Archives de Catégorie: Sorties

Yverdon les bains (la Suisse, les bulles et des filles en maillots de bain)

Pour l’enterrement de vie de jeune fille de ma sœur, ses copines avaient choisi une après midi sous le signe de la détente. Nous étions réunies pour l’occasion à quelques minutes de la Suisse, c’était donc naturel que nous passions la frontière le temps d’un ressourcement bien mérité !

Imaginez, vous êtes 5 femmes, 5 mamans (nombre total des enfants 9) et pour une fois vous délaissez lessives et haricots verts pour presque 36h de grosse déconnade dont une après midi  aux thermes d’Yverdon ! Il n’en fallait pas plus pour me faire venir, sur le papier et sur le site internet : ça envoie du lourd !

photo prise via mon téléphone à la sortie vers 21h

Nous sommes arrivées vers 15h30 (nous n’avions pas vu qu’il nous fallait autant de temps – 1h30 – pour y accéder et la route de montagne n’a pas aidé à appuyer sur le champignon). Il a fallu patienter une bonne grosse demi heure (le samedi y a foule mais une seule caisse d’ouverte) avant de pouvoir passer en caisse. Nous avions beaucoup de questions et la liste à rallonge des options ne nous a pas aidé à faire notre choix sur ce qu’on voulait… La caissière s’impatientait, elle nous a dit que le mieux c’était la formule piscines pour 3h. C’est ce qu’on a donc validé. On nous a remis un bracelet (on aurait aimé savoir s’il s’auto détruisait après les 3h) et on a été se changer aux vestiaires.

NDLR : le temps s’écoule de l’entrée à la sortie des locaux, donc le temps de séchage, de déshabillage etc…  doit être pris en compte. Sur un forfait de 3h, si vous passez déjà 15min avant d’arriver à mettre les pieds dans l’eau et 30 minutes (douche, séchage, brushing) avant de repartir vous passerez 2h15 dans l’eau.

Le petit plus : vos bracelets vous donnent accès aux salles et ils servent à verrouiller et ouvrir votre casier. Ils peuvent être roses ou bleus. Classe hein ?

Il est interdit de prendre des photos, j’ai donc récupéré les photos sur le site internet du centre thermal pour écrire cet article.

Une fois toutes en tenue de compet’, on arrive au niveau des piscines. Là, on est un peu surpris. On a vue sur un bassin interieur rempli de brassards rouges (des enfants). Il y a un petit escalier et un passage qui mène à deux bassins extérieurs, de là où nous sommes on ne voit pas le dehors et on cherche le jacuzzi … on se dit que c’est pas possible, y a forcement autre chose …

Quand c’est rempli d’enfants ça fait moins vendeur

On décide de revenir un peu sur nos pas. Nous voyons un panneau « espace détente ». Nous suivons l’escalier et arrivons à l’étage dédié au bien être après avoir passé la salle de sport et le salon des massages. D’ailleurs l’escalier est assez casse-gueule, on prendra l’ascenseur pour redescendre … Nos badges refusent d’ouvrir la porte, nous n’avons apparemment pas le bon forfait. Nous en parlons avec la personne chargée de la surveillante, elle nous fait valider un accès supplémentaire que nous devrons payer à la sortie.

Nous passons enfin le petit portillon.

A gauche le bain japonais (40 degrés sans bulle) En face le jacuzzi exterieur (34 degrés avec bulles) sur la terrasse

Nous décidons de commencer par le jacuzzi. Non sans s’être fait déjà reprendre par la surveillante générale « pas de bruit, ici c’est le silence » … OUPS Pour un enterrement de vie de jeune fille, le silence n’était pas sur la liste des animations … OUPS bis !

Nous profitons du jacuzzi, de la vue extraordinaire (il pleut, on est en pleine montagne, le ciel est orageux) et de nous retrouver entre nous. Nous rions (dehors la surveillante ne vient pas nous engueuler, il doit y avoir une tolérance ou alors elle a froid) !

Nous nous essayons ensuite au sauna. Le site en propose 2. Le premier à 90 degrés, le second à 70 degrés. Nous optons pour le second. La nudité est tolérée, il vaut mieux être prévenue. Cela sent bon l’eucalyptus.

Assis, couché, vautré .. le sauna c’est toi qui voit

Nous sommes assises toutes les 5, nous chuchotons. Un couple discute avec nous, ils sont suisses et ont une réunion de famille, ils logent à l’hôtel. Il semble prestigieux (l’hôtel pas le couple). Ils félicitent ma sœur pour son mariage et nous prenons congés après avoir perdu la moitié de notre peau déshydratée…

Douche tropicale à gauche, bain japonais en face. Photo depuis l’espace restauration.

Une bonne douche tropicale pour moi, froide avec le seau pour les plus courageuses, et on s’engouffre dans le bain japonais.

On y reste debout ou on s’assoit sur l’escalier. C’est petit. C’est très chaud. Et on ne peut pas discuter. Et en vrai y a pas de fleurs. Et les serviettes – personnelles qu’on a emmenées – sont en vrac à l’entrée, dans des casiers ou sur un rebord de carrelage.

Une fois bien détendue de la fesse, on décide de redescendre. On a surement raté quelque chose, il y avait des bassins dehors, allons voir ce qu’il en est …

Ha bah voilà. Ils sont là les bassins.

On commence par le premier bassin (au second plan sur la photo, on ne voit pas bien, je vous mettrai le plan après) On en fait le tour grâce à un circuit organisé. Il y a différents jets d’eau placés au bord de la piscine. A chaque signale visuel (gyrophare) vous vous déplacez vers le jet sur votre gauche. Ainsi vous faites le tour du bassin. Il y a des jets au niveau des mollets, des cuisses, des fesses, de votre clitoris selon la taille que vous faites, du dos, des épaules, de votre nuque etc… C’est un circuit très agréable mais on est assez espacé entre les jets donc on ne peut pas discuter à 5. Et certains baigneurs squattent un jet ad vitam eternam, c’est assez frustrant. L’eau était à 34 degrés et on a passé un très bon moment.

La seconde (au premier plan sur la photo du dessus) est à 28 degrés (et on l’a bien senti passer) c’est un bassin avec des mini jacuzzi. On n’y a rien trouvé d’extraordinaire, on s’en ai vite échappé en grelottant !

Avec plein de monde et de jour ça rend moins bien, je ne saurai pas expliquer pourquoi …

Nous sommes allées dans le bassin intérieur, cette fois vidé des enfants. Nous avons là encore un circuit avec différents jets, mais plus rapprochés qu’à l’extérieur, nous pouvons parler, crier, rire à gorge déployée, c’est un peu plus agréable ! L’eau est à 34, on pourrait y rester dormir.

On décide d’aller refaire un point détente. La surveillante est ravie de nous revoir … hahaha… Les filles veulent faire le bain japonais, j’embarque une des copines dans le hammam. Mon premier ! Il y a 3 salles. Une salle réservée aux femmes, une salle pour les hommes, une salle mixte. Et la nudité est là encore tolérée. Vous êtes prévenues par des panneaux sur les portes. En même temps avec la vapeur qu’il y a, on dirait un brouillard épais, on ne voit rien. On s’installe sur le carrelage, on s’allonge … Je crois que je me serais endormie. On respire bien mieux que dans un sauna, mais le moindre mouvement est coûteux en oxygène. Je me suis sentie mal après 10 minutes. J’ai rejoins le bain japonais après une douche tropicale (je veux ce truc chez moi!)

Nous avons passé un bon moment, nous guettions l’heure. Avec le rallongement de notre forfait, on avait 1h de plus, 4 h donc de l’entrée à la sortie. On était entrée vers 16h, il nous fallait badger à 20h.  On est sorti de l’eau vers 19h15.

Nous n’avons pas trouvé de cabines de douches individuelles, ça nous a manqué. Nous avons dû nous contenter d’un rinçage en maillot, d’une douche rapide en maillot et ensuite il a fallu batailler pour occuper un des vestiaire. Ils sont très petits. Je pense à ceux qui sont venus avec des enfants, c’est carrément pas possible d’en habiller un là dedans sans se cogner les coudes sur mes murs !

La salle des sèches cheveux – photo tripadvisor

Bref, nous avons apprécié la salle des sèches cheveux, miroirs, sièges … La très bonne idée du site pour pouvoir faire le brushing correctement ! Et nous avons été régler notre dépassement budgétaire à la caisse. A 19h55 nous étions dehors.

Côté prix

  • espace piscine (les deux bassins exterieurs + le bassin interieur) pour 3h : 19 CHF (environ 17 €) par personne
  • espace détente (la totalité des bassins piscine + l’etage jacuzzi sauna etc… ) pour 4h : 30 CHF (environ 27€) par personne

Il y a toute une carte des soins, massages etc … prodigués ainsi que le spa privatif (ça doit être top en amoureux) à cette adresse

Le parking est gratuit, on trouve facilement avec un GPS (suivre « bains, thermes » et pas l’hôtel). Prévoir de quoi se restaurer après, car sur place c’est hors de prix et on sort de là affamé !

Le site peut fournir la prestation EVJF, pour 40CHF (36.50 €) par personne vous avez accès illimité aux bassins et à la zone détente + une coupe de champagne. Nous n’avons pas souscrit cette option (10 CHF de plus que celle pour laquelle on a opté) car on n’aurait pas passé la journée complète dans le lieu, aussi douillet soit il (et ça fait cher la coupe de champagne). Les offres proposées (fête des mères etc…) peuvent vous intéresser si vous êtes dans les parages, voir sur le site directement.

NDLR : nous avons passé un bon moment, nous étions détendues (et nous avions très faim – je radotte) en sortant. Nous avons seulement regretté ne pas pouvoir discuter mais nous avons respecté le silence exigé (on n’a pas eu le choix, sinon on était viré^^)  J’aurai peut être envie d’y aller avec mon homme (quitte à prendre une suite à l’hotel pour l’occasion) après tout nous ne sommes qu’à 2h20 … A suivre 😉

Le plan des thermes – photo Tripadvisor

Vulcania : passez votre chemin !

Le titre ci-dessus vous donne la grande ligne de l’article, je ne vais pas enjoliver, je vais essayer d’être peut être moins tranchante que je l’ai été sur twitter quand on est sorti du parc, je vais essayer d’être fidèle à ce qu’on a vécu et ressenti.

Contexte : on était sur Clermont Ferrand, nous n’avions pas de route à faire pour nous rendre à Vulcania, nous avions un après midi de libre, le parc avait une thématique intéressante et on savait que les dinos plairaient à tout le monde.

Mardi, 13h, on se déleste de 101.50 € (2 adultes, 1x 10 ans, 1x 7 ans et 1x 3 ans + le guide du parcours) et nous entrons dans les lieux.

Bienvenue à Vulcania

Première chose, nous sommes descendus le plus bas possible, c’est à dire au niveau -2. Nous avons traversé le « tunnel des nuées ardentes » qui nous a vraiment fait rire (côté effets spéciaux, on repassera) Les enfants ont voulu commencer par Dragon Ride, c’est là qu’on a pris conscience du drame. Ma mini n’accédait pas aux attractions avec son petit mètre… Donc on s’est séparé. Le Dragon a squatté l’étage avec les grands, je suis remontée au -1 avec ma miniature.

J’ai donc eu la joie (relative) de faire « Volcans sacrés ». Deux fois. Sorte de petit train de la mine, sauf que c’est juste des wagons isolés de 5/6 places qui transitent devant des animations (mal faites) pour expliquer les différents pouvoirs qu’on a prété aux volcans dans la civilisation. Mention coup de cœur au Mont Fuji avec le parfum très très présent des cerisiers japonais. Et juste 5 min d’attente pour 5 min d’attraction, bon deal.

Ma puce et moi avons ensuite fait « premier Envol » … Humph. 40/45min de queue (étroite) dans un couloir de moquette poussiéreuse et sans animations sur les murs… Vous imaginez une gamine de 3 ans en plein terrible two là dedans ? Vous sentez mon désarroi ? Bref, j’ai voulu faire demi tour après 15 min mais il y avait tellement de monde derrière nous que j’avais peur que la sortie soit pire (avec en plus une gamine hurlant qu’elle n’avait pas fait l’attraction). L’attraction, parlons en  : 8 minutes ! Un film sur écran géant et sol, animation de la nacelle, effet vol d’un oiseau. Si je devais noter les effets spéciaux même Star Wars IV aurait une meilleure note !!! Bordel à l’heure du numérique ne me dites pas que cette attraction est formidable hein ? Et j’avais mal aux yeux de voir autant de pixels sur l’ecran !!! « viens chercher une migraine » pourrait faire un sous titre formidable !

Mon homme m’a rejoint à ce moment là, il avait fait un spectacle de magie avec les enfants. Ensembles nous avons fait « le réveil des géants d’Auvergne ». J’avais mis ma fille sur mes genoux et je lui ai retiré les lunettes 3D car elle flippait vraiment trop. Les enfants ont bien aimé, le Dragon et moi avons aimé le côté « projection futuriste » car il s’agissait de montrer comment sauver l’Auvergne (et Clermont) en cas d’éruption. C’était intéressant, mais vraiment les effets spéciaux et les images de synthèse, c’est vraiment made in année 90 !

Nous avons poursuivi la visite avec « Abyss Explorer » que j’ai fait assise sur le sol (la plateforme est mouvante, il y a beaucoup de secousses, j’avais peur que ma puce se cogne, je l’ai prise sur moi) … super déçue ! Bon la plateforme qui descend on rigole 5 min, mais arrivée en bas y a rien … une projection colorée d’une éruption volcanique sur les murs d’une pseudo grotte marine… Mais c’est tout. Pfffiou.

Nous sommes revenus au niveau 0 après avoir traversé une sorte de faune locale (dont on n’a pas compris l’intérêt)

Passage de la serre

Nous n’avons rien fait au niveau 0. La galerie de jeu n’avait rien à faire là (à part occuper les moins de 6 ans qui s’ennuient surement dans le parc), le coin des expériences était saturé d’adultes, la cité des enfants était sur réservation (et seule ma miniature aurait pu y avoir accès). Les projections ont des horaires définies d’avance et nous n’avions pas envie d’attendre 1h pour profiter d’une autre attraction décevante.

Arrivés à ce moment là de la visite, on en avait ras le bol. Franchement, nous étions déçus, et nous avions envie d’y mettre fin. ce qui nous a retenu ? 101€  !!! Franchement si c’était pour y passer 2h on aurait fait autre chose de notre arpès midi !

Nous sommes remontés en surface avec l’intention de base de faire le ballon, et puis nous avons compris que là encore, c’était très bof puisque le ballon est juste posé au sol, on ne monte pas. Hahaha. Nous avons regardé l’animation « geyser » de loin, en été pourquoi pas, mais là avec moins de 20 degrés, à part chopper une pneumonie hein … et encore, ça veut dire prévoir des changes et compagnie … sans compter que ça n’a pas un grand intérêt de se tremper la gueule …

Bref. On a fait les dinosaures. Oui la ballade est sympa. Les dinosaures sont animés. Ils font du bruit.

Lien vers la vidéo instagram

C’est le seul moment que nous avons réellement appréciés, malgré le froid (relatif en altitude), nous avons pu prendre des photos, les enfants se sont amusés et nous avons pris du plaisir à traîner un peu les pattes sur le parcours.

Nous avons quitté le parc vers 17h/17h30. Nous avions vraiment les boules d’avoir payé si cher pour ça. Le dino zoo comblera nos prochaines envies de dinos, mais clairement Vulcania ne nous verra plus. Et je ne cesserai de le répéter autour de moi, si vous habitez à coté, que vous pouvez y accéder gratuitement (genre blogueuse influente ou CE d’entreprises) okay, tentez l’expérience, quand le parc est vide vous pourrez peut être profiter… Mais ne faites pas de route pour ça, ne payez pas plein tarif pour ça !!!

Ce n’est pas un parc familial (dès lors que vous devez vous séparer pour que chacun puisse faire des attractions à son niveau c’est tout sauf familial pour moi) et encore une fois, le niveau des animations est dépassé, franchement désuet et  il n’y a pas d’ intérêt pédagogique-scientifique suffisamment bien construit pour que vous passiez un bon moment !

J’avais lu les avis tripasdvisor (car j’avais envie de faire ce parc l’année dernière dejà) et j’avais franchement des doutes mais … mais je me suis laissé convaincre en me disant qu’on passait vraiment à côté et que les gens critiquent parfois sans fondements (sous prétexte qu’il pleut ou qu’ils ont du pouvoir grâce à l’anonymat) mais force est de constatée que … bah j’ai trouvé ça médiocre et j’ai encore les boules d’avoir dépensé 100€ là dedans. Si on avait su on aurait mis cette argent dans un super resto avec les enfants.

Bon à savoir : si vous vous séparez (comme nous) donnez vous un point de ralliement et une horaire, ça vous évitera de galérer parce que le réseau ne passe pas dans les niveaux inférieurs … Il y a de quoi goûter/manger sur place, nous avions des compotes dans un sac, c’était bien suffisant.

#ASM expérience : Au coeur de la #YellowArmy

Contexte : premier mardi des vacances scolaires, sur la route du retour, nous revenions de chez @Youminou, j’avais réservé un hôtel à Clermont, nous avions envie de montrer le stade Michelin aux enfants.

Réveil à l’aube (trois nains, petite chambre…), un bon petit dej et 5 douches plus tard, on prenait la route avec notre sac à dos et la voiture. On s’est garé à Jaude (parking payant du centre commercial) et on a commencé par la boutique ASM du centre commercial.

 

Les prix sont identiques sur le site internet, et je pense que sur internet on peut cumuler avec quelques réductions et offres spéciales. Finalement on a acheté sur place pour le plaisir.

On a ensuite rejoint en tramway le Stade Michelin.

Et on a fait des achats dans la boutique ASM du Stade. Les produits peuvent légèrement différer. Ainsi mon sac bandoulière bleu cyan était en bleu navy dans la seconde boutique. On a également trouvé des maillots pour les enfants et un nounours pour notre miniature (que vous ne pourrez pas voir en photo, sauf si elle décide de le lâcher avant la publication de cet article). Les deux boutiques interagissent, n’hésitez pas à demander à l’accueil pour avoir des conseils.

Ramener des souvenirs

Nous avons fait le tour extérieur du Stade, apercevant au passage quelques joueurs dans les bâtiments. Et puis nous sommes arrivés devant ASM EXPERIENCE, et là, on s’est dit « allons-y »

Nous étions juste tout pile à l’ouverture (10h). C’est raté pour la visite du stade, c’est uniquement sur réservation. Mais nous décidons de nous acquitter de nos billets pour l’espace culture et ludique.

Côté prix => adulte : 10€ / enfant (7-14 ans) : 7€ / gratuit pour les moins de 7 ans

L’espace est véritablement bien conçu. Les adultes peuvent lire, apprécier les détails, les vidéos mises à disposition pendant que les enfants jouent avec la multitude d’écrans sur le parcours. Quand on est une famille de geek, on adore !

C’est un environnement complètement ludique où l’enfant est actif : il valide des choix sur l’écran, il peut se mesurer à Vincent Debaty (ou presque), il peut se prendre pour un talonneur et s’essayer aux commentaires de match (notre fille s’est montrée particulièrement douée)

Le gros plus c’est que vous récupérez gratuitement les enregistrements par mail. Je ne vous les ferais pas écouter, mais franchement on s’est bidonné !

Viens, on joue au talonneur

Même notre fille de 3 ans s’est bien épanouie dans ce lieu plein de charme ! Déjà en prenant place sous une mêlée, et en plus, en cherchant tout les écrans sur lesquels elle pouvait jouer…

Autant de plaisir pour les grands, et pour les enfants

Il y a des vidéos tous le long du parcours, les enfants ont adoré être en immersion dans les vestiaires par exemple.

Les écrans géants

L’espace est aussi un musée… crampons, maillots, ballons, équipements, boucliers, maquettes … On en prend plein les yeux et c’est très agréable ! On ne voit pas le temps passer. La réceptionniste prévoit une heure à une heure trente de visite. Nous sommes sortis peu après midi, juste le temps de rejoindre le McDo à deux pas pour rassasier les enfants après leurs photos souvenirs avec Morgan Parra.

Pendant la visite il y a un fil rouge. En effet avec les badges prêtés, on valide des questions sur 7 écrans le long du parcours, et à la fin on reçoit par mail sa licence avec son poste dans l’équipe. Chez les Dragon-Fée nous avons 2 premières lignes, un 3 ème ligne, un poste charnière et un ailier, je vous laisse essayez de deviner qui est qui …

Nous avons beaucoup aimé ce moment ludique et instructif sur le club, les joueurs et l’impression de rentrer dans les secrets de l’équipe.

Le RUGBY TOUR CLERMONT s’est terminé au H Park, si vous ne savez pas ce que c’est alors … allez le découvrir ! Le Dragon s’y est pris une bière, parait que c’était très bon !

HPark – Clermont

Conseil d’hébergement : Hotel Kyriad Clermont Pardieu (79€ la chambre pour 5)

Conseil restauration : Sushi Ohashi (traiteur qui peut vous livrer dans votre chambre d’hôtel)

___

Maintenant qu’on est bien équipé, on espère que Clermont va tout dechirer dimanche à Lyon !!! Allez l’ASM !!!

Le fameux nounours, subtilisé discrètement le temps de la photo

It Style Make up #bourgenbresse c’est nouveau, c’est beau ?

Photo prise au salon

Mercredi 8 mars, dans Bourg en Bresse, je cherche où faire une manucure avant notre départ pour le voyage de nos rêves à Rome.

Je me débrouille bien toute seule mais là j’ai eu envie d’être chouchoutée.

Salon Bourg en Bresse – Image du site http://www.itstyle.fr

Par le hasard des ruelles, je tombe devant It Style, devanture chic et sobre, lumineuse, ça appelle à pousser la porte. Un accueil sympathique, on plaisante, on rit, bonne humeur et plaisir au rendez vous !

Camille a de la place pour une pose classique de vernis, impeccable. On discute, on rigole, encore une fois c’est agréable d’être chouchoutée.

Le mauvais point : ils ne connaissent pas le Poshé, donc clairement, je suis sortie, j’ai niqué un ongle en fermant mon sac à main, et les autres ont morflé dans la soirée. J’ai corrigé le tir à la maison (j’ai rajouté une couche d’un OPI et finitions Poshé)

Mercredi 15 mars. J’avais pris rendez vous pour tester le vernis semi-permanent. Je suis à l’heure, Camille aussi. On commence par quelques soins, la pause est ludique, passage rapide de chaque ongle sous les leds, soins des mains pour un finish impeccable. Le prix ? 22 €

Clairement quand j’en suis sortie, j’étais ravie ! La couleur est superbe (aubergine) et j’adore ce look brillant !

Photo Fairydesfolies 15 min après la pose

Mercredi 22 mars. Un accro. Un ongle a cassé, emportant avec lui un petit morceau de vernis. Je suis passée au salon, on ne m’a rien proposé (dommage, même si je n’attendais pas qu’on me refasse l’ongle, j’aurai aimé qu’on me propose de limer l’ongle par exemple, du coup je l’ai fait seule et l’incident reste discret)

Photo Fairydesfolies une semaine après la pose

Je suis sur place, j’en profite pour tester le bar à sourcils. Avec mon piercing d’amour, impossible de faire de la cire, on y va à la pince. Alors niveau douleur, niveau confort : RAS, on est bien installé et l’apprentie qui s’occupait de moi a été douce et agréable. Très très peu de rougeurs (voire pas du tout) en sortant. L’épilation en elle même n’a pas été une grande révélation, je n’ai pas aimé le dessin final, même si elle a retouché à ma demande, un coté n’était pas assez fin en bout, et l’autre paraissait vraiment en accent circonflexe. J’ai demandé un conseil maquillage (moi qui utilise un crayon) et j’ai finis avec les sourcils maquillés au mascara. Comment vous dire ….

Je ne me suis pas reconnue. J’ai gardé ça quelques heures, j’ai tout retiré avant de rentrer chez moi. Je me sentais vraiment pas moi du tout et j’ai vite supprimé toutes les photos compromettantes envoyées aux copines !

Mercredi 29 mars. Ma manucure semi-permanente a maintenant 15 jours. A quoi ressemble t elle ?

Impeccable, toujours brillante, pas de soucis de tenue. Peut être un regret c’est que je raye mes ongles (les aiguilles n’aident pas) et que du coup ça se voit si on y regarde de près. Mon autre regret c’est que je me lasse de la couleur, que j’adore la tenue et  le rendu brillant mais que si on pouvait juste faire ça sur une semaine ça serait bien mais avec le prix proportionnel évidemment. Pour l’instant la repousse est discrète et acceptable.

 

Photo Fairydesfolies 15 jours après la pose

On arrive à la troisième semaine.

Lundi  : un éclat (à l’index déjà abîmé que j’avais rectifié)

 

Éclat sur l’index photo Fairydesfolies

Sinon ? L’intervalle se voit de plus en plus. J’ai les ongles qui poussent donc très vite en fait.

Fairydesfolies

Le vernis est toujours aussi brillant. J’aime vraiment la tenue. Mais je pense que 21 jours c’est compliqué. J’ai fait du nettoyage à la paille de fer mais quand même. Je pense que j’aurai dû prendre rdv samedi dernier ou lundi. Entre les 15 jours et les 21 jours. Enfin bref.

Mercredi 11h 52.  L’heure du Crime.

Cette fois je peux le dire, je suis allée au bout de bout de cette manucure. Je l’ai testé et restesté. La paille de fer, le vinaigre blanc, le récurage du bout des ongles … Je n’aurai pas trouvé à lui faire subir plus que ce que j’ai fait dejà pendant ces 3 semaines !

3 millimètres. Il y a 3 millimètres d’ongle visible. 1 millimètre par semaine, c’est pas mal. Ils sont par contre trop long là, et je pense qu’ils auraient cassés si le vernis utilisé n’était pas un renfort.

Photo Fairydesfolies 3 semaines après

Mercredi 15h. Au salon. L’heure de la dépose a sonné !

On commence par poser des cotons imbibés de dissolvant et on emballe les doigts dans l’aluminium. Ensuite le même rituel répété 10 fois : retirer la papillote. Gratter le vernis  (fondu) poncer (légèrement), couper les peaux et limer l’ongle  (j’ai demandé à raccourcir franchement les miens).

Là je vous avoue que vu l’état de mes ongles, j’ai hésité à repartir sur un semi permanent… je me suis laissée convaincre (trop naïve) mais j’aurai dû vous prendre une photo, c’était affreux. Pour le coup, je comprends qu’on puisse faire le choix de remettre du vernis, faut planquer le désastre.

(Bon, en même temps 3 semaines à étouffer l’ongle sous des couches de produits chimiques hein… y a pas de miracle … ne vous attendez pas à de magnifiques ongles vierges)

On repose donc un sémi permanent. Rouge à paillettes. Cette fois c’est à l’apprentie que j’ai confié mes mains (faut bien qu’elle apprenne) mais j’avoue que je suis plutôt déçue du résultat.

Le vernis est superbe mais le geste est approximatif. Les ongles ne sont pas parfaitement limés et la démarcation ongle vernis – peau n’est pas nette à chaque fois. Camille (une des responsables) a checké mes mains mais elle a convenu la même chose que moi, l’apprentie doit encore travailler.

Photo Fairydesfolies 5 min après la pose

Vendredi (J+2) j’ai un accro. Humph. Je coupe directement l’ongle au coupe ongle pour que le vernis ne bouge pas (lu sur la blogosphère quand on demande à google comment faire). Et j’ai un ongle en train de casser, c’est moche et pour le coup je pense que y a pas grand chose à faire à part attendre … J’ai posé un strip et du poshé pour la journée. C’est discret, mais visible. Mais l’ongle tient.

Allez, je reviendrais dans 3 semaines quand on déposera tout ça. J’ai pris rendez vous pour un soin complet des mains (gommage, modelage, trempage) avec manucure et une french classique. En esperant que mes ongles s’en sortent et tiennent jusque là.

La semi permanente c’est bien, ça tient, c’est joli, c’est brillant mais

  • 1/passez par un pro
  • 2/ne les enchaînez pas
  • 3/si vos ongles sont fragiles ça donne l’illusion qu’ils sont forts

La page fcb du salon pour les curieux : Itsyle Bourg en Bresse

Viens je t’emmène voir le #Xvdefrance ! 

On y est, c’est le dernier billet… Celui qui va venir clore le chapitre Week end à Rome. Et merci de bien vouloir remarquer que je vous ai épargné la chanson (pas comme le Dragon qui m’a un peu soûlé…)

On a pris l’avion avec la FFR jusqu’à Rome, et nous sommes revenus avec le XV.

C’est d’ailleurs en salle d’embarquement au retour que nous avons plongé dans le XV de France, littéralement. Ils étaient tous là, une belle brochette. Certains sur les sièges, certains au bar, certains au téléphone … Alors on en a profité pour faire circuler ballon et maillot, glanant au passage quelques photos.

On n’a pas voulu abusé. Enfin, moi j’ai pas abusé du tout, j’étais tellement sous le coup de l’émotion que j’ai squatté un siège vide entre deux joueurs, et j’ai plus bougé. J’étais rouge carmin, comme mon manteau, et je bafouillais alors franchement, non, je n’étais pas capable d’aller tailler une bavette aux joueurs.

Mon homme a insisté pour que je pose avec Kevin Gourdon, sérieusement je ne sais pas comment je tenais debout. Alors je lui allée picoler du perrier pendant que mon homme parlait tactique à Monsieur Novès.

Monde parallèle je vous dis !

Je pourrais vous dire que les joueurs sont très sympa, bourrés d’humour et accessibles … mais en fait, pour le coup, ils sont surtout dans leur bulle. Ils ont tous accepté de jouer le jeu des autographes, c’est très gentil et très délicat. Mais à voir leur tête, on a l’impression que de croiser des fans ne les a pas vraiment enjoués… On ne leur en tient pas rigueur, je suppose qu’ils sont hyper concentrés pendant tout le tournoi, et il restait un match…

Mais ça restera pour nous un souvenir impérissable, même s’ils nous ont déjà oubliés. Je crois qu’ils ne se rendent pas compte des paillettes dans les yeux qu’on a pris, et de l’émotion de nos enfants quand on leur a montré nos photos.

On a passé deux nuits dans l’hôtel du XV et on les a croisé dans l’ascenseur

L’hôtel était un SAS, on ne pouvait pas vraiment tenter d’approche. Entre les séances vidéos, les sorties encadrées en bus et la garde rapprochée (aka la FFR au complet) on a vite laissé tomber l’idée première de se déguiser en femme de chambre … On a tenté l’incruste au ptit dej, on a tenté de feinter au bar, mais finalement, on n’aura pas eu plus de chance …

On a visité Rome, mais on ne les a pas vu au Colisée !

Parait qu’ils y étaient. Et pas nous.

Par contre, quand même, faut que je vous parle du match. Même si, je n’ai plus aucun souvenir du score, je sais qu’on a gagné !

Sachez déjà qu’on avait beau être là POUR voir le match, on a failli le rater. On a tellement traîné le matin à faire des détours, on a déjeuné rapidement, mais le bus a aussi fait des siennes en nous déposant à l’autre bout de notre entrée.

Bref, on est arrivés tout juste pour les hymnes, le cœur gros, avec nos maillots sur le dos, et le drapeau breton dans les main !

Le stade est truffé de contrôles, punaise j’ai cru qu’on allait y passer 2h, heureusement ça va très vite finalement. Nous étions très bien placés, tout prêts de Monsieur Ibanez …

Et d’ailleurs on les a vu jouer avec leur téléphone 80% du match ^^ Bravo les gars …

Les italiens ne savent pas mettre l’ambiance, bon, pas au rugby en tout cas. mais la Marseillaise a bien raisonné. C’est un petit stade, pas très vertical comparé à Jean Bouin ou au Stade de France, mais ouvert et très venteux !

Le stade n’était pas plein. Mais franchement, on s’en foutait ! On a gagné !

On a beaucoup hurlé « Kevin ! Kevin ! » Parce que c’est grâce au talent d’or qu’il a obtenu que nous avions empochés le séjour …  Et des « Kevin président! » aussi. Parce que au point où on en est …

Après le match, on a savouré le stade vide. Enfin, les gradins vu que les italiens désertent vraiment vite les lieux … Nous on a regardé et applaudit notre XV de France victorieux qui faisait son tour d’honneur.

On a choisi de récupérer un max de souvenirs, donc une fois dehors, on a fait les petits vendeurs, ceux qui négocient les prix à la tète du client (vous l’avez ?) et on a eu 3 écharpes pour 30 euros (celui d’avant nous en a eu une seule pour ce prix, pour celui d’après c’était 5€ l’écharpe). Franchement on n’a pas cherché, on a pris nos écharpes et basta.

Mon homme est allé ensuite aux boutiques officielles pour glaner un maillot italien (non, ne le huez pas, c’est pour son coach, ne vous en faites pas!) et on a récupéré un ballon du match (celui qu’on a fait dédicacer par Kevin Gourdon un peu plus tard)

On a posé devant la plaque « Stadio Olympico » et puis on a rejoint le groupe (qui nous attendait, évidemment, depuis un bon moment)

Le soir là, le samedi, on a eu envie de se taper l’incruste au gala du XV, mais malheureusement il est allé faire la fête sans nous. Faut dire que nous n’avions pas prévu de smoking. Sinon on aurait pu le tenter. Bref, on a regardé le bus partir, les longues robes de soirées suivre …

Quand nous sommes rentrés, ils étaient dejà couchés. Halalala, ça veille au grain à la FFR hein, y a un couvre feux ^^ mais on a pu en profiter le lendemain donc …

De ce week end mémorable il reste maintenant les souvenirs, toutes les photos que vous ne verrez pas car il y a nos tronches, tous ces instants que je n’ai pas raconté, entre la réalité et le rêve d’une vie, toute l’émotion d’envoyer un mail à mes enfants pour leur raconter heure après heure notre voyage…

De ce week end il reste la victoire, du week end suivant il reste la magie. De ces moments rares il reste un volute de fumée, près à disparaître mais qu’on essaie de filmer pour ne jamais oublier.

On a vécu un truc de dingue. On a rencontré le Xv de France.

Week end à #Rome

Rome, Rome, Rome …

On a donc pris l’avion, et on a dormi dans un palace

Et on a visité Rome !

(Le XV de France c’est pour bientôt, patience petit Scarabée)

Ce qu’on a vu d’abord ce sont les rues de Rome, les grandes places, les obelisques … c’est ce qui attire l’oeil, c’est que qui fait qu’on se sent ailleurs.

Tu sens bien le dépaysement… Nous avons quitté la France sous la pluie et le brouillard, avec nos polaires et nos cagoules. Et nous arrivons là, sous un soleil éclatant, un ciel azuréen et un magnifique temps à se balader en teeshirt !

Un peu plus on s’y baignait dans cette fameuse Fontaine de Trévi… Mais on s’est contenté de jeter les pièces (avec la main droite, au dessus de l’épaule gauche) en espérant que nous y reviendrons … (c’était chose faite le lendemain soir, j’espère que ça ne compte pas!)

Nous avions sur place un super guide local, multilangues, épatant ! Il déroulait anecdotes, histoires et mythologies en flot continu. Jusépé si tu me lis, bisou !

Je suis incapable de vous dire tout ce que nous avons vu, déjà parce que je n’ai recuperé mon audition qu’à 16h, et qu’ensuite, noyée sous une avalanche d’informations, j’ai perdu pied. je me suis concentrée sur ce que je vivais, chanceuse et reconnaissante d’être là…

Des petites églises au Panthéon, le fil rouge était le grand silence qui régnait dans les lieux, à chaque fois la même consigne, regarder partout, émerveillez vous !

J’ai eu l’occasion de visiter Rome (en quelques heures il y a plus de 15 ans lors d’un voyage à destination de la Sicile) et j’avais en tête des choses vieillies, dépossédées de leurs âmes, avec du bruit partout.

Je n’ai pas reconnu ce que j’avais vécu. Là tout n’etait que beauté, magnificence et silence. Un respect des lieux comme nulle part ailleurs. Haaa si les italiens respectaient autant le silence au moment où les français passaient les pénalités hein …

Le premier jour donc, on en a pris plein les yeux.

Et le second, c’etait … WAHOU !

Le Vatican, évidemment, la Basilique St Pierre, la chapelle Sixtine …

Aucune photo ne vous donnera l’âme de ces œuvres, aucune photo ne transpirera de toute cette beauté architecturale qu’on ne trouve pas ailleurs.

ceci est un garde Suisse

Bien sur que tout ça fait rever … Comment ne pas en prendre plein la vue ?

Le Colisée nous n’avons pu que passer devant, c’est un regret mais surtout une bonne occasion pour revenir !

Rome est une ville pleine de surprises, il faudrait plus de 3 jours pour tout voir. Il faudrait prendre le temps. Sur ma liste je garde en tête le Musée Napoléon, il vaut le coup d’oeil, c’est une certitude !

Si vous devez visiter Rome, laissez vous surprendre par tout ce qu’elle dégage, de récent, comme de l’ancien. c’est ce mariage des genres, entre baroque, renaissance et modernité, entre Mussolini et Michel-Ange qui donne à Rome sa toute puissance magnifique.

Côté souvenirs « typiques » nous n’avons pas bataillé… J’avoue, non sans honte, que par manque de temps nous avons fait nos achats dans une seule boutique souvenirs, petite rue près de la place d’Espagne (et ses ENORMES escaliers) Teeshirt, casquettes, trousses… le vrai cliché du touriste ! J’assume !

Oui, je reviens très vite pour vous raconter le match et les joueurs (et peut etre que je vous dirai qui a eu plus peur que moi en avion…)

Et si on menait la vie de château ?  

Je vous ai laissé à la descente de l’avion quand nous prenions un mini bus avec les autres gagnants.

Si tu veux relire le billet précédent, clic !

Il a d’abord fallu rallier Rome  (nous avons atterri à l’aéroport Fiumicino) et pendant que notre accompagnatrice Claudia nous faisait l’histoire de Rome, nous prenions un coup de massue sur la beauté architecturale de la ville.

Notre première étape était le restaurant Taverna Capranica.

Rien qu’à la devanture  (et aux prix affichés) on a compris que ce restaurant n’était pas une brasserie de quartier.

Les menus étaient programmés d’avance. Pour ce premier repas nous avons goûté des gnocchis avec une sauce au poivre, du veau je ne sais quoi qui fondait dans la bouche et une pannacotta traditionnelle des plus savoureuses. Dans tous les restaurants nous avons eu des pâtes en entrée et en plat. J’avoue que ça déroute un peu.

Le restaurant bouscule les habitudes de tout le monde, on nous sert les meilleurs vins, on nous sert notre eau plate ou gazeuse, on nous tient notre chaise. (Vous imaginez qu’après 2 jours de ce train de vie, le retour à la réalité quotidienne a été des plus compliqué)

L’après midi à été des plus agréables. Une promenade à pied dans les ruelles de Rome. (Billet à venir)

Ce qui me plaisait beaucoup  (BEAUCOUP) dans le cadre du voyage à Rome, en dehors de coller au plus près du XV de France, c’était d’avoir la chance de loger dans l’hôtel le plus vieux de Rome, dans un cadre typique Renaissance : le palace aux 5 étoiles The Westin Excelcior.

J’avais préparé notre venue en cherchant un max d’information sur internet. J’avais déjà des paillettes plein les yeux avant d’arriver devant l’hôtel. J’avais même le maillot de bain pour le spa (que nous n’avons pas du tout eu le temps de faire)

Le mini bus s’est gâré à 18h30 le vendredi. Et là j’en ai pris plein la vue. Déjà la devanture de l’hôtel avec le voiturier et le concierge, franchement ça en impose !


Le concierge a même fait tourner le portillon pour nous. Les fois suivantes on s’est débrouillé nous même mais là franchement c’était énorme.

La réception est magnifique, la décoration est bluffante et quand tu prends tes accès pendant que Brice Dulin sort courir, ça fait double dose de paillettes.

On est monté dans notre chambre  (le terme suite serait plus approprié) en prenant un ascenseur magnifique avec des boiseries. Le couloir du 6 ème étage est habité de canapé et de tableau. Tout était déjà magnifique avant de franchir la porte de la chambre.


Mais l’intérieur…


Cette impression de devenir une princesse pour le weekend, les dorures et les lustres, tant de magie et de beau. J’en ai eu le vertige.


Nous devions retrouver le groupe à 20h pour aller dîner (les italiens disent souper : ils dînent quand nous déjeunons)

J’ai sauté dans la baignoire. Double jet réglable, massage hydrologique… Et les fioles de soin au thé blanc on fait fondre la fatigue et les dernières gouttes de stress du voyage. J’ai enfilé le peignoir et les chaussons de l’hôtel pour aller me vautrer sur le lit. Et franchement si ils avaient annulé là soirée j’aurai pu trouver le sommeil instantanément.

Le temps de se préparer, d’enfiler des talons et de se faire passer pour des gens super classe pour une soirée, nous étions à 20h dans le hall. Nous avons retrouvé notre groupe, échangé sur nos vies et les moments de folie  (croiser Yohan Huget dans l’ascenseur) et commencer à sympathiser.

Le dîner était réservé à la CASA COPELLE. C’est pour moi le meilleur restaurant du séjour.  Les plats étaient évidemment formidables  (pâtes parmesan, lasagnes aux brocolis et aubergines, dessert chocolaté) mais la décoration et le service était au delà de tout ce qu’on peut imaginer. A couper le souffle.

On a même eu accès  (un membre du groupe et moi) à une terrasse privée avec canapé et fauteuils pour une cigarette.

Ce restaurant était incroyable. Les vins étaient extrêmement merveilleux. J’ai quelques photos de moi avec la bouteille de blanc que j’aurais voulu ramener d’ailleurs.

De retour à l’hôtel on s’est laissé tenté par un verre au bar de l’hôtel. Nous étions 6 ou 7 sur 12. Et nous avons savouré la musique  (le pianiste jouait) et les têtes connues qui allaient et venaient. C’est incroyable de boire un Limoncello à côté de Bernard Laporte. Je m’en remettrai jamais.

Par contre le Limoncello je n’ai pas aimé. Je pensais que c’était quelque chose de doux et sucré. Je n’ai senti que l’alcool. A titre d’information la bière + le Limoncello = 24 euros.

Voilà pourquoi finalement on n’a pas pris soin d’ouvrir le mini bar de la chambre…

La literie démentielle nous a permis de faire les plus doux rêves. Sans compter qu’aucun enfant n’est venu nous réveiller. Bon, en même temps on avait rendez vous à 8h pour le Vatican donc à 6h30 réveil.  Et oui, ça piquait !

Le petit déjeuner à été une mission périlleuse. La réception de l’hôtel n’avait pas compris que nous étions « à part » de la délégation. Nous avons atterri dans la salle petit dej du XV de France. Je vous dis pas le malaise.

Mais les ouailles sont bien gardées. Un cadre nous a recadré et nous avons atterri dans la salle de la délégation.

Tour de la salle FFR, et paillettes plein des yeux

Sauf que là encore, on n’avait rien à y faire. Et enfin on nous a accompagné à la salle « traditionnelle » du petit déjeuner.

Mais on a eu le temps de faire une vidéo du buffet (sensiblement le même dans la salle traditionnelle, en moins joliment disposé)

Video buffet de la délégation

La salle est agréable, bien aérée. Nous sommes placés par un maître d’hôtel, et le café vient jusqu’à nous…


Le buffet fantastique sous les yeux, j’avoue que j’ai craqué complètement sur le salé. Saumon, mozzarella (qui n’a rien à voir avec ce qu’on peut trouver en France) pain complet et jambon de Parme.  Le tout arrosé de café. Un café dont je suis tombée amoureuse. Moi qui avait arrêté complètement, je suis retombée dans cette délicieuse liqueur.

Je pourrais vous dire que je n’ai rien trouvé à critiquer, mais c’est faux. Ils n’avaient pas de beurre salé. Il y avait 7 sortes de sucre (roux, blanc, sans sucre, substitut vegan etc…) mais le beurre c’était margarine ou beurre doux. Mais franchement, on s’en est remis.


Nous avons pris le temps de tout savourer. Le Dragon s’est fait plaisir sur les fruits, les omelettes et les viennoiseries. Je crois qu’il s’est régalé ! Enfin, j’en suis sûre. Anonymat oblige je ne peux pas vous montrer nos photos d’amoureux mais j’en suis encore émue quand je les regarde. La magie de la Dolce Vita…

Le déjeuner du samedi a été très rapide. Nous avions le match qui nous attendait. Il ne fallait pas traîner. Mais le MOLTO a su faire chavirer nos cœurs. Nous avons là encore été accueilli avec les meilleurs vins et un service digne des rois.

L’entrée était composée de charcuterie, mozzarella et mousse de brocolis. Je ne sais pas si le brocolis est italien  (chéri ?) Mais punaise ils savent le rendre incontournable !

Le plat principal était très copieux, cannellonis façon bolognaise. Et le dessert … Le meilleur du séjour !  Un mille feuilles revisité à la top chef avec une mousse stratciatella et des tuiles d’amandes incroyables. On s’est régalé.

Le dernier dîner a eu lieu dans un restaurant de remplacement suite à une annulation. Je n’ai pas retenu le nom du restaurant et … C’est sans regrets !

Nous étions conditionnés au grand standing, au service du vin à peine une gorgée prise, aux femmes servies d’abord, à la discrétion des serveurs. Et à la finesse des plats… On s’habitue vite au grand luxe en fait.

Ce dernier restaurant nous a remis les pieds sur terre. Ou sur mer. Déjà l’accueil avec des voix très fortes, et puis le standing un ton en dessous (on a dû passer nos assiettes…) Il s’agissait d’une entrée à base de poulpe (qui m’a paru similaire au gout du poulet mais visuellement j’ai eu du mal à manger) d’un plat de pâtes aux écrevisses et coques (j’ai récupéré les écrevisses des copains et j’ai filé mes coques) et le dessert une sorte de glace vanillée. Bref. Ce n’est pas un bon souvenir dans l’assiette mais on s’est tellement amusé avec les copains.

Cette dernière soirée à Rome à été passée dans un Pub irlandais. On y a trouvé un coin de terrasse en travaux le temps de siroter une Guiness.

Et puis la dernière nuit à l’hôtel. Les quelques minutes sur la terrasse pour en prendre encore plein la vue … Le bonheur d’être à deux, amoureux. Et le dernier petit dej’ qui vient ponctuer un chapitre magique et dépaysant.

On reprend quelques photos. On essaie de mémoriser les détails. Et on glisse les chaussons dans la valise. Un dernier au revoir à l’hôtel, aux restaurants. On essuie une larme discrètement en montant dans le mini bus qui nous conduira à l’aéroport …


[Oui vous saurez dans le prochain billet si j’ai récupéré mon audition]