Archives de Catégorie: Maman de Trois

La varicelle

NB : pardon, l’article date un peu, il etait perdu dans les méandres du blog…

 

11 juillet 18h je remarque sur ma petite dernière un bouton sur le ventre. Une heure plus tard il y en avait 3 au visage et 2 sur le cuir chevelu. A 20h on était déjà au delà des 30 dont deux sur la vulve et un sur la langue.

Pour moi le verdict est sans appel. Je suis replongée à l’été 2010. Avec une aînée et mon fils, à l’époque moins d’un an, recouvert de boutons.

Varicelle.

Je connais trop bien ses boutons. Rouge d’abord et très vite des vésicules remplis d’un liquide transparent.

Le doute n’est pas permis quand l’évolution se fait en quelques heures.

Dur pour moi de laisser mon bébé aujourd’hui pour aller travailler. J’aurai voulu la câliner sur le canapé toute la journée.

Heureusement papa est là.

Prendre rendez vous chez le médecin ?  Oui. Par sécurité. Surtout pour les boutons aux endroits sensibles. Et aussi parce que notre ainée avait enchaînée avec une surinfection.

Ça gratte? Oui. Beaucoup. Un remède de grand mère ?  Non. Le cicaflate en lotion asséchante. Miraculeux !  Version Avene ou Bioderma : même combat !

Mon bébé fille devient plus blanche que moi pour la première fois.

Photo à l’appui.

Combien de temps ça dure ?

Variable. Comme le nombre de boutons. Ma fille aînée a fait deux poussées bien distinctes à 8 jours d’intervalle. En 3 semaines y avait plus rien. Mon fils a fait une poussée continue sur 10 jours. Il en sortait tout les jours une vingtaine de plus. Il nous a traîné des boutons sur un bon mois. Je me souviens car … Je notais chaque jour l’évolution des boutons (mère maniaque du carnet de santé Bonjour)

Pour l’instant, J2 sur la photo, la situation boutonnesque de ma bébé chérie est stabilisée. Ou semble l’être. Depuis 24h pas de nouvelle sortie. Depuis 24h pas de changement.

Vu le médecin ce J2. Médecin qui désapprouve l’usage du Cicaflate. Un jour les médecins seront d’accord sur un traitement. Si si. Bref. Désinfection à la biseptine matin midi et soir. Et je vous dis pas l’horreur pour les boutons grattés. Ma pauvre bébé d’amour.

Un médoc anti gratouilles au besoin et du doliprane si grognon-titude. Roule ma poule.

J3. Des boutons toujours en quantité stagnante. Un bébé qui supporte pas trop mal mais qui est peinée de se voir boutonneuse.

J7. Pas d’évolution. Des boutons qui commencent à sécher. C’est long. C’est long

J11. RAS les boutons s’estompent pour laisser place à une petite tache rosée…

J12. Fin du round, aucun boutons n’est apparu à la suite de cela.

J15. La dernière croûte est ENFIN partie !

Libérée, délivrée !

Publicités

La hotte du Père Noël (11, 8 et 4 ans)

Les lettres du Père Noël ont été faites le 1er novembre, posté le même jour, au moins, on est tranquille, c’est fait ! Bon, comme chaque année, ça ne m’empêchera pas de refaire les courriers par internet (sinon, je ne sais pas pourquoi, ils n’ont jamais de réponse)

Commençons par ma grande, 10 ans, bientôt 11, les cadeaux ne sont plus vraiment des jouets, elle demande des choses cérébrales, des jeux de console, et de l’équipement sportif.

Tu sais, j’ai pas de budget extensible à volonté, et j’essaie de garder un équilibre entre le nombre de cadeaux et le budget par enfant. C’est important pour moi. Après une petite discussion avec ma fille, elle devrait donc retrouver sous le sapin sa paire de Roller (avec un casque) un jeu DS maison du style (voire un deuxième vu que le plus recent est sorti juste avant cet article) et une tour eiffel en puzzle 3D. Elle recevra également son premier manga (qui aura un article consacré à lui tout seul). Un bijou aussi… Et surement des tas de petits trucs pas prévus à la base ^^

Pour mon fils, attention, plongeons dans l’univers Star Wars…

Bon, là encore, on a fait le point avec lui sur ses priorités. Vaisseaux de Kilorene (hahaha, cette orthographe m’éclate) dans le panier, avec un jeu DS lego marvel Avengers. Il aura son encyclopédie Marvel, un livre sur les Jedi et surement un rubik’s cube, et lui aussi aura plein de petites merdes qu’on n’avait pas prévu …

Pour la petite dernière, ça a été bien difficile, regardez sa lettre, du n’importe quoi. Elle voulait même découper des tapis d’eveil (elle a 3 ans et demi NDLR)

Elle, sous le sapin, elle aura deux gros coffret de lego duplo (la foret et la fête forraine). Elle aura aussi un coffret du Loup (surement super héros) et un bébé Cicciobello (oui je sais mais j’ai resisté pour mes ainés, là j’en peux plus, il me plait trop ce bébé malade – dit elle avant d’avoir passé une journée à entendre les pleurs) et nous sommes encore dans l’attente d’un beau et gros livre de contes, manipulable par elle même (donc en papier indéchirable, potentiellement lavable) mais dont nous, parents, liront les histoires (dans l’idée je suis plutôt Andersen que Disney) Huhu si vous avez des pistes…

Les cadeaux sont dejà commandés, la plus part livrés. Je n’avais pas envie d’aller dans les magasins, merci Amazon, en quelques minutes tout était fait !

J’ai rajouté quelques surprises (BD Mini rugbymen par exemple) et dans ces listes il y a le cadeau de la grand mère. Les marraines cherchent encore. On verra, avec un peu de chance, on pourra peut être avoir une maison …

Ça change quoi un troisième enfant? 

On était bien à 4. Le Dragon, nos deux gamins, et moi.

On se disait que c’était fini. On s’arrêtait là.

Et puis non. Finalement non.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu une famille nombreuse. J’avais une liste de 6 prénoms. 3 gars. 3 filles. Aujourd’hui de ses prénoms, il y en a un qui appartient à #monbébéfille.

Le Dragon avait annoncé la couleur dès les balbutiements de notre vie sentimentale. Deux enfants. Une fille. Un garçon. Lui aussi avait décidé les prénoms. De ses deux prénoms, il y en a un porté par notre ainée.

Je savais où je mettais les pieds. Je savais qu’il ne serait pas facile à convaincre. J’avais réduit ma demande à 3 enfants. Mais c’était trop pour lui. Alors après la naissance de notre fils, j’ai laché l’affaire. Cela me faisait souffrir de voir qu’il se céderait pas à ce désir du troisième enfant. C’était douloureux. J’avais un trou béant dans le ventre. Comme s’il manquait quelqu’un dans ma vie.

Et puis au moment où je m’y attendais le moins, il s’est passé quelque chose de formidable.

Notre fils avait 3 ans.

On devait changer de voiture. Mon Dragon à pris les choses en main. Il devait aller en repérage pour ensuite me faire un compte rendu et que nous fassions notre choix.

Dans la pratique, je me souviens bien qu’il est rentré du concessionnaire avec un papier jaune. Il avait acheté une voiture. Sans moi. Humph.

Il m’annonce donc son choix. Un Zafira. 7 places. Je suis rentrée dans une phase de colère incroyable. Forcément, 7 places !!! Vu le prix de la voiture j’ai pas compris l’utilité des 7 places.

C’est là que calmement, il a justifié son achat par « on va avoir un troisième enfant ». Je lui ai demandé de répéter. Je lui ai demandé s’il était sur de lui. Je lui ai dit que j’avais besoin d’être sûre de comprendre.

Il a pris le temps pour bien me redire combien il voulait ce troisième enfant. J’étais sous le choc mais très heureuse. J’ai pris mon téléphone et j’ai annoncé au monde entier qu’on allait faire un bébé.

Le lendemain, j’ai appelé ma gynéco pour faire retirer le stérilet. Pas de place avant l’été. On était en janvier. J’en pleurais. Finalement j’ai obtenu un rdv rapidement en disant que si y avait personne de dispo je le retirerai moi même.

Février. Dégagement du stérilet.

En mai, lendemain de fête des mères j’étais enceinte.

Cette grossesse n’a pas changé notre vie. C’était plus dur que pour les autres. J’avais presque 7 ans de plus. Je travaillais et y avait deux enfants qui prenaient déjà beaucoup de place.

La naissance n’a pas changé notre vie. Tout était organisé. Sauf le déclenchement et la trouille d’un bébé qui allait mal. Mais elle est née. Et ça a été immédiatement naturel.

Tout a été naturel à partir de là. L’allaitement a été facile et sans douleurs. Les crises de larmes vécues avec mon fils étaient un souvenir douloureux mais dépassé par cette histoire lactée qui a dure plus de 2 ans.

Je n’ai pas de souvenir de difficultés de sommeil. Je ne me souviens de rien. C’était bon er magique. Pourtant quand je relis mes vieux articles ou mes posts sur les forums je vous bien que j’ai dormi 2 ans en pointillés. Mais il n’en reste rien.

On est parti avec nos enfants. Des vadrouilles parisiennes, des voyages, des sorties qu’on aurait jamais fait avec deux enfants. Je ne m’en sentais pas capable. Et avec notre troisième tout est devenu facile. J’avais envie de sortir, je sortais. Je ne faisais plus de sacs pour prévoir le change ou je ne sais quoi. On improvisait.

E a changé ma vie. Je suis devenue plus forte et plus zen à son contact. Je suis devenue la mère de famille nombreuse qui assume et qui aime ça. Mon trou béant s’est fermé. Mon désir d’enfant a eteété comblé. Je suis apaisée et fière de ma tribu.

E a renforcé notre couple. Plus fort. Plus solide. Plus complice. Je suis retombée amoureuse.

E a apporté une stabilité émotionnelle à ma vie. Je me sens moins bancale. Je me sens complète, comme si elle avait manqué à ma vie pendant toutes ses années.

Je suis maman de trois. Et j’adore ça.

Moi, moche et méchant 3 (banana)

Nous avons profité d’un dimanche après midi pour traîner les enfants au ciné.

Évidemment le PAPUCHE BANANA nous faisait très envie.

Les minions, ce craquage total 

Comment ne pas les aimer ?  Leur langage particulier me fait toujours autant rire (fesse ?) et j’adore leur individualités. Kévin m’a manqué dans cet opus mais Mel a pris la suite dignement.

Les filles 

Agnès est un véritable coup de cœur. Son aventure avec la licorne m’a émue. C’est une vrai métaphore de la vie que de vouloir tellement quelque chose que de finir par croire qu’on l’obtient même si c’est différent de ce qu’on imagine. C’est fort et puissant.

L’ado terrible est une Margot formidable. En pleine révélation sur le rôle de sa mère et en acceptation de l’amour et des formes qu’il peut prendre.

Dommage que Édith soit aussi transparente. Mais elle reste la gamine et son gâteau de bouillasse tellement hilarant.

Le couple Groucy fonctionne très bien. Un brin bancal mais plein de tendresse. On est conquis.

Le frangin est un phénomène. Visiblement drôle et très caricatural de celui qui veut mais qui n’arrive pas. Le boulet. Drôle et efficace.

Une comédie familiale, un moment drôle qui fait plaisir à tout le monde, mais qui est bien en dessous des deux premiers opus malgré toute la meilleure volonté du monde.

No more baby ! [plus jamais ça]

Cet article va faire écho avec celui là   de 2012

Ho BORDEL que ce blog est vieux xD  haha je m’épate moi même !

Donc on a rangé le lit bébé il y a un petit moment, et là, je peux le dire, je n’ai PLUS AUCUN incontinent sous mon toit !

J’ai cherché JOIE et j’ai adoré ce GIF – Sheldon, épouse moi ❤

Donc ça y est, grand tournant chez les Dragon-Fée ! Je peux officiellement dire QUE JE N’AI PLUS DE BÉBÉ !!!!

Tu la sens la JOIE bordel ?

Bien sur, j’en entends parmis vous qui souhaite citer la grande Elle Driver … allons y ensemble, voulez vous ?

Quel sentiment est le plus fort en toi ? Le soulagement ou le regret ?

Paradoxalement, c’est le soulagement, le soulagement et la joie ! Je suis soulagée budgétairement déjà ! Il n’y a pas de petites économies hein. Et je suis soulagée pour mon fils dont je n’aurais plus à laver les draps détrempés… Evidemment !

Je suis joie et bonheur pour #monbébéfille ! C’est mon dernier bébé (et je pense que ce hashtag la suivra jusqu’à ses 15 ans, peut importe le réseau social qui aura englouti twitter à ce moment là) et je suis vraiment contente qu’elle entre dans la « cour des grands ».

Déjà l’entrée à l’école m’avait propulsé dans le gang des mamans d’enfants (et non plus de bébés), et ça m’avait fait beaucoup de bien. Maintenant, quand je la vois évoluer, grandir, parler, jouer, faire sa belle et soûler tout le monde, je me dis que je suis vraiment contente qu’elle ait été mon dernier enfant !

Avec mon Dragon on profite pleinement de pouvoir les faire garder sans craintes. 3 enfants, je vous assure que c’est compliqué à caser ! c’est simple, ma mère ne veut pas les prendre les 3 en même temps, elle a fait une exception pour l’Italie mais ça ne se reproduira pas. Donc pour un resto ou un ciné, on fait appel à notre babysitter L. L a 16 ans et c’est un garçon adorable, attentionné et surtout qui a la grande habitude des enfants en général (maman assistante maternelle) et des miens en particuliers (sa maman était la nounou de ma petite) et franchement ça soulage ! C’est simple, il maîtrise parfaitement ma situation : il réussit à les coucher quand il faut, sans pleurs etc … Et ça pour moi c’est l’essentiel !

On ressort régulièrement, on essaie une fois par mois, une fois toutes les 6 semaines… On se donne du temps pour nous, pour être deux. Même le week end, les enfants jouent, on est dans les bras l’un de l’autre. Ce n’était pas arrivé depuis longtemps de ne pas s’interrompre pour quelqu’un qui a soif, faim, fait caca ou autre …

Je ne serais plus capable de me sacrifier pour retomber dans l’époque du maternage. Je n’en n’ai plus du tout envie.

La nostalgie ?

Non, ça va merci.

Bien sur que je kiffe les mini bébé de moins de 6 semaines, evidemment. c’est un gros kiffe ça en plus, ça sent bon, ça remue pas et ça dort tout le temps. Mais je sais que ça ne dure pas, et aujourd’hui il n’y a rien dans le fait d’avoir à nouveau un bébé qui m’attire. Ni la grossesse (j’ai adoré les miennes) ni l’accouchement (j’ai aimé ce qu’il y avait à aimer) ni l’allaitement (ha, hormones de mon coeur) ne me feraient retomber dans un desir de maternité !

The End !

EVIDEMMENT !

Vulcania : passez votre chemin !

Le titre ci-dessus vous donne la grande ligne de l’article, je ne vais pas enjoliver, je vais essayer d’être peut être moins tranchante que je l’ai été sur twitter quand on est sorti du parc, je vais essayer d’être fidèle à ce qu’on a vécu et ressenti.

Contexte : on était sur Clermont Ferrand, nous n’avions pas de route à faire pour nous rendre à Vulcania, nous avions un après midi de libre, le parc avait une thématique intéressante et on savait que les dinos plairaient à tout le monde.

Mardi, 13h, on se déleste de 101.50 € (2 adultes, 1x 10 ans, 1x 7 ans et 1x 3 ans + le guide du parcours) et nous entrons dans les lieux.

Bienvenue à Vulcania

Première chose, nous sommes descendus le plus bas possible, c’est à dire au niveau -2. Nous avons traversé le « tunnel des nuées ardentes » qui nous a vraiment fait rire (côté effets spéciaux, on repassera) Les enfants ont voulu commencer par Dragon Ride, c’est là qu’on a pris conscience du drame. Ma mini n’accédait pas aux attractions avec son petit mètre… Donc on s’est séparé. Le Dragon a squatté l’étage avec les grands, je suis remontée au -1 avec ma miniature.

J’ai donc eu la joie (relative) de faire « Volcans sacrés ». Deux fois. Sorte de petit train de la mine, sauf que c’est juste des wagons isolés de 5/6 places qui transitent devant des animations (mal faites) pour expliquer les différents pouvoirs qu’on a prété aux volcans dans la civilisation. Mention coup de cœur au Mont Fuji avec le parfum très très présent des cerisiers japonais. Et juste 5 min d’attente pour 5 min d’attraction, bon deal.

Ma puce et moi avons ensuite fait « premier Envol » … Humph. 40/45min de queue (étroite) dans un couloir de moquette poussiéreuse et sans animations sur les murs… Vous imaginez une gamine de 3 ans en plein terrible two là dedans ? Vous sentez mon désarroi ? Bref, j’ai voulu faire demi tour après 15 min mais il y avait tellement de monde derrière nous que j’avais peur que la sortie soit pire (avec en plus une gamine hurlant qu’elle n’avait pas fait l’attraction). L’attraction, parlons en  : 8 minutes ! Un film sur écran géant et sol, animation de la nacelle, effet vol d’un oiseau. Si je devais noter les effets spéciaux même Star Wars IV aurait une meilleure note !!! Bordel à l’heure du numérique ne me dites pas que cette attraction est formidable hein ? Et j’avais mal aux yeux de voir autant de pixels sur l’ecran !!! « viens chercher une migraine » pourrait faire un sous titre formidable !

Mon homme m’a rejoint à ce moment là, il avait fait un spectacle de magie avec les enfants. Ensembles nous avons fait « le réveil des géants d’Auvergne ». J’avais mis ma fille sur mes genoux et je lui ai retiré les lunettes 3D car elle flippait vraiment trop. Les enfants ont bien aimé, le Dragon et moi avons aimé le côté « projection futuriste » car il s’agissait de montrer comment sauver l’Auvergne (et Clermont) en cas d’éruption. C’était intéressant, mais vraiment les effets spéciaux et les images de synthèse, c’est vraiment made in année 90 !

Nous avons poursuivi la visite avec « Abyss Explorer » que j’ai fait assise sur le sol (la plateforme est mouvante, il y a beaucoup de secousses, j’avais peur que ma puce se cogne, je l’ai prise sur moi) … super déçue ! Bon la plateforme qui descend on rigole 5 min, mais arrivée en bas y a rien … une projection colorée d’une éruption volcanique sur les murs d’une pseudo grotte marine… Mais c’est tout. Pfffiou.

Nous sommes revenus au niveau 0 après avoir traversé une sorte de faune locale (dont on n’a pas compris l’intérêt)

Passage de la serre

Nous n’avons rien fait au niveau 0. La galerie de jeu n’avait rien à faire là (à part occuper les moins de 6 ans qui s’ennuient surement dans le parc), le coin des expériences était saturé d’adultes, la cité des enfants était sur réservation (et seule ma miniature aurait pu y avoir accès). Les projections ont des horaires définies d’avance et nous n’avions pas envie d’attendre 1h pour profiter d’une autre attraction décevante.

Arrivés à ce moment là de la visite, on en avait ras le bol. Franchement, nous étions déçus, et nous avions envie d’y mettre fin. ce qui nous a retenu ? 101€  !!! Franchement si c’était pour y passer 2h on aurait fait autre chose de notre arpès midi !

Nous sommes remontés en surface avec l’intention de base de faire le ballon, et puis nous avons compris que là encore, c’était très bof puisque le ballon est juste posé au sol, on ne monte pas. Hahaha. Nous avons regardé l’animation « geyser » de loin, en été pourquoi pas, mais là avec moins de 20 degrés, à part chopper une pneumonie hein … et encore, ça veut dire prévoir des changes et compagnie … sans compter que ça n’a pas un grand intérêt de se tremper la gueule …

Bref. On a fait les dinosaures. Oui la ballade est sympa. Les dinosaures sont animés. Ils font du bruit.

Lien vers la vidéo instagram

C’est le seul moment que nous avons réellement appréciés, malgré le froid (relatif en altitude), nous avons pu prendre des photos, les enfants se sont amusés et nous avons pris du plaisir à traîner un peu les pattes sur le parcours.

Nous avons quitté le parc vers 17h/17h30. Nous avions vraiment les boules d’avoir payé si cher pour ça. Le dino zoo comblera nos prochaines envies de dinos, mais clairement Vulcania ne nous verra plus. Et je ne cesserai de le répéter autour de moi, si vous habitez à coté, que vous pouvez y accéder gratuitement (genre blogueuse influente ou CE d’entreprises) okay, tentez l’expérience, quand le parc est vide vous pourrez peut être profiter… Mais ne faites pas de route pour ça, ne payez pas plein tarif pour ça !!!

Ce n’est pas un parc familial (dès lors que vous devez vous séparer pour que chacun puisse faire des attractions à son niveau c’est tout sauf familial pour moi) et encore une fois, le niveau des animations est dépassé, franchement désuet et  il n’y a pas d’ intérêt pédagogique-scientifique suffisamment bien construit pour que vous passiez un bon moment !

J’avais lu les avis tripasdvisor (car j’avais envie de faire ce parc l’année dernière dejà) et j’avais franchement des doutes mais … mais je me suis laissé convaincre en me disant qu’on passait vraiment à côté et que les gens critiquent parfois sans fondements (sous prétexte qu’il pleut ou qu’ils ont du pouvoir grâce à l’anonymat) mais force est de constatée que … bah j’ai trouvé ça médiocre et j’ai encore les boules d’avoir dépensé 100€ là dedans. Si on avait su on aurait mis cette argent dans un super resto avec les enfants.

Bon à savoir : si vous vous séparez (comme nous) donnez vous un point de ralliement et une horaire, ça vous évitera de galérer parce que le réseau ne passe pas dans les niveaux inférieurs … Il y a de quoi goûter/manger sur place, nous avions des compotes dans un sac, c’était bien suffisant.

Énurésie : on fait quoi ? on dit quoi ? on gère comment ?

ÉNURÉSIE

Moi, le mot il me fait flipper. Déjà en tant qu’enfant ayant été confrontée très tôt au phénomène puisque ma soeur en a souffert jusqu’au collège… En tant que femme ensuite quand mon neveu l’était … Et j’avais bien sur des tas d’avis, des tas d’idées préconçues dûes à ces deux exemples très proches … Jusqu’au jour où ça nous est tombé sur la gueule. Dans notre maison. Au sein de notre progéniture.

Quand je dis que ça nous ai tombé dessus, techniquement, ça ne tombe en rien sur untel ou untel, c’est juste que l’énurésie normale du petit enfant décide de squatter plus longtemps que prévu.

A partir de quand peut on parler d’énurésie ?

Je ne sais pas. Je sais qu’à l’âge de 3 ans ça ne me pose aucun problème d’enfiler une couche à un enfant. A 4 ans, l’enfant le fait même seul depuis un moment sans qu’on s’en offusque. A 5 ans ça m’ennuyait mais sans etre perturbant. A 6 ans franchement c’etait difficile de faire comme si tout etait normal et que tout allait rentrer dans l’ordre tout seul. Et à 7 ans ? Franchement, c’était insupportable.

D’un point de vue de parent, j’en souffrais. Je cherchais des explications, physiologiques, psychologiques. Je cherchais tantôt à réconforter, tantôt à faire comprendre que c’était grave (ou du moins anormal). Non je n’ai pas toujours été bienveillante. La situation me pesait bien trop pour que je puisse en parler sereinement avec qui que ce soit.

Je me suis même fais violence pour écrire un article il y a un petit moment : 5 ans et demi, toujours une couche la nuit

C’était très difficile de continuer dans l’optique du « c’est pas grave, ça arrive, ça passera bien un jour » parce que franchement même mon gamin il ne savait plus comment réagir. Un matin « trempé » il était honteux et retirait tout le linge seul et se changeait… et le suivant il se pointait la bouche en coeur « holala je suis encore mouillé dis donc » … et de temps en temps il venait nous dire « pourquoi j’arrive pas à arrêter de faire pipi au lit » et là on se sentait très mal et très con de ne pas avoir de remède miracle.

Le temps qui passait n’a pas apporté de réponses à nos pourquoi. Il a même apporté de nouvelles complications.

A 5 ans tout le monde nous dit que c’est pas grave. A 5 ans et 6 mois, les proches nous rassurent. A 6 ans on s’étonne. A 6 ans et demi on commence à reprocher à l’enfant de faire exprès. La veille de ses 7 ans c’était la faute des parents, sûrement.

Le monde médical n’a pas été plus attentif à 5 ans et demi qu’à 6 ans et demi. Fallait attendre et on a attendu. En lavant des draps, en changeant des matelas et en achetant des couches.

Un soir mon fils a décrété qu’il ne voulait pas de couche. J’ai essayé de le convaincre. J’ai expliqué et réexpliqué … Et puis an matin c’était sec. Bien sûr qu’on a ouvert la bouteille du champagne. L’enfant sec au matin : 1ere fois en presque 7 ans !!!

Le second matin le fils jurait qu’il était sec. Et même si le pyjama témoignait en sa faveur, le matelas disait le contraire.

3 ème. 4 ème. 5 ème. 6 ème jour … Toujours un lit propre et sec et un enfant super fier qui se lève heureux et apaisé. Et qui court aux toilettes.

7 ème jour : un accident. Je le mets sur le dos de la fatigue. Des enfants épuisés qui n’en pouvaient plus.

8 ème. Neuvième. Dixième…

Mon fils a soufflé sa septième bougie en traversant ce cap. Quelle fierté pour lui, mêlée d’un soulagement familial.

A quoi bon continuer de compter ? Aujourd’hui nous allons de l’avant, persuadée que le plus difficile est derrière nous et que notre fils à fait le plus dur : grandir ! Alors bien sur je garde en tête qu’il peut faillir occasionnellement comme quelques gouttes dans le pyjama lors de notre #YoumiFairyWeekEnd mais je sais que la tempête est derrière nous.

Je ne me permettrais aucun conseil. Nous avons tout tenté  (de non médical et de non invasif) sans succès. Si vous atterrissez là en désespoir de cause, sachez que je vous comprends et qu’on s’en sort. Courage.