais pas mentir, quand j’ai arrêté de fumer en octobre 2011, j’avais galéré, à en vomir, en pleurer, à entrer dans des colères de dingues et à avoir des migraines folles.

J’ai tenu, longtemps.

J’ai tenu jusqu’en décembre 2015.

Et j’ai merdé.

J’ai commencé par en taxer une à des copains en soirée, puis j’ai acheté un paquet pour les après midi difficiles, et je suis passée progressivement de 1 à 2 clopes par semaine à une dizaine par jours.

Les enfants et mon mari n’appréciaient pas DU TOUT la situation. J’ai vraiment eu des réflexions merdiques et désagréables. Sauf que dans la balance contrainte/plaisir bah … le plaisir d’en griller une passait devant !

26/07/2016

26/07/2016

Mais ça ne pouvait pas durer, j’avais besoin de cette béquille temporairement, j’avais juste envie de cette « pause clope » de quelque mois. Je m’étais donc fixée de profiter au maximum pendant les vacances et d’arrêter dès notre retour à la maison.

J’ai donc fumé ma dernière cigarette le mardi 30 août autour des 20h*. Et puis voilà, depuis RIEN. Ni manque, ni envie, ni colère, ni stress, ni migraines, ni tremblement, ni nausées. Cela ne me fait rien. Tout juste je m’inquiète de savoir ce que je fais du paquet plein qui erre dans mon sac à main. Le garder ? le laisser à la maison ? le trimballer avec moi ?

J’ai pris pour l’instant l’option « sac à main ». Bien sur j’espère ne pas l’ouvrir, mais tant qu’il est là, visuellement, je suis rassurée. je ne saurai pas dire pourquoi, je fais partie de ces fumeurs qui ont « des restes » rangés quelque part dans la maison…

J’espère ne plus fumer, mais je ne me fais pas d’illusion, j’ai un parcours d’addict, donc j’espère juste, tenir le plus longtemps possible !

Carpe Diem

*article écrit le 8 septembre