Posters géants, papier peint et décoration grand format !

Je voulais absolument me faire plaisir sur la décoration des chambres des enfants. J’ai donc décidé de convaincre mon homme d’acheter des posters géants à coller au mur !

Ils sont arrivés pendant le déménagement, et ils ont été posés la semaine de la rentrée des enfants. On (= moi qui n’est rien foutu mais qui était là pour les critiques EVIDEMMENT, le copain du mari et le mari) a essuyé quelques relatives difficultés. Pour la pose, je n’étais pas là, donc j’ai su que toutes les consignes n’avaient pas été respectée mais BREF.

Le mur de ma fille aînée.

Poster commandé via AMAZON : lien

Si vous avez de bons yeux vous verrez que le papier se décolle (72h après la pose) en ses extrémités. J’espère arriver à reprendre ça avec un petit pinceau. Pas de bulles, pas de plis, pas de cloques, pas de papier déchiré, c’est propre et c’est joli. Le poster est composé de 4 pans à assembler il a couté 52.70€

Le mur de mon fils

Poster commandé sur AMAZON : lien

Pose à priori sans encombre, pas de bulles, pas de cloques, pas de plis. Posters en 2 panneaux posés au millimètre près, jointure parfaite le jour J et le lendemain. Jointure qui a maintenant un écart de 2 millimètres (72h après la pose) en espérant que ça ne s’aggrave pas.  Modèle XL pour 46.50€

Le mur de Mon Bébé Fille (va falloir lui trouver un autre surnom)

Poster acheté  sur AMAZON : lien

Alors là, on ne s’explique pas comment à un moment on a posé un panneau d’une façon, et l’autre panneau d’une autre façon. On arrive donc avec le panneau du haut PARFAITEMENT posé, et celui du bas couvert de bulles, de cloques, de plis. Je rêve secrètement que le papier se tende dans la nuit, ça ne sera pas le cas, la colle est sèche, les techniques du cutter ou de l’aiguille ne fonctionne pas, je suis une femme AMER et ÉNERVÉE qui s’en prend à tout le monde (= à ceux qui ont posé le poster) alors qu’elle même n’a RIEN fait (à part acheté le poster). Ambiance tendue, évidemment !

Je prends contact avec le vendeur qui me conseille de commander un panneau inférieur pour remplacer celui qui est « bon à jeter » mais il me prévient que le bain de peinture peut varier d’une impression à l’autre. Je ne veux pas prendre de risque, je repasse commande 3 jours après la pose désastreuse d’un nouveau poster (toujours Reine des Neiges). Toujours bien suivre les consignes qui sont indiquées, et surtout, de la même façon que si vous avez deux meubles identiques à monter vous n’allez pas essayer d’en peindre un de la main droite et un de la main gauche, bah le poster c’est pareil, y a deux morceaux mais il faut utiliser la même technique pour avoir le même résultat.

Je n’aurai pas voix au chapitre sur le second acte. Le mari, bienveillant, adorable s’est plié en 4 pour décoller et reposer un poster complet.

Le résultat est génial, merveilleux et époustouflant ! 

Je suis vraiment contente du résultat. J’ai finis cet article 1 mois après la pose. Rien à dire, je suis ravie, mais, quand même, on ne m’y reprendra pas ! Donc les enfants grandiront avec cette déco, et tant pis si à 15 ans, Mon Bébé Fille préfère Star Wars, on la changera de chambre EPISSAYTOU !

Publicités

La balise GPS Kid Connect [mais qu’est ce que c’est ?!]

Elle aurait dû arriver pour la rentrée de septembre, pile pour le collège ! Mais finalement c’est le premier jour du mois suivant que ce petit gadget a fait irruption dans nos vies.

Partagée entre l’inquiétude de savoir ma fille bien partie de la maison et la bienveillance qui m’impose à ne pas la stresser, j’ai convenu avec elle d’utiliser une balise GPS qui me préviendra chaque matin du moment où elle arrivera au collège. Le week end, elle n’en n’a pas l’utilité, j’ai pleinement confiance dans ses trajets. 

Intéressons-nous à ce petit boitier de la gamme WEENECT. D’abord le look !

Il est bleu. Avec un gros bouton rouge. Celui qu’il ne faut toucher qu’en cas d’urgence. Il est très léger, tout doux, et se range dans une housse de même couleur. Il est fourni avec un chargeur.

Petit, discret, il n’en faut pas plus pour que déjà ma fille le trouve « mignon ».

C’est le numéro IMEI au dos du boitier qui va vous permettre de créer votre compte, de choisir votre abonnement et votre espace sur le site internet. Vous pourrez ainsi choisir les notifications que vous voulez recevoir et paramétrer le boitier. C’est aussi dans cet espace que vous pourrez prendre les commandes de votre abonnement, définir l’usage des boutons (1, 2 et 3 sur le coté) et les numéros/mail qui vont recevoir les notifications (disponibles sur appli, mail, sms).

Le paramétrage est un peu longuet, parce qu’il n’y a pas de guidage ni de pas à pas, mais le site est intuitif et l’appli également.

Pour allumer le boitier on appuie sur on/off jusqu’à la vibration, idem pour l’éteindre. Un appui long sur le SOS permet de passer en mode appel. C’est le téléphone receveur qui a la possibilité de raccrocher. Si votre enfant tombe sur le répondeur, il peut laisser un message et attendre que votre boite vocale raccroche. Le GPS ne reçoit pas les appels

Nous avons défini 2 zones. Nous recevrons donc les notifications quand elle sort ou entre dans ces zones. A savoir la zone maison, et la zone collège. On devrait donc savoir qu’elle est bien partie de la maison, bien arrivée au collège, puis bien partie du collège, bien arrivée à la maison.

A priori on est pas mal, même si je pense que les heures sont pas précises (elle est partie juste avant moi ce jour là, avant 8h15)

Nous avons défini l’usage de 2 boutons (et laissé celui on/off vierge pour ne pas recevoir de notif à chaque fois qu’elle veut allumer ou éteindre la balise). Nous avons paramétré un bouton pour dire « j’ai oublié mes clés, je suis coincée dehors » (important car le mercredi sans ses clés il faut réveiller son papa qui est à l’intérieur et qui dort TRÈS profondément) L’autre bouton envoie le signal « je suis malade » ce qui ne signifie pas « viens me chercher » mais plutôt « prends rendez vous chez le médecin ou prépare le doliprane ». Le collège dispose d’une infirmerie et les parents sont prévenus en cas de soucis.

Le chargement du boitier se fait par un câble USB. Le boitier doit être allumé pour envoyer les données. En premier lieu nous demandons à notre fille de le garder allumer, puis nous lui demanderons de l’éteindre à son arrivée au collège, pour le rallumer en partant.

Le gros point positif c’est le plan satellite ! Franchement c’est top. Le live fonctionne bien pour peu que le boitier soit à l’extérieur du sac, sinon c’est en décalé, voire en pointillé.

 

Après presque 15 jours d’utilisation nous sommes très satisfaits. Je suis pleinement rassurée et je trouve que la balise fait le job.

Nous avons testé le mode SOS (avec appel), je vous donnerai le lien de la video via instagram.

 

 

Alsace et Bretagne

Depuis plusieurs années, on envisageait sérieusement d’avoir, un jour, des chats. Pas un. DES. On y pensait, on en parlait, les enfants savaient. On a reculé l’échéance le temps d’acquérir une aisance financière et avoir notre spacieuse maison. Et puis on voulait que les enfants grandissent. 

On s’était dit 2019, 2020 même. On avait choisi les noms, on savait les couleurs qu’on voulait. On se laissait la surprise côté sexe, n’ayant pas d’à priori sur les différences comportementales qui pouvait y avoir. 

Je me souviens bien, c’était un mardi midi. Une collègue m’annonçait qu’un chaton risquait de mal finir. Il était exactement comme nous avions imaginé Alsace. Roux et blanc. Un texto au Dragon. Vite. Et j’ai passé 3h en apnée. Et tout d’un coup, le Dragon a dit Ok. OK !!!! 

J’ai presque crié au boulot, j’ai textoté la collègue, j’ai montré la bouille de mon chaton à toute l’assemblée et j’ai hurlé sur les RS que j’avais trouvé Alsace. Une dingue. 

Le soir en rentrant, nous avons convenu qu’il fallait trouver un congénaire de la même espère à Alsace. Alsace est un mâle. On s’est dit qu’une copine serait plus sage (puisqu’ils seront stérilisés, on ne craint rien)

Si c’était le moment idéal pour nous pour adopter, je peux vous dire que trouver une femelle noir et blanc à peine sevrée n’a pas été si facile. Les petites annonces n’ont rien donné. On s’est résolu à faire une demande d’adoption dans un refuge de la région. Pas de réponse aux questionnaires et l’argumentaire qui allait avec. Tant pis.

Le jeudi midi, j’expliquais à mes collègues combien je galérais dans ma quête. Et puis une collègue à dégainer son application LBC. Et en trois clics, elle dénichait une portée. Il restait à croiser les doigts pour qu’il y ait bien une femelle dans le panier de ronronnements. 

C’est le Dragon qui s’est rendu le vendredi pour voir la portée. Je n’ai vu qu’une photo d’une petite boule de poil avec en dessous « Voilà Bretagne ». Et j’ai crié. J’ai couiné. J’ai montré à l’assemblée notre futur chaton. J’ai encore annoncé sur les RS que j’avais la Bretagne. Une dingue, encore. 

Mon homme a demandé si on pouvait revenir la chercher mercredi (histoire de s’organiser, et d’avoir le matériel) et j’en ai profité pour avancer la date pour Alsace, au lieu de mi-octobre, nous l’auront le même jour que Bretagne. La collègue viendra boire un coup pour l’occasion !

Il nous reste donc à passer des commandes de matériel félin sur le net, à espérer tout recevoir en temps et en heure et à tenir notre langue auprès de nos enfants. Ce sera la grande surprise. 

Le salon made in #Cdiscount

S’il y a bien une chose que je ne voulais pas emmener dans la maison, c’est notre canapé, qui date de 2011 et qui, franchement, donnait des signes de faiblesses, voire d’agonie, depuis plusieurs mois maintenant.

Alors, j’ai cherché un vrai salon, j’ai toujours rêvé d’avoir des assises séparées. Les grandes banquettes de 12 places en angle ne m’ont jamais fait craquer. Je voulais quelque chose « à l’ancienne » avec peut être un fauteuil, et deux canapés. Pour ne pas être obligé de tous s’asseoir côte-à-côté quand on reçoit du monde.

J’ai arpenté les sites pendant des jours et on a été en magasin, mais rien ne nous a tapé dans l’œil, et ajouté au prix de la livraison, vraiment c’était à désespérer. Je me suis surprise à avoir le gros coup de cœur sur un modèle CDISCOUNT.

Moins de 800 € pour un canapé 3 places, un canapé 2 places et un fauteuil, le tout en version relax possible, lavable, dans la couleur que je voulais, livraison à domicile dans la pièce de mon choix incluse (et en plus j’ai trouvé un coupon pour une réduction supplémentaire – j’ai payé 719€ )

Montage rapide, le Dragon, seul, sans outil, moins de 15 min pour l’ensemble. Il suffit de glisser les dossiers dans les rails des socles prévus. Le plus long étant de sortir les socles et assises des cartons.

La fonction relax est très sympa, peut être pas durable sur 20 ans mais bien pratique si un enfant finit en béquille par exemple. On ne compte pas en faire une utilisation quotidienne.

Le nettoyage est rapide, un coup de torchon humide et il reprend une couleur noir parfaitement propre.

Le fils boude car il voulait le fauteuil. LOL

Zoo [merci #netflix – ou pas d’ailleurs]

2J’avais vu l’annonce du passage de la série sur TF1, ça avait attisé ma curiosité. J’ai sagement attendu plusieurs mois (années ?) que la diffusion sur NETFLIX m’évite de patienter des semaines entre les épisodes. J’ai avalé les 3 saisons en 3 semaines. (NB, la 3ème saison en streaming)

La première saison m’a bien emballé. J’avais plein de questions, j’avais du mal à dormir, ça me stressait de ne pas savoir la suite. J’ai accroché au personnage de Mitch et j’avais beaucoup d’empathie pour Jackson. Chaque intrigue d’animaux me fascinait, j’étais à fond, je réfléchissais tout le temps sur pourquoi, comment ! La dernière minute de l’épisode final de la saison 1 m’a fait halluciner, je ne m’y attendais pas du tout.

La seconde saison, je l’ai vu pour comprendre, pour savoir, pour apprendre. Je suis restée un peu interloquée de certains épisodes « bizarres » mais j’avais toujours beaucoup de sympathie pour Mitch, et un peu plus pour Jamie. Par contre Jackson m’a soûlé… On a bien flippé qu’il devienne un méchant tueur (comme sa mère) et certaines scènes étaient quand même bien chelou (le lézard réfrigérant, le paresseux qui fait trembler le monde) L’annonce de la grossesse de Dariella m’a secoué, et ça m’a mis la puce à l’oreille, à ce moment là j’ai compris ce qui se passait, j’ai compris ce qui allait se passer sur l’île de la Pangée. J’ai été émue de l’épisode final.

J’ai découvert à ce moment là que la saison 3 était la dernière. Je m’attendais donc à avoir des réponses. Alors je l’ai regardé.

Et je n’ai RIEN compris. Il se serait passé 10 ans mais personne n’a vieilli, Mitch est en vie, Abraham est gynéco, y a une cinglée qui commande les hybrides, c’est la soeur de Jackson, c’est officiellement une hybride (mais qui, quoi ?) Jackson commande les animaux normaux, Clémentine est enceinte, le père du bébé c’est le fils de Jackson, tout le monde se fait tuer mais Clémentine sauve tout le monde. Et dans le dernier épisode, le bébé est enlevé, et Jackson créait un passage pour que les hybrides envahissent le monde. Bonne ambiance.

Donc bon, je me me souviens plus comment ça a dérapé. Je ne sais plus comment on est passé de la mutation génétique, de la coalition animale à la création d’animaux complètement « fou » comme le serpent invisible, le loup à piquant (qui fait un peu un rappel du film le Pacte des loups) le rhinocéros à poils avec carapace et autre singe avec défenses) et aux aquariums régénérants. C’était too much. Et du coup, j’ai été moins nerveuse, moins gênée. j’ai même beaucoup rit (franchement Logan en super flic, non mais vraiment ?)

Cette dernière saison n’a pas de temps mort, j’ai pas pu m’arrêter, je l’ai bouclé en 3 jours, j’avais besoin de savoir. Sauf que je pensais pas qu’elle finissait comme ça. Comme une merde quoi. Y a pas de fin, c’est une sorte de cliffhanger, en attendant la saison 4. Sauf qu’elle n’existe pas la saison 4 et que du coup, on ne sait pas ce qui se passe ensuite ! Je suis restée là, frustrée, je pensais qu’il y aurait une fin bâclée (la cinglée qui meurt, les hybrides qui meurent, l’espoir d’un nouveau monde) mais une fin. Et en fait non. Donc bon, voilà, moi j’aime pas, j’aime pas que ça s’arrête là. Je préfère une fin nette. J’aurai au moins voulu qu’on nous dise par phrases sur l’écran à la fin « 10 ans plus tard, le monde lutte encore contre les hybrides, mais l’humanité est de nouveau fertile »

Sérieux, y a que moi qui est l’impression que les personnages sont toujours coincés là bas, dans l’attente d’une aide quelqu’onque ?

Lâche ton Lexomil Gwen !

Salut Gwen, je te connais bien mais toi, tu ne me connais pas encore.

Je suis toi, toi dans 14 ans.

Je sais ta souffrance, je sais ta douleur, je sais ta peine et tes angoisses.

J’ai envie de te faire un câlin, viens, viens dans mes bras.

Là, tu as envie de crever, tu as envie qu’on te laisse là, avec ta plaquette de lexomil et de diazepam, tu as envie qu’on te laisse vider la bouteille de vodka pour ne plus rien sentir.

Là tu voudrais bien qu’il n’y ai personne pour te retenir quand tu décides de faire une connerie (au hasard, draguer le premier venu et se laisser embarquer dans des plans foireux sexe, drogue et vodka pomme)

Là, tu préférai être morte. Je sais.

Tu me regardes, tu t’inquiètes, si la Gwen de 34 ans est là, c’est qu’elle est en vie, donc tu as foiré tes dernières tentatives on dirait…

Oui.

Ta vie a pris un tournant incroyable. Même toi t’y penserai pas dans tes bribes de romans. Je vais te dire, ta vie du future est géniale, et tu vois, faudrait pas que tu passes à coté de ça.

Dans quelques semaines tu auras l’occasion de faire un truc bien, tu vas même t’y engager, mais tu vas foirer. Un mal pour un bien qui aura des conséquences folles.

Je vais pas te mentir, tu vas être malmenée par plusieurs proches. On va t’en mettre plein la gueule, dans l’espoir de te faire réagir. Cela va faire très mal. Mais ces mêmes amis seront là quand tu vas relever la tête. Et tu ne seras pas seule.

Dans un excès de confiance en toi, tu vas flirter un peu plus sur l’internet mondial. Alors, oui, sache que dans le futur les illimités seront légions, et non, y aura plus de modem. Et ça coûtera pas 3 reins non plus. Dingue!

Bref. Tu vas faire un truc fou, comme une sorte de rite initiatique pour te prouver un truc à toi même, genre partir rencontrer quelqu’un qui t’auras plus ou moins dragué pendant 9 mois sur internet. Plus ou moins. Et plutôt moins en fait. Mais tu es comme ça, et rassure toi (ou pas) tu n’as pas changé. Tu fonces, tu te jettes, tu donnes tout. Et donc, voilà, tu vas prendre le contrôle de ta vie en allant franchement et avec des valises à 800 bornes. Bon, tu aurais pu attendre la fin des examens mais franchement vu ce que tu as fait de ta vie après, ce putain de DEUG de lettres n’était pas indispensable.

Gwen, je vais te dire, tu vas tomber amoureuse. Oui, encore. Mais pas pareil. Ce mec là, il va te bouffer chaque centimètre de ta peau, il va te rendre incroyablement folle (de rage parfois) et il va compter comme les autres n’ont jamais compté. Tu vas être folle amoureuse, immédiatement, parce que ton cœur s’embrase toujours d’un coup. Le sien, ça va aller plus lentement, je ne te cache pas que ça sera pas toujours facile de composer mais vous y arriverez.

Gwen, tu veux des enfants. Gwen, ça te démange depuis l’age de 12 ans. Gwen, tu en auras 3. Oui, fille, garçon, fille. Je sais, c’est ce que tu veux, ça tombe bien. Non y en aura pas 4. Ni 5. Non, mais je t’assure que quand tu auras les 3 tu seras tellement comblée et remplie que tu oublieras que tu avais fait une liste de 4 prénoms garçons et de 4 prénoms filles. Gwen, y a un des prénoms de la liste que tu prononcera tellement de fois par jour que tu te demandera bientôt ce qui t’a pris de ne pas t’arrêter à 2. Avant de te rappeler que la vie sans elle c’était trop bancal et trop vide. Et tu sourira. Oui, le fameux sourire « entendu » celui où tu sais. Tu as compris.

Gwen, bon, faut que je te dises. Tu vas bouger. Oui je sais tu adores ça. Mais un jour, tu ne bougeras plus. A un moment, tu signeras un engagement fort pour devenir propriétaire. Ne rit pas, c’est vrai. Je ne sais pas encore comment c’est arrivé, je crois que je devais en avoir envie, au fond (très au fond) mais aussi que j’ai senti quelque chose comme « le bon moment » et j’étais bien accompagnée.

Gwen, tu vas te marier. Non, je te jure, je suis sérieuse. Mais arrête, ne rigole pas. Putain, tu vas te marier. Bon, le mariage sera à ton image. Non, le mari ne voudra pas du jean basket. Mais on s’en fou, je t’assure qu’un jour, on s’en fou. Et vraiment, tu verras que y a des trucs qui comptent plus que tout ça.

Gwen, te prend pas le chou sur ton poids. Oui, 110, je sais. Alors, tu sais tu vas descendre à 70. Deux fois. et puis bon, tu remonteras. 2 fois. et puis tu redescendra à 80. Et tu remonteras, encore. Vraiment, je veux pas te faire peur mais jette tes sachets de slimfast, je te jure, y a un jour où ta seule motivation pour maigrir ne sera pas de rentrer dans une jupe en 40 mais de vivre assez longtemps pour voir grandir tes enfants.

Gwen, ta mère t’aime. Elle te le montrera. Elle te le dira. Et tu sais quoi, tu pardonneras tout. Parce que tu l’aime aussi. Et tu lui dira.

Gwen, tu va monter ta boite. De couture. Non, mais je suis très sérieuse. Tu apprendras. Ton mari d’ailleurs t’apprendra. Non, je ne plaisante pas. Mais oui ça marchera, tu crois que je pars en vacances comment ?

Gwen, je dois te laisser, ma vie m’attend. Je ne veux en rater aucune miette, je ne veux pas perdre un instant, je veux tellement la respirer cette vie imparfaite que j’aime tant. Je veux nicher mon nez dans le cou de mon homme, je veux embrasser le front de mes enfants, je veux prendre ma voiture et me garer au boulot. Oui, j’ai passé et obtenu mon permis. Non, je n’ai payé personne. Mais enfin ?!

Gwen, jette ton lexomil ! Dans 5 min tu vas vomir ta race comme pas possible. Tu vas t’en foutre partout et c’est tes amis qui vont te foutre sous la douche. Gwen, dans une semaine on va te demander de garder des chats et des poissons dans un appart’. Gwen, tu vas peut être tuer des poissons. Gwen, tu vas chialer et tu vas avoir envie de crever pour finir toi même bouffée par les chats. Mais Gwen, je te jure que c’est la dernière fois.

Après, Gwen, après, tout ira presque bien. Et tu n’aura plus jamais envie d’en finir. Jamais.

J’y vais Gwen, je dois étendre le linge. Et tu sais, j’ai une machine à laver qui coûte le prix de ton loyer actuel. Mais elle fait de la musique. Oui, sans dec’. C’est LG, ils font pas que du téléphone tu vois. Et oui, je suis sérieuse.

Allez Gwen, tu dégueules et on se revoit bientôt hein. Lâche pas. Je te jure que tu seras heureuse, putain si tu savais comme tu vas être heureuse. Tu vas être aimée Gwen, et tu vas t’aimer. Je te jure que tu seras fière de toi, de ton parcours.

Et, Gwen… tu vas le faire ton piercing. T’inquiète. Tu as la vie devant toi !

I feel pretty : la (presque) pépite #netflix !

C’était mon dernier RTT avant le déménagement, le dernier jour pour mes commandes, le dernier jour pour les cartons…

La bande annonce m’avait fait de l’œil et le thème me semblait vraiment pas mal (la grosse rejetée qui ne s’aime pas qui prend confiance en elle le jour où elle se croit belle)

source google image

L’actrice avait une tête bien sympa et j’aimais bien la bande son.

Bon. Techniquement ça vaut quoi ?

C’est presque drôle, le décalage entre Renée et le monde qui l’entoure. L’entretien d’embauche est absolument déglingo tellement le fossé entre les paroles, le ressenti et l’image est énorme !

J’ai aimé l’aplomb et la confiance dégagée par Renée mais j’ai trouvé qu’il y avait un malaise. Est ce que c’est parce que la confiance ne fait pas tout et qu’elle semble presque rendue ridicule par les réactions disproportionnées de son environnement ? Est ce que c’est par ce que le personnage de Avery semble sorti de l’imagination du scénariste de Saw ? Est ce que c’est parce que quelque chose sonne faux ?

Je suis quelqu’un de très cynique, qui fait parfois plusieurs heures de conversation en disant le contraire de ce que je pense. Et ce film m’a donné l’impression d’être coincé dans un monde parallèle bizarre. On est vraiment sur un fil étroit entre le drôle et le ridicule, comme quand Renée fait le show à l’élection du bikini.

On entend le double discours, on entend la douleur, la souffrance, on entend le mal-être de la fille banale et différente derrière Renée, ça résonne sans être plombant.

C’est un film léger qui se laisse regarder, ce n’est pas transcendant. Je m’attendais à une petite pépite dynamique et drôle dans la lignée de Bridget Jones ou de l’amour extra large, un truc soit sérieux, soit décallé, mais qui assume franchement la frontière entre le beau idéalisé et la normalité banale voire la laideur.

Renée n’est pas moche. Elle a un petit bidon, mais pas de bourrelet. Elle a un visage rond (tendance ovale) mais pas gros. Elle n’est pas grosse, elle est potentiellement ronde (un 40 ? peut être 42 ?). Elle porte des mini jupes extra courtes. Elle se tient debout nue et rien ne tombe ni ne tremble. Le film aurait été fondamentalement différent si ça avait été sa copine obèse par exemple.

source google image

Renée a confiance en elle, et heureusement, car elle n’a pas de quoi être complexée. C’est une fille normale, banale, qui a des défauts physiques qui n’ont rien de rédhibitoires et qui peuvent même paraître sympathiques. Son coup à la tête la rend fière de son corps. Le malaise se fait dans l’excès de confiance.

Bien sur qu’on peut porter une mini jupe quand on est gaulé comme Rénée, bien sur qu’on peut faire un concours de tee shirt mouillé et draguer ouvertement. Mais balancer qu’on a « un potentiel mannequin » ou « une ligne de rêve » avec un beaucoup de foi, c’est décalé. C’est décalé parce qu’on n’y croit pas. C’est ridicule parce que les gens en face n’y croient pas. Au mieux elle passe pour une folle, ou une humoriste, au pire elle passe pour une folle ou une humoriste.

source google image

La confiance qu’elle arbore lui permet d’exister, de se faire une place dans le monde professionnel de la beauté, dans les soirées privées, dans le lit des mecs.

Par contre la phrase « je suis mouillée, j’ai la diarrhée » en pleine drague, franchement comme échappatoire y a bien mieux, même pour quelqu’un qui a un excès de confiance.

Bon, la Rénée sûr d’elle gâche un peu la fête en se montrant un peu hautaine, prétentieuse et fait de l’ombre à ses amies. Elle est moins attachante, elle est beaucoup plus drôle et elle irradie de quelque chose de magique mais elle me plait moins.

Evidemment, elle se recogne la tête, elle redevient elle même, la fille banale qui a conscience de sa banalité. Celle qui a des complexes, qui se trouve grosse, qui se trouve moche, qui ne veut pas sortir de chez elle, qui ne veut pas qu’on la regarde.

Cette Renée là, avec ses failles est attachante, et émouvante. Quand elle vient supplier ses amies pour un escape game, elle me fait de la peine. Quand elle pense que son mec ne la reconnaîtra pas au bar, c’est complètement hors du temps, cette scène où elle ne pense pas qu’il parle d’elle, c’est magique. Et ça fait tellement mal au cœur quand elle est au téléphone. Quand elle ne se rend pas compte de qui est elle, de comment elle est, de ce que les autres voient d’elle.

Le cours de vélo donne PRESQUE envie de s’y mettre.

source google image

Le dialogue dans les vestiaires entre la bonasse qui s’est fait plaquer et Renée est complètement hors du temps. Renée prend conscience du décalage entre le ressenti et la réalité, entre la tête et le corps, entre la confiance et les complexes.

Le film pourrait presque s’arrêter là. Mais non…

On remet un peu de ridicule avec Rénée qui se prend une porte en voulant la défoncer, Rénée qui se rend compte en plein discours qu’elle est est la même, avant, après le coup sur la tête.

Son discours est beau, poignant, émouvant et on y croit. Et sa requonquête d’Ethan est très mignone.

« je te vois depuis toujours »

Je crois que c’est une phrase vraiment magique et elle résume vraiment bien l’idée de cette confiance, qu’on gagne ou qu’on retrouve grâce aux personnes qui nous aiment.

source google image

Par contre, Ethan aurait il craquer, draguer Renée si elle n’avait pas eu cette confiance ? Le frère d’Avery aurait il tenter sa chance avec la Renée fade du début ou du supermarché ?

Non, non et non.

C’est ça qui peut être me rend mal à l’aise au générique de fin. Que cette sempiternelle morale « soyez vous même » et « aimez vous comme vous êtes » ne rime pas à grand chose puisque malheureusement il faut compenser quelque part et essayer d’attirer l’humain par un autre moyen que le physique. Soyez drôle, soyez gentil, soyez sympa, soyez généreux. C’est une injonction désespérante à l’acceptation de l’autre différent.

Je suis d’accord, quelqu’un qui chouine, qui se sent mal, qui le vit mal, qui se plaint, qui est triste en continu ne donne ABSOLUMENT pas envie de s’y intéresser !!! Mais il ne faut pour autant pas surjouer, ni tricher. Il ne faut pas faire semblant de s’accepter avec ses défauts (ça ne sert à rien à part craquer un jour et tout lâcher). Il faut les accepter vraiment.

Les gens autour de vous sont le meilleur miroir que vous pourrez trouver. Les mains que l’on vous tend, les baisers qu’on vous donne, les textos qu’on vous envoie sont les plus belles déclarations d’amour et d’amitié. Il n’y a aucune raison que votre regard soit moins bienveillant que leurs regards.

Aimez vous comme on vous aime.

(bordel, ça serait top sur un tee shirt ça !)