Archives de Tag: Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie

Il est grand temps de rallumer les étoiles [Virginie Grimaldi]

Je viens de finir le nouveau roman de Virginie Grimaldi.

Il est grand temps de rallumer les étoiles

Je me sens troublée et je ne pense pas que faire un article à chaud soit la meilleure idée du siècle, mais faut que je note !

Là, j’ai envie de dire que son nouveau roman m’a fait mal, et que du coup, je l’aime moins que le précédent (le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie), mais ça ne serait pas honnête…

Il me parle vrai, il me touche moi, dans mon corps, et dans mon âme. Il me renvoie en pleine gueule mes ratés, mes illusions, les conflits avec ma mère, la violence des gestes et toute cette souffrance qui m’a bouffé pendant des années.

Ce n’est pas parce qu’il a appuyé sur les bleus que je dois faire comme si je ne l’aimais pas. Parce que ce nouveau roman, il est génial !

Tour à tour dans la tête d’ Anna et Chloé, je me suis surprise à me retrouver aussi dans Lily. J’ai grandit. Cette trinité là, nous renvoie des images de nous, de nous en tant qu’enfant, en tant qu’ado et en tant qu’adulte. Il n’est pas toujours facile de grandir, et il est encore moins facile de faire grandir et d’aider à grandir quelqu’un qu’on aime.

Je ne sais pas si Anna fait le bon choix, si elle fait les bons choix, ni si elle a les bons mots sur ces maux, mais elle permet à chacun de se demander où on va, et comment y aller de la plus belle des façons. Bien sur je mentirais si j’avais pas eu envie de lui crier de faire usage de son argent autrement, mais je me connais assez pour savoir qu’être déraisonnable c’est aussi vivre plus fort. Et j’aurai fait pareil finalement.

C’est une nouvelle ode à la féminité (qui me rappelle le premier jour du reste de ma vie) et à la sexualité (comment, quand, pourquoi ou pour quoi …) et c’est encore avec beaucoup d’humour que l’ensemble se lit très bien et très vite. Mention coup de cœur à la narration du journal de Lily qui donne de la légèreté au livre.

Ce livre m’a donné envie de dire à ma mère que même si je l’ai détesté d’aller chercher à manger aux restos du cœur (je me cachais dans la voiture, j’avais trop peur de croiser quelqu’un du collège) je lui serais à jamais reconnaissante d’avoir toujours fait comme si tout allait bien, même si je savais très bien que ça n’allait pas. Je ne voulais juste pas l’entendre.

Ce livre m’a donné envie de dire à mes enfants à quel point leur père était extraordinaire. Je n’ai pas les mots pour leur raconter par quoi je suis passé avant lui, mais j’espère les en protéger.

Tous les jours j’ai cette conscience de me trouver chanceuse de vivre mes rêves et de réaliser des projets. Ils ne sont pas fous, je n’ai pas envie d’aller voir la Norvège en camping-car, ni les kangourous en Australie, mais ils sont fabuleux car ils font partie de moi, de mon histoire, de ma famille.

Ce nouveau roman est une nouvelle piqûre de rappel pour vous rappeler que vous êtes maîtres(se) de votre vie et que rien n’est perdu d’avance.

J’ai tourné la dernière page en souriant, et là, j’ai juste envie d’aller pleurer dans les bras de ma mère, en lui demandant si elle veut bien remonter dans le bus avec moi.

Articles précédent sur l’auteure :

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie [lecture]

J’ai lu ce livre en 2 jours. Il m’a dévoré les entrailles. J’ai eu mal. J’ai pleuré. Je l’ai trouvé fort et puissant. Une vraie gifle.

C’est pour moi le plus abouti et le plus poignant des livres de Virginie Grimaldi.

Un plongeon dans ce que la vie peut faire de plus douloureux, une histoire de vie si fragile malgré un caractère si fort …

Je ne sais pas si Virginie a souffert en l’écrivant mais il est criant de sincérité. J’ai eu l’impression d’une histoire vraie, d’un témoignage de ce que la vie peut entraîner comme douleurs. Comme si elle était passée exactement par toutes les sensations qu’elle a su parfaitement décrire.

Je me suis sentie happée par l’histoire. Je me suis sentie témoin. J’ai eu envie d’entrer sans frapper pour serrer l’héroïne, Pauline, dans mes bras et lui dire que ça allait bien se passer et que tout s’arrangerait.

Parfois dans la vie ça ne s’arrange pas comme on voudrait mais ça ne veut pas dire que ça finit mal.

Un livre à lire de toute urgence, juste pour rire, pour pleurer, pour avoir mal, pour se sentir bien, pour comprendre et pour apprendre.

A acheter ici