Archives de Catégorie: Lu Vu Entendu

Hotel Transylvanie 3 : montez le son !

 

google image

LE PIED TOTAL !

Je ne suis pas souvent sortie d’un ciné avec l’envie d’enchaîner par une soirée boîte de nuit mais alors là, clairement, c’était GENIAL !

Hotel Transylvanie 3 est à la hauteur du second opus et du premier ! Il est drôle, il est rythmé, il est dynamique et toute la famille est emportée dans le voyage !

google image

Grand moment de fou rire pour moi quand les loups déposent leurs enfants au mini-club. Et plein de jolis moments basés sur l’acceptation de soi, de l’autre et la différence.

source google image, resultat sur https://www.washingtonpost.com

Je suis ravie de cette sortie familiale, et si vous avez l’occasion d’allez le voir, c’est vraiment un très très très bon moment !

google image

*film vu avec enfants de 11, 8 et 4 ans

** Les images ont été prises via google image « hotel transylvanie 3 »

Publicités

#CallTheMidwife – Merci netflix !

Je viens de finir la saison 5.

Je crois que j’ai pleuré au moins une fois par épisode.

Source Allocine

Cette série est un bijou humain, frais, rassurant, emprunt d’amour et de dévotion sur fond de discussions religieuses et médicales.

L’avortement, les bébés mal-formés, les prémices des médicaments donnés à tort pendant la grossesse, l’arrivée des laits infantiles, les maisons maternelles, l’homosexualité, la pauvreté, la mort, la foi, l’alcoolisme, la violence conjugale, les filles-mères, les maladies psychiatriques, la contraception et la propagande du gaz relaxant sont des thèmes abordés, parfois plusieurs fois, parfois en toile de fond sur certain personnage.

L’univers est féminin. Il s’agit de sages femmes, infirmière et/ou religieuses. Elles sont la dévotion même, au côté de la femme, de la future mère, de celle qui accouche. Les scènes d’accouchements sont réalistes de ce que j’ai pu voir des accouchements à domicile et chaque instant de l’accouchement ressemble à une bulle d’amour et de sérénité. Cela me replonge en 2009, quand j’envisageais la naissance de mon fils et que je me renseignais sur l’accouchement à domicile, tellement respectueux de la femme, de ses envies, de sa douleurs, de son silence, de ses cris….

La saison commence dans les années 50, la saison 5 se termine dans les années 60. Les personnages changent, évoluent. Il faut se dire au revoir, parfois en souffrance, comme dans la vie. Les personnages sont très attachants.

Source telequebec

Vivement la suite !

#TheCrown S01 et S02 (merci Netflix)

La Bande Annonce m’a piqué au vif.

photo netflix officielle

Comment rendre aussi épique, aussi fort, aussi poignant, comment captiver, comment romancé, comment mettre du suspense et du drame dans une sorte de biopic distillé en épisodes ?

NETFLIX l’a fait !

The Crown est une série qui raconte la Reine, ou plutôt l’histoire d’Elisabeth II d’Angleterre.

photo netflix officielle

La série commence juste avant le mariage, la naissance ces premiers enfants, traverse la mort du roi Georges, le couronnement d’Elisabeth, les difficultés pour son mari Philippe de trouver sa place, les crises politiques, de défilés des premiers ministres, la dualité avec Margareth etc…

Je ne connais pas l’Histoire de cette Reine, je n’en sais que très peu, et je me découvre presque suspendu à cette série tant elle me passionne.

J’ai eu envie de lire l’autobio de Chruchill par exemple. Quel homme, quel plume ! Quel orateur extraordinaire ! Et l’acteur John Lithgow est incroyable !

Les acteurs sont formidables.

On a reconnu des acteurs de passages sur un épisode, comme la sœur de Théon de GOT qui joue une secrétaire de journaliste (à contre emploi, fade, timide, presque ennuyeuse) et Dexter qui vient jouer Kennedy.

Mais les rôles titres… excellents choix !

Margareth

Margarteth est ENORME. Physiquement l’actrice Vanessa Kirby est extraordinaire mais aussi dans les gestes, le regard. le rôle est très complet, méticuleusement découpé entre les facettes de sa personnalité, entre la douleur et la joie.

Philippe

Matt Smith (Philippe) est désarçonnant de vérité. Je n’aime pas l’acteur mais son rôle brillant me convint jour après jour que j’aurai mis des claques au Prince Philippe si j’avais été Elle.

Elisabeth

Claire Foy, la Reine, Elisabeth, est parfaite. Tout à tour émouvante, et forte. Parfois j’ai de la compassion, de la peine, peut être une certaine tendresse envers celle, si jeune, qui n’a jamais (en tout cas pas les premières saisons) pu se dégager du joug de la couronne et de la pression protocolaire.

Photo netflix officielle

N’hésitez pas longtemps à découvrir cette série !

Les acteurs vont changer pour les saisons S03 et S04, je vous ferai un debrief quand on aura vu le résultat !

Brèves de canapé (le linge, Jane the Virgin, la maison et l’arrêt de travail)

11h30

Je regarde la pile du linge à plier sur la gauche, celle qui menace de tomber du canapé, celle qui représente un certain nombre de jours d’application de la technique dite de l’Autruche…

Je viens de commencer la saison 4 de Jane and the Virgin, qui, du coup, n’est plus vierge depuis la saison 3. Mais qui est veuve. Mais ils n’ont pas changé le nom de la série.

J’essaie de m’occuper l’esprit, j’ai envie de faire beaucoup de choses (et le linge n’est pas ma priorité). Je voudrai être dans ma maison, décoller la tapisserie et ranger la salle à manger pour la soirée pizza prévue avec les enfants.

Je suis contrainte au repos. Le médecin m’a laissé le choix entre rester au lit, ou rester sur le canapé. Je suis bien heureuse d’avoir Fred (mon pc portable, NDLR) sinon je ne suis pas convaincue que j’aurai suivi cette recommandation.

J’ai écopé d’un arrêt de travail de 4 jours.

Tout a commencé dimanche, en fin de journée, je me sentais un peu patraque, un peu faiblarde et fiévreuse. J’ai mis ça sous le compte de la piscine de la veille, sûrement une insolation, avec un peu de clim pleine de microbes et la fatigue accumulée de ces derniers mois.

Lundi, malgré une nuit en pointillée, j’étais fidèle au poste et au bureau à 8h. Mes jambes ont commencé à fourmiller et à sembler tremblotante, comme du coton, je ne me sentais pas capable de marcher, les fourmillements ont monté progressivement sur les mollets, les genoux, les cuisses. J’ai reçu comme des coups de jus dans le dos, dans le bassin et les hanches. Ensuite mon estomac c’est fait très douloureux et mes intestins et mon utérus ont décidé de communiquer entre eux à grands coups de crampes. Vers 11h j’avais les épaules douloureuses (comme avec un sac à dos trop lourd) et les doigts étaient douloureux au contact du clavier. A midi, mon nez ne laissait plus passer assez d’air et les yeux larmoyants, ma capacité respiratoire était devenue celle d’une chèvre naine dans le Sahara. Et à 13h, je rentrais chez moi pliée en deux et au bord du malaise après avoir pris soin de demander un rdv auprès de ma toubib (fixé le lendemain matin) et poser un demi RTT pour l’après midi manqué.

J’avais récupéré mes fonctions motrices dans la journée mais je restais endolorie, et très fatiguée. J’avais l’impression d’un lendemain de sport à haute doses (d’après ce que j’en lis sur les réseaux, puisque non, je ne fais pas de sport à haute dose) et je n’avais pas récupéré beaucoup d’amplitudes de mouvements. Monter un escalier était par exemple impossible.

La nuit entre lundi et mardi était à nouveau compliquée. J’ai fait 2 ou 3 siestes plutôt qu’une vraie nuit. C’était un peu le brouillard, et toujours cette sensation de ne pas pouvoir faire tout ce que je voulais, d’être limitée.

Mon médecin a fait un examen très approfondi, très long, et m’a même fait répéter plusieurs fois pour tout consigner. Elle s’est montrée rassurante sur le fait que ça ressemblait bien à une grosse grippe. Mais les symptômes « ascendants » et cette amplitude réduite, tant pour les mouvements que la capacité respiratoire, ne lui inspirait pas confiance. Elle a évoqué une maladie neuro, et m’a envoyé aux urgences pour un avis. Deux infirmières et un médecin plus tard, je rentrais chez moi. On m’a conseillé de voir un neurologue car pour éliminer cette maladie à laquelle ma toubib pensait il aurait fallu une IRM et une ponction. Je vous avoue que j’avais autre chose à faire ce jour là que passer des heures à attendre ces examens, surtout après avoir vu, lu et entendu que cette maladie ne s’améliore pas spontanément, et encore moins en 2 jours. J’étais debout, vivante, et en bon état général. Ma généraliste a appuyé ma décision. Du repos ! Des efferalgan et du repos.

Nous sommes au jour 2 et je préférerais être au travail. Ce n’est pas que je m’ennuie, mais se reposer, quand on ne sait pas faire c’est compliqué. Je peux regarder des séries mais je me sens obligée de gérer mes mails, de m’occuper en même temps du linge et je culpabilise de ne pas utiliser ce temps disponible pour la maison.

Je me sens faible, je me sens nauséeuse, je me sens mal et je ne tiens pas très bien debout. Mon cerveau est embrouillé et je bénis mon ordi qui a un super correcteur d’orthographe sinon je ne pourrais même pas écrire.

11h56

Je vais me faire un plateau repas, qui va se résumer à des carottes rappées, un concombre et peut être quelques tomates.

11h58

Je suis toujours assise. J’hésite à plier le linge. Cette pile est pire que la Tour de Pise et elle occupe mes pensées. J’aimerai un jour prendre la panière et la retourner par le balcon.

12h09

La mère de Petra est revenue.

12h13

Pâtes-boulettes

12h45

Heureusement que mon estomac est douloureux, ça me donne une excuse pour ne pas finir mon assiette… Quoi que entendre le BORDEL de ces putains de voisins de merde me coupent l’appétit. Et l’accouchement de Darcy aussi (le bébé est de Roguellio). Que j’ai hâte d’être dans notre maison, de pouvoir ouvrir les fenêtres sans 1/ sentir les clopes, joints, sardines grillées 2/ entendre les gosses qui pleurent, les parents qui jurent, les couples qui gueulent. Je crois qu’on est le seul couple qui a des relations sexuelles, les autres s’engueulent en continu, se menacent et même se crèvent les pneus et explosent les pare-prise.

12h55

On va dire que 1/ c’est le dernier épisode avant la sieste 2/ je plie le linge

13h29

Le linge est plié. Et Rafael a annoncé à Catherine la vieille qu’il s’était foutu de sa gueule. Et elle a essayé de lui passer dessus en voiture. Je ne peux pas aller dormir maintenant !!! Je veux la suite.

13h48

Je prends conscience de tout ce qu’il reste à faire pour pouvoir être dans la maison le 4 août. Et je trouve ça dommage de devoir être coincée sur mon canapé au lieu d’avancer. Mais je relativise. Je devrai être au travail. Donc je n’ai pas de temps « bonus » à utiliser. Je culpabilise de ne pas avoir autant de temps à accorder à la maison que je le voudrai. J’essaie de faire des petites choses le soir quand je rentre, mais c’est compliqué avec Fairy. J’espère qu’on sera dans les temps, même si ça va être très sérieusement compliqué. On a 10 jours. Dans 10 jours on devra vivre dans la maison. Donc la cuisine devra être installée. Et les chambres, bon, on fera comme on pourra, au pire, matelas dans le salon.

13h58

Petite pub pour la vasectomie dans Jane the Virgin. D’ailleurs si le Dragon le fait, je vous raconterai. Oui, parce qu’on y pense fort. On cherche une alternative contraceptive au Mirena. Il me convient bien, mais je dois changer l’année prochaine et c’est l’occasion de se tourner vers une méthode sans hormones, qui ne serait pas mécanique et qui pourrait se faire oublier. La durabilité, l’aspect définitif est un bonus.

14h07

Les filles vont faire du camping. Elles vont adorer. Et puis dans quelques mois tout ça sera derrière nous. On va avoir une maison. On va profiter de notre maison. On va pouvoir la faire à notre image. On a toute une vie. On a la vie entière. On va la payer pendant 20 ans alors on pourra bien mettre 20 ans à la fignoler.

14h14

Je vais dormir après la fin de cet épisode. Mon mari est réveillé. On s’est raté pour la sieste. Mais on a aussi la vie devant nous. Pour toujours. Et à jamais.

15h04

Une sieste plus tard, le mari est parti travailler dans la maison. Je regarde le meuble près du bureau, qui est à vider. Et je lance un nouvel épisode de Jane. J’ai un vrai coup de cœur pour cette série. Je vous en avait déjà parlé. Elle est très drôle et il se passe tellement de chose que ce n’est pas possible à raconter. Et puis Jane, écrit. Et est publiée. Et ça me fait toujours quelque chose les gens venus de nulle part, qui sont déjà quelqu’un mais qui un jour, sont reconnus pour leur Art, ou leur talent.

15h31

Je somnole. Je vais mettre un réveil pour être à l’heure dans la maison. Je rejoindrais mon mari toute à l’heure.

15h33

J’ouvre un magnum.

L’image du jour

Source google

Le Bistrot Du Boucher (Viens manger à #BourgEnBresse !)

Avis laissé sur la page tripadvisor

Jour ensoleillé où il fait bon prendre le temps de s’arrêter découvrir les saveurs dont on nous vante souvent les mérites, c’est comme ça qu’on s’est retrouvé à franchir les portes du restaurant pour une déjeuner d’amoureux.

Accueil agréable, souriant, la déco est superbe, la table est bien dressée, on se sent bien tout de suite ! Mention spéciale à la tapenade offerte à l’apéritif, un délice ! La déco est très belle, je vous invite à voir leur site internet avec une vision à 360 du restaurant !

Deux menus gourmands (27.50€ *2), ça donne

– ENTRÉES

  • un foie gras pour Monsieur (qui ne m’a laissé qu’une bouchée pour tester, c’est dire si c’était bon ! Et la petite gelée de poire était à tomber !)
  • un saumon mariné pour moi (assaisonnement idéal, épaisseur parfaite et avec une belle quantité dans l’assiette : un délice !)

– PLATS

  • un burger pour moi, avec frites et j’ai succombé à la tentation d’une sauce au bleue. Tout était parfait, avec mention coup de chapeau à la cuisson PARFAITE. Je déteste le saignant, et j’ai toujours peur que le « à point » ne soit pas respecté.. Et là, et bien il est parfaitement maîtrisé ! Même mon mari était très étonné de me voir manger le steak (de 200g!) sans broncher (haaa si j’avais pu en redemander !) Et pour info, le pain est maison et brioché, fondant et croustillant !
  •  un pavé du boucher pour mon mari, et vu la virginité de l’assiette débarrassée, je crois qu’il a aimé !

 

– DESSERTS

  • La coupe choco quelque chose pour mon mari, avec des biscuits et une chantilly à tomber à la renverse ! Lui qui n’est pas très chocolat, je crois qu’il vient de tomber amoureux !
  • Une coupe souvenirs d’antan, avec des saveurs merveilleuses que je n’oublierai pas de sitôt, avec du pop corn caché dedans !

Côté vin nous avions un joli rouge du Bugey, et nous avions pris un apéritif chacun. L’addition finale est restée sous les 100€ et ça les valait parfaitement !

Nous sommes restés à table assez longtemps pour apprécier le calme et la discrétion du service ! Nous reviendrons profiter de la terrasse une autre fois !

– ADRESSE

Sur la RN 83, entre St Etienne des Bois et Bourg en Bresse, vous ne pouvez pas le rater ! l’entrée se fait par le rond point direction Viriat. Si vous avez un GPS, donnez lui 3212 Chemin de Tanvol, 01440 Viriat

Google Street View le bistrot du boucher

De l’accrobranche près de chez toi ! #bourgenbresse #ain #bugey

Premier mai, temps gris mais sans pluie, mi chemin entre les copains et notre domicile, nous avions réservé nos harnais à AVENTURE DU BUGEY et sommes arrivés de bonne heure pour en découdre avec la hauteur !

Réservation obligatoire ?  OUI !

  • pour des raisons de sécurité, en effet le nombre de harnais est limité,  et il ne faut pas saturer les parcours
  • pour des raisons pratiques, car perdus dans la pampa de la montagne, faire la route pour rien ça énerve toujours !

Tout le monde peut pratiquer ?

Presque. En fait, la seule limite c’est vous, votre condition physique et vos éventuelles appréhensions.

  • mon bébé fille (4 ans) a pu faire le parcours dédié (une trentaine de fois). J’aurai pu être assise avec un mojito, qu’elle aurait pu gérer sa petite vie tranquille (à quelques nuances près donc je vous parlerais plus tard)
  • mon mari et son mètre 92 a trouvé des raccourcis dans les hauteurs pour faire de la tyrolienne sans jouer à tarzan pendant 3h !
  • le copain en très gros surpoids a eu un harnais adapté et à pu faire le parcours qu’il souhaitait sans aucun souci !
  • l’enfant tétanisé à 5 mètres de haut, qui présumait de ses possibilités a pu être débloqué et remis sur un parcours moins effrayant
  • si tu ne veux pas monter, tu ne payes pas !

Petite astuce si tu as plusieurs enfants de plusieurs âges différents, essayer de venir avec des amis qui ont des enfants dans les mêmes tranches d’âge. Du fait mon mari est allé avec les grands, mes amis sont allés avec les moyens et je suis restée au sol avec ma petite. Cela évite de frustrer tout le monde en faisant chacun son tour un parcours avec le parent dédié.

Les parcours

  • Pour les tous petits, il y a un parcours sans ligne de vie, avec quelques tyroliennes (d’où la présence des parents nécessaires et l’absence de bar à mojitos), des ponts, des passerelles, et c’est très bien pour une première fois en accrobranche. Hauteur du sol plus petite que l’enfant, c’est rassurant pour tout le monde. Une trentaine de tours pour ma fille d’amour, avec des petites pauses pour maman (qui s’ennuyait un peu, quand même, à regarder sa fille s’éclater)

  • Pour les 5/8 ans, il y a un parcours déjà plus travaillé, le parcours vert, avec une ligne de vie continue, des franchissements d’obstacles. La présence d’un adulte, au sol ou dans les arbres est impérative.

 

  • Ensuite, attention, ça devient « sérieux ». Les plus téméraires (9/10 ans) pourrons s’essayer à une tyrolienne au dessus du lac (parcours bleu) avec adulte dans les arbres avec eux. Le parcours a été testé par notre couple d’amis et tout les enfants sauf ma miniature

  • Ensuite il y a le parcours rouge (1m40 du sol, avec du kart dans les arbres, des filets, et encore de la tyrolienne, toujours plus haut, toujours plus loin) qui a été testé par ma grande fille (11 ans), son copain, et mon mari. Mon fils (8 ans) réclamait d’essayer, malheureusement, certains passages du parcours demandent de la force physique (pour finir la tyrolienne au dessus du lac avec les bras !) et nous avons décidé que ça serait l’occasion de revenir quand il serait un peu plus grand.

  • Et pour finir, il y a le le parcours noir (que personne n’a fait lors de notre venue!)

Vous pourrez voir d’autres photos sur le site https://www.aventuredubugey.fr/

Le prix et les horaires

Il y a de quoi pic niquer sur le site, et pas besoin que le site soit ouvert. Nous sommes donc arrivés pour midi, on a pu déjeuner tranquillement avant l’ouverture du parc ! Nous y sommes restés les 3h. Il n’a pas plu, il faisait un peu froid, il faut prévoir des polaires, c’est la montagne et on est en hauteur, ça caille franchement vite ! Nous avions prévu le goûter, il y a des tables sur le parcours pour ne pas avoir à ressortir.

Une sortie FAMILIALE très agréable, au cœur de la foret, au bord du lac, avec les oiseaux et les cris d’enfants (Tarzan n’a qu’à bien se tenir) avec une mention coup de cœur à la disponibilité des responsables, l’entretien du site et la présence de toilettes sèches et propres.

A REFAIRE !

Werber, Depuis l’Au-Delà. (attention, c’est un avis sur un livre lu)

Je suis une addict de cet auteur, je l’aime tellement d’amour que j’ai dévoré ses livres précédents, qui ont été maintenant malheureusement sans surprise car à force de lire l’auteur on devine ses trames (le cycle des dieux par exemple)

Oui mais là, je viens de lire les 80 premières pages. Et Même si on reconnait la plume de Werber, le texte est nouveau. C’est lui mais c’est nouveau. Ce n’est pas différent mais c’est quand même autre chose. C’est le style mais je suis surprise et là, je peux le dire, non je n’ai aucune idée de la suite du roman.

****

Je viens de tourner la dernière page du roman.

J’ai été surprise jusqu’au bout ! Je n’ai pas été d’accord avec tous les choix mais j’ai aimé l’histoire, la trame et la fin. J’ai aimé le fil d’Ariane qui nous conduit doucement mais surement à la fin du roman. J’ai aimé approcher du doigt LA révélation sans la deviner.

FairyDesFolies lit Werber

Le roman est bien construit, toujours avec la richesse de l’encyclopédie du savoir relatif et absolu glissée au fil des pages. Que c’est agréable à lire, c’est si fluide.

Le roman nous plonge dans le suspense et la traque d’un roman policier, presque thriller, mais avec ce talent et ce gout de dépeindre l’après vie, qui réussit si bien à Werber. On a presque l’impression qu’il a lui même visité l’au delà pour savoir si bien expliquer ce qui s’y passe(rait). Il y a un peu des Thanatonautes dans ce roman. C’est grisant de retrouver un environnement qu’on connait et qui plait

J’ai aimé retrouver une plume familière dans un nouveau contexte. Je me suis sentie bien et en confiance, ni trahie ni déçue. Au contraire, valeur sure des écrivains qui donnent envie de lire, je suis agréablement surprise d’être … surprise !