Archives de Tag: mili.d

La non-St Valentin et les anniversaires des filles

Le Dragon est un anti St Valentin, bon, entre nous ça me gonfle terriblement, mais c’est presque son seul défaut (non je déconne, il en a plein d’autres) alors je vis avec (et surtout sans fleurs ni cadeaux ce jour là)

La seule fois où j’ai eu des fleurs le 14 février, il était 10h du matin et c’était en 2014. Je venais d’accoucher. Franchement j’en ai été bouleversé. Bon, les hormones hein, mais quand même. C’est tellement un geste que je n’avais pas vu venir qu’il m’a collé des frissons pendant des heures et des paillettes dans les yeux pendant des jours. Ou alors c’étaient les hormones.

Bref, si mon Dragon est un réfractaire à la célébration de l’Amour en ce jour précis, rassurez vous, il me montre tout son attachement, toute son affection et tout son Amour toute l’année, c’est déjà ça !

Moi, éternelle romantique, je ne cracherai pas sur un jour de plus pour fêter l’amour ! Alors forcément, depuis la naissance de ma petite dernière, le 14 février est pris, mais ça ne m’empêche pas de marquer le coup… le 13 février !

Je lui souhaite donc, inlassablement, chaque année, la Non-St Valentin, et j’adore ça !

J’ai confié le soin à ma douce Mili.D de faire un nouveau tableau comme elle sait si bien le faire.

Pour les filles, avec des anniversaires rapprochés, une du 14 et une du 17, nous avions choisi de faire réaliser à Mili.D des puzzles (à l’image du dino pour mon fils à Noël) et elle a donc eu quartier libre pour les dessins ! Sans regrets puisqu’elle connait parfaitement les goûts de mes princesses à force de commandes !

Ma petite (7 ans) a fait son puzzle seule en 2 jours. Ma grande l’a bouclé en quelques heures. Ils seront bientôt mis sous verre et accroché dans leur chambre respective

Mili.D réalise aussi des cartes. j’en ai donc commandé 2, une pour mon ainée (le chat) et une pour chéri sur laquelle j’ai écrit des mots à faire rougir le Marquis de Sade 😉

Pour découvrir les créations d’Emilie, lui demandé des illustrations personnalisées et rentrer dans l’univers de la Bretagne, je vous invite à vous abonner à sa page Facebook

Le Dragon rejoint la Fée

Photo 1h après le tatouage

Quand les aiguilles de Natacha ne sont tues après le premier tatouage (ma Fée) je savais que j’y reviendrai rapidement. Avant même le confinement je planchais déjà sur un projet pour l’avant bras…

Et puis un coup de coeur pour Clarisse, du salon Steel On Skin. Et un gros craquage sur un dessin de ma douce Mili.D. Et puis boom, dé-confinement, mon anniversaire approche, j’envoie à Clarisse mes envies. Le dessin a été peaufiné le jour du tatouage, un jeudi, comme pour la Fée, comme ce jour très symbolique du #JeudiFairy !

2 petites heures, pas de douleur, légère somnolence quand j’étais allongée, j’avais moins peur alors j’étais très décontractée. Je me suis juste pris une grosse vague de fatigue après, je tombais vraiment d’épuisement. La magie du corps …

Clarisse est adorable, son boulot est très doux et magnifique. Je suis tombée en extase sur le tatouage ! Le rendu est WAWHOU. Quand je suis rentrée, c’était la surprise pour tout le monde, je n’avais pas montré le dessin, juste évoqué l’idée du Dragon… Et le Dragon, justement … il en est dingue. Mon homme était tout ému de voir cette réalisation là, sur mon omoplate, avec le regard tournée vers ma Fée…

Côté cicatrisation, je suis moins en stress que la première fois, si si, je vous jure. Haha. J’ai lavé le soir avec le gel lavant LIPIKAR de la Roche Posay, et une fine couche de Bépanthène. Le sommeil a été facile à trouver, je dors sur le ventre. Au réveil, j’ai juste remis un peu de crème. C’est l’été, il fait chaud et bon dans la maison, donc je suis habillée mais je ne porte pas les bretelles de mes hauts, j’ai donc le tatouage à l’air libre en continu.

Second jour, rien à signaler, j’ai l’impression, comme pour la Fée, d’avoir pris un mauvais coup à l’endroit du tatouage, mais le fait de ne pas l’avoir sous les yeux fait que je n’y fais pas attention, du coup je ne le surveille pas toutes les heures. Je prends le temps le matin et le soir de le toucher, de le laver et de crémer, mais beaucoup plus légèrement que la Fée que j’avais vraiment étouffée…

Quatrième jour, le pèle. J’avais paniqué pour la Fée, mais le Dragon pas du tout, ça me fait rire, je sais que c’est dégueu mais que c’est normal ! C’est moche mais c’est rigolo.

Cinquième jour, le tatouage est propre, il est presque lisse et je l’aime toujours autant !

Une semaine déjà qu’il est là, c’est incroyable comme il a pris place encore plus vite que ma Fée dans ma vie et sur mon corps.

14ème jour de tatouage, bépanthène le matin, je porte maintenant un teeshirt en coton (pour éviter le soleil et parce qu’on ne peut pas vivre à poil tout le temps) mais il aura fait ses 2 semaines à l’air libre.

19ème jour. Le Dragon va bien. Il me gratte un peu parfois. Je ne l’ai toujours pas mis dans la piscine, je suis bonne élève, j’attends encore un peu 🙂 Là plus part des tatoueurs conseille un bon mois d’attente avant de faire une baignade, surtout pour écarter le risque d’infection. Oui parce que UNE INFECTION EST UN RISQUE MORTEL. Et hop, crise d’angoisse en approche dans 5, 4, 3, 2 …

Ha tiens, mon cerveau brillant vient de tilter que peut être un passage à Décathlon s’impose pour trouver un haut anti UV 🙂 histoire d’être quand même protégée des méchants rayons du soleil et de ne pas rejouer la Fée boursouflée !

Un mois après les faits, il rayonne.

Rassurez-vous, j’ai enlevé le maillot antiUV uniquement pour la photo

Lien vers le maillot anti-UV qui a sauvé mon été

Mon premier tatouage

Tatouage à 3 semaines

Si vous me connaissez, vous savez que, de la même façon que j’ai attendu près de 15 ans mon premier piercing, j’ai attendu près de 20 ans mon premier tatouage.

Des appréhensions j’en ai toujours eu des tas, même l’idée de passer une consultation chez le généraliste me rend nerveuse. Passez un coup de fil aussi. Mais parfois, j’ai des élans de motivation et je me dépasse.

J’ai un cahier de tatouages, un cahier que je remplis depuis des années avec mes envie de tatouages, avec des dessins et des notes sur les emplacements. J’ai pris autant de RDV que je n’ai jamais honoré que je me suis pris de râteau amoureux. Je vous laisse imaginer. Avec les arrhes que j’ai laissé aux quatre coins de France, j’ai payé mon tatouage depuis des années…

Tiens, tu veux du rendez vous manqué ? cet article date de 2012 ! 

J’avais toujours ce même souci de trouver LE tatoueur, celui en qui j’aurai pleinement confiance, celui à qui je pourrai laisser ma peau. Mais à chaque fois, la même histoire. Je trouvais le tatoueur, je le rencontrais, ça se passait plutôt bien, je montrais les dessins, ça se passait encore bien, je prenais RDV, je laissais un tiers du montant estimé et je rentrais chez moi. Puis je réfléchissais. Je fouinais l’internet mondial et le book du tatoueur, je regardais les photos de ses réalisations. Et d’un coup je me disais que non, c’était pas PARFAIT. Et plus la date du tatouage approchait, moins j’avais envie de ce dessin finalement. Alors, quand même, je suis bien éduquée, alors j’avais la décence d’annuler mon RDV, mais je laissais les arrhes car j’avais honte de croiser le regard de celui qui me jugerait peut être en allant les récuperer…

Régulièrement, tout les 2 ans, j’avais cette envie de tatouage qui revenait. D’ailleurs la dernière fois c’était quand je travaillais dans la pub, et j’étais passé dans un shop près de chez moi. J’avais eu un super contact, j’avais adoré le tatoueur et le perceur. Sauf que je n’arrivais pas à lui faire pleinement confiance pour un marquage à vie. Mais j’ai sauté le pas du piercing en janvier 2017. Et bordel c’était bon. 

Et depuis la rentrée 2019, j’ai de nouveau cette envie d’encrage qui me reprend. J’ai complètement changé mon fusil d’épaule. J’ai changé le dessin, finalement je veux quelque chose pour moi, pas d’hommage aux enfants, ni à mon couple, ni à ma couture, non je veux un truc égoïste au possible qui me ressemble à moi ! Je veux voir ce tatouage alors tant pis si ce n’est pas sur l’omoplate comme prévu, il sera sur le gras du haut du bras et puis c’est tout. J’ai demandé à mon illustratrice Mili.D si elle m’accordait le droit de prendre son dessin, et peut être de le modifier un peu. Elle a dit OUI (je crois qu’elle était aussi excitée que moi)

J’ai cherché le tatoueur. J’ai repéré un salon à Bourg En Bresse Steel On Skin

Je suivais les actus, j’attendais le déclic … Et puis ils ont annoncé qu’ils accueillaient un guest en novembre. Et j’ai suivi le lien et BORDEL c’était exactement ça que je voulais, je voulais du Natacha Baret ! Je lui ai envoyé un mail, un long mail (j’ai honte en le relisant, mais je ne savais pas comment l’aborder alors que je sais disserter) et elle a eu la gentillesse de répondre. Et nous avons échangé sur la taille et le dessin, il a fallu deux dessins pour que je sois convaincue de mon choix. J’ai alors été au salon réservé mon créneau. Et j’ai laissé des arrhes …

Je ne vous mets pas les dessins, juste parce que je n’ai pas réussi à mettre une protection dessus qui ne gâche pas le visuel. Et je ne souhaite pas que « ma » fée se retrouve partout. Je l’aime tant.

Le jour J, j’étais moins anxieuse que pour le jour du Permis, ou le jour du Bac. Mais j’avais tellement peur d’avoir mal. J’avais du mal à respirer calmement. Heureusement Natacha a su direct me mettre à l’aise. Elle a tout préparé en m’expliquant le matériel. Puis on a pris le temps de positionner le dessin, à plusieurs reprises pour trouver l’emplacement idéal. Elle a été de très bons conseils et vraiment je suis contente d’avoir choisie cette jeune femme, très à l’écoute, douce et adorable !

Allez, on s’installe, premier coup d’aiguille … Bon, ok, c’est rien du tout, c’est moins douloureux qu’une griffure de chat ou qu’une épilation électrique. La musique couvre le léger bruit de la machine (vraiment pas bruyante ! Rien à voir avec la fraise du dentiste) et les vibrations me bercent. Je somnole. On discute tranquillement, ça se passe bien, je suis bien, shootée d’hormones. Après 1h de tracés noirs, Natacha attaque la couleur, et là, oui, forcément, c’est pas la même chanson. Ce n’est pas douloureux, c’est désagréable seulement. Et encore, je suis une chochotte, j’en rajoute ! Cette super Tatoueuse a pris le temps de vérifier plusieurs fois à la lumière que les ailes étaient bien colorées, jusqu’à ce que je sois pleinement satisfaite !

Et puis voilà, c’est fait. Maintenant il faut soigner, laisser cicatriser. Je vous prépare un article sur les étapes de la cicatrisation d’ailleurs et vous verrez tout (même le dégueu) et vous saurez si il y a eu retouches ou non 😉

Je pense que je ne surprendrais pas les tatoués mais 1h après j’avais dejà envie d’y retourner !!! Le second tatouage prend forme dans ma tête !

Tatouage à 3 semaines

Les cadeaux d’anniversaires des filles

Pas toujours facile de faire des cadeaux « surprises ». Et pourtant j’aime bien surprendre mes enfants. Je n’ai pas à me plaindre, ils se réjouissent de tout.

A la maison il y a beaucoup de fait-main et les enfants adorent venir me demander des choses, même pour gâter leurs copains ! Nous n’avons jamais eu de caprice en magasin de jouets, ni de hurlements d’enfants déçus car « ce n’est pas ce que [j’ai] commandé »

Pour les 5 ans de ma dernière (mon bébé fille…) nous avons joué la carte décoration + un jeu Lego (le chateau de Cendrillon) Et nous avons adoré sa joie et son bonheur à l’ouverture des cadeaux. Faut dire que les tableaux de Mili.D sont magnifiques !

Tableau reçu à Noël

Pour les 12 ans de mon ainée, j’ai encore été fouillé dans la boutique de ma bretonne favorite et j’ai trouvé un magnifique plumier de bois. Nous avons complété la hotte du père noel d’anniversaire avec un Lego (le saule cogneur Harry Potter) et une paire de boucles d’oreilles de chez Mila With You

Mili.D illustratrice influence bretonne : https://milid.fr/

MilaWithYou créatrice de bijoux : https://www.milawithyou.com/

Lego Harry Potter Saule Cogneur Amazon 

Lego Chateau de Cendrillon Amazon