Création sur mesure, un TRES grand sac à tricot

gwen

Ma maman m’a demandé un grand sac pour ranger ses en-cours de tricot, il fallait donc la place pour 2 à 3 pelotes, un magasine, ses aiguilles, ses lunettes et son mini matériel de couture.

Je n’avais qu’une consigne, de n’utiliser que mes chutes.

Bon, j’ai fouillé dans mes sacs à chutes et mes placards. J’ai trouvé un vieux métrage en Jacquard brodé imperméable, que je n’ai jamais aimé et donc je ne savais pas quoi faire jusqu’à présent, rend toi compté, je l’ai acheté en 2011 !

Je me suis dit que ça serait parfait pour faire le fond et le dessus du sac, parce que comme ça il ne craindrait pas la pluie !

J’ai trouvé deux jolies longueurs de taffetas, un métrage qui m’a déjà servit pour des robes et des bavoirs, je ne savais pas comment le finir, parfait !

L’intérieur du sac c’est « facile » je veux absolument me débarrasser de ce coton lourd de couleur vieux rose, j’en peux plus, 5 ans que je me le traine (c’etait une grande largeur, un 2m50 et j’avais acheté 5m … ) il m’aura fait quazi toute les doublures de sacs xD Il est solide, j’aime bien ! C’est parfait !!

Je veux des poches, alors je retrouve un bon morceau en synthétique et deux petits de popeline, un rectangle de taffetas, mes chutes de biais dont je ne sais jamais quoi faire …

Et là … il faut bien avouer qu’il faut que je me fasse un patron !

Bon, comme à l’école, on dessine à plat, un gros rectangle pour le fond, les face avant/dos, les cotés et les rabats, j’en veux un plein et un demi, je sais dejà que je prendrais une fermeture à pression !

Ha oui, penser à faire les poignées.

Le sac sera entièrement doublé, penser à tout coudre ensemble puis à assembler endroit contre endroit avant de retourner !

Coté dimensions je pars sur 30x30x50 cm.

Je ne te ferais pas l’affront de te montrer mes dessins, c’est moche xD j’ai rajouté un fond amovible, à la façon d’un tapis à langer, sauf que j’ai mis du papier bulle de 3cm xD

Mais je te laisse regarder mon sac à ouvrage tout en chute de tissus pour ma maman  !

017

022

016

007

021

020

008

Je suis plutot fière du resultat, je pense qu’il faudra que j’en refasse un pour moi, pour partir en week end !!!

4h de boulot, un prix estimé à 65 € si je devais le vendre en l’état :)

Le pas-à-pas d’un bavoir Litchi #ilétaitunefée

Au commencement, il faut bien préparer son patron, ses tissus, je vous passe volontairement cette étape fastidieuse parce que en fait j’ai complètement oublié de prendre des photos vu que je prépare toutes mes coutures en une fois telle une feignasse du patronage

Bref, au commencement donc, on a deux morceaux de tissus

001

Je les place endroit contre endroit pour les assembler, je choisis l’endroit que je ne piquerais pas pour retourner les tissus, je le marque aux aiguilles à la verticale.

002

Je continue de piquer mon tissus

003

Je le positionne sous la machine, ma jolie Gisèle, mon amoureuse, je suis à 1cm du bord environ Je couds au points serrés-droits (0 / 2.5)

005

Je m’arrête à temps pour ne pas fermer l’ouvrage. L’écartement visible entre mes doigts est de 3-4 cm.

006

Je coupe l’excédent de tissus à environ 2mm de la ligne de couture

007

008

Je passe ensuite au surfilage, Gisèle s’en occupe au point zig zag. Je fais en sorte que l’aiguille passe sur la couture droite et de l’autre coté elle est dans le « vide ».

009

010

L’étape suivante est de retourner le tissus, je n’utilise aucune astuce, aucun gadget, stylo, queue de peigne, épingle à nourrice etc … juste mes doigts et de la douceur, de la délicatesse, de l’amour …

012

015

Une fois le bavoir retourné, je m’occupe de fermer l’ouverture

017

Je commence par faire un repli interieur de 3 à 5 mm avec mes ongles

018

Je place mes épingles pour tenir cette fermture

019

J’aime beaucoup surpiqué un bavoir, ça lui donne de la tenue après le lavage et je trouve ça plus joli, alors je place à nouveaux mes épingles

020

Je prépare ensuite mes fils, evidemment, assortis aux tissus !

021

Le surpiquage se fait très près du bord (au point droit serré) j’essaie d’être à 2mm, c’est la partie de l’ouvrage où je couds le plus lentement

022

023

024

Une fois le bavoir assemblé, il faut le … repasser !

026

Lui coller une petite étiquette (merci A-Qui-S *lien et billet non sponsorisé – je ne gagne jamais rien de toute façon avec vos clics*)

027

028

029

Vient ensuite la délicate épreuve de la pression. Et franchement pour moi c’est une véritable épreuve, j’en ai fait des nuits blanches et des cauchemars, j’en ai rattrapé des ratés, j’ai toujours un petit tremblement du menton quand on me demande de poser des pressions. Oui, encore aujourd’hui.

030

031

Tu as vu ? j’assortis toujours au maximum mes pressions avec mon tissus, même si ça donne des paires dépareillées.

032

033

034

Ma pince et mes pressions en résine viennent de chez Ar Brinic (et non je ne gagne toujours rien à vous faire cliquer, même pas 10% de reeduc alors bon)

035

039

040

041

Une fois le travail accomplit, il y a encore toute la série de photo à faire (et à retoucher – rogner en fait puisque dans 99 % des cas, je ne fais que recadrer) pour la boutique IlEtaitUneFée (c’est ma boutique si vous cliquez vous risquez d’acheter et de me donner des sous, faites gaffe!)

042

043

045

046

047

048

049

Et ça donne un nouveau duo (très mignon) de bavoirs Litchi à 5 €

On clique, on met au panier et on passe commande !

Ou alors on laisse un com’ et on fait des bisous !

 En guest : carte de visite VistaPrint, St Georges de A England, fer à repasser de Moulinex péché à 5 € sur le BonCoin il y a 4 ans, et Gisèle de Brother Innovis 350

Goooooooooooo

aHR0cDovL2JpdC5seS8xSVRiZzZy

Je ne vous soulerais qu’une fois.

Bon, ok, peut être deux.

Il était une Fée te propose jusqu’à -50% sur certains produits.

C’est valable sur le « stock » et sur les commande de Carotte

Pour le reste je suis toujours disposée à faire un joli geste commercial pour toute commande « sur mesures » qui viendrait à m’être faite pendant ces 10 jours.

Couturesquement vôtre !

 

Une belle histoire

C’est un beau roman, c’est une belle histoire …

Sauf que ce n’est pas vraiment un roman, mais que c’est quand même une belle histoire !

Il y a d’abord eu LA commande. La première, celle qui fait quelque chose, qui me vrille le ventre et me fait voir des paillettes partout ! Celle qui te fait chialer ta race quand tu reçois le mail de la boutique et que tu sers les dents et les fesses chaque minute en actualisant le suivi du colis 14 fois par jours jusqu’à ce que ENFIN arrive la délivrance, et l’évaluation (et la cliente satisfaire, orgasme couturesque à la clé)

051

eval

Et ça, tu vois, ça n’a pas de prix (enfin si mais non mais on se comprend)

Et puis ensuite, ensuite, il y a eu des jolies choses sur mesure, sur demandes et ça, pfiou pfiou …

011 013

 015 008

Une robe de popeline et de dentelle, quelque chose de bleu pour le ciel du printemps !

025 026 027 028 017

Une commande sépciale, deux trousses de toilettes pour les vacances pour y mettre des minis produits, et un gros sac de plage tout en coton avec un ruban de satin :)

Et une retouche très importante sur une robe très importante, pour une femme, très importante <3

001

Des sueurs froides jusqu’au bout, mais vraiment, tellement hate de savoir si Elle est satisfaite <3

Et une robe à lunettes, une robe sur mesures, une robe qui va parfaitement bien à une petite fille absolument adorable et pleine de pep’s !

20150324_090352

Cette robe que vous pouvez voir, revoir, admirer sur le site de Mum Taupe, je vous en prie, ne vous privez pas d’aller visiter son blog, c’est une pépite de tendresse ! Gooooo Mum Taupe

On m’a glissé dans l’oreille ce weekend que le petit frère aurait besoin d’une tenue assortie pour un mariage estival …

Donc, allez-y, continuer de me faire jouer de la pédale, continuer de me demander de mettre des dentelles et des rubans, continuer de visiter ma petite boutique régulièrement, continuer de me tweeter vos projets et de mailer vos envies <3

J’adore ça !

Le jour où je me suis remise à écrire sous la contrainte

J’ai l’habitude d’écrire ce que je veux et surtout quand je veux, quand j’ai envie surtout, bloc notes, cahier, feuilles volantes, ordi, tablette, mémo du portable …

Si une idée me traverse l’esprit j’ai de quoi la noter immédiatement. Je ne me suis jamais obligée à écrire, je n’ai jamais connu l’angoisse de la page blanche (en dehors des dissertations scolaires) puisque quand l’envie me prend de noircir du papier, je n’hésite en rien sur les premiers mots, quitte à les modifier en seconde lecture.

J’aimerais m’imposer un temps d’écriture  journalier ou hebdomadaire, j’ai commencé nombre de textes sans jamais les finir, par manque de … temps ? Ça serait mentir, j’ai la possibilité de moduler mon temps « libre » mais aujourd’hui je n’ai plus cette envie de m’imposer des contraintes. Mon temps va prioritairement  à  ma Gisèle pour honorer  vos commandes, vous me montrez tellement de confiance, j’en suis encore très émue, je n’aurai pas imaginer vivre un aussi bon moment (merci, merci !)

L’écriture est un plaisir immense que j’ai, mais que je partage très rarement, j’ai beaucoup de textes en cours mais je n’ai pas envie de les finir, ni envie de les publier en l’état sur Cahier de Lettres. J’ai envie de reprendre l’écriture comme un jeu qui me détend.

Il y a quelque jour mon fil Twitter m’a amené à un concours d’écriture. Intriguée je suis d’abord allée voir de quoi il retournait.

Des Mots et moi

Autant vous dire que dès la lecture du lancement, j’ai accroché.

Il était environ 19h30, je ne pouvais pas écrire,  je donnais le sein à ma miniature, j’ai donc essayé de construire une nouvelle dans ma tête. Mais mon problème majeur a été de me décider d’une intrigue.

Cliquer sur envoyer, oui, mais QUOI ? Mail, site de rencontre, jeu en ligne … je t’avoue que j’ai eu du mal à choisir. J’ai procédé par élimination, suis je capable d’écrire une histoire d’amour sans parler de sexe ? NON (j’ai une tendance à  l’écriture erotico-pornographique naturelle) Ais je envie de parler d’un truc drôle ou sérieux ? Ais je envie d’écrire une nouvelle qui fait flipper ou une nouvelle qui fait rêver  ? Suis je capable d’écrire une nouvelle réaliste ?

Bah ça m’a pris la nuit. Je n’ai pas arrêté de me poser des questions, d’essayer de construire une ligne directrice, et à  8h30 le lendemain matin, une fois les nains à  l’école et la mini endormie, je me suis lancée, j’ai écrit la première ligne imposée

lbrinova

Le reste à  suivi, presque d’une traite, j’ai fait un break obligatoire vers 11h,  il me manquait une centaine de signes, je devais corriger les fautes (de frappes essentiellement) et faire une mise en page attirante. La nouvelle était terminée à  11h15. Je l’ai  lu et relu plusieurs fois, corriger encore des fautes de syntaxes ou d’alignement temporel (genre ça commence  à  20h, il roule 5h et il se couche à  minuit : ce n’est pas cohérent  – c’était un exemple) et je l’ai  rangé dans un coin de l’ordi.

Je n’y ai pas repensé de la semaine, et hier mardi matin, je m’y suis replongée. Je l’ai imprimée, j’ai pu corriger à nouveau certaines tournures de phrases et certains temps utilisés. Je me suis posée  la question des prénoms. J’ai  hésité à  les changer. Et puis non, tant pis. J’ai hésité à la faire lire à quelqu’un, mon mari, mes amies ? Et puis non, tant pis.

J’ai préparé le mail et là,  moi aussi j’ai  hésité un instant.

Et j’ai cliqué sur envoyer.

Le CRUNCH (et on ne parle pas de chocolat)

J’ai bien compris comment tu fonctionnes, oui, oui, toi là.
Je te vois. Je te connais.
Il te faut du mâle dénudé pour t’appâter.
Une carotte pour t’attirer.

Ok.
Cadeau de bienvenue.

Maxime Mermoz, enfin, ses fesses surtout.

Bon, maintenant on va parler un peu rugby, pas trop, promis, et puis si tu arrives à tenir un peu je te donnerai une récompense.
Promis.

Alors, ce week end c’est CRUNCH.

CRUNCH CRUNCH CRUNCH

On commencera avec les U20 masculins (under twenty – moins de  20 ans) vendredi 20h55 sur France 4

Les U20 féminins joueront samedi à 15h (pour le moment leurs matchs ne sont pas retransmis)

Le XV masculin jouera samedi à 18h (match à voir sur France 2)

Le XV féminin sera au rendez vous samedi 20h20 (France 4 – alléluia) – billet à venir prochainement

Alors le CRUNCH c’est  le surnom affectueux donné aux rencontres entre la France et l’Angleterre.

Je vais te dire un secret, j’ai toujours cru, parce que c’est ce qu’on (mon papa) m’a dit quand j’étais gosse, que ça portait ce nom à cause du bruit des impacts entre les joueurs à la mêlée, genre os broyés. Classe hein ?

Alors pour toi, j’ai fait une petite recherche.

Non, pas ce type de recherche.

(cette photo pourrait mériter un article à elle seule, si si, l’impératrice, je vous jure)
L’autre type de recherche, Wikipédia inside.

Le Crunch, nom donné traditionnellement au match de rugby à XV entre les deux équipes lors du tournoi des Six Nations, est une expression anglaise qui signifie « moment crucial » : son emploi est justifié par le fait que cette confrontation oppose les deux meilleures équipes de l’hémisphère Nord et qu’elle est toujours d’une incroyable intensité. Par abus de langage, l’emploi du terme a été étendu aux autres rencontres officielles entre les deux équipes, en Coupe du monde par exemple. Par contre, il ne s’applique pas aux éventuels matchs de préparation pour cette dernière.

NDLR : tu noteras l’utilisation de « meilleures équipes » hahahaha ! la bonne blague ! Et je decouvre donc en même temps que toi que toutes les rencontres Angleterre-France ou France-Angleterre ne sont pas des Crunch.

Cotés chiffres dans le Tournoi  :

Nombre de rencontres : 85

Victoires anglaises : 45

Victoires françaises : 33

Matchs nuls : 7

(ouais, je sais, ça fait mal au cul)

Dernière victoire française : 1er février 2014

(bon, une par an, vivement ce week end tiens)

Evidemment on se dit que c’est trop faisable une nouvelle victoire, et en plus face aux anglais, ce serait MERVEILLEUX et ENORME.

Et je crois que ça ferait oublier la saison assez désastreuse du XV de France Masculin. les autres, on y reviendra.

Alors, on se souhaite un bon match, qui je le sais bien va être très suivi, et qui va surement être assez « houleux » tant sur le terrain que dans les tribunes.

Et on fera le bilan après.

 

 

 

Tu as lu jusque là ? Vraiment ? Bon, Ok, Cadal inside

(preums pour la fessée si il rate une pénalité)

ARRETEZ TOUT ! Ils ont gagné ! (avec du Jules Plisson dedans)

J’avais prévu de te parler du plaquage, de l’art et la manière de mettre KO un adversaire. Et puis ILS ONT GAGNE, donc obligée de revoir mon planning pour te donner mon avis.

Avis dont on se fiche éperdument, soyons honnête, mais comme j’ai bien remarqué les gros boom de mes stats dès qu’il y a du mâle et du fessier rebondit, je vais essayer d’atteindre les 5000 vues aujourd’hui.

CHALLENGE ACCEPTED !

Donc, ce match, il a plutôt mal commencé hein. On s’est un peu fait chier dès le début, l’effet tristesse et désarroi de la minute de silence devenue minute d’applaudissement puis re minute de silence parce que quand même fallait bien marquer le coup du crash d’helico. Donc pendant 25 minutes c’etait un peu chiant. Beaucoup chiant. Certes on passe un petit moment sympa quand on passe des pénalités mais faut avouer qu’avant le premier essai on s’est royalement ennuyé.

Je ne vais pas revenir sur les détails techniques, soit tu aimes le rugby et tu t’es renseigné (ou tu as vu le match) soit tu n’aimes pas et tu ne viens que pour le mâle en short.

Il y a eu des points positifs. Mais si, quand même.

Jules.

Ha, pardon, ça ne te dit rien …

Voilà, tu reconnais mieux en bleu, evidemment…

(petite pause le temps que le lectorat féminin se remette)

Donc, PJ (Petit Jules) nous a fait un 4 sur 4 face aux poteaux (qu’on me dise de quand date le dernier 4/4 de Camille Lopez ou me fouette avec des orties) et a été un vrai bonheur visuel. Il est tellement mignon partout. Il est sexy à l’aise dans son short et vraiment il est à l’iniative de plusieurs malaises dans l’assemblée phases de jeu décisives

Moi je vote PJ pour le Crunch (je te prépare un article spécial CRUNCH avant le match, promis, promis, promis) PJ A POIL AU CRUNCH !

je pourrais te parler de Maestri, de son essai, mais … pardon mais à part son essai, le reste c’est sérieusement bof, pas mal de raté dans les passes, et à part se prendre pour une autruche en enfouissant sa tête dans tous les rucks qui passent, Maestri, ce n’est pas un maestro (haha – ok elle est nulle)

Scott Spedding.

Scott.

Scotty.

Je voulais te mettre une belle image mais comme il donne l’impression de se regarder le nez à chaque fois, j’ai preferé m’abstenir. Trop de tampons sans doute. On ne parle pas assez des chocs violents au rugby.

Bref. Il a fait un match normal Scotty, il a courru et il a tapé du pied. C’est son job, il a été recruté pour ça. Forcément, d’un point de vue technique il est probable que Brice Dulin reste sur le banc ce week end.

Le Dragon m’oblige à écrire que Dussautoir a bien travaillé. Sinon il me prive de sexe. J’écris ce qui suit sous la torture et la menace.

TD (Thierry Dussautoir) a bien travaillé, on l’a vu partout et il était là tout le temps. Il a été élu Homme du match. Youpi.

Le Dragon est content il s’eloigne et moi je te dis d’oublier immédiatement ce que je viens d’écrire. TD est un 6, c’est le numéro qu’on ne voit jamais à la télé, qui est censé quand même faire le meilleur lien, ok, mais moi TD ça passe pas, je le trouve transparent et vide. Même la collections de coquilles de mon fils de cinq ans a plus de charisme.

Le Carnaval est fini, vire moi ce déguisement de Momie, c’est pas ça qui fera peur aux anglais.

Je vais faire plaisir à quelqu’un mais OUI on a vu Fickou partout ! Et ça c’était chouette ! Les stats de Gaël disent : 6 courses, deux défenseurs battus, une passe après contact et 9 plaquages. Tout ça dans un match ! Donc Fickou on vote oui pour le Crunch.

Celui-dont-les-commentateurs-n-arrivent-pas-à-prononcer-le-nom c’est à dire Noa Nakaitaci, a lui aussi fait un joli moment de terrain. Et pour le coup, ça serait sympa de le revoir lui aussi ! Et que Galthié arrive enfin à prononcer son nom sans l’écorcher…

Et je rajoute Bastareaud, sans qui les italiens auraient été moins polis, moins faciles et moins généreux.
Parce que Bastareaud bordel, même si ça me crève de le dire, bah ouais, le XV il a besoin de lui.

Voilà, on a fait le tour.

Les autres ?

Quels autres ?

Vous en avez vu d’autres des joueurs de rugby vous ?

Alors, oui, on a gagné, m’enfin sérieusement, c’était un match chiant et bien pâlichon mais oui, ce fut un ENOOOOOOOOOOOOOOOOOORME match par rapport aux précédents. C’est sur.

Mais c’était pas difficile.