Archives de Tag: bourg en bresse

Mon premier tatouage

Tatouage à 3 semaines

Si vous me connaissez, vous savez que, de la même façon que j’ai attendu près de 15 ans mon premier piercing, j’ai attendu près de 20 ans mon premier tatouage.

Des appréhensions j’en ai toujours eu des tas, même l’idée de passer une consultation chez le généraliste me rend nerveuse. Passez un coup de fil aussi. Mais parfois, j’ai des élans de motivation et je me dépasse.

J’ai un cahier de tatouages, un cahier que je remplis depuis des années avec mes envie de tatouages, avec des dessins et des notes sur les emplacements. J’ai pris autant de RDV que je n’ai jamais honoré que je me suis pris de râteau amoureux. Je vous laisse imaginer. Avec les arrhes que j’ai laissé aux quatre coins de France, j’ai payé mon tatouage depuis des années…

Tiens, tu veux du rendez vous manqué ? cet article date de 2012 ! 

J’avais toujours ce même souci de trouver LE tatoueur, celui en qui j’aurai pleinement confiance, celui à qui je pourrai laisser ma peau. Mais à chaque fois, la même histoire. Je trouvais le tatoueur, je le rencontrais, ça se passait plutôt bien, je montrais les dessins, ça se passait encore bien, je prenais RDV, je laissais un tiers du montant estimé et je rentrais chez moi. Puis je réfléchissais. Je fouinais l’internet mondial et le book du tatoueur, je regardais les photos de ses réalisations. Et d’un coup je me disais que non, c’était pas PARFAIT. Et plus la date du tatouage approchait, moins j’avais envie de ce dessin finalement. Alors, quand même, je suis bien éduquée, alors j’avais la décence d’annuler mon RDV, mais je laissais les arrhes car j’avais honte de croiser le regard de celui qui me jugerait peut être en allant les récuperer…

Régulièrement, tout les 2 ans, j’avais cette envie de tatouage qui revenait. D’ailleurs la dernière fois c’était quand je travaillais dans la pub, et j’étais passé dans un shop près de chez moi. J’avais eu un super contact, j’avais adoré le tatoueur et le perceur. Sauf que je n’arrivais pas à lui faire pleinement confiance pour un marquage à vie. Mais j’ai sauté le pas du piercing en janvier 2017. Et bordel c’était bon. 

Et depuis la rentrée 2019, j’ai de nouveau cette envie d’encrage qui me reprend. J’ai complètement changé mon fusil d’épaule. J’ai changé le dessin, finalement je veux quelque chose pour moi, pas d’hommage aux enfants, ni à mon couple, ni à ma couture, non je veux un truc égoïste au possible qui me ressemble à moi ! Je veux voir ce tatouage alors tant pis si ce n’est pas sur l’omoplate comme prévu, il sera sur le gras du haut du bras et puis c’est tout. J’ai demandé à mon illustratrice Mili.D si elle m’accordait le droit de prendre son dessin, et peut être de le modifier un peu. Elle a dit OUI (je crois qu’elle était aussi excitée que moi)

J’ai cherché le tatoueur. J’ai repéré un salon à Bourg En Bresse Steel On Skin

Je suivais les actus, j’attendais le déclic … Et puis ils ont annoncé qu’ils accueillaient un guest en novembre. Et j’ai suivi le lien et BORDEL c’était exactement ça que je voulais, je voulais du Natacha Baret ! Je lui ai envoyé un mail, un long mail (j’ai honte en le relisant, mais je ne savais pas comment l’aborder alors que je sais disserter) et elle a eu la gentillesse de répondre. Et nous avons échangé sur la taille et le dessin, il a fallu deux dessins pour que je sois convaincue de mon choix. J’ai alors été au salon réservé mon créneau. Et j’ai laissé des arrhes …

Je ne vous mets pas les dessins, juste parce que je n’ai pas réussi à mettre une protection dessus qui ne gâche pas le visuel. Et je ne souhaite pas que « ma » fée se retrouve partout. Je l’aime tant.

Le jour J, j’étais moins anxieuse que pour le jour du Permis, ou le jour du Bac. Mais j’avais tellement peur d’avoir mal. J’avais du mal à respirer calmement. Heureusement Natacha a su direct me mettre à l’aise. Elle a tout préparé en m’expliquant le matériel. Puis on a pris le temps de positionner le dessin, à plusieurs reprises pour trouver l’emplacement idéal. Elle a été de très bons conseils et vraiment je suis contente d’avoir choisie cette jeune femme, très à l’écoute, douce et adorable !

Allez, on s’installe, premier coup d’aiguille … Bon, ok, c’est rien du tout, c’est moins douloureux qu’une griffure de chat ou qu’une épilation électrique. La musique couvre le léger bruit de la machine (vraiment pas bruyante ! Rien à voir avec la fraise du dentiste) et les vibrations me bercent. Je somnole. On discute tranquillement, ça se passe bien, je suis bien, shootée d’hormones. Après 1h de tracés noirs, Natacha attaque la couleur, et là, oui, forcément, c’est pas la même chanson. Ce n’est pas douloureux, c’est désagréable seulement. Et encore, je suis une chochotte, j’en rajoute ! Cette super Tatoueuse a pris le temps de vérifier plusieurs fois à la lumière que les ailes étaient bien colorées, jusqu’à ce que je sois pleinement satisfaite !

Et puis voilà, c’est fait. Maintenant il faut soigner, laisser cicatriser. Je vous prépare un article sur les étapes de la cicatrisation d’ailleurs et vous verrez tout (même le dégueu) et vous saurez si il y a eu retouches ou non 😉

Je pense que je ne surprendrais pas les tatoués mais 1h après j’avais dejà envie d’y retourner !!! Le second tatouage prend forme dans ma tête !

Tatouage à 3 semaines

It Style Make up #bourgenbresse c’est nouveau, c’est beau ?

Photo prise au salon

Mercredi 8 mars, dans Bourg en Bresse, je cherche où faire une manucure avant notre départ pour le voyage de nos rêves à Rome.

Je me débrouille bien toute seule mais là j’ai eu envie d’être chouchoutée.

Salon Bourg en Bresse – Image du site http://www.itstyle.fr

Par le hasard des ruelles, je tombe devant It Style, devanture chic et sobre, lumineuse, ça appelle à pousser la porte. Un accueil sympathique, on plaisante, on rit, bonne humeur et plaisir au rendez vous !

Camille a de la place pour une pose classique de vernis, impeccable. On discute, on rigole, encore une fois c’est agréable d’être chouchoutée.

Le mauvais point : ils ne connaissent pas le Poshé, donc clairement, je suis sortie, j’ai niqué un ongle en fermant mon sac à main, et les autres ont morflé dans la soirée. J’ai corrigé le tir à la maison (j’ai rajouté une couche d’un OPI et finitions Poshé)

Mercredi 15 mars. J’avais pris rendez vous pour tester le vernis semi-permanent. Je suis à l’heure, Camille aussi. On commence par quelques soins, la pause est ludique, passage rapide de chaque ongle sous les leds, soins des mains pour un finish impeccable. Le prix ? 22 €

Clairement quand j’en suis sortie, j’étais ravie ! La couleur est superbe (aubergine) et j’adore ce look brillant !

Photo Fairydesfolies 15 min après la pose

Mercredi 22 mars. Un accro. Un ongle a cassé, emportant avec lui un petit morceau de vernis. Je suis passée au salon, on ne m’a rien proposé (dommage, même si je n’attendais pas qu’on me refasse l’ongle, j’aurai aimé qu’on me propose de limer l’ongle par exemple, du coup je l’ai fait seule et l’incident reste discret)

Photo Fairydesfolies une semaine après la pose

Je suis sur place, j’en profite pour tester le bar à sourcils. Avec mon piercing d’amour, impossible de faire de la cire, on y va à la pince. Alors niveau douleur, niveau confort : RAS, on est bien installé et l’apprentie qui s’occupait de moi a été douce et agréable. Très très peu de rougeurs (voire pas du tout) en sortant. L’épilation en elle même n’a pas été une grande révélation, je n’ai pas aimé le dessin final, même si elle a retouché à ma demande, un coté n’était pas assez fin en bout, et l’autre paraissait vraiment en accent circonflexe. J’ai demandé un conseil maquillage (moi qui utilise un crayon) et j’ai finis avec les sourcils maquillés au mascara. Comment vous dire ….

Je ne me suis pas reconnue. J’ai gardé ça quelques heures, j’ai tout retiré avant de rentrer chez moi. Je me sentais vraiment pas moi du tout et j’ai vite supprimé toutes les photos compromettantes envoyées aux copines !

Mercredi 29 mars. Ma manucure semi-permanente a maintenant 15 jours. A quoi ressemble t elle ?

Impeccable, toujours brillante, pas de soucis de tenue. Peut être un regret c’est que je raye mes ongles (les aiguilles n’aident pas) et que du coup ça se voit si on y regarde de près. Mon autre regret c’est que je me lasse de la couleur, que j’adore la tenue et  le rendu brillant mais que si on pouvait juste faire ça sur une semaine ça serait bien mais avec le prix proportionnel évidemment. Pour l’instant la repousse est discrète et acceptable.

 

Photo Fairydesfolies 15 jours après la pose

On arrive à la troisième semaine.

Lundi  : un éclat (à l’index déjà abîmé que j’avais rectifié)

 

Éclat sur l’index photo Fairydesfolies

Sinon ? L’intervalle se voit de plus en plus. J’ai les ongles qui poussent donc très vite en fait.

Fairydesfolies

Le vernis est toujours aussi brillant. J’aime vraiment la tenue. Mais je pense que 21 jours c’est compliqué. J’ai fait du nettoyage à la paille de fer mais quand même. Je pense que j’aurai dû prendre rdv samedi dernier ou lundi. Entre les 15 jours et les 21 jours. Enfin bref.

Mercredi 11h 52.  L’heure du Crime.

Cette fois je peux le dire, je suis allée au bout de bout de cette manucure. Je l’ai testé et restesté. La paille de fer, le vinaigre blanc, le récurage du bout des ongles … Je n’aurai pas trouvé à lui faire subir plus que ce que j’ai fait dejà pendant ces 3 semaines !

3 millimètres. Il y a 3 millimètres d’ongle visible. 1 millimètre par semaine, c’est pas mal. Ils sont par contre trop long là, et je pense qu’ils auraient cassés si le vernis utilisé n’était pas un renfort.

Photo Fairydesfolies 3 semaines après

Mercredi 15h. Au salon. L’heure de la dépose a sonné !

On commence par poser des cotons imbibés de dissolvant et on emballe les doigts dans l’aluminium. Ensuite le même rituel répété 10 fois : retirer la papillote. Gratter le vernis  (fondu) poncer (légèrement), couper les peaux et limer l’ongle  (j’ai demandé à raccourcir franchement les miens).

Là je vous avoue que vu l’état de mes ongles, j’ai hésité à repartir sur un semi permanent… je me suis laissée convaincre (trop naïve) mais j’aurai dû vous prendre une photo, c’était affreux. Pour le coup, je comprends qu’on puisse faire le choix de remettre du vernis, faut planquer le désastre.

(Bon, en même temps 3 semaines à étouffer l’ongle sous des couches de produits chimiques hein… y a pas de miracle … ne vous attendez pas à de magnifiques ongles vierges)

On repose donc un sémi permanent. Rouge à paillettes. Cette fois c’est à l’apprentie que j’ai confié mes mains (faut bien qu’elle apprenne) mais j’avoue que je suis plutôt déçue du résultat.

Le vernis est superbe mais le geste est approximatif. Les ongles ne sont pas parfaitement limés et la démarcation ongle vernis – peau n’est pas nette à chaque fois. Camille (une des responsables) a checké mes mains mais elle a convenu la même chose que moi, l’apprentie doit encore travailler.

Photo Fairydesfolies 5 min après la pose

Vendredi (J+2) j’ai un accro. Humph. Je coupe directement l’ongle au coupe ongle pour que le vernis ne bouge pas (lu sur la blogosphère quand on demande à google comment faire). Et j’ai un ongle en train de casser, c’est moche et pour le coup je pense que y a pas grand chose à faire à part attendre … J’ai posé un strip et du poshé pour la journée. C’est discret, mais visible. Mais l’ongle tient.

Allez, je reviendrais dans 3 semaines quand on déposera tout ça. J’ai pris rendez vous pour un soin complet des mains (gommage, modelage, trempage) avec manucure et une french classique. En esperant que mes ongles s’en sortent et tiennent jusque là.

La semi permanente c’est bien, ça tient, c’est joli, c’est brillant mais

  • 1/passez par un pro
  • 2/ne les enchaînez pas
  • 3/si vos ongles sont fragiles ça donne l’illusion qu’ils sont forts

La page fcb du salon pour les curieux : Itsyle Bourg en Bresse

J’ai testé la Maison du Revermont à Beaufort #bourgenbresse #jura

Dimanche 21 Juin, nous avions envie de terminer notre week end au paradis avec un restaurant de qualité.

Nous étions sur la route Lons-Bourg et nous avons flashé sur la devanture de la Maison du Revermont à Beaufort.

158

159

157

156

154

155

Accueil froid pour ne pas dire glacial. Le restaurant est presque vide et on nous demande si nous avons réservé. Il est midi tapante quand nous prenons place en salle.

150

106

La prise de commande n’interviendra que 30 min plus tard. On a largement eu le temps de se déshydrater.

093

095

096

On opte pour le menu Gourmand et un Saint Veran (ce vin est un vrai coup de coeur pour moi, habituée au blanc d’Alsace)

098

Le kir n’est pas bon, je ne le finirai même pas.

097

Des petites bouchées sont servies en apéritif, ce n’est pas désagréable et c’est rafraichissant.

100

L’entrée de mon mari était le foie gras avec sa crème glacée de pain d’épice, une petite tuerie, vraiment très très bon. Un vrai point fort pour le restaurant !

105

Je me suis laissée happer par la cassolette d’écrevisses, mais malheureusement ce plat n’a pas été à la hauteur de mes attentes. Une soupe de crevettes auraient été un bien meilleur intitulé de plat.

104

L’attente était déjà interminable après les entrées…

109

1h30. Il s’est passé une heure trente. Nous avions eu l’apéritif et l’entrée. Je commençais à me dire que notre repas en amoureux n’aurait jamais de fin et nous prendrions le dessert à la tombée de la nuit …

112

Le plat choisi était la ballotine de volaille aux morilles. Il a été servi avec une mousse de petits pois, un galet de purée de pommes de terres et des aubergines.

116

La mousse de petits pois était parfaite, les morilles étaient géniales et à tomber !

118

Malheureusement la volaille n’était pas terrible, trop cuite, presque caoutchouteuse. La farce était par contre très réussie.

125

14h02, c’est le moment où je demande une nouvelle bouteille.

121

J’en profite pour demander où sont les toilettes. On me montre la porte du bout de l’index, sans lever les yeux vers moi. Bonne ambiance.

124

Le point positif, la propreté et les serviettes personnelles pour les clients.

127

Le fromage arrive. Mon mari se laisse tenter par une faisselle locale, j’opte pour un fromage de brebis crémeux mais malheureusement servit sans pain, sans poivre …

130

129

A cet instant, j’espère me rabattre sur les desserts, je suis d’ailleurs toute euphorique (et encore ivre de notre nuit idyllique) et je renverse nos deux derniers verres de blanc. OUPS.

126

Aucun serveur sur les 3 prévenus ne viendront essuyer le sol, ni la table. on terminera le repas avec les moyens du bord …

136

Mon dessert était une tarte à l’abricot, nulle part il n’y avait mention de glace, j’aurais préféré qu’on me demande mon choix de parfum, je n’aime pas la vanille.

137

Artistiquement, oui, ça le fait.

138

Rien qu’à l’oeil j’ai un doute sur la cuisson de la tarte. Elle ressemble aux surgelées précuites avec lesquelles j’ai travaillé dans une vie antérieure.

140

Et bingo ! La pâte sablée est un desastre.

134

Le dessert de mon mari était une jolie réussite, une soupe froide aux fruits rouges et une tuile de nougatine.

Pour une centaine d’euros, je pense qu’on aurait pu avoir bien mieux, on ne s’attardera pas, laissant le livre d’Or fermé dans son coin.

152

J’ai testé le Pass Time – Eros et Aphrodite #BourgEnBresse

photo

C’était lors de notre week end en amoureux, nous cherchions à tuer une heure avant de rejoindre notre paradis.

Je feuilletais notre Pass Time, quand, tout à coup, je tombais sur la page de la boutique Eros & Aphrodite. Nous nous laissions alors tenter.

Pour la trouver, rien de plus simple, sortie de Bourg En Bresse, on prend direction Attignat et c’est la zone sur la gauche, prêt d’un club de danse pour grabataires (le tango-déambulateur, très à la mode cette année)

Attention, ce n’est pas un sex shop, c’est un sexy store. Il reste interdit au moins de 18 ans, rien n’est visible depuis l’extérieur et la porte d’entrée façon porte blindée de boîte de nuit laisse présager un contrôle pointilleux de la clientèle.

Pas de sensation glauque, boutique rangée, illuminée, de belles couleurs, un certain gout du design et de la classe.

Beaucoup de lingerie, de magnifiques cuissardes (dont une paire rouge qui m’a donné envie de revenir quand nous aurons plus de temps) des corsets fabuleux qui peuvent être faits sur mesure (hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii c’est trop génial) et des accessoires qui feraient plaisir à Mister Grey

Une partie DVD, une partie sex toy, quelques incongrus sous vitrine (essayez de deviner ce qui se cache dans la valise, je n’imaginais pas qu’une telle chose puisse exister, et pourtant j’ai de l’imagination)  et beaucoup de conseils avisés.

Bruno est absolument adorable, charmant et connait bien ses clients. Il vous racontera de belles histoires, parfois très drôles et vous n’aurez qu’un regret, qu’il n’y ait pas un coin détente pour se boire un café au milieu de tout ça.

Côté prix il y en a pour tout le monde, je prends volontairement l’exemple des boules de Geisha, compter moins de 5 euros pour le modèle d’entrée de gamme en métal made in China et une dizaine d’euros pour la marque Pretty Love et un trio de boules en silicone.

Si vous cherchez les cabines et les hôtesses, passez votre chemin, chez Bruno on garde ses vêtements jusqu’au bout …

Grâce au Pass Time nous avons eu 30% sur notre achat, et il ne sera surement pas le dernier. L’offre permanente permet une réduction de 10% à chaque visite.