Archives de Tag: parent et pipi au lit

Énurésie : on fait quoi ? on dit quoi ? on gère comment ?

ÉNURÉSIE

Moi, le mot il me fait flipper. Déjà en tant qu’enfant ayant été confrontée très tôt au phénomène puisque ma soeur en a souffert jusqu’au collège… En tant que femme ensuite quand mon neveu l’était … Et j’avais bien sur des tas d’avis, des tas d’idées préconçues dûes à ces deux exemples très proches … Jusqu’au jour où ça nous est tombé sur la gueule. Dans notre maison. Au sein de notre progéniture.

Quand je dis que ça nous ai tombé dessus, techniquement, ça ne tombe en rien sur untel ou untel, c’est juste que l’énurésie normale du petit enfant décide de squatter plus longtemps que prévu.

A partir de quand peut on parler d’énurésie ?

Je ne sais pas. Je sais qu’à l’âge de 3 ans ça ne me pose aucun problème d’enfiler une couche à un enfant. A 4 ans, l’enfant le fait même seul depuis un moment sans qu’on s’en offusque. A 5 ans ça m’ennuyait mais sans etre perturbant. A 6 ans franchement c’etait difficile de faire comme si tout etait normal et que tout allait rentrer dans l’ordre tout seul. Et à 7 ans ? Franchement, c’était insupportable.

D’un point de vue de parent, j’en souffrais. Je cherchais des explications, physiologiques, psychologiques. Je cherchais tantôt à réconforter, tantôt à faire comprendre que c’était grave (ou du moins anormal). Non je n’ai pas toujours été bienveillante. La situation me pesait bien trop pour que je puisse en parler sereinement avec qui que ce soit.

Je me suis même fais violence pour écrire un article il y a un petit moment : 5 ans et demi, toujours une couche la nuit

C’était très difficile de continuer dans l’optique du « c’est pas grave, ça arrive, ça passera bien un jour » parce que franchement même mon gamin il ne savait plus comment réagir. Un matin « trempé » il était honteux et retirait tout le linge seul et se changeait… et le suivant il se pointait la bouche en coeur « holala je suis encore mouillé dis donc » … et de temps en temps il venait nous dire « pourquoi j’arrive pas à arrêter de faire pipi au lit » et là on se sentait très mal et très con de ne pas avoir de remède miracle.

Le temps qui passait n’a pas apporté de réponses à nos pourquoi. Il a même apporté de nouvelles complications.

A 5 ans tout le monde nous dit que c’est pas grave. A 5 ans et 6 mois, les proches nous rassurent. A 6 ans on s’étonne. A 6 ans et demi on commence à reprocher à l’enfant de faire exprès. La veille de ses 7 ans c’était la faute des parents, sûrement.

Le monde médical n’a pas été plus attentif à 5 ans et demi qu’à 6 ans et demi. Fallait attendre et on a attendu. En lavant des draps, en changeant des matelas et en achetant des couches.

Un soir mon fils a décrété qu’il ne voulait pas de couche. J’ai essayé de le convaincre. J’ai expliqué et réexpliqué … Et puis an matin c’était sec. Bien sûr qu’on a ouvert la bouteille du champagne. L’enfant sec au matin : 1ere fois en presque 7 ans !!!

Le second matin le fils jurait qu’il était sec. Et même si le pyjama témoignait en sa faveur, le matelas disait le contraire.

3 ème. 4 ème. 5 ème. 6 ème jour … Toujours un lit propre et sec et un enfant super fier qui se lève heureux et apaisé. Et qui court aux toilettes.

7 ème jour : un accident. Je le mets sur le dos de la fatigue. Des enfants épuisés qui n’en pouvaient plus.

8 ème. Neuvième. Dixième…

Mon fils a soufflé sa septième bougie en traversant ce cap. Quelle fierté pour lui, mêlée d’un soulagement familial.

A quoi bon continuer de compter ? Aujourd’hui nous allons de l’avant, persuadée que le plus difficile est derrière nous et que notre fils à fait le plus dur : grandir ! Alors bien sur je garde en tête qu’il peut faillir occasionnellement comme quelques gouttes dans le pyjama lors de notre #YoumiFairyWeekEnd mais je sais que la tempête est derrière nous.

Je ne me permettrais aucun conseil. Nous avons tout tenté  (de non médical et de non invasif) sans succès. Si vous atterrissez là en désespoir de cause, sachez que je vous comprends et qu’on s’en sort. Courage.