Archives de Catégorie: Tag et blabla du ouèbe

Epopia (le jour où ma fille est devenue Reine)

Aujourd’hui je lâche le bloc note et le manuel de marketing pour vous raconter mon expérience de maman. Et oui, FAIRYDESFOLIES c’est une super boutique mais c’est aussi Gwen, la maman de 3 trolls. (oui 3, on s’est dit que 2 c’était trop facile, no comment!)

Je suis (à l’origine) une grande amatrice de livres, je les dévore et, c’est l’inconvénient majeur, je peux en lire un par jour sans souci. J’ai toujours essayé de faire en sorte, de la même façon que ma mère m’a transmis cette passion, de la transmettre à mes enfants. Et je dois dire que j’en suis très fière, même si ça commence à nous coûter cher…

EPOPIA

Je suis tombée par hasard au moment de Noël sur une publicité facebook sur EPOPIA. L’idée de départ (en très très simplifié) c’est une aventure qui se passe par courrier, sorte de « livre dont vous êtes le héros » avec des décisions à prendre, des adversaires, des conseillers, mais surtout, une issue toujours positive quoi qu’il arrive (l’enfant ne fera JAMAIS de mauvais choix).

epopia

Ma fille vient d’avoir 10 ans. Elle adore lire, et elle aime par dessus tout écrire. J’ai de suite su que cette aventure serait magique pour elle. Je me suis renseignée, sur le site EPOPIA et sur internet (j’ai cherché les avis des utilisateurs). Et puis bon, clairement, j’étais séduite ! Evidemment ! Comment ne pas l’être ? Franchement, si le concept était développé pour les adultes je serais trop contente d’y participer !!!!

Les Histoires

Actuellement il y a deux trames différentes, roi/reine d’un royaume et directeur/directrice d’un zoo. D’autres  intrigues sont en projets (il parait qu’une histoire de dinosaures seraient à l’étude). Connaissant ma fille, j’ai forcément opté (enfin, nous, mon mari et moi – mon homme qui a été complètement séduit aussi !) pour le royaume à gouverner. EVIDEMMENT !

epopia2

Pour ce qui est des tarifs, il y a (aujourd’hui) 3 formules. Nous avons choisi l’intermédiaire car même si j’espérais que ma fille allait adhérer, j’avais cette appréhension de me dire que peut être elle n’allait rien comprendre et ne pas vouloir rentrer dans le jeu (j’aurais été hyper déçue). Nous avons souscrit la formule « 3 envois » (39.99€)  mais je l’ai vite regretté quand j’ai vu ma fille se jeter à corps perdu dans l’histoire. A la fin de cet abonnement vous pouvez le prolonger de la façon dont vous le souhaitez, nous prendrons alors la formule contenant 12 envois pour poursuivre l’aventure commencée.

Sachez que la fin de l’aventure c’est vous qui la choisissez, si l’enfant en a marre (ou que vous ne souhaitez plus payer) vous pouvez demander l’envoi d’un courrier final qui terminera l’aventure de façon positive à n’importe quel moment de l’histoire. Nous on en n’est pas là, on a justement envie de prolonger encore et encore et encore …

Tentez l’aventure !

Alors, maintenant que vous savez ce que c’est dans les grandes lignes, je vais vous dire comment ça se passe pour nous, pour nous parents et pour ma fille.

Déjà, moi, en tant que le parent qui a passé la commande, c’était à moi de paramétrer certains détails (le prénom de l’enfant, sa couleur préférée, son plat préféré, le nom du royaume …). Le site est ergonomique, très intuitif (un grand parent pourra le faire facilement pour un enfant) Une fois que tout ça est fait, il se met en place un suivi par mail avec des conseils et une sorte de guide pour vous aider à mettre en place l’histoire, à lire les courriers, à répondre avec l’enfant. Il y a un teasing que vous pouvez organiser chez vous. Le site vous invite à télécharger un article de presse qui parle des personnages principaux de l’histoire et il y est mentionné qu’un roi ou une reine va être bientôt choisie. J’ai imprimé cet article et je l’ai glissé dans une enveloppe avec le blason de l’aventure, hop, un soir en rentrant de l’école, ma grande est allée relever le courrier.

epopia4

La magie a pris de suite, elle a plongé dans l’histoire instantanément, sans doutes, sans questionnement. Il s’est passée une vingtaine de jours avant que le premier courrier arrive, elle n’a eu de cesse de demander chaque matin si elle aurait VRAIMENT la chance d’être choisie. Et bien sur, ce jour là est arrivé …

epopia5

L’enveloppe est géante, elle contient beaucoup beaucoup BEAUCOUP de choses ! Dejà les courriers, il y en a un de chaque personnage, parfois c’est assez long d’ailleurs. Mais ça n’a pas découragé ma fille qui les a enchaîné !!! Le conseil par mail est de laisser l’enfant choisir s’il veut tout lire ou lire une partie. Le vocabulaire est étudié pour l’enfant (vous le choisissez au moment de souscrire l’abonnement) mais la longueur des lettres peut effrayer. Vous pouvez, en tant que parent, faire la lecture à votre enfant. Il y a bien sur des cadeaux, une carte du royaume, des autocollants, une couronne et un guide pour construire son bouclier … La couronne a trouvé sa place dans les 5 minutes. Le bouclier lui, attend encore son heure de gloire…

La magie des lettres

La magie des lettres

Epopia

Epopia

Licorne et escargot

Ma fille a choisi de répondre et de raconter sa vie en même temps, en plusieurs jours. Ce sont 4 pages qui sont reparties, avec des dessins en bonus. La clé de l’aventure ce sont des choix à faire, l’histoire est ainsi complètement personnalisée et UNIQUE. Pour le premier courrier c’est « facile ». La couleur du château ? Rose. L’animal de compagnie de Sa Majesté ? Une licorne. Mais aussi Envoyer l’armée au nord ou à l’est ? Là, ça se complique. Deux personnages détaillent leur argumentaire, l’enfant doit prendre position. Ma fille a bloqué. A cet instant elle s’est senti incapable de décider. C’était trop important, une décision trop grave, la vie des gens était en jeu.

Conseils par mail pour les parents

Les conseils du site sont très bien fait. Ainsi, pour l’aspect psychologie, c’est à vous et à l’enfant de décider si l’aventure est un jeu ou si c’est « reel ». Vous retrouverez ces conseils par mail avec le suivi de l’histoire.

Epopia joue avec cette frontière entre rêve et réalité et naturellement je me suis également posé cette question. J’ai donc présenté EPOPIA à un pédopsychiatre de renom, le Professeur Bursztejn, qui m’a personnellement confirmé que c’était un très bon moyen pour stimuler l’imagination des enfants. Youpi !
La seule limite à respecter, et que nous rappelons toujours aux parents, est de ne pas mentir à leur enfant. Si l’enfant est enthousiaste et demande si c’est vrai, nous proposons de lui demander ce que lui en pense et ce qu’il aimerait, sans chercher à poser de certitude. Si, au contraire, l’enfant est inquiet, il faut lui expliquer clairement que c’est un jeu, mais dont il est le héros. Les parents connaissent mieux leurs enfants que nous et savent généralement trouver la bonne distance. Enfin, encouragez l’enfant à partager ses doutes avec les personnages de l’histoire, en leur demandant leurs avis. Ils sauront lui répondre intelligemment sur cette notion de vrai et de faux, avec philosophie et humour.

J’ai rassuré ma fille, elle a été choisi donc elle en est capable, mais je suis là et son papa aussi, pour l’aider et la conseiller. Je lui ai demandé de raconter ses doutes aux personnages. Mais non, elle a juste écrit que c’était dur de choisir MAIS elle a donné sa décision (qu’elle a justifié avec une histoire d’escargots d’ailleurs, no comment) Elle en a d’ailleurs pris plein d’autres (que personne ne lui demandait de prendre) comme l’instauration d’une soirée macdo par semaine xD

C’est son aventure, elle en fait ce qu’elle veut. J’ai juste mis un point d’honneur à lui faire tout écrire d’abord au brouillon pour recopier ensuite au propre. C’était ma seule exigence. Le reste ELLE décidait. Les écrivains d’EPOPIA, n’ont pas d’exigence sur l’orthographe, ni sur le vocabulaire, ni sur la longueur des lettres. Vous pouvez tout à fait laisser votre enfant seul.

Notre famille est un peu trop rapide. LOL. Ainsi le courrier du retour était déjà envoyé quand j’ai reçu pour consigne de prendre les lettres de ma fille en photos (option en conception actuellement : à la fin de l’aventure, quand vous le décidez, un livre pourra vous être proposé avec les courriers de votre enfant et en plus ça fait une garantie pour vous si la Poste perdait le courrier). OUPS. J’ai alerté de suite le site et une solution a été trouvé. Je me fais une tape sur la main et je promets d’y penser au prochain courrier ! Sachez que vous n’êtes pas obligé de faire un retour par courrier, vous pouvez répondre par l’interface du site (et économiser les timbres) en scannant le courrier de l’enfant ou en notant simplement ses réponses. Moi c’est justement le coté épistolaire qui m’a séduit… d’ailleurs on ne s’est pas privé. Les courriers ont été placé dans une enveloppe 21/29cm avec sceau à la cire de bougie et ruban rose. Puis cette enveloppe a été placée dans … mes enveloppes bulles d’expédition pour la boutique. par sécurité j’ai fait un affranchissement lettre suivie (1.86 €)

epopia3

J’ai eu une notification comme quoi le courrier de ma fille était bien arrivée (j’apprécie cette façon de rassurer les parents, d’être à leurs cotés pour cette aventure) et maintenant on a juste hâte de recevoir la suite !!! Je suis la Reine des pare pipi mais ma fille est la Reine de D… (Son royaume top secret)

10 jours après je recevais la notification comme quoi le retour était en cours, et il vient tout juste d’arrive à la maison ! Je sais qu’il y a un masque, et qu’il y a une énigme qui tourne autour d’un légume. Je n’en dit pas plus, sauf si vous me suppliez ! Mais faudrait que ma fille me laisse lire ses courriers …

Si vous avez envie de suivre avec moi cette aventure, je publie assez régulièrement sur instagram, suivez moi ! 

Bises du royaume,

Gwen

Créatrice Textile pour FAIRYDESFOLIES

Les Fées et le travail à la maison

Je vous avais promis des surprises sur le blog des Fées.

Je vous invite à découvrir l’article de Milacréa sur l’organisation de travail à la maison.

Morceaux choisis

Le travail à la maison en France (et là, j’insiste sur ce point car dans d’autres pays cela est devenu monnaie courante) est dénigré. Que ce soit un réveil à 2h30, à 5h, 6h ou même 8h d’ailleurs, pourquoi ne pas profiter et avoir le luxe de ne pas avoir de réveil ? Le simple fait de travailler à la maison n’est pas rentré dans les mœurs ; et les réflexions du style « tu as le temps », « tu n’es pas fatigué » sont pour le moment malheureusement inévitables.

Vous pourrez retrouver des témoignages ainsi que de précieux conseils pour vous adapter rapidement à votre situation.

N’hésitez pas à laisser un commentaire, pour encourager les Fées !

[CONCOURS] Arrêtez tout ! Venez voir par là deux minutes…

Il vous reste quelques heures pour jouer (oui, pardon, j’aurai dû vous le dire avant, mais si vous me suiviez sur Twitter et FCB vous l’auriez su)

Concours DQJMM

ce serait dommage de passer à côté !

Une seule adresse, un seul rendez vous !

Bonne chance !

J’ai fait de la lessive toute seule (ou presque)

Cela fait un moment que je me dis qu’il faut que je passe à la lessive maison. Déjà par conviction personnelle (le ras le bol de la dominance des grosses marques sur le marché), ensuite d’un point de vue financier (le prix de revient de lessive c’est peanuts, et pourtant c’est comme le gel douche, ils vendent ça a des prix exorbitants) et enfin d’un point de vue sanitaire (j’aime bien savoir ce que j’ai vraiment dans mon bidon de lessive, comme dans mon assiette)

J’ai fait le tour des copines qui font cette démarche depuis longtemps, pour avoir une recette infaillible, j’ai fait le tour d’internet et finalement .. J’ai fait à ma façon quand même. Je suis irrécupérable. Mais tellement sympa que je partage avec vous !

Comment faire sa lessive maison

Comment faire sa lessive maison

Côté liste de courses

J’aurai pu tout acheter sur internet, peut être moins cher, mais j’ai joué la carte de l’habitude en allant au supermarché Super U du coin, en me disant que : plus c’était simple, mieux c’était pour ce premier test grandeur nature.

  • savon de Marseille (surtout pas le blanc à l’huile de Palme) – j’ai acheté 800g pour 2,18 €
  • bicarbonate de soude ( marque bio rayon hygiène) – 500g pour 3,60 €
  • vinaigre blanc rayon alimentaire – 1 litre pour 0,34 €
  • Un flacon d’huiles essentielles SO BIO synergie purifiante 7 – 10ml pour 8,15 €

Soit un total de 14,12 €

J’ai fait 9 litres de lessive, j’ai encore de quoi en faire 9 autres.

Il me faudra racheter ensuite du savon.

Pour information j’achetais de la lessive Super Croix Maroc à 8,31 € le bidon de 3 litres (par habitude et par affection envers l’odeur)

NDLR : J’ai choisi le flacon d’huiles essentielles au hasard. D’une part parce que je n’y connais pas plus que ceux qui regardent sur Google, et d’autre part parce que je n’avais aucun avis objectif autour de moi sur ce qui était à éviter ou à privilégier. J’ai choisi le flacon « purifiant » je me suis dit que ça me parlait bien pour le linge et/ou la maison. J’ai ensuite découvert que le Tee Tree ou l’Eucalyptus avait très bonne presse. Trop tard pour cette fois.

Protocole pour 9 litres de lessive

Préparez une cocotte/marmite et pensez à préparer vos bidons (lavés, débouchés, avec un entonnoir éventuellement)

Commencer par râper 400g de savon. Je ne vous cache pas, c’est le plus long. J’avais donc décidé d’embaucher mon fils de 6 ans, ça tombe bien sa maitresse était absente.

Le fils, rappeur officiel !

Le fils, rappeur officiel !

Le travail des enfants, un scandale

Le travail des enfants, un scandale

Faire bouillir 2 litres d’eau. Dissoudre les paillettes de savon avec un fouet. Rallongez avec 3 litres d’eau bouillante petit à petit. Faire chauffer 6 cuillères à soupe de vinaigre blanc.

Vinaigre blanc

Vinaigre blanc

Attendre d’avoir ajouté 6 cuillères à soupe de bicarbonate de soude et bien mélangé pour ajouter le vinaigre. Attention ça mousse d’un coup.

Bicarbonate de soude

Bicarbonate de soude

Moi là, j’ai laissé tomber le fouet et j’ai utilisé mon mixer plongeant triblade de chez KenWood. Je l’utilise déjà pour le liniment, j’ai trouvé ça beaucoup plus pratique que le fouet. Et je n’ai pas eu d’effet de bi-phase. J’ai terminé par 4 gouttes d’huiles essentielles. J’ai continué avec mon mixer environ 4 minutes.

HE Purifiantes

HE Purifiantes

J’ai rempli mes bidons en remplissant un bec verseur directement dans la cocotte et j’ai remplis mes bidons à égalités. Les 5 litres de liquides dans 3 bidons. La lessive est en l’état « concentrée ». Pour ma part j’ai rallongé chaque bidon avec de l’eau froide pour arriver à presque 9L de lessive liquide au total, je n’ai pas rempli au max les bidons, on m’a conseillé de laisser de la place pour pouvoir agiter et éventuellement diluer encore ma lessive.

Le stockage se fait simplement dans votre buanderie, ou à l’emplacement habituel. Privilégiez le noir. Pensez aussi à secouer votre flacon avant usage, des matières peuvent se solidifier, ça ne gène ni la lessive ni votre machine à laver mais ça pourrait coincer dans le goulot du flacon.

NDLR : la recette est un mixe entre internet (4 sites différents) les copines (au moins 3) et mon fils qui versait, mesurait, pesait les ingrédients. J’ai décidé de faire 9 litres d’un coup parce que j’avais 1/ les flacons disponibles et 2/ la flemme à l’idée de recommencer toutes les semaines

NDLR2 : j’ai passé 1h en cuisine et 20 min en magasin. soit 12.86 € concernant la main d’œuvre, à répartir sur 9 litres (puis que nous n’avons pas râpé de savon pour faire 18 litres) soit 1.42€ le litre (4.26€ le bidon) sachant que plus on fait en quantité, plus le cout par litre baisse, car la seule donnée temporelle qui augmente c’est le râpage de savon (la mise en bouteille aussi, mais ça va vite, ça).

Test en machine à laver

L’aspect est liquide, très liquide, quand on a l’habitude d’acheter des produits épais, façon gel, ça surprend. Et ça éclabousse. Je n’ai pas, à froid en bidon, d’odeur particulière dû aux gouttes d’huiles essentielles. On sent bien le savon de Marseille par contre.

J’ai forcé un peu la situation pour pouvoir faire des lessives tests le jour J.

J’ai d’abord lavé nos vêtements (sauf sous vêtements), ceux que je passe à 35 degrés habituellement, et je n’ai pas vu de différence avec la lessive Super Croix Maroc. Le lavage c’est donc Ok. Côté odeur, évidemment ça ne sent pas le Maroc. Ça sent le propre, le frais, ça me suffit complètement :

J’ai poursuivi le test sur une lessive de blanc (linge de maison, sous vêtements) le linge qui passe à 90 degrés chez moi. Rien à dire côté propreté, le linge est niquel, le blanc est blanc. Odeur de propre, de frais toujours présente mais pas de plantes ni de savon.

Bilan

Lors des lessives suivantes je me suis retrouvée avec une lessive solide. J’ai rallongé avec de l’eau froide, secoué vigoureusement et j’ai pu m’en servir, mais je ferai avec plus d’eau la prochaine fois pour voir si ça vient de là. Je suis contente d’avoir laissé la place pour mettre de l’eau, sinon j’étais bonne pour un bain marie. Il est possible qu’il faille attendre que le mélange refroidisse pour mixer encore avant la mise en bouteille, ce que je n’ai pas fait. J’éditerai en fonction du prochain test.

Je suis assez contente d’avoir fait MA lessive. Je pourrais pousser le vice à mettre des étiquettes et à la vendre sur internet tellement elle me plait.

J’aime le fait de savoir ce qui la compose, et de maitriser la consommation financière de mon foyer. Je compte donc continuer cette expérience en réalisant le gel douche familial. Je reviendrais partager l’expérience avec vous, à l’occasion.

Bisous.

Edit : à la deuxième séance de fabrication, j’ai bien attendu que le mélange refroidisse avant la mise en bouteille et je n’ai eu aucun souci de solidification !

 

Enregistrer

Viens, on arrête de fumer et on change le monde !

Hé ! ça fait déjà plus d’une semaine que je n’ai pas touché une cigarette.

(là normalement, vous faites la ola)

Faisons du monde un feu d'artifice

Faisons du monde un feu d’artifice

Merci !

Alors, je me sens relativement bien. Je n’ai pas eu de manque comme les nombreuses fois où j’ai arrêté, j’en sais rien, peut être que mon corps est persuadé que je vais reprendre alors il attend sagement. Je n’ai pas eu de crises de nerfs ou de moments difficiles.

J’ai eu envie, oui, et j’ai encore parfois envie, je dirai entre 4et 5 fois, ponctuellement sur ma journée. Souvent à des moments stratégiques.

  • quand le téléphone sonne

L’habitude d’aller dehors, de me poser sur la terrasse et de papoter en enchainant les clopes avec un café…

  • quand les enfants sont déposés à l’école

Je prenais 10 min dehors avant de commencer « ma » journée, une façon de donner le coup d’envoi du temps pour moi.

  • quand la mini est couchée

Souvent c’était l’heure de mon café-clope, alors forcement maintenant, j’ai des pics d’envie, et je continue de croire que me (re)débarrasser du café est la clé

  • quand tout le monde est couché le soir

Évidemment, ça c’était mon « soufflage » je me détendais sur la terrasse, dans le silence, en sachant que j’étais maintenant tranquille pour la soirée-nuit.

Bon, on peut rajouter de façons ponctuelles les apéros. Boire une bière ne m’a jamais autant donné envie de fumer. La plaie ce truc ! Ma théorie vaut pour l’alcool en général, le vin me donne très envie aussi.

Je n’arrive pas à dire que j’ai arrêté définitivement, même si j’en ai envie. Je résiste chaque jour à l’envie d’aller acheter un paquet, parce que j’aime fumer. Même si c’est mauvais et compagnie. J’aime ça. C’est chiant. Je préférais avoir des maux de tête, des nausées et des glaires. Cela pourrait m’aider à trouver ça mauvais. (non, ne me parlez pas de cancer, j’ai ma dose, merci)

J’essaie de ne pas compenser mais je suis une addict.

Que je le veuille ou non, je suis une addict. Je compense un manque par une nouvelle addiction. Qui n’est pas forcément meilleure que la précédente d’ailleurs. Je pensais faire la liste des addictions possibles mais … tout, tout peut être addictif. le principe de l’addiction c’est que ça devient une drogue, et tout peut l’être. Twitter, les fraises, la photographie, la couture, les jeux vidéos, le sport, le shopping etc …

Pour l’instant je compense la clope avec moitié internet (forum/blog/mail) et moitié nourriture (plus ou moins saine, d’ailleurs, surtout depuis que j’ai découvert le feuilleté au camembert) mais je compte échanger cette seconde moitié avec ma nouvelle passion « chasser les F1« . Je garde forum/blog/mail, j’aime trop ça (alors que le feuilleté camembert, même si au moment M c’est un orgasme culinaire, au M+2h c’est douloureux et je passe des heures à me rouler en boule dans un coin en chouinant que plus jamais jamais jamais)

Petit point PLV, parce que en fait, ils sont réintroduits dans notre vie, ça s’est fait progressivement de façon minimaliste par cuillère et notre miniature tolère même très bien tout ça. mais moi, bah, j’ai buggé. Mon corps avait tellement été « nettoyé » qu’il n’a pas très bien compris le retour des PLV. Et je le paie au prix fort. Une portion (tout confondu sur 24h) de 30g maxi. Ce qui est en plus, me rend affreusement malade (douleurs physiques, digestives, nausées, sueurs, frissons, vomissements, parfois jusqu’à l’insomnie).

la disparition des PLV avait ouvert un « nouveau monde » et on avait pu se découvrir une « culture » du sans plv. Et je me suis beaucoup interrogé sur le veganisme etc… Je ne suis pas vegan (je rassure mon mari qui commence sérieusement à se demander si c’est pas la finalité ultime de ma démarche anti F1) mais je m’interroge sur l’éthique en général, et le consommer éthique. Je lis des articles, je regarde des vidéos, je m’intéresse beaucoup à tout ça, sans savoir où cela me mènera. Aujourd’hui je ne me sens pas capable de faire disparaitre les plv, pourtant nous l’avons fait 27 mois.

Mais ces 27 mois de difficultés, à l’extérieur (le resto, cette plaie !) et même à la maison (rappelez vous le vinaigre de cidre marque CASINO avec des plv dedans !) ont laissé des traces. Sur les enfants, sur mon mari, sur moi. Nous avons vu la vie en mode « compliqué. Tout était devenu compliqué. Je suppose que quand on choisit par conviction de ne plus consommer de plv, on choisit aussi de fustiger leurs présence et les contourner devient une rébellion et une manifestation d’opposition presque politique. c’est plus facile de dire « je ne VEUX pas » et de l’assumer que de passer son temps à dire « je ne PEUX pas ».

Je n’ai pas choisi donc de devenir végan, le sujet m’interpelle, et je me sens concernée par l’avenir de l’humain mais pas au point de mettre à la poubelle les glaces Ben & Jerry’s Cookies Dough (on a tous nos faiblesses hein ?)

Je ne suis pas de ces consommateurs qui savent dire « non, je n’en n’achète pas ». C’est comme la cigarette, je pense qu’il faut interdire. Dire « c’est dangereux » ou « c’est nocif » (pour l’humain, pour la planète) et les faire disparaitre complètement, puisque c’est le cas. Autant protéger les gens contre eux même plutôt que de faire de la « mise en danger de la vie d’autrui » de façon indirecte (le libre arbitre, cette vaste fumisterie)

Bon, sur ce, je vais passer mon envie de clope dans une tomate. Ha non. Zut. Bon, bah je vais coudre hein, ça sera ça de fait !

 

F1, les toilettes sèches, la Porsche ou l’histoire des tomates en mai.

Tout est partie d’une vidéo de Nina Narre, encore une fois (je l’accuse publiquement d’éveiller les consciences, et j’assume. Bisous Sylvie !)

J’ai entendu cette histoire de graines F1, genre qui ne sont pas fécondes, qui sont « chimiquement castrées » pour obliger les gens à en racheter d’une année sur l’autre (sous couvert de contrôle des plantations, évidemment – c’est pour votre bien Madame Martin)

Le choc de la découverte

Je l’avoue, à 32 ans (bientôt – oui je recommence une petite fixette, vous aviez remarqué ?) je n’avais JAMAIS entendu parler de ça. Pourtant le Dragon est LE spécialiste des fruits et légumes, il aurait pu échanger à ce propos avec moi pendant des années, mais non, il m’a laissé dans l’ignorance (tu as vu comment je remets la faute sur lui, vile manipulatrice que je suis!)

Ma première réaction a été de me dire que c’était immoral d’empêcher les gens de créer un produit issu d’un produit qu’il avait acheté en base (principe du recyclage, du vintage, du relooking, du tunning, du remake, de la reprise et compagnie). C’est vrai quoi, personne n’a essayé de réussi à faire taire Tal quand elle a repris Goldman !

Ma seconde réaction a été de me dire que … OMFG je mets mes enfants en danger ! Ils consomment, je consomme, nous consommons des fruits et des légumes issus de la production F1, génétiquement modifiés pour être stériles (putain mais alors les OGM en fait, ils sont déjà dans nos assiettes ?!) et ce, sans savoir si les effets sur l’humain sont inoffensifs (on n’a pas vraiment 100 ans de recul hein, faut pas se leurrer… et on est dans un pays qui pense encore que le nuage de Tchernobyl s’est arrêté à la frontière … moi ça me fait toujours douter du côté scientifique des choses). Et là, d’un coup ça m’inquiète (oui, vraiment, je vous assure que j’ai eu une violente bouffée d’angoisse – et ce n’était pas dû uniquement au fait que mon portable était sous les 10% de batterie).

Ma troisième réaction a été de me dire que ce n’était plus comme ça que je voulais vivre, qu’il était temps de prendre des décisions pour le bien de mes enfants (parce que la planète, c’est pas elle qui me fait des câlins le soirs).

Le cheminement a été rapide, une fois lancé. 32 ans d’ignorance et de voilage de face, ça laisse des traces, d’un coup j’ai été comme le moustique libéré d’un tiroir, j’ai vu la lumière, j’ai découvert le monde. En 5h de temps j’étais passée de la caverne à la lumière (coucou Platon)

Les idées de génie

Mon cerveau a d’abord chauffé tout seul dans son coin. J’ai commencé par me demander comment avoir des fruits et des légumes autrement que issus de graines F1. Bon, deux possibilités me sont apparues :

1 : les faire pousser soi même à partir de graines qui ne sont pas F1. Et bah il n’y a pas beaucoup de monde hein, mais si vous avez des liens, je rajouterai

2 : acheter du fruit et du légume bio français. J’insiste sur le FRANÇAIS. Parce que les normes de bio ne sont pas les même partout en Europe/Monde, et que les contrôles ne sont pas du tout les même non plus. Là encore, je n’ai pas deviné ça toute seule, j’ai un mari dont c’est le job (de vérifier tout ça)

Alors, au départ, j’étais à fond sur la première idée. Je me voyais déjà en haut de l’affiche en train de chercher les meilleures graines, de prendre ma pelle pour retourner mon jardin, suivre les tuto youtube pour faire des semis … et puis bon, c’est du boulot, et surtout le Dragon m’a bien fait comprendre que le jardin c’était pas DU TOUT notre cam’ (je ré-essaie toujours tout les 2-3 ans, mais non, ma main verte reste bleu). Y a qu’à voir mes tulipes, toutes mortes, restent des tiges. Et on se souvient tous des Yuccas décédés en Bretagne …

C’est là que je me suis dit, okay, alors on va consommer bio. Mais du vrai bio français (parce que le bio étranger, tout ça…)

Les conséquences

Quand j’ai annoncé (en plein repas) qu’on allait arrêter de consommer des produits issus du F1 et qu’on ne choisirait QUE des fruits et des légumes bio, j’ai été absolument incomprise. Pas parce que mon homme s’en fou hein, mais parce que hier encore je faisais un caprice pour manger les fruits que je voulais quand je voulais. Ahem. (Ho hé, ça va, on évolue tous à notre rythme hein)

Une fois « le choc » passé, il m’a questionné sur le bien fondé de ma démarche, sur ce qu’il a surement considéré en première intention comme « ma nouvelle lubie ». Et puis, j’ai, tout d’un coup (l’art du teasing) expliqué que j’avais … UN PLAN !

NDLR : je voulais dire que I HAD A DREAM mais c’était déjà pris.

Je voudrais que nos enfants aient la connaissance des fruits et légumes, la culture des produits de la terre et qu’ils comprennent les enjeux politiques et économiques qu’il y a derrière le fait de choisir tel produit, plutôt qu’un autre.

Je voudrais qu’ils sachent que ce n’est pas normal de trouver de l’ananas au Super U à Noël, ni des oranges en aout. Je voudrais qu’ils sachent que la Noix de Coco, on n’en cultive pas en France. Mais leur dire ne suffit pas (pour moi, aujourd’hui) je veux qu’ils vivent les choses.

Je ne les emmène pas voir des orques à Marineland parce que je ne considère pas que ce soit la place des orques d’être à Antibes. Je ne vais pas au cirque parce que je ne crois pas que les Lions ont quoi que ce soit à voir avec ceux qui sautent dans un cerceau. Ces « principes » moraux, pèsent dans l’enjeu économique de ses deux entités. Je n’encourage pas leur action financièrement.

Je crois aujourd’hui (chacun son rythme, je n’ai pas toujours pensé comme ça, par exemple, j’ai longtemps cru que les zoos, les parcs aquatiques étaient le lieu idéal pour faire découvrir aux gens l’animal et préserver les espèces) que je dois, en tant que parent, transmettre la valeur de l’habitat naturel et du respect de celui ci. L’habitat naturel de la Banane n’est pas Carcassonne, vous l’aurez compris.

Les questionnements

Je ne sais pas si c’est réalisable. Aujourd’hui, je ne sais pas (demain, peut être?) si je peux du jour au lendemain changer mes habitudes, parfois mauvaises, et permettre à mes enfants de ne manquer de rien tout en leur transmettant le gout du bien fondé de ma démarche. Le but n’est pas de les frustrer ! Mon fils comprendra t -il qu’il n’y ait plus de bananes à table ?

Quand j’étais gosse on ne voyait de l’ananas que rôti au barbecue en juillet/aout. Le reste de l’année, ma mère l’achetait en boite, au sirop. Et c’était pas bon je n’aimais pas ça. L’ananas ne me manquait pas le reste de l’année.

J’ai décidé de commencer par apprendre. Je me suis donc mise en quête d’un tableau sur les fruits et légumes de saison, déjà pour aller voir par la lorgnette ce que nous proposent les magasins (y a peut être une étale « de saison », je cherche encore) et ensuite pour vérifier l’impact de la saison sur le prix (je trouverais logique que les oranges françaises soient moins cher en hiver qu’en été – est ce vraiment le cas ? Ne cherche t on justement pas à faire payer les « bons » consommateurs ? Je pose la question, je n’ai pas – encore – la réponse)

Voici un calendrier pdf – vous trouverez d’autres versions sur internet – mais j’aime bien celle là, elle est issue de Mes courses pour la planète

(PS : Enregistrez le pdf avant de l’imprimer depuis votre ordi, sinon il y a une partie mangée – ce que je n’explique pas)

Au mois de mai on ne mange pas d’agrumes !

Le calendrier est validé à 90% par le Dragon. Il s’oppose à la « récolte des pruneaux » (bah oui, si vous récoltez des pruneaux vous êtes super balaises hein…) et au fait qu’on trouve des citrons/oranges/pamplemousses en France en Hiver (trop peu de production française, même en comptant la Corse, 80% est issu de l’importation). Ha, et aussi, si vous cultivez vous même votre jardin, vous aurez vos asperges en mai seulement, ailleurs que chez vous elles sont récoltées précocement en France pour arroser les magasins en mars, avril et mai.

J’ai donc décidé de tenter l’expérience. (Gwen se réveille, volume 1) et je commence donc avec le mois de mai. J’ai bon sur les fraises (j’ai même un fraisier fait maison qui nous attend au gouter – bon, elles ne sont pas bio mais promis la prochaine fois, je fais attention – F1 j’aurais ta peau !) sur les carottes, sur les courgettes, les oignons et les pommes de terre. Je n’ai pas bon DU TOUT sur les tomates et les poivrons, que j’achète toute l’année – achetais donc – merde !

Les poivrons par exemple, j’envisage, parce que j’adore vraiment ça, d’en acheter l’été, les laver, les congeler et les utiliser toute l’année. Haha. La blague. Donc en fait, je vous fait un speech sur le consommer bio de saison et en fait je vais acheter et congeler pour continuer tranquillou de consommer du poivron en mars si je veux. Vachement de saison le poivron en mars. Oui mais s’il est acheté à la bonne saison ? Bio ? En France ?

Tout est là. Chacun sa conscience, son éveil et son rythme. Il n’y a pas de tout ou rien. On peut avoir son jardin, sa chèvre, son cochon, ses toilettes sèches et … prendre en photo ses tulipes avec son i phone nouvelle génération. On peut rouler en Porche et consommer bio et local.

Chacun fait, fait, fait … ce qu’il lui plait, plait plait …

Et ça tombe bien, on est en mai.

NDLR : je continue de penser que tant que chacun fera ce qu’il lui plait, la planète souffrira, et les générations futures aussi. Je suis de celles qui pensent qu’il faut revenir sur les plaisirs égoïstes personnels pour satisfaire un besoin de survie communautaire. J’ai dit qu’il faut, pas que c’est ce que je voulais. Tout est là.

Edit du soir (espoir) j’ai trouvé cette petite pépite vidéo qui explique bien les hybrides F1 et le problème de la souveraineté alimentaire (que je n’ai pas du tout abordé volontairement parce que je n’avais pas encore toutes les données)

Joyeux Week end !

Je sais ! ça fait longtemps que j’ai pas fait un article pour « rien ».

(sous entendu : mes créations)

Il est 15h40, nous sommes le vendredi 13 mai, je deteste les vendredi 13, et j’ai eu envie de me poser là, avec vous.

Quelqu’un prend un café ?

Source de l’image Google via café ressource

Je pourrais vous dire que je suis bookée de partout, c’est le cas (merci les figures de style – great job !) et je pourrais vous dire que je vais bien, c’est le cas aussi.

Hier j’ai décidé d’arrêter de fumer – encore – il reste actuellement 8 cigarettes dans mon paquet de royal menthol, et il est donc probable que je termine demain. J’espère donc battre mon nouveau record personnel qui a été de 5 ans et demi.

*petite pause #monbébéfille chouine qu’elle a fini la sieste*

Re.

Donc, oui, j’arrête de fumer, une nouvelle (et j’espère) dernière fois. Ne me demandez pas pourquoi, j’ai au moins 80 bonnes raisons mais officiellement 2. La dépense financière et la phrase « si ça tue, je ne comprends pas que tu fumes, ça veut dire que tu veux mourir » (#monfils – 6 ans).

Je risque donc de rebloguer des conneries, comme à chaque fois que je me créais un stress passager, en gros, à chaque envie de clope, j’ouvrirai le blog. Rassurez vous – et ne vous désabonnez pas! – je prendrais le temps d’organiser mes pensées, ça vous fera pas 14 billets par jours, promis.

J’ai aussi envie de vous parler de Nina Narre, un petit brin de femme qui me plait bien, je ne dis rien de plus, je vous laisse la découvrir sur youtube. 

Je pense faire un billet qui fera écho à une de ses chroniques dès que j’aurais envie d’une clope le temps.

Je voulais aussi vous parler de La Fabrique des Fées. Parce qu’on prépare un renouveau sur ce blog, avec plus d’articles, dans le fil temporel et dans le volume. Il y aura des nouvelles rubriques et je pense que si vous devez vous abonner c’est le bon moment. Dites que vous venez de ma part, on vous fera pas de reduc mais vous aurez un café (et puis c’est gratuit).  En ce qui me concerne je vous concocte avec ma copine Mila des cours magistraux gestion-marketing, je ferai du relai ici, ça vous permettra de ne rien rater si jamais vous ne voulez pas vous abonner à la fabrique (mais j’insiste, vraiment, on est sympa en vrai)

En parlant de Mila. D’ailleurs. Je voulais vous dévoiler son site, mais comme elle est en vacances (pour fêter les nuits de travail sans doute) j’attendrais son retour. Tout ce que je peux vous dire c’est qu’il déchire.

En parlant de site, j’en suis à l’étude de mon projet pour FairyDesFolies. J’ai actuellement 3 devis (un quatrième est en cours). Les prix sont très fluctuants, ils prennent deux zéros de plus pour certains. Donc intense réflexion prolongée. J’hésite même à modifier complètement la structure même pour couper dans les couts. Et non, le faire moi même n’est aujourd’hui pas envisagé.

Côté couture j’ai plein de projets, dont un qui me tient vraiment à cœur et qui avance terriblement lentement, commencé l’été dernier, je commence à me demander si j’en verrais le bout un jour. Je ne vous en dis pas plus. par contre j’attaque prochainement les robettes d’été des filles, ça fera l’objet d’un petit billet perso. Promis.

Côté vie salariée, je suis confortée dans mon choix de reprendre une activité en septembre si ma miniature prend la route de l’école, je casserais mon congé parental à ce moment là, m’inscrirais au chômage espérant quand même trouvé un poste rapidement (privé ou public, peut m’importe) et cumulable avec FairyDesFolies.

Côté humeurs, j’ai traversé une période bizarre, qui n’est pas vraiment finie d’ailleurs mais je vais bien, je crois. J’espère qu’on aura un beau week end. Ce serait déjà super bien.

NB: il reste maintenant 7 cigarettes.

Côté mouflons, N1 a été félicité par son institutrice pour son comportement exemplaire depuis janvier, ainsi que son travail qui est excellent. Nous avons donc essuyé un torrent de compliments qui n’a pas été pour nous déplaire, au contraire. Pour la récompenser de son implication et de son investissement nous avons donc levé la punition en cours (la confiscation de la DS) et décidé d’accéder à sa demande, c’est à dire d’arrêter le rugby et l’inscrire au Conservatoire. Mademoiselle chantera. (et wais, Nouvelle Star, nous voilà!)

N2, fidèle à lui même, reste le petit mec qu’il est, toujours dans une tornade sentiments, mais il les verbalise beaucoup mieux depuis que … (j’ai honte, j’ai honte) il regarde Dany Le Tigre (ho ça va, ça change de Peppa Pig). Ce dessin animé (que nous regardons sur Netflix – oui moi aussi je regarde, ho hé, ça va j’ai dit que j’avais honte) est une petite perle de bonheur, enfin, en vrai c’est vite gavant mais pour le coup il a vraiment aidé mon garçon à nommer ses sentiments (la frustration, la colère, la tristesse) et à les verbaliser en suivant l’exemple de ce petit tigre. Comme quoi, des fois, un dessin animé peut servir.

N3, ma petite tempête de bonheur, évolue à vitesse grand V mais elle reste ma miniature, évidemment. C’est le job du dernier de toute façon, elle restera mon bébé. MON BÉBÉ !!! Bébé qui n’a encore pas rencontré le pot, qui n’a pas encore compris qu’on pouvait se servir du papier toilette autrement qu’en s’enroulant dedans, mais Bébé qui a compris que l’école c’était là où allait ses ainés et que quand même, pour qu’ils y retournent volontairement c’est que ça devait être bien. L’inscription est donc faite pour septembre si le nombre d’enfants proposés à l’accession de la toute petite section (enfant né entre janvier et décembre 2014) le permet. Mais j’imagine bien que des mamans dont l’enfant soufflera sa seconde bougie en décembre ne mettra pas son bébé en septembre hein. Donc on dégaine les bougies pour que ça se fasse !

Côté Dragon, une proposition de taf, enfin, une opportunité, qui nous a fait réfléchir à la possibilité de déménager, encore. D’un commun accord ce n’est pas à l’ordre du jour pour les enfants et moi. On suivra donc les évènements avec attention.

Bon, c’était sympa mais je vais vous laisser là, j’ai poney sur glace des pare pipi à couper.

Bisous.