Archives de Tag: le premier jour du reste de ma vie

Il est grand temps de rallumer les étoiles [Virginie Grimaldi]

Je viens de finir le nouveau roman de Virginie Grimaldi.

Il est grand temps de rallumer les étoiles

Je me sens troublée et je ne pense pas que faire un article à chaud soit la meilleure idée du siècle, mais faut que je note !

Là, j’ai envie de dire que son nouveau roman m’a fait mal, et que du coup, je l’aime moins que le précédent (le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie), mais ça ne serait pas honnête…

Il me parle vrai, il me touche moi, dans mon corps, et dans mon âme. Il me renvoie en pleine gueule mes ratés, mes illusions, les conflits avec ma mère, la violence des gestes et toute cette souffrance qui m’a bouffé pendant des années.

Ce n’est pas parce qu’il a appuyé sur les bleus que je dois faire comme si je ne l’aimais pas. Parce que ce nouveau roman, il est génial !

Tour à tour dans la tête d’ Anna et Chloé, je me suis surprise à me retrouver aussi dans Lily. J’ai grandit. Cette trinité là, nous renvoie des images de nous, de nous en tant qu’enfant, en tant qu’ado et en tant qu’adulte. Il n’est pas toujours facile de grandir, et il est encore moins facile de faire grandir et d’aider à grandir quelqu’un qu’on aime.

Je ne sais pas si Anna fait le bon choix, si elle fait les bons choix, ni si elle a les bons mots sur ces maux, mais elle permet à chacun de se demander où on va, et comment y aller de la plus belle des façons. Bien sur je mentirais si j’avais pas eu envie de lui crier de faire usage de son argent autrement, mais je me connais assez pour savoir qu’être déraisonnable c’est aussi vivre plus fort. Et j’aurai fait pareil finalement.

C’est une nouvelle ode à la féminité (qui me rappelle le premier jour du reste de ma vie) et à la sexualité (comment, quand, pourquoi ou pour quoi …) et c’est encore avec beaucoup d’humour que l’ensemble se lit très bien et très vite. Mention coup de cœur à la narration du journal de Lily qui donne de la légèreté au livre.

Ce livre m’a donné envie de dire à ma mère que même si je l’ai détesté d’aller chercher à manger aux restos du cœur (je me cachais dans la voiture, j’avais trop peur de croiser quelqu’un du collège) je lui serais à jamais reconnaissante d’avoir toujours fait comme si tout allait bien, même si je savais très bien que ça n’allait pas. Je ne voulais juste pas l’entendre.

Ce livre m’a donné envie de dire à mes enfants à quel point leur père était extraordinaire. Je n’ai pas les mots pour leur raconter par quoi je suis passé avant lui, mais j’espère les en protéger.

Tous les jours j’ai cette conscience de me trouver chanceuse de vivre mes rêves et de réaliser des projets. Ils ne sont pas fous, je n’ai pas envie d’aller voir la Norvège en camping-car, ni les kangourous en Australie, mais ils sont fabuleux car ils font partie de moi, de mon histoire, de ma famille.

Ce nouveau roman est une nouvelle piqûre de rappel pour vous rappeler que vous êtes maîtres(se) de votre vie et que rien n’est perdu d’avance.

J’ai tourné la dernière page en souriant, et là, j’ai juste envie d’aller pleurer dans les bras de ma mère, en lui demandant si elle veut bien remonter dans le bus avec moi.

Articles précédent sur l’auteure :

Publicités

Joyeux 40 ans ! [idées cadeaux – boîte à surprises]

Mon emploi du temps actuel et la logistique familiale m’empêchent de me rendre à l’anniversaire de mon Amie. Elle fête ses 40 ans.

Il est évident que nous nous verrons à une autre date pour célébrer notre amitié et trinquer. Mais pour l’heure, j’ai demandé à l’organisatrice de lui transmettre mon colis à son attention.

J’y ai glissé des notes de mon humour légendaire et quelques cadeaux symboliques pour celle qui a passé une année difficile au rythme d’une séparation compliquée…

Ce porte clé vient de la boutique MilaWithYou. Je trouvais qu’il contribuait parfaitement à lui rappeler que la vie peut être merveilleuse si on croit en les licornes et au pouvoir du mojito. Et la créatrice (Mila) est un amour de petite Fée à qui je fais toujours confiance pour le cadeau fête des mères et fêtes des grands mères ! Elle fait des trucs magnifiques personnalisés avec prénom ou photo ! (la photo est prise via le site de Mila, ma photo était trop sombre pour être utilisée)

Les lingettes, vous les connaissez. Ce sont les Big One de ma boutique. Un assortiment plaisir pour se démaquiller en douceur et dans la bonne humeur. j’ai hesité avec le petit format mais celles-ci me plaisaient bien mieux.

Le bracelet de cuir 2 ou 3 tours selon la taille de votre poignet vient de Bois De Soluthé. J’aime le fait qu’il brille. Un détail chic qui peut faire mouche. Sa boutique est une véritable caverne d’Ali Baba, il y a des boucles d’oreilles, des bracelets, des accessoires de décoration et depuis plusieurs mois des bandeaux pour enfants équipés d’implants auditifs. Foncez, si vous ne la connaissez pas, vous ratez quelque chose ! Elle s’appelle Amandine et elle est trop belle (en plus d’avoir le même piercing que moi)

Deux vernis de la marque It Style. Je les ai acheté dans le salon où j’ai fait mes manucures semi-permanentes. C’est un clin d’œil au fait qu’elle m’a avoué un jour envier ma collection. J’ai pris des couleurs classiques.

Craquage chez Nocibé, où j’ai eu ne mal fou à choisir tellement les crèmes étaient jolies et les adjectifs me plaisaient beaucoup. C’est une gamme « humeur » très colorée, et vraiment j’ai hésité à tout embarquer !

Le thé c’est celui au nougat de la Compagnie anglaise des thés. La tasse est un craquage Super U, tout comme la cuillère. Je sais que ce thé va lui faire du bien au corps et au coeur ! C’est un doudou !

Le livre est une pépite achetée grâce aux conseils de Twitter. Le marque page est home made. La dédicace à l’intérieure lui dira tout ce que je ressens aujourd’hui pour elle. J’ai dévoré le livre avant de l’emballer, je n’ai qu’une envie maintenant, m’offrir les autres !

Parce qu’il faut toujours du chocolat. Le chocolat c’est antidépresseur. C’est bon. Vive le chocolat.

Le premier jour du reste de ma vie [lecture]

 

A lire d’urgence !

Je prépare une box pour les 40 ans d’une amie très chère qui a eu une année très difficile (découverte de la double vie de son mari, divorce et compagnie) et j’ai pris des conseils auprès des twittosiennes sur quelle lecture pourrait lui être bénéfique. Ce titre est revenu plusieurs fois.

Quand le livre de Virginie Grimaldi est sorti, il y a eu beaucoup (beaucoup) de bruit autour, il apparaissait partout, sur mon fils insta, sur mon twitter, et même sur fcb. Les gens que je suivais n’arrêtaient pas d’en parler. Du coup, je ne l’ai pas acheté. Oui, je sais, mais je suis comme ça, quand je vois un truc partout, à la fin ça me laisse une image négative du truc en question. J’ai la même chose avec les vernis PP, à chaque fois que je vois passer 12 fois le même flacon chez les blogueuses ongulaires, ça me donne des envies d’unfollow et je repars pour 5 ans de vaccination sur la marque. Presque 33 ans, toujours aucun PP et pourtant, sachez qu’ils me plaisent et me font envie. Mais trop c’est trop !

Bref, l’effet de masse est retombé, j’ai commandé le livre en version poche pour mon amie. Et puis jeudi soir, 18h j’ai ouvert le livre, juste pour feuilleter, et j’ai accroché au premier chapitre, puis au second … et vendredi matin à 7h30, je terminais le livre au fond de mon lit.

J’ai aimé !

(Vous apprécierez au passage ma manucure semi permanente qui vient d’avoir deux semaines)

Je ne vais pas vous raconter l’histoire, ce n’est pas possible. D’autant que pour moi le livre connait plusieurs débuts. Pour ceux (celles) qui l’ont lu, à titre d’exemple on pourrait commencer la lecture au salon de coiffure.

Bref, lisez le.

Le livre procure beaucoup de bonnes bouffées d’oxygène. J’ai aimé le ton léger, j’ai aimé le langage, le vocabulaire, j’ai accroché à tous les personnages et à leur évolution. J’ai aimé la fin du livre (et pourtant je suis très chiante en fin de livre) et j’ai aimé la trame. Tout est fait pour me plaire.

Bien sur que ce livre ne changera pas le cours de ma vie, il ne me fera pas changer, il ne me fera pas évoluer autrement que comme je l’ai décidé, mais il est un bon accompagnateur. Il permet de relâcher la pression, de se demander « et si ». Et si j’étais Camille ? Et si je finissais comme Marie ? Aurais je fais comme Anne ?

Finalement je suis un peu tous les personnages. Au départ je me sentais volontairement très proche de Marie, et puis côté langage j’ai vite compris que j’étais une Camille. Sauf sur la fin, où j’ai eu envie d’être une Anne.

Je suis plus de femmes que je pourrais le croire, et c’est ce qui m’a plus dans ce livre : une trame (volontairement ou pas) féministe, sur les combats qui sont propres aux femmes, sur leurs douleurs et leurs envies, sans en faire des tonnes, sans en avoir l’air … juste en faisait leur portrait de femme.

Ce livre n’est pas un anti-dépresseur mais vous passerez à coup sur un bon moment. Et qui sait, peut être qu’en le fermant vous aurez pris le billet d’avion qui vous faisait envie il y a 10 ans.

J’ai résumé tout ça sur Amazon en commentaire produit :

Vous avez envie d’une bouffée d’oxygène ? De fumer une cigarette ou de vider la bouteille de rosé ?
Vous hésitez entre vous marier avec Bernard ou quitter Jules ?
Ce livre est fait pour vous !

Ne dépensez pas 5000€ dans un voyage au Pérou, non, offrez vous ce livre pour une croisière dans le cœur des femmes !
Vous découvrirez qu’importe la douleur et la peine, qu’importe la colère et la honte, le chemin mène toujours quelque part !
Les aventures d’Anne, Marie et Camille vont vous vriller le cœur dans la bonne humeur !

On passe un très bon moment, et on en vient à regretter quand le livre et fini.
L’Auteure a délicieusement croqué les émotions de ses héroïnes, on est dans un tableau d’Amour au féminin avec beaucoup de subtilité mais beaucoup d’humour aussi.

Ne passez pas à coté, vous le regretteriez !

Je viens de commander les deux autres livres de Virginie Grimaldi, j’ai hâte de les recevoir !