Archives de Catégorie: Télé/Ciné/DVD/Zique

Les films romantiques qu’on regarderait bien tranquille avec un pot de glace

J’ai la chance d’avoir un mari qui a des goûts éclectiques en matière de cinéma, mais quand même, parfois, je n’arrive pas à le convaincre qu’un bon film bien niais qui fait chouiner pourrait nous faire passer une aussi bonne soirée qu’un Tarentino…

Ma seconde chance c’est que 2 soirs par semaine je suis en célibataire pendant 2h (entrainement rugby pour monsieur) Parfait pour un film que personne ne veut voir à part moi.

Ces derniers temps, j’ai donc utilisé la magie Netflix pour découvrir des films que je n’avais (SHAM SHAME SHAME) jamais vu !

J’ai commencé light avec « Vous avez un message ». J’ai enchaîné avec « Nuits Blanches à Seattle » et aussi « Quand Harry rencontre Sally ». Et puis j’ai eu envie de (re)voir Forrest Gump. Je me suis laissée glisser vers « Ma Meilleure ennemie » et j’ai bien chouiné ma race sur ce film.

Je pense avoir réussit ma remise à niveau. J’ai vu les « grands » films romantiques des années 90 et je crois qu’ils n’ont pas pris une ride. Toujours ce moment magique du coup de foudre, toujours cet amour qui marche pas, pourrait marcher, c’est trop compliqué, tant pis on va essayer, je t’aime, moi aussi. 

Les acteurs sont jeunes, beaux (Meg Ryan est superbe dans Nuits Blanches à Seattle, holalala) et ça donne presque envie de  vivre une histoire d’amour impossible, tellement c’est beau et émouvant.

En réfléchissant, j’ai eu mon histoire impossible, j’ai eu les kilomètres, j’ai eu les difficultés à s’entendre, l’écart d’âge, les caractères opposés, les cris, les larmes, les nuits blanches en Bretagne … Et j’ai eu les moments magiques, le je t’aime inattendu qui fait défaillir (de la grande mise en scène du tombage dans les pommes en culotte dans la cuisine, soyez en sure !) l’intensité des baisers, les gestes maladroits qui font frissonner, les orgasmes bruyants, les orgasmes discrets, ma main dans la sienne pour tout les moments importants de ma vie.

Mon Dragon, je t’aime.

Je n’envie rien à Meg Ryan, ni à Tom Hanks. J’envie le compte en banque de Julia Roberts, éventuellement. J’envie les musiques qui viennent emporter les personnages, dans la vie, je l’entends cette musique mais je voudrais parfois que tout le monde l’entende. J’envie la neige qui tombe sur ceux qui s’aiment, j’envie quand tout finit bien. Je veux que tout continue bien, et que ça ne finisse jamais.

Publicités

Jane The Virgin [merci Netflix]

Bon.

Je me souviens, c’était un soir, je me sentais pas hyper bien, j’avais beaucoup de fatigue accumulée, j’étais peut être même éméchée après une bière.

J’avais besoin de me remonter le moral, je cherchais un bon gros film catastrophe à regarder sur Netflix, et puis, je ne sais pas, j’ai cliqué là.

Ce que j’ai aimé ?

Cela va vite ! Dès le premier épisode on apprend le pourquoi de la virginité, on apprend la grossesse, on apprend pourquoi, comment, qui, et ça avance vite. Chaque épisode on avance vraiment (parfois des bons de plusieurs semaines) et chaque épisode à son lot de retournement de situation. Les intrigues sont DU GRAND N’IMPORTE QUOI mais bordel c’est juste trop bon.

Pour une fois qu’on ne s’attend pas à la suite ! Il y a les morts qui reviennent, les morts qui reviennent pas, ceux qu’on voudrait voir mourir, ceux qu’on ne veut pas voir mourir, les méchants qui deviennent gentils, les méchants qui font croire qu’ils sont gentils, les gentils vraiment gentils, les gentils qui deviennent méchants mais c’était pour de faux…

Je viens de terminer la saison 2. Je suis incapable de résumer la première saison tellement c’était riche et énorme, alors la seconde, même pas en rêve ! Mais je me suis bien marée, c’est en effet une série très drôle … bon avec des histoires de meurtres mais c’est très drôle dans la narration.

Il y a un narrateur, qui a des idées sur ce que doivent ou pas faire les personnages, c’est assez sympa, souvent le spectateur a envie de dire « non, bordel ne fait pas ça » et lui le fait !

Les personnages sont attachants, il y a un trio féminin qui représente vraiment la maternité dans toutes ses évolutions, ses forces et ses faiblesses (la grand mère, la mère, la fille) et le reste gravite autour d’elle.

Je ne vais pas vous décrire les personnages, ils évoluent tellement vite dans l’histoire que ça vous gâcherais la série ! Je vous invite à prendre un bon plaid, un bon pot de glace et de commencer la série rapidement.

(Évitez la présence des enfants, certains épisodes sont interdis au moins de 16 ans, à cause des meurtres hein y a pas de sexe, elle est vierge, et elle l’est toujours après 2 saisons …)

#13reasonswhy [merci, merci #netflix]

En une semaine c’était plié.

Cette série est un bijou.

De mon point de vue de maman elle devrait être diffusée dans tout les collèges et lycées de France (et d’ailleurs)

Bien sûr qu’elle fait mal. Bien sûr qu’elle ouvre des cicatrices. Bien sûr qu’on est tous et toutes un jour victime ou bourreau. Bien sûr qu’on ne prend jamais la mesure des conséquences de nos actes quand on a 15 ans. Bien sûr qu’on fait des conneries et que ça fait rire des copains. Bien sûr qu’on pleure. Bien sûr qu’on a mal. Bien sûr qu’on a envie de disparaître.

J’ai vécu des moments dramatiques  (pour moi) au lycée. J’ai eu cette envie de mettre fin à la souffrance que je ressentais. J’ai eu mal, si mal. Et je n’ai jamais rien dit.

J’en ai parlé une fois ou deux sur le blog. Et après avoir visionné la série, j’en ai parlé à mon mari. J’ai 32 ans 3/4 et je ne suis pas libérée de ces moments douloureux qui ont gâché ma scolarité.

J’ai été la victime mais j’ai aussi été bourreau. J’ai été méchante et cruelle. J’ai humilié et fait du mal. J’ai longtemps pensé que c’était drôle et que c’était l’effet de groupe. Je ne me suis pas demandé si je faisais un truc grave et pourtant je savais ce que ça faisait.

On ne peut pas protéger nos enfants de tout. On ne peut pas les garder à la maison à vie. On ne peut pas faire un vaccin contre la méchanceté.

On ne peut que leur apporter amour et sérénité et les inviter à se confier. On ne peut que chercher les signes d’un malaise. On ne peut que tendre la main. On ne peut que leur dire que le ressenti est propre à chacun. On ne peut que leur dire 7qu’on les aime et qu’ils ont le droit d’être respectés. On ne peut que réexpliquer qu’ils peuvent être bons et bienveillants.

C’est le job d’une vie que de faire que nos enfants deviennent de bons adultes et soient de belles personnes.

Ne rien lâcher. Être là pour eux.

Ne jamais baisser sa garde.

Jamais.

Moi, moche et méchant 3 (banana)

Nous avons profité d’un dimanche après midi pour traîner les enfants au ciné.

Évidemment le PAPUCHE BANANA nous faisait très envie.

Les minions, ce craquage total 

Comment ne pas les aimer ?  Leur langage particulier me fait toujours autant rire (fesse ?) et j’adore leur individualités. Kévin m’a manqué dans cet opus mais Mel a pris la suite dignement.

Les filles 

Agnès est un véritable coup de cœur. Son aventure avec la licorne m’a émue. C’est une vrai métaphore de la vie que de vouloir tellement quelque chose que de finir par croire qu’on l’obtient même si c’est différent de ce qu’on imagine. C’est fort et puissant.

L’ado terrible est une Margot formidable. En pleine révélation sur le rôle de sa mère et en acceptation de l’amour et des formes qu’il peut prendre.

Dommage que Édith soit aussi transparente. Mais elle reste la gamine et son gâteau de bouillasse tellement hilarant.

Le couple Groucy fonctionne très bien. Un brin bancal mais plein de tendresse. On est conquis.

Le frangin est un phénomène. Visiblement drôle et très caricatural de celui qui veut mais qui n’arrive pas. Le boulet. Drôle et efficace.

Une comédie familiale, un moment drôle qui fait plaisir à tout le monde, mais qui est bien en dessous des deux premiers opus malgré toute la meilleure volonté du monde.

Grace et Frankie [Merci Netflix]

Un concentré de bonne humeur !

C’est une série que j’ai découvert grâce au sextoy qui la representait.

Oui je suis comme ça : curieuse !

Au départ, rien de très drôle pourtant. C’est l’histoire de deux couples qui volent en éclat le jour où les deux hommes annoncent leur homosexualité et leur amour.

Les couples sont de l’âge de ceux qui ont des enfants adultes et des petits enfants. De ceux qui ont vécu l’oppression de la société et des tabous. Et c’est là que la série prend un virage étonnant en désamorçant les conflits.

J’ai été émue de la douleur de ses femmes criantes de sincérité.

Mais la série est drôle. Les acteurs sont énormes. Les personnages sont profondément attachiants (attachants et chiants).

Les caractères sont doubles. Il n’y a pas de méchant ou de gentil. Il y a des hommes et des femmes avec leurs qualités et leurs défauts.

Il y a beaucoup de joints et beaucoup d’alcool. Il y a de l’amour sincère et de l’amitié. Il y a des histoires de famille et la série aborde tous les sujets délicats comme l’adoption, la place de la femme dans l’entreprise, la religion, la drogue ou encore le divorce.

Ce petit bijou est plein d’amour et de tendresse. J’ai beaucoup rit et beaucoup pleuré.

Et rien que pour les bandes sons prodigieusement bien choisies vous devez courir vous mettre sur votre canapé pour la regarder.

Pirates des caraïbes. Oui. Ok.

 

 

On a eu envie de se faire la quadralogie après une pub Légo. Ouais je sais.

Le premier opus d’abord …

Un pirate, des jeunes gens fougueux, une malédiction.

1

Et ça fait un carton plein !

1 bis

Je craque complètement sur la robe d’Elisabeth Swann…

2

Second opus, on ajoute un bâteau volant, un coffre, une clé, un compas …

2 bis

Un baiser de traitresse …

3

Le troisième opus, on remet du Barbossa et on appelle Calypso …

3 bis

Et on les marie sur le bâteau …

C’est celui où j’ai chialé ma race comme une pucelle avant le Grand Bal du lycée. Parce que merde quoi ! Will … Putain …

4

4ème opus, on reprends Jack. Et on met des sirènes aux dents pointues venus de Twilight, une Penelope Cruse que je ne peux pas saquer, et une fontaine.

Décevant.

Heureusement, Pirates des caraïbes 5 serait sur le point d’être tourné. Avec Orlando Bloom. Ouais. Des Crébins du pays de Dain. Will. Miam !

Madagascar 3 : une bombasse audiovisuelle

J’ai eu la chance de voir Madagascar au ciné, le 1 et le 2. J’avais adoré, complètement sous le charme, tant des délires des personnages que les musiques formidablement bien choisies !

Il y a peu, je les ai fait découvrir à mes enfants, et évidemment on a terminé en famille par l’épisode 3. Et WAHOU !

Juste WAHOUUUUUUUU !

Tout est un délice, tant les musiques que les personnages et les images. La scène du Cirque, rendue possible par la magie audiovisuelle et la musique de Katty Perry me fait monter les larmes yeux à chaque fois. Et j’ai les frissons, partout.

C’est le cirque idéal, une sorte de Plume pour les animaux… Ou du Soleil avec une musique moins chiante…

La Dubois est juste une tuerie de personnage, je crois qu’elle ne pourrait pas être plus parfaitement réussie tant elle est … génialement détestable ! Et sa voix (Marianne James en français) est juste complétement collée au personnage ! Elle chante du Piaf pour réveiller ses acolytes et … elle ressemble à l’héroïne d’Avengers sorti en salle quelque mois plus tôt …

Une superbe histoire d’amour en deux roues, une histoire de cerceau de feux, d’après shampoing et de King of Versailles sur fond de Cobra amphibies…

Et vraiment vraiment, je ne vous montrerai pas LA scène fantastique de tuerie lumineuse tellement c’est juste WAHOU, mais si vous hésitez à le voit, foncez, vous ne pourrez pas le regretter.

Pour moi c’est le meilleur opus, et pourtant je trouvais le 1 tellement extra que je n’aurai pas pensé dire (ou écrire) ça un jour.

Et même si à la fin tu te dis « ouais heu, non, c’est bof », un conseil : ferme les yeux et repense à la scène du cirque, cours acheter l’album de Katty Perry et à toi le trapèze américano car rien n’est impossible.