Archives de Tag: livre virginie grimaldi

Il est grand temps de rallumer les étoiles [Virginie Grimaldi]

Je viens de finir le nouveau roman de Virginie Grimaldi.

Il est grand temps de rallumer les étoiles

Je me sens troublée et je ne pense pas que faire un article à chaud soit la meilleure idée du siècle, mais faut que je note !

Là, j’ai envie de dire que son nouveau roman m’a fait mal, et que du coup, je l’aime moins que le précédent (le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie), mais ça ne serait pas honnête…

Il me parle vrai, il me touche moi, dans mon corps, et dans mon âme. Il me renvoie en pleine gueule mes ratés, mes illusions, les conflits avec ma mère, la violence des gestes et toute cette souffrance qui m’a bouffé pendant des années.

Ce n’est pas parce qu’il a appuyé sur les bleus que je dois faire comme si je ne l’aimais pas. Parce que ce nouveau roman, il est génial !

Tour à tour dans la tête d’ Anna et Chloé, je me suis surprise à me retrouver aussi dans Lily. J’ai grandit. Cette trinité là, nous renvoie des images de nous, de nous en tant qu’enfant, en tant qu’ado et en tant qu’adulte. Il n’est pas toujours facile de grandir, et il est encore moins facile de faire grandir et d’aider à grandir quelqu’un qu’on aime.

Je ne sais pas si Anna fait le bon choix, si elle fait les bons choix, ni si elle a les bons mots sur ces maux, mais elle permet à chacun de se demander où on va, et comment y aller de la plus belle des façons. Bien sur je mentirais si j’avais pas eu envie de lui crier de faire usage de son argent autrement, mais je me connais assez pour savoir qu’être déraisonnable c’est aussi vivre plus fort. Et j’aurai fait pareil finalement.

C’est une nouvelle ode à la féminité (qui me rappelle le premier jour du reste de ma vie) et à la sexualité (comment, quand, pourquoi ou pour quoi …) et c’est encore avec beaucoup d’humour que l’ensemble se lit très bien et très vite. Mention coup de cœur à la narration du journal de Lily qui donne de la légèreté au livre.

Ce livre m’a donné envie de dire à ma mère que même si je l’ai détesté d’aller chercher à manger aux restos du cœur (je me cachais dans la voiture, j’avais trop peur de croiser quelqu’un du collège) je lui serais à jamais reconnaissante d’avoir toujours fait comme si tout allait bien, même si je savais très bien que ça n’allait pas. Je ne voulais juste pas l’entendre.

Ce livre m’a donné envie de dire à mes enfants à quel point leur père était extraordinaire. Je n’ai pas les mots pour leur raconter par quoi je suis passé avant lui, mais j’espère les en protéger.

Tous les jours j’ai cette conscience de me trouver chanceuse de vivre mes rêves et de réaliser des projets. Ils ne sont pas fous, je n’ai pas envie d’aller voir la Norvège en camping-car, ni les kangourous en Australie, mais ils sont fabuleux car ils font partie de moi, de mon histoire, de ma famille.

Ce nouveau roman est une nouvelle piqûre de rappel pour vous rappeler que vous êtes maîtres(se) de votre vie et que rien n’est perdu d’avance.

J’ai tourné la dernière page en souriant, et là, j’ai juste envie d’aller pleurer dans les bras de ma mère, en lui demandant si elle veut bien remonter dans le bus avec moi.

Articles précédent sur l’auteure :

Tu comprendras quand tu seras plus grande [lecture]

Après avoir lu le premier jour du reste de ma vie, je me suis empressée de commander les deux autres livres de Virginie Grimaldi, que j’ai reçu rapidement et commencé (et fini) tout aussi rapidement.

Tu comprendras quand tu seras plus grand

Le livre se lit vite, l’écriture est fluide, on enquille les pages au rythme des chapitres.

La lecture est agréable, les mots sont toujours accessibles, on n’a pas l’impression de devoir réfléchir, c’est une lecture reposante.

Les personnages sont très travaillés, au début du livre, je me suis sentie perdue, comme l’héroïne au milieu des petits vieux, j’avais du mal à retrouver qui était qui. cette impression passe vite.

Julia, l’héroïne donc, est attachante. On l’aime bien. Je ne me suis pas trop identifiée, volontairement (pourtant beaucoup d’éléments s’y prêtaient) et je suis restée assez extérieure au roman mais pas neutre.

J’ai beaucoup rit, je ne m’y attendais pas, j’ai énormément rit.

J’avoue que « la blague du nombril » est sur un post-it à la maison, j’essaie de la faire au moins une fois par jour. J’en suis fan.

Le livre est très drôle, c’est un concentré de bonne humeur, de bonnes blagues, et moments qu’on visualise parfaitement (pour peu qu’on ait vu Dirty Dancing)

J’ai « moins » aimé la fin du livre, j’ai du relire LE passage plusieurs fois, sorte de rebondissement inattendu et imprévisible, car je n’arrivais pas à comprendre ce qui se passait. J’étais surement très surprise en fait, et mon cerveau a déconnecté. Une fois l’annonce assimilée, j’ai kiffé et pour une fois que je suis surprise dans un livre, j’ai savouré !

Pour résumer, je suis contente de l’avoir lu, j’ai passé un TRÈS bon moment. Le livre a pris la route il y a quelque temps pour une seconde vie chez une amie qui a besoin de rire en ce moment …