Tout ça à cause d’une envie de bonbon !

Il s’est passé un truc dingue dans la vie d’une de mes amies. Quelque chose de magique. Quand la toute puissance des étoiles et de l’amour décident de faire quelque chose sans votre avis.

les derniers petits pieds dans le ventre

Les derniers petits pieds dans mon ventre

Tout a commencé dimanche, quand Elle m’a parlé de ses nausées, de son grand retard et de ses envies de bonbons. Ha bah oui, tu penses, ça a fait tilt de suite chez moi. Et aucun doute possible, je le sentais. BINGO ! JACKPOT !

Elle avait déjà tout les symptômes.

De ceux qui font vomir à ceux qui font stresser. Oui, elle était déjà complètement angoissée sur l’emplacement du lit, la forme de son ventre et l’aspect financier et organisationnel …

Et rien qu’en la lisant, j’avais ces sensations qui me revenaient en pleine tronche. Je commençais à ressentir les papillons dans le ventre de l’excitation devant cette possible maternité, avec l’espoir fou que ça devienne réalité, tout en sachant que c’était déjà réel. J’avais ce sourire incroyable sur le visage, qui disait toute la joie, le bonheur, la fierté devant ce bouleversement inter galactique qui se profilait. Je tremblais d’émotion et commençais déjà à chouiner en repensant aux cours de prépa d’accouchement …

Et puis bon, j’ai pris une claque. Je n’étais pas enceinte. C’était Elle. Et j’en ai été folle de bonheur, ravie au possible, hystérique de joie et d’allégresse ! Je n’allais pas connaitre les nausées, mes seins ne prendraient pas des allures de carte routière et je n’accoucherais pas !

Cette grossesse, aussi magnifique et formidable soit-elle, je vais la vivre par procuration. Je ne verrai que ce que tout le monde verra, je ne sentirais rien.

Et ça ne me manque pas !

Je n’ai ni l’envie, ni le besoin, ni quoi que ce soit qui me fasse imaginer une seconde qu’un quatrième enfant serait le bienvenue dans mon utérus ou dans ma vie. Et je me sens en paix avec ça.

Je suis la première à repenser avec bonheur aux premiers coups dans le ventre et au rythme cardiaque à l’échographie. Je sais tout ce qu’Elle va traverser de douloureux, d’inquiétant, de stressant et parfois de compliqué mais aussi de facile, d’agréable, d’époustouflant, de magique, de formidable et de grandiose. Et je ne l’envie pas. C’est son tour aujourd’hui, j’ai eu ce bonheur par 3 fois, et j’en suis rassasiée.

Je te félicite, toi qui me lit, toi mon Amie, toi qui porte la Vie, toi que j’aime.

Je suis heureuse pour toi. Sincèrement.

Viens, on arrête de fumer et on change le monde !

Hé ! ça fait déjà plus d’une semaine que je n’ai pas touché une cigarette.

(là normalement, vous faites la ola)

Faisons du monde un feu d'artifice

Faisons du monde un feu d’artifice

Merci !

Alors, je me sens relativement bien. Je n’ai pas eu de manque comme les nombreuses fois où j’ai arrêté, j’en sais rien, peut être que mon corps est persuadé que je vais reprendre alors il attend sagement. Je n’ai pas eu de crises de nerfs ou de moments difficiles.

J’ai eu envie, oui, et j’ai encore parfois envie, je dirai entre 4et 5 fois, ponctuellement sur ma journée. Souvent à des moments stratégiques.

  • quand le téléphone sonne

L’habitude d’aller dehors, de me poser sur la terrasse et de papoter en enchainant les clopes avec un café…

  • quand les enfants sont déposés à l’école

Je prenais 10 min dehors avant de commencer « ma » journée, une façon de donner le coup d’envoi du temps pour moi.

  • quand la mini est couchée

Souvent c’était l’heure de mon café-clope, alors forcement maintenant, j’ai des pics d’envie, et je continue de croire que me (re)débarrasser du café est la clé

  • quand tout le monde est couché le soir

Évidemment, ça c’était mon « soufflage » je me détendais sur la terrasse, dans le silence, en sachant que j’étais maintenant tranquille pour la soirée-nuit.

Bon, on peut rajouter de façons ponctuelles les apéros. Boire une bière ne m’a jamais autant donné envie de fumer. La plaie ce truc ! Ma théorie vaut pour l’alcool en général, le vin me donne très envie aussi.

Je n’arrive pas à dire que j’ai arrêté définitivement, même si j’en ai envie. Je résiste chaque jour à l’envie d’aller acheter un paquet, parce que j’aime fumer. Même si c’est mauvais et compagnie. J’aime ça. C’est chiant. Je préférais avoir des maux de tête, des nausées et des glaires. Cela pourrait m’aider à trouver ça mauvais. (non, ne me parlez pas de cancer, j’ai ma dose, merci)

J’essaie de ne pas compenser mais je suis une addict.

Que je le veuille ou non, je suis une addict. Je compense un manque par une nouvelle addiction. Qui n’est pas forcément meilleure que la précédente d’ailleurs. Je pensais faire la liste des addictions possibles mais … tout, tout peut être addictif. le principe de l’addiction c’est que ça devient une drogue, et tout peut l’être. Twitter, les fraises, la photographie, la couture, les jeux vidéos, le sport, le shopping etc …

Pour l’instant je compense la clope avec moitié internet (forum/blog/mail) et moitié nourriture (plus ou moins saine, d’ailleurs, surtout depuis que j’ai découvert le feuilleté au camembert) mais je compte échanger cette seconde moitié avec ma nouvelle passion « chasser les F1« . Je garde forum/blog/mail, j’aime trop ça (alors que le feuilleté camembert, même si au moment M c’est un orgasme culinaire, au M+2h c’est douloureux et je passe des heures à me rouler en boule dans un coin en chouinant que plus jamais jamais jamais)

Petit point PLV, parce que en fait, ils sont réintroduits dans notre vie, ça s’est fait progressivement de façon minimaliste par cuillère et notre miniature tolère même très bien tout ça. mais moi, bah, j’ai buggé. Mon corps avait tellement été « nettoyé » qu’il n’a pas très bien compris le retour des PLV. Et je le paie au prix fort. Une portion (tout confondu sur 24h) de 30g maxi. Ce qui est en plus, me rend affreusement malade (douleurs physiques, digestives, nausées, sueurs, frissons, vomissements, parfois jusqu’à l’insomnie).

la disparition des PLV avait ouvert un « nouveau monde » et on avait pu se découvrir une « culture » du sans plv. Et je me suis beaucoup interrogé sur le veganisme etc… Je ne suis pas vegan (je rassure mon mari qui commence sérieusement à se demander si c’est pas la finalité ultime de ma démarche anti F1) mais je m’interroge sur l’éthique en général, et le consommer éthique. Je lis des articles, je regarde des vidéos, je m’intéresse beaucoup à tout ça, sans savoir où cela me mènera. Aujourd’hui je ne me sens pas capable de faire disparaitre les plv, pourtant nous l’avons fait 27 mois.

Mais ces 27 mois de difficultés, à l’extérieur (le resto, cette plaie !) et même à la maison (rappelez vous le vinaigre de cidre marque CASINO avec des plv dedans !) ont laissé des traces. Sur les enfants, sur mon mari, sur moi. Nous avons vu la vie en mode « compliqué. Tout était devenu compliqué. Je suppose que quand on choisit par conviction de ne plus consommer de plv, on choisit aussi de fustiger leurs présence et les contourner devient une rébellion et une manifestation d’opposition presque politique. c’est plus facile de dire « je ne VEUX pas » et de l’assumer que de passer son temps à dire « je ne PEUX pas ».

Je n’ai pas choisi donc de devenir végan, le sujet m’interpelle, et je me sens concernée par l’avenir de l’humain mais pas au point de mettre à la poubelle les glaces Ben & Jerry’s Cookies Dough (on a tous nos faiblesses hein ?)

Je ne suis pas de ces consommateurs qui savent dire « non, je n’en n’achète pas ». C’est comme la cigarette, je pense qu’il faut interdire. Dire « c’est dangereux » ou « c’est nocif » (pour l’humain, pour la planète) et les faire disparaitre complètement, puisque c’est le cas. Autant protéger les gens contre eux même plutôt que de faire de la « mise en danger de la vie d’autrui » de façon indirecte (le libre arbitre, cette vaste fumisterie)

Bon, sur ce, je vais passer mon envie de clope dans une tomate. Ha non. Zut. Bon, bah je vais coudre hein, ça sera ça de fait !

 

F1, les toilettes sèches, la Porsche ou l’histoire des tomates en mai.

Tout est partie d’une vidéo de Nina Narre, encore une fois (je l’accuse publiquement d’éveiller les consciences, et j’assume. Bisous Sylvie !)

J’ai entendu cette histoire de graines F1, genre qui ne sont pas fécondes, qui sont « chimiquement castrées » pour obliger les gens à en racheter d’une année sur l’autre (sous couvert de contrôle des plantations, évidemment – c’est pour votre bien Madame Martin)

Le choc de la découverte

Je l’avoue, à 32 ans (bientôt – oui je recommence une petite fixette, vous aviez remarqué ?) je n’avais JAMAIS entendu parler de ça. Pourtant le Dragon est LE spécialiste des fruits et légumes, il aurait pu échanger à ce propos avec moi pendant des années, mais non, il m’a laissé dans l’ignorance (tu as vu comment je remets la faute sur lui, vile manipulatrice que je suis!)

Ma première réaction a été de me dire que c’était immoral d’empêcher les gens de créer un produit issu d’un produit qu’il avait acheté en base (principe du recyclage, du vintage, du relooking, du tunning, du remake, de la reprise et compagnie). C’est vrai quoi, personne n’a essayé de réussi à faire taire Tal quand elle a repris Goldman !

Ma seconde réaction a été de me dire que … OMFG je mets mes enfants en danger ! Ils consomment, je consomme, nous consommons des fruits et des légumes issus de la production F1, génétiquement modifiés pour être stériles (putain mais alors les OGM en fait, ils sont déjà dans nos assiettes ?!) et ce, sans savoir si les effets sur l’humain sont inoffensifs (on n’a pas vraiment 100 ans de recul hein, faut pas se leurrer… et on est dans un pays qui pense encore que le nuage de Tchernobyl s’est arrêté à la frontière … moi ça me fait toujours douter du côté scientifique des choses). Et là, d’un coup ça m’inquiète (oui, vraiment, je vous assure que j’ai eu une violente bouffée d’angoisse – et ce n’était pas dû uniquement au fait que mon portable était sous les 10% de batterie).

Ma troisième réaction a été de me dire que ce n’était plus comme ça que je voulais vivre, qu’il était temps de prendre des décisions pour le bien de mes enfants (parce que la planète, c’est pas elle qui me fait des câlins le soirs).

Le cheminement a été rapide, une fois lancé. 32 ans d’ignorance et de voilage de face, ça laisse des traces, d’un coup j’ai été comme le moustique libéré d’un tiroir, j’ai vu la lumière, j’ai découvert le monde. En 5h de temps j’étais passée de la caverne à la lumière (coucou Platon)

Les idées de génie

Mon cerveau a d’abord chauffé tout seul dans son coin. J’ai commencé par me demander comment avoir des fruits et des légumes autrement que issus de graines F1. Bon, deux possibilités me sont apparues :

1 : les faire pousser soi même à partir de graines qui ne sont pas F1. Et bah il n’y a pas beaucoup de monde hein, mais si vous avez des liens, je rajouterai

2 : acheter du fruit et du légume bio français. J’insiste sur le FRANÇAIS. Parce que les normes de bio ne sont pas les même partout en Europe/Monde, et que les contrôles ne sont pas du tout les même non plus. Là encore, je n’ai pas deviné ça toute seule, j’ai un mari dont c’est le job (de vérifier tout ça)

Alors, au départ, j’étais à fond sur la première idée. Je me voyais déjà en haut de l’affiche en train de chercher les meilleures graines, de prendre ma pelle pour retourner mon jardin, suivre les tuto youtube pour faire des semis … et puis bon, c’est du boulot, et surtout le Dragon m’a bien fait comprendre que le jardin c’était pas DU TOUT notre cam’ (je ré-essaie toujours tout les 2-3 ans, mais non, ma main verte reste bleu). Y a qu’à voir mes tulipes, toutes mortes, restent des tiges. Et on se souvient tous des Yuccas décédés en Bretagne …

C’est là que je me suis dit, okay, alors on va consommer bio. Mais du vrai bio français (parce que le bio étranger, tout ça…)

Les conséquences

Quand j’ai annoncé (en plein repas) qu’on allait arrêter de consommer des produits issus du F1 et qu’on ne choisirait QUE des fruits et des légumes bio, j’ai été absolument incomprise. Pas parce que mon homme s’en fou hein, mais parce que hier encore je faisais un caprice pour manger les fruits que je voulais quand je voulais. Ahem. (Ho hé, ça va, on évolue tous à notre rythme hein)

Une fois « le choc » passé, il m’a questionné sur le bien fondé de ma démarche, sur ce qu’il a surement considéré en première intention comme « ma nouvelle lubie ». Et puis, j’ai, tout d’un coup (l’art du teasing) expliqué que j’avais … UN PLAN !

NDLR : je voulais dire que I HAD A DREAM mais c’était déjà pris.

Je voudrais que nos enfants aient la connaissance des fruits et légumes, la culture des produits de la terre et qu’ils comprennent les enjeux politiques et économiques qu’il y a derrière le fait de choisir tel produit, plutôt qu’un autre.

Je voudrais qu’ils sachent que ce n’est pas normal de trouver de l’ananas au Super U à Noël, ni des oranges en aout. Je voudrais qu’ils sachent que la Noix de Coco, on n’en cultive pas en France. Mais leur dire ne suffit pas (pour moi, aujourd’hui) je veux qu’ils vivent les choses.

Je ne les emmène pas voir des orques à Marineland parce que je ne considère pas que ce soit la place des orques d’être à Antibes. Je ne vais pas au cirque parce que je ne crois pas que les Lions ont quoi que ce soit à voir avec ceux qui sautent dans un cerceau. Ces « principes » moraux, pèsent dans l’enjeu économique de ses deux entités. Je n’encourage pas leur action financièrement.

Je crois aujourd’hui (chacun son rythme, je n’ai pas toujours pensé comme ça, par exemple, j’ai longtemps cru que les zoos, les parcs aquatiques étaient le lieu idéal pour faire découvrir aux gens l’animal et préserver les espèces) que je dois, en tant que parent, transmettre la valeur de l’habitat naturel et du respect de celui ci. L’habitat naturel de la Banane n’est pas Carcassonne, vous l’aurez compris.

Les questionnements

Je ne sais pas si c’est réalisable. Aujourd’hui, je ne sais pas (demain, peut être?) si je peux du jour au lendemain changer mes habitudes, parfois mauvaises, et permettre à mes enfants de ne manquer de rien tout en leur transmettant le gout du bien fondé de ma démarche. Le but n’est pas de les frustrer ! Mon fils comprendra t -il qu’il n’y ait plus de bananes à table ?

Quand j’étais gosse on ne voyait de l’ananas que rôti au barbecue en juillet/aout. Le reste de l’année, ma mère l’achetait en boite, au sirop. Et c’était pas bon je n’aimais pas ça. L’ananas ne me manquait pas le reste de l’année.

J’ai décidé de commencer par apprendre. Je me suis donc mise en quête d’un tableau sur les fruits et légumes de saison, déjà pour aller voir par la lorgnette ce que nous proposent les magasins (y a peut être une étale « de saison », je cherche encore) et ensuite pour vérifier l’impact de la saison sur le prix (je trouverais logique que les oranges françaises soient moins cher en hiver qu’en été – est ce vraiment le cas ? Ne cherche t on justement pas à faire payer les « bons » consommateurs ? Je pose la question, je n’ai pas – encore – la réponse)

Voici un calendrier pdf – vous trouverez d’autres versions sur internet – mais j’aime bien celle là, elle est issue de Mes courses pour la planète

(PS : Enregistrez le pdf avant de l’imprimer depuis votre ordi, sinon il y a une partie mangée – ce que je n’explique pas)

Au mois de mai on ne mange pas d’agrumes !

Le calendrier est validé à 90% par le Dragon. Il s’oppose à la « récolte des pruneaux » (bah oui, si vous récoltez des pruneaux vous êtes super balaises hein…) et au fait qu’on trouve des citrons/oranges/pamplemousses en France en Hiver (trop peu de production française, même en comptant la Corse, 80% est issu de l’importation). Ha, et aussi, si vous cultivez vous même votre jardin, vous aurez vos asperges en mai seulement, ailleurs que chez vous elles sont récoltées précocement en France pour arroser les magasins en mars, avril et mai.

J’ai donc décidé de tenter l’expérience. (Gwen se réveille, volume 1) et je commence donc avec le mois de mai. J’ai bon sur les fraises (j’ai même un fraisier fait maison qui nous attend au gouter – bon, elles ne sont pas bio mais promis la prochaine fois, je fais attention – F1 j’aurais ta peau !) sur les carottes, sur les courgettes, les oignons et les pommes de terre. Je n’ai pas bon DU TOUT sur les tomates et les poivrons, que j’achète toute l’année – achetais donc – merde !

Les poivrons par exemple, j’envisage, parce que j’adore vraiment ça, d’en acheter l’été, les laver, les congeler et les utiliser toute l’année. Haha. La blague. Donc en fait, je vous fait un speech sur le consommer bio de saison et en fait je vais acheter et congeler pour continuer tranquillou de consommer du poivron en mars si je veux. Vachement de saison le poivron en mars. Oui mais s’il est acheté à la bonne saison ? Bio ? En France ?

Tout est là. Chacun sa conscience, son éveil et son rythme. Il n’y a pas de tout ou rien. On peut avoir son jardin, sa chèvre, son cochon, ses toilettes sèches et … prendre en photo ses tulipes avec son i phone nouvelle génération. On peut rouler en Porche et consommer bio et local.

Chacun fait, fait, fait … ce qu’il lui plait, plait plait …

Et ça tombe bien, on est en mai.

NDLR : je continue de penser que tant que chacun fera ce qu’il lui plait, la planète souffrira, et les générations futures aussi. Je suis de celles qui pensent qu’il faut revenir sur les plaisirs égoïstes personnels pour satisfaire un besoin de survie communautaire. J’ai dit qu’il faut, pas que c’est ce que je voulais. Tout est là.

Edit du soir (espoir) j’ai trouvé cette petite pépite vidéo qui explique bien les hybrides F1 et le problème de la souveraineté alimentaire (que je n’ai pas du tout abordé volontairement parce que je n’avais pas encore toutes les données)

Joyeux Week end !

Je sais ! ça fait longtemps que j’ai pas fait un article pour « rien ».

(sous entendu : mes créations)

Il est 15h40, nous sommes le vendredi 13 mai, je deteste les vendredi 13, et j’ai eu envie de me poser là, avec vous.

Quelqu’un prend un café ?

Source de l’image Google via café ressource

Je pourrais vous dire que je suis bookée de partout, c’est le cas (merci les figures de style – great job !) et je pourrais vous dire que je vais bien, c’est le cas aussi.

Hier j’ai décidé d’arrêter de fumer – encore – il reste actuellement 8 cigarettes dans mon paquet de royal menthol, et il est donc probable que je termine demain. J’espère donc battre mon nouveau record personnel qui a été de 5 ans et demi.

*petite pause #monbébéfille chouine qu’elle a fini la sieste*

Re.

Donc, oui, j’arrête de fumer, une nouvelle (et j’espère) dernière fois. Ne me demandez pas pourquoi, j’ai au moins 80 bonnes raisons mais officiellement 2. La dépense financière et la phrase « si ça tue, je ne comprends pas que tu fumes, ça veut dire que tu veux mourir » (#monfils – 6 ans).

Je risque donc de rebloguer des conneries, comme à chaque fois que je me créais un stress passager, en gros, à chaque envie de clope, j’ouvrirai le blog. Rassurez vous – et ne vous désabonnez pas! – je prendrais le temps d’organiser mes pensées, ça vous fera pas 14 billets par jours, promis.

J’ai aussi envie de vous parler de Nina Narre, un petit brin de femme qui me plait bien, je ne dis rien de plus, je vous laisse la découvrir sur youtube. 

Je pense faire un billet qui fera écho à une de ses chroniques dès que j’aurais envie d’une clope le temps.

Je voulais aussi vous parler de La Fabrique des Fées. Parce qu’on prépare un renouveau sur ce blog, avec plus d’articles, dans le fil temporel et dans le volume. Il y aura des nouvelles rubriques et je pense que si vous devez vous abonner c’est le bon moment. Dites que vous venez de ma part, on vous fera pas de reduc mais vous aurez un café (et puis c’est gratuit).  En ce qui me concerne je vous concocte avec ma copine Mila des cours magistraux gestion-marketing, je ferai du relai ici, ça vous permettra de ne rien rater si jamais vous ne voulez pas vous abonner à la fabrique (mais j’insiste, vraiment, on est sympa en vrai)

En parlant de Mila. D’ailleurs. Je voulais vous dévoiler son site, mais comme elle est en vacances (pour fêter les nuits de travail sans doute) j’attendrais son retour. Tout ce que je peux vous dire c’est qu’il déchire.

En parlant de site, j’en suis à l’étude de mon projet pour FairyDesFolies. J’ai actuellement 3 devis (un quatrième est en cours). Les prix sont très fluctuants, ils prennent deux zéros de plus pour certains. Donc intense réflexion prolongée. J’hésite même à modifier complètement la structure même pour couper dans les couts. Et non, le faire moi même n’est aujourd’hui pas envisagé.

Côté couture j’ai plein de projets, dont un qui me tient vraiment à cœur et qui avance terriblement lentement, commencé l’été dernier, je commence à me demander si j’en verrais le bout un jour. Je ne vous en dis pas plus. par contre j’attaque prochainement les robettes d’été des filles, ça fera l’objet d’un petit billet perso. Promis.

Côté vie salariée, je suis confortée dans mon choix de reprendre une activité en septembre si ma miniature prend la route de l’école, je casserais mon congé parental à ce moment là, m’inscrirais au chômage espérant quand même trouvé un poste rapidement (privé ou public, peut m’importe) et cumulable avec FairyDesFolies.

Côté humeurs, j’ai traversé une période bizarre, qui n’est pas vraiment finie d’ailleurs mais je vais bien, je crois. J’espère qu’on aura un beau week end. Ce serait déjà super bien.

NB: il reste maintenant 7 cigarettes.

Côté mouflons, N1 a été félicité par son institutrice pour son comportement exemplaire depuis janvier, ainsi que son travail qui est excellent. Nous avons donc essuyé un torrent de compliments qui n’a pas été pour nous déplaire, au contraire. Pour la récompenser de son implication et de son investissement nous avons donc levé la punition en cours (la confiscation de la DS) et décidé d’accéder à sa demande, c’est à dire d’arrêter le rugby et l’inscrire au Conservatoire. Mademoiselle chantera. (et wais, Nouvelle Star, nous voilà!)

N2, fidèle à lui même, reste le petit mec qu’il est, toujours dans une tornade sentiments, mais il les verbalise beaucoup mieux depuis que … (j’ai honte, j’ai honte) il regarde Dany Le Tigre (ho ça va, ça change de Peppa Pig). Ce dessin animé (que nous regardons sur Netflix – oui moi aussi je regarde, ho hé, ça va j’ai dit que j’avais honte) est une petite perle de bonheur, enfin, en vrai c’est vite gavant mais pour le coup il a vraiment aidé mon garçon à nommer ses sentiments (la frustration, la colère, la tristesse) et à les verbaliser en suivant l’exemple de ce petit tigre. Comme quoi, des fois, un dessin animé peut servir.

N3, ma petite tempête de bonheur, évolue à vitesse grand V mais elle reste ma miniature, évidemment. C’est le job du dernier de toute façon, elle restera mon bébé. MON BÉBÉ !!! Bébé qui n’a encore pas rencontré le pot, qui n’a pas encore compris qu’on pouvait se servir du papier toilette autrement qu’en s’enroulant dedans, mais Bébé qui a compris que l’école c’était là où allait ses ainés et que quand même, pour qu’ils y retournent volontairement c’est que ça devait être bien. L’inscription est donc faite pour septembre si le nombre d’enfants proposés à l’accession de la toute petite section (enfant né entre janvier et décembre 2014) le permet. Mais j’imagine bien que des mamans dont l’enfant soufflera sa seconde bougie en décembre ne mettra pas son bébé en septembre hein. Donc on dégaine les bougies pour que ça se fasse !

Côté Dragon, une proposition de taf, enfin, une opportunité, qui nous a fait réfléchir à la possibilité de déménager, encore. D’un commun accord ce n’est pas à l’ordre du jour pour les enfants et moi. On suivra donc les évènements avec attention.

Bon, c’était sympa mais je vais vous laisser là, j’ai poney sur glace des pare pipi à couper.

Bisous.

Pluie de paillettes !!!! (et de pare pipi)

Vous le savez, je suis accro à mes pare pipi.

Les pare pipi de FairydesFolies

Toute une nouvelle gamme arrive dans les jours et semaines à venir. Vous voulez un extrait ?

Pare-pipi : à chacun sa quantité

Lot de 2 pare pipi de FairyDesFolies : la découverte

L’avantage que présente ces lots de 2 c’est qu’ils vous permettent de tester les pare-pipi pour moins de 5.00 Euros  livraison en suivi incluse.

Ils ont aussi le côté fun de pouvoir marier toutes les combinaisons possibles. Si vous ne trouvez pas le lot idéal par 6, 8 ou 10, alors vous pouvez cumulez les lots de 2. Prévenez moi (sur la boutique *contactez le créateur* ou par mail fairydesfolies@gmail.com que je vous groupe les frais de livraison, vous en aurez pour moins cher que le panier vous le dira.

Lot de 4/5/8  pare pipi de FairyDesFolies : le petit cadeau de naissance

L’avantage de cette quantité c’est qu’elle permet de tester sur une journée ou deux les pare-pipi. Vous pouvez aussi avoir plusieurs lots, pour faire plusieurs cadeaux. C’est un joli cadeau de naissance, qui saura se faire aprécier par tous les parents !

Encore une fois vous trouverez des imprimés différents en fonction de vos recherches sur la boutique. N’hésitez pas à me contacter pour vos demandes spéciales.

Lot spécial de pare pipi de FairyDesFolies , quantité sur demande

Pour vous aider un peu, vous trouverez des lots de 20 pare pipi sur la boutique, ce sont les demandes types que j’ai régulièrement en sur mesure. La quantité « idéale » pour avoir ce qu’il faut sans faire des lessives tous les jours. Là encore, vous pouvez marier les quantités, les imprimés, il vous suffit de me contacter pour affiner les frais de livraison.

Pare-pipi : à chacun son imprimé

On disait le printemps mandarine et mint, finalement il a été plutôt bleu pétrole et jaune curry.

Côté motifs, les triangles, les chevrons, les cercles … l’année 2016 est géométrique ! C’est l’ultra tendance. Mais si vous préférez les étoiles, les fanions et les fleurs … et même de l’uni, vous trouverez aussi !

FairyDesFolies vous propose une large gamme de couleurs, d’imprimés et si vous ne trouvez pas votre bonheur, il suffit d’un petit message pour vous dénicher le tissus de vos rêves !

NB: Je vous invite à vous inscrire à la newsletter si ce n’est pas déjà fait. Un concours va être organisé tout bientôt et il y aura du pare-pipi à gagner…

L’histoire de la Fête des mères

Au moment de ma vie où je suis devenue celle qui recevait des cadeaux, j’ai fait naturellement évoluer les miens, jusqu’à aujourd’hui proposer des cadeaux moi même à ceux qui cherchent des idées, parfois désespérément.

Anecdotes

La fête des mères 2006 a été marqué par un évènement de taille. En effet, le 28 mai 2006 je vivais une chose incroyable, sans aucun signes extérieurs visibles. Le 28 mai 2006, nous avions fait une ballade à moto, et j’avais un point très douloureux dans le fond de mes entrailles, ça a duré 2 à 3 heures en continu. Le 28 mai 2006, j’ai découvert des petites pertes de sang. Le 28 mai 2006, ce qui allait devenir le fœtus le plus mignon se creusait une place dans mon utérus, je nidifiais.

Forcément l’année suivante, j’avais un formidable et merveilleux bébé à choyer. Et il me semble (mais bon ça date un peu quand même) que j’avais eu un petit cadeau (petit, parce que sinon je m’en souviendrais) et que j’étais heureuse, forcément, d’être une maman.

Le 3 juin 2007, j’ai donc fait un cadeau spécial à ma maman. Pour marquer de ma reconnaissance éternelle le poids inavouable de ce qu’est la maternité dans son concept le plus ineffable : la responsabilité pour la vie d’une autre vie que la sienne. Je lui ai offert un bijou. Un bijou qui m’a couté très cher à l’époque, et dont je soupçonne qu’il est bien rangé dans son écrin, connaissant ma maman.

Les années suivantes j’ai surement dû me contenter d’une carte et d’un bouquet de fleurs.

Le 26 mai 2013 a été une fête des mères incroyable. Forcément. je savais que j’étais enceinte, mais le test de la veille avait joué les troubles fêtes en faisant genre « je ne te dirais rien ». Alors je m’étais persuadée de faire la fête des mères avec mes enfants nés et de laisser le Clearblue pour le lendemain. Double fête des mères, puisque positif le lendemain, évidemment ! Et cette année là j’ai eu un sublimissime sac à main en cuir rouge (et bordel de cul de Papuche, tu peux me croire que ce sac, je l’aime d’amour)

Le 25 mai 2014 ma maman fêtait ses 30 ans de maternité. Hé oui. Quand même. 30 ans à se faire du souci pour ses enfants (surtout moi) à ne pas beaucoup dormir, à essuyer des larmes et à photographier des milliers de sourires. 30 ans d’amour sans faillir, sans faiblir, à être celle qui n’existait que pour ça, que pour mes sœurs et pour moi. 30 ans d’amour qui n’explosaient à la tronche. Il fallait marquer le coup à nouveau, j’ai encore choisi un bijou, qui a surement rejoint son prédécesseur d’ailleurs. Mais je lui ai aussi écrit une lettre, une lettre comme jamais je ne lui en ai écrit, une lettre d’amour, à ma maman. Pour lui dire combien j’étais fière qu’elle soit ma maman, combien j’étais fascinée à l’idée du chemin qu’elle avait parcouru seule sans chanceler et combien j’espérais un jour que ma fille m’écrive cette lettre pleine d’amour et de fierté, preuve que j’aurai réussit ma maternité.

Cette année j’ai déjà commencé mon cadeau, mais je ne vous dirai rien, des fois qu’elle suive le blog (coucou maman ! hein ? non j’ai pas dit bordel de cul ! je t’appelle ce soir, bisous) …

Des idées cadeaux

FairyDesFolies sort des coffrets exclusifs. A vous de choisir celui que vous préférez, je m’occupe du reste.

Panier cadeau fête des mères accessoires porte clé marque page et coussin liberty

fête des mères panier cadeaux en dentelle turquoise sac et étui de téléphone

Panier fête des mères 26 lingettes démaquillantes lavables hygiène féminine

Le panier est vendu séparément si vous le souhaitez

fête des mères kimono femme porte clé porte bonheur cadeau femme bonne fête maman grands

Pour la maman qui a tendance à se battre des heures avec son sac pour qu’il accepte de lui rendre ses clés, il y a bien sur le porte clé. Classique mais avec du gout et de l’originalité.

Porte bonheur étoiles blanche à étoiles noires – cadeau femme fête des mères fête des grands mères

Porte clé papillon noir à coeurs blanc – fête des mères anniversaire achat maison

Pour la maman qui préfère garder ses jolies chevilles au chaud, il y a cette merveilleuse paire de guêtres.

Guêtres cuir noir anniversaire femme cadeau fête des mères, intérieur gabardine, sexy

Et si maman est fan de rugby, un tote bag, franchement, c’est le must !

Tote bag rugby rose #soutiensleXV #allbleus tournoi 6 nations xv de france cadeau supporter

Je vous invite à fouiller ma boutique à la recherche de votre cadeau, celui qui fera mouche ! Et à tout les coups ça marche !

Et prenez de l’avance pour la fête des pères avec ces porte clé exclusif

Cadeau fête des pères Porte clé original unique fairydesfolies bonne fête papa turquoise

Vous pouvez aller voir la Shopping list des Fées. Si vous manquez encore d’idées, elles non !

C’est l’histoire d’un canapé, qui voulait être habillé.

Il était une fois un Homard et des Poites.

Et puis, j’ai pas trop compris ce qui s’est passé, ils ont refait leur maison.

J’ai eu l’honneur, la chance, la grande classe, d’être contactée par Adelles pour faire les housses de ses ENORMES coussins, et ainsi participer modestement à l’habillage de leur MAGNIFIQUE canapé blanc (si, apparemment il y a des gens avec des enfants qui arrivent à garder un canapé blanc).

Je vous invite à découvrir son AVANT/APRÈS directement sur son blog, vous pourrez trouver les références de toute sa déco (que j’adore)

Pour Mieux Attendre – le blog

C’est une commande que j’ai pris plaisir à réaliser, et j’ai aussi pris conscience que les coussins XXL c’était le pied total.

Les coussins unis, par @FairyDesFolies

Vous aussi vous avez envie de vous vautrer sur ce canapé ? Mais vous ne pouvez pas ! Ce canapé il appelle les jupes fendues, le tailleur Chanel, les tasse de café en porcelaine et les coupes de champagne. Il n’appelle pas à la vautre. Non. Ce serait un crime.

Il a l’air très confortable, et j’adore la déco et les couleurs choisies sont vraiment sympa. C’est très joli et très fun. C’est élégant et il y a un je-ne-sais-quoi de très scandinave (le mur bleu glacier peut être ?) Les accessoires sont tendances et c’est une belle invitation à changer son environnement.

Quand on voit l’avant/après (dans le lien du blog au début de mon article ici présent) on est d’abord stupéfait. De l’avant. J’ai cru revenir dans le passé, genre début des années 80 (hohé, je ne suis pas vieille, j’ai de l’expérience) chez mes grands parents. Il y a vraiment des gens qui ont vécu là ?

Bref, la famille Homard&Poites a accompli un énorme travail de rénovation. Je leur tire mon chapeau parce qu’ici, changer une ampoule prend déjà 14 mois …

Des housses, en veux-tu ? en voilà !

Allez, je vous laisse retourner baver sur sa maison (fouiller le blog, il est vraiment bien tenu, bien aéré et très agréable à lire), un coucou à la tribu des Poites, ainsi que le Homard, merci encore à Adelles pour sa confiance.

Bravo pour cette superbe déco !

Et pour ce canapé BLANC (non mais sérieux, vous l’aviez avant d’avoir les enfants hein ? On vous l’a offert ? Il y avait -75% dessus ? Il est noir et en fait tu le photoshop ?)