Films catastrophes, le top 13 !

Quand l’idée de cet article m’est venu je venais d’enchaîner ces 3 films : Twister , Armageddon  et Le jour d’après. Je me suis demandée ce que j’allais bien pouvoir regarder maintenant, je manquais d’idée…

Armageddon tient une place particulière dans mon cœur, ça reste mon film préféré de tout les temps, toutes catégories confondues, il est absolument parfait, les acteurs sont parfais, la musique est parfaite, l’histoire est parfaite, les scènes sont parfaites, la fin est parfaite. Ce film est le film parfait. Bref.

Je ne suis pas là pour parler de ce film en particulier mais des films catastrophes.

J’ai demandé à Twitter son avis sur le podium des films catastrophes, et il en ait ressorti que Twister avait une place très importante, tout comme le jour d’après !!! J’avais vu ceux qu’il fallait voir !

C’est fou comme ils sont contents, et bien coiffés, ça change des films catastrophes où le brushing part en couilles et les gens pleurent. #HOWAIT

De la neige et de la pluie, du froid et des enfants isolés du monde… Toujours un scientifique que personne n’écoute, évidemment !

Arrivent ensuite des films comme Deep Impact, 2012, le pic de Dantes, Godzilla (de toutes les versions mon coeur va à Jean Réno mais il parait que les autres sont bien aussi)

Perso, je n’ai pas adhéré car pour moi sur les films fin du monde version astéroïde c’est Armageddon qui a le titre exclusif du best film ever. Mais il parait qu’il n’est pas dégueu à voir !

Je l’ai vu plusieurs fois mais il ne m’a tellement pas marqué que j’ai encore oublié ce qu’il s’y passe

Hors catégorie, simplement par le fait que ma mère adore ce film, donc ça veut dire que les effets spéciaux hein … enfin bref !

Jean Réno ! For ever best actor !

Il faut aussi compter sur les films extra-terrestres. Y en a deux qui semblent avoir marqué la foule twittosienne : Signs et la guerre des Mondes.

Toi aussi fait ton chapeau en alu et viens d’asseoir

Me concernant je n’ai pas retrouvé le sommeil avant longtemps à cause d’eux.

Tom a beau être Tom, je ne regarderai plus jamais ce film tellement j’ai chialé ma race 😉

J’ai aussi du retour sur les films catastrophes MAIS grotesques et ridicules. C’est là que ni vu ni connu je place Sharknado, evidemment. mais aussi, Fusion, Y a t il un pilote dans l’avion, La faille de St Andreas …

Avec @Aevole on a fait les LT de folie sur ces films ! Et on a trop trop hâte de voir le 5 !!!!!

Film doudou de @youminou, je ne l’ai pas (encore) vu !

Rien que l’acteur est une catastrophe en lui même !

Pas vu non plus mais qui fait parlé de lui sur twitter sur son côté grotesque !

Publicités

Viens, je t’emmène au Stade Michelin voir l’#ASM

Mon homme avait dejà eu l’occasion d’aller soutenir les jaunards de la Team #YellowArmy en plusieurs occasions avec nos enfants. Me concernant, c’était la première fois.

On a eu un vrai coup de chance puisque nous avons décidé d’aller voir le match du 31 décembre au dernier moment. Nous avons pris les places le 22 decembre. Il ne restait plus grand chose, mais franchement 5 places dans un stade qui finira complet, je suis dejà bien contente d’y être allée !

J’ai acheté les places sur la billeterie de l’ASM. Je ne vais pas mentir 197.50€ pour 5. Aussi cher que l’hébergement pour deux nuits dans un super hôtel dont je vous ai dejà parlé. On aurait pu ne prendre « que » 4 places (mon bébé fille a passé 65 min sur nos genoux). Mais la sécurité d’une place en plus si besoin (pour qu’elle se mette debout et hurle « Montferrand Montferrand » par exemple) m’a fait ouvrir le porte feuille.

Je regrette de ne pas avoir trouvé de tarif réduit, alors je sais bien que les enfants prennent la même place que les adultes, mais 39.50€ ça reste un tarif élevé pour un rugby qui se veut « familial » et nous n’iront pas au Stade aussi souvent qu’on le voudrait pour cette raison.

Côté pratique, nous avons pris le Tram à 13h30, à 14h nous étions au Stade.

Il y avait la musique, les supporters, il y avait le car de Castres.

Je regrette que la boutique n’ai pas été ouverte, on aurait pu y aller dès notre arrivée. Finallement à 14h30 on a passé les portes et mon homme s’est rendu en boutique côté stade pour un drapeau. Supporter on vous dit !

J’en ai profité pour descendre au pesage avec mon bébé fille qui voulait piquer un ballon et aller jouer sur la pelouse. OUPS. On avait oublié de la briefer, on vient regarder pas jouer. Aie !

On était aux gradins vers 15h, le stade à commencé à sa remplir assez vite. On en a profité pour aller aux toilettes (très vite accessible depuis nos places) et boire un coup avant le coup de sifflet.

La première mi-temps était intense et on a vraiment eu le cœur qui vrillait. La seconde mi-temps était floue, décevante et agaçante.

J’ai aimé l’intensité du match, mais j’ai été déçue par la prestation sur le terrain.

C’est la première fois que j’assiste à une défaite de l’équipe que je suis venue supporter, ça fait quelque chose.

On a eu un moment assez magique, quand il y a eu la coupure des lampes et que nous avons allumé nos lampes de téléphones. J’en avais des frissons.

Les enfants ont aimé le spectacle, ils aiment aller au stade donc on savait leur faire plaisir. La grande a pleuré (parce qu’on a perdu) et les deux petits ont chanté jusqu’à s’endormir de fatigue.

*On était tribune Limagrain basse 15 / places 18 à 22 en catégorie 4.

L’histoire de Zoé (partie 1)

Je ne vais pas très bien.

Je ne vais pas très bien depuis longtemps.

Je vais de temps en temps super bien.

Mais je ne vais que rarement  « seulement bien »

J’ai toujours eu des angoisses.

Mais il y a quelques semaines les angoisses sont devenues plus lourdes. Chaque minute du quotidien me rappelle la possibilité que la mort vienne.

Pour moi, mes enfants, mon mari, mes amis, ma famille.

Chaque instant.

Je me lève le matin en angoissant de trouver un de mes enfants mort dans son lit.

Je prends le petit dej en apnée de peur que l’un d’eux fassent une fausse route, et pire, j’imagine lequel je devrais sauver si les trois s’étouffaient en même temps.

Quand j’ouvre le lave vaisselle j’imagine le risque potentiel de s’empaler sur un couteau.

Le chemin de l’école est un champs de mine.

Et le risque d’attentat.

Le risque d’incendie.

La moindre fièvre est une méningite.

La moindre coupure mènera à l’amputation.

Je vais me coucher le soir avec d’autres angoisses : la peur de me faire emporter pendant mon sommeil et que les enfants se réveillent avec un cadavre dans la maison, la peur des cauchemars, la peur d’être reveillée par le téléphone qui m’annonce la mort d’un proche.

Je suis allée consulter ma généraliste, espérant atténuer mes angoisses morbides et reprendre ma petite vie tranquillement… je me trompais.

Après plusieurs questions générales, après des questions plus pointues, après une longue discussion, elle a dégagé des points essentiels. Je venais pour une angoisse qu’on allait traiter pour me redonner de l’air, mais j’étais aussi dépressive.

Dépressive.

Mais pas seulement.

Maniaque.

Aussi.

Avant de prononcer « le » mot, on a parlé, des symptômes, de l’aspect cyclique, des conséquences… Je me suis tellement reconnue que je me suis effondrée.

Je suis folle.

Je parle très vite, trop vite, parfois je pense plus vite que je parle et je saute des phrases entières, j’ai l’impression de ne pas être comprise parce que je suis plus lucide, plus géniale que les autres. Je dépense l’argent que je n’ai pas, je fais des cadeaux irrationnels, tout le temps, à tout le monde, en décallage avec la notion de cadeau, je surinvestis la vie sociale, je m’inscris partout où il y a du monde, salle de sport, associations diverses, je porte des fringues à la limite du provocant, j’ai des envies de sexe matin midi soir et nuit, je fantasme sur tout. Je n’ai plus besoin de dormir. Je me sens capable d’être championne de tir à l’arc et médecin, je fais des projets incroyables et je suis capable de tout plaquer pour vivre une autre vie plus prometteuse.

Et je retombe.

Et je n’arrive pas à me lever, et le lit me paraît tellement réconfortant. Je ne veux plus parler, je ne veux plus écrire, je voudrais juste pleurer. Je culpabilise, je me sens moche, je me sens grosse, je me sens mal. Je regrette toute ma vie, je regrette mes enfants, je regrette mon mariage, je regrette le moindre mots, la moindre pensée. Je ne sais même pas pourquoi mon mari reste, je ne sais pas pourquoi je continue de vivre. J’essaie d’arrenter de respirer. Même pour ça je suis nulle. Je dois trouver comment mourir proprement…

Et je remonte …

Des années, des années de maux. D’aussi loin que je me souvienne j’avais déjà quelques symptômes avant la mort de mon papa. J’étais la gamine exubérante, toujours dans le too much et dans le trop. Tout était trop beau ou trop nul. Je n’avais pas 15 ans. Mais ce décès a été sans doute l’élément déclencheur. Je me souviens de grosses crises majeurs, avec des mises en danger physique. Je me souviens des décisions impulsives prises régulièrement. Les naissances des enfants ont accentués tout ça. S’ils ont été des éléments déclencheurs, ils sont aussi les conséquences des périodes up…

Au fur à mesure des années les espace entre les « up » et les « down » se sont raccourcis.

Les down sont de plus en plus longs et profonds.

Les up sont plus courts et plus intenses.

Je découvre aussi depuis quelques mois des périodes « hyper fast ». je peux en quelques heures passer de l’un à l’autre. Un fil d’idée peut osciller entre l’exaltation, la mélancolie, la toute puissance, la culpabilité, la créativité et le dégoût. J’en sors toujours épuisée et avec cette impression d’être folle, comme si mon cerveau ne savait plus quel signal d’humeur envoyer.

Je ne sais jamais si je suis heureuse ou malheureuse.

Je suis le cul entre deux chaises.

Je suis le cul entre deux pôles.

J’ai 32 ans et je découvre que je suis bipolaire.

Zoé, le 5 juillet 2016

2 jours à #Clermont pour changer d’année !

Techniquement le passage 2016/2017 on était au club de rugby, donc on était sorti… le passage 2015/2016 on recevait des amis… le passage 2014/2015 je n’ai aucune idée de où on était (mais on avait un bébé, alors je crois qu’on a pas bougé) …

Mais cette année, cette année je voulais être ailleurs que dans cet appartement, ailleurs que dans ce village, ailleurs qu’ici. Je voulais fêter la fin de 2017 et les grands projets de 2018, j’avais envie d’être avec mon homme et mes enfants, de voir un feu d’artifice et de faire ça bien !

J’en avais parlé à mon homme en novembre, il avait gromelé un truc genre « ouais mais non ». J’avais parlé de Lyon, même de Clermont … Tant pis. j’avais ravalé mon envie d’ailleurs en me disant qu’au pire j’irai mettre le feu chez les voisins. Haha.

Le 22 decembre, mon homme me dit que c’est « dommage » car il y a un match le 31 à Clermont, que si on s’y etait pris à temps on aurait pu y aller.

(HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA => cri interieur)

Qu’à cela ne tienne, quelques clics sur le site de l’ASM, quelques clics sur Tripadvisor. Hotel pour 5 c’est d’habitude dur à trouver (la dernière fois j’ai passé 2h) et là, coup de chance, un truc à moins de 200€ pour les 2 nuits du réveillon ! Vite le match, hop, 5 places (là où il y a de la place, finalement ça nous coûte plus cher d’aller au match que d’aller à l’hôtel).

Et donc le 30 nous quittons l’appartement dans la matinée, nous arrivons sur Clermont en début d’après midi, en vadrouille l’après midi (petit train, Jaude, marché de Noël…) . Le 31 au matin nous avons fait une grande ballade à pied, nous avons été au match l’après midi et réveillonné dans notre chambre (nous n’avons pas eu d’informations concernant le feu d’artifice, d’après l’hôtel il avait été annulé et finalement de la chambre, nous avons entendu quelques bruits laissant entendre que peut être, un feu d’artifice avait lieu, au milieu de la tempête… On était mieux au chaud !)

********

Côté repas du réveillon :  l’Avocat 

Repas du 31 decembre / burgers et foie gras saumon

Nous avions choisi un service de livraison indépendant pour profiter de la cuisine bien notée de ce restaurant un 31 décembre sans quitter notre hôtel.
Je ne jugerai pas l’attente interminable (commande demandée à 20h, annoncée à 20h30, livrée à 22h après deux relances téléphoniques auprès du resto) ni le service, je garde ça pour le jour où nous reviendrons et pourrons tester le resto « en live ».

Côté menu, nous avons pris du foie gras, du saumon et de la charcuterie. Les deux premiers étaient bons (sans toute fois sembler exceptionnels), mais la charcuterie terriblement insipide.

Nous avions pris des cheesburgers pour les enfants (qui ont adoré), un Classico et un Montagnard. Les frites étaient froides mais les burgers vraiment bons (même si le steak saignant ce n’est pas du tout ma tasse de thé!!!)

3 petits pots de glace pour les enfants, un tiramisu qui a été transformé en tarte citron par manque de stock (pour un produit maison, c’est surprenant) et un fromage blanc crème de marron. Voilà pour les desserts.

Une note à 103€ si on compte les boissons pour 5 personnes.

Les burgers sont vraiment très très bons et ça nous a convaincu de revenir essayer.

(ps, au moment où j’ecris l’article j’attends toujours le contact promis par Allo-Resto pour palier à l’attente indélicate de la livraison ainsi qu’au prix payé contre le prix facturé suite à la modification de dessert)

*****

Repas sur place le 31 décembre à midi : Le lion

Rentrés par hasard dans ce restaurant le 31 décembre à 11h30, l’accueil a été un peu froid, c’est vrai… On nous annonce que le service commence à 12h. On ne s’inquiète pas, on demande à prendre l’apéritif en attendant. Nous étions en couple avec nos 3 enfants.

Finalement personne n’est jamais venu prendre notre choix avant le début du service, on a donc séché l’apéro. La carte est assez vaste mais finalement bien faite donc on peut aller à l’essentiel. Nous optons tous pour des pizzas.

Le service est plutôt rapide, et tant mieux, nous étions pressés (et affamés).
Les enfants ont eu une pizza de leur choix mais taille enfant, en forme de bonbon. Evidemment ça leur a beaucoup plus, tant sur le gout que sur la forme. Ma grande fille a préféré un cornet de frites, présentations sympa, frites maison, et apparemment très bonnes puisqu’elles n’en n’a pas laissé.

La pizza auvergnate était très bonne. Rien à redire !
Garniture suffisante, pâte souple, taille conséquente !

Le prix n’était pas exorbitant (67.40€) et on a pu régler en chèque déjeuner.

Serveur très sympathique, souriant pour la majorité de ceux présents.

***

Repas dans la chambre, le 30 au soir : Susho Ohashi

C’est fou, quand on est venu sur Clermont à Pâques, on a fait livrer la même chose par ce resto. Et c’était divain.

Et là, grosse deception.

On est fan de japonais et on n’a même pas pu manger la moitié !

Les sushis étaient grossiers et il y avait clairement un problème de fraîcheur. La glace est arrivée liquide , à boire à la paille ! On a été très très déçus !

Surtout vu le prix qu’on a mis dedans encore une fois !

repas du 30 decembre / japonais

***

Le repas du midi du 30 décembre avait été « pris » sur l’aire d’autoroute Avia-Casino-Monop de Neronde « Coeur de Blé ». C’était immangeable, on a laissé nos assiettes presque sans y toucher, j’ai gardé le tichet de caisse, j’essaie de trouver comment contacter un responsable tellement c’était absolument lamentable. On a fait Mcdo pour remplir nos estomacs en arrivant sur Clermont.

***

Il y a beaucoup de resto, de bars qui ont l’air incroyable ! Je crois qu’il faudrait qu’on y retourne en amoureux avec mon Dragon … A bon entendeur 😉 12

#StarWars et les enfants (quoi, quand, comment ?)

Le Dragon est un fan. Pas un fan de l’extrême avec les figurines sur l’étagère, mais un fan qui va au cinéma quand un nouvel opus sort, et un fan qui m’a initié en me faisant regarder 4-5-6-1-2-3 d’affilé. Oui. Oui oui vraiment !

On parle forcément de Star Wars à la maison. Il y a les répliques cultes et certaines allusions (le sabre laser est un formidable symbole de virilité)

Les enfants, bien que n’ayant pas vu la saga, baignait dedans depuis longtemps.

Mon fils est en Ce1, la lecture est déjà un acquis pour lui mais il n’aime pas spécialement ça… Nous avons essayé d’attirer son attention avec des livres pour lui, la saga pokemon par exemple, et nouvellement, la saga Star Wars en bibliotheque verte.

Bien sur les livres sont courts, imagés (avec des extraits des films) mais ils sont fidèles à la trame de la saga.

Me concernant, j’ai été contrainte de découvrir Star Wars par le numéro 4. Je n’ai pas voulu imposer ça à mes enfants. En effet, les effets numériques sont tellement magiques et beaux dans la prélogie que c’était pour moi la meilleure façon d’attirer leur attention et développer leur envie de savoir.

On a donc commencé par le 1. Puis le 2. Et enfin le 3. On a enchaîné avec le 4. Puis le 5. Et enfin le 6. Les enfants viennent de découvrir le 7. Ils sont allés également voir le 8au cinéma avec leur papa (d’ailleurs si tu me suis, tu sais que je me suis fait spoiler le film par mon fils, damned !)

Mon fils n’a pas eu la surprise du « je suis ton père » mais il a été touché par l’émotion du père qui revient dans le coté de la Force à la fin du 6. Ma fille n’est pas spécialement touchée par la saga, elle aime bien les histoires d’amour, le reste c’est pas trop son truc.

Nous avons développé les achats autour de la saga. Mon fils baigne dans les vaisseaux et les livres thématiques. C’est une belle façon d’entretenir la lecture et d’approfondir l’histoire.

[Immo] Le deuil de la maison idéale ? [épisode 3]

Quand tu tapes « maison idéale » sur google12

Relire le dernier épisode

Quand je suis passée en CDI, je me suis mis à voir des maisons PARFAITES partout, sans qu’elles ne soient jamais dans le budget défini par la banque, évidemment.

Je pensais naïvement que ce précieux sésame de situation professionnelle stabilisée m’aiderait à augmenter considérablement le budget (de 40 000€)

Et bien non.

Notre situation n’évolue pas. La banque maintient sa limite. Il nous faut alors rester sous le budget maxi déjà défini. Et faire une croix que la superbe maison avec piscine qui me faisait palpiter le cœur…

A l’heure où j’écris ses lignes, il y a bien sur des maisons à voir, à visiter, dans le budget. Mais c’est quelque part difficile d’avoir eu l’impression de croiser la maison « idéale » et de chercher autre chose par contrainte financière.

Bien sur je reconnais que déjà s’endetter sur 20 ans quand on arrive au 40, c’est pas drôle, donc autant rester dans les clous. On pourrait aussi aller voir d’autres banques mais on ne le fera pas. Vous connaissez la folle passion qui anime notre relation avec notre banquière, on ne fera rien sans elle. Si elle avait dit non au rêve immo, on n’aurait rien essayer.

Je sais, j’en suis consciente, qu’on a un budget dejà confortable pour notre situation, je suis consciente que beaucoup ne seront pas propriétaires (par choix, ou par obligation). C’était notre cas il y a encore quelques années (mois). Nous avons réussi à soulever des montagnes, à nous battre, même si la guerre n’est pas fini avec nos cartes bleues, et aujourd’hui on touche du doigt le rêve de mon homme d’avoir son chez lui.

Ce n’est pas mon rêve, mais le sien me plait. Aujourd’hui je suis prête à sauter le pas. Il faut juste que je regarde ce qu’il y a dans notre budget, et que je continue de croire que nous allons trouver notre maison idéale.

Et tant pis s’il n’y a pas de piscine.

La résiliation #SFR (suite et fin) 

Je vous avais laissé au moment d’envoyer les courriers. Ce que nous avons fait correctement, dans les bons délais, avec les justificatifs et le tralala.

Sans surprise nous avons reçu de jolies factures de résiliation… celles des deux portables… avec des frais de résiliation de malade!!!!

Je me suis fâchée. Ceux qui me connaissent savent que ça signifie crise d’hystérie. Et protocole de protection.

J’ai refait un courrier. En joignant le premier pour rappel (avec 40 pages de justificatifs) et j’ai envoyé la copie à l’antenne DGCCRF et 60 millions de conso près de chez moi.

15 jours après nous avons reçu des avoirs correspondant aux frais de résiliation. Ces avoirs sont venus se déduire de nos factures impayées  (oui on avait coupé le prélèvement auto, et heureusement vu les frais de résiliation qu’ils auraient ponctionné sans avoir vérifié avant) et nous avons soldé notre dette (la facture de juillet et le montant qu’il restait sur l’échéancier pour l’achat de nos téléphones).

La facture de la box est restée un mystère. D’abord on a reçu une demande par mail pour renvoyer le matériel. Ce qu’on a fait. Et ils ont décidé qu’il manquait des trucs. Haha.

On a sollicité le service SFR sur Twitter  (injoignable par téléphone quand on n’a plus de ligne sfr. Bravo) qui nous a embrouillé. D’abord tout allait bien. Ensuite on allait nous rendre des sous  (alors qu’on en devait… ahem), que la résiliation était prise sur fin août  (non merci) et pour finir après une énième crise de « mais ils nous prennent pour des cons » on a reçu un avoir venu se déduire de nos factures  (avec un bonus pour les excuser) et on a pu régler nos dettes.

On a tout imprimé. Au cas où. Les échanges mail et Twitter. Les screen shot des paiements et des factures sur le site. J’ai des copies de chaque courrier. Au cas où.

On est passé chez orange, on se dit que c’est pas forcément mieux, genre frais d’installation de 50.00€ facturés sans avoir été prévenus, outch ! Mais bon, On tire le trait sur SFR après des millénaires chez eux.

PS : nous avons reçu une réponse de 60 millions de conso, juste pour nous dire qu’ils ont eu notre courrier et de la documentation sur les frais de résiliation. Bon, au moins, ils ont répondu.

PS2 : nous avons reçu un chèque de remboursement de 6.00 € de SFR en octobre (résiliation en août), on ne sait pas pourquoi, ni comment, mais bon, on l’a encaissé hein^^