Archives de Catégorie: La Fée veut un bébé

Le jour qui sera le jour J (partie 3 – the last)

Oui.
J’avais dit pas avant mardi.

Mais pour ma défense j’ai toujours mes règles le matin au reveil. Et là,  ce lundi. C’était des glaires bien blanches.

Je le savais,  j’en étais sûre. 

Non je ne me faisais pas de film.

Alors voilà.

J’étais là assise,  remplissant mon gobelet, je revérifie que pas de règles au fond du vagin, et hop, allez, je deballe le test.

20 secondes tête en bas, plongé dedans.
On referme, on pose à plat.

Un petit sablier ok.

Et on wait. On wait. On wait.

J’ai lu la notice, nettoyé mon gobelet de pipi, enfilé un peignoir.

Et voilà.

image

image

Je regarde 2 fois pour être sure, c’est pourtant sans surprise,  je le savais!

Je cours dans le lit de mon homme.

Il est 5h45.

Je le réveille,  lui dit d’allumer la lampe, que ça peut pas attendre.  Et là il voit.

Il est fou de joie, hyper ému, il compte déjà la future date de naissance, juste quelques jours avant l’anniversaire de notre aînée normalement.

Hiiiiiiiiiiiiiiii hiiiiiiiiiiiiiiii hiiiiiiiiiiiiiiii !

Oui, enceinte,  je suis hystérique. 

Comme d’habitude en fait.

Évidemment après ma douche, je suis allée dejeuner, j’ai mis le test à mes copines froumesques et envoyé le texto à meilleure copine qui, enceinte de moins d’un mois trouve ça FORMIDABLE !

Et moi donc !

Après une journée de taf sur un lit de coton, la tête dans les nuages avec quelque hauts le coeur de temps en temps, j’ai filé faire ma prise de sang.

En rentrant, ma tribu m’attendait ♥

Une fois l’annonce à maman faite, 3 de ses filles enceintes en même temps, j’ai pu twitté la chose et recevoir plein de jolis voeux.

image

Je suis dans une sorte de bulle d’émotion qui a envie d’hurler son bonheur ♥♥♥♥

Pour l’heure, en tout cas, même si le toit du monde me tend les bras, Facebook n’est pas au courant. Je compte faire une annonce video et ça prend un peu de temps …

Il est 21h, je baille évidemment et j’aime ça, j’aime ces petits signes qui me font penser que tout va bien.

Je me sens très sereine contrairement aux autres grossesses. Je me sens bien. J’ai confiance.

Et je regarde encore ce test qui me dit que je suis enceinte, que je porte la vie, que mon homme va devenir papa pour la 3eme fois, que ma fille va être promue double grande soeur et mon fils va passer du rang de petit frère à grand frère …

La famille va s’agrandir.

Je suis fière de cet état de bien être.
J’aime ce sentiment de plénitude.

Je suis heureuse.

J’ai conscience que me lire, pour certaines personnes qui galérent depuis longtemps, qui ont les pieds dans la pma, c’est douloureux, peut être injuste, j’en suis désolée, même si ça ne changeraas votre peine …

Publicités

Le jour d’après le jour d’avant qui était finalement celui d’après (partie 2)

Il en jette mon titre hein ?

Bref, je t’avais laissé choir sur mes impressions du samedi soir. J’ai bien sûr continué mon petits délire le dimanche.  En relativisant quand même sur l’idée d’un phénomène dont on ne parle pas dans les écoles et qui pourtant meriterait sa page dans certains cours de chimie : la barre d’évaporation

Grise, rose ou même bleue.
Barre extrêmement pâle pouvant survenir sur n’importe quel test, bandelette ou même avec ceux avec une vitre de protection.

Voilà. 

Donc c’est sûrement ce que j’ai vécu avec mon digitest samedi matin.  C’est aussi ce qui est arrivé avec le Arrow l’après midi, qui a viré positif dans la fin d’après midi …

Il paraît que ça arrive parfois. Une ligne apparaît après le temps imparti,  quand le pipi a seché, pile là où le reactif attendait son HCG qui finalement n’est pas présent. 

Une fois que j’ai intégré cette idée,  et qu’une charmante medecin m’a expliqué que faire un test à 3 jours des règles c’était con et qu’au lieu de fouiller ma poubelle une prise de sang était la bienvenue, je me suis un peu calmée. 

Un peu. Forcément,  vous me connaissez. 

Dimanche 26 mai, fête des mères,  je me réveille à 3h34 après une saloperie de cauchemard. Je vais faire pipi.  Et je vois le test clearblue qui me fait de l’oeil. 

image

Et non! Hop! Je ne craquerais pas.

J’ai lutté toute la journée avec dans la tête une seule phrase « attends au moins mardi, que le retard de règles soient assez franc et que le test ne laisse aucun doute »

Et bizarrement là, quazi plus de glaires, pas d’impression de mouillé,  pas de douleur spécifique aux tetons et un bon mal de bide inaugurant un debut de semaine sous protection …

Évidemment,  je suis une folle pathologique, donc oui, j’ai bien été m’arracher les cheveux sur ces lignes apparues après le délai,  pour certaines bien franches d’ailleurs en checkant internet.

Les tests négatifs devraient s’auto-détruire après  le délai,  ça eviterait plein de problèmes.

Forcément j’ai ce doute qui me bouffe l’estomac et me file la nausée. Sur le Digitest la bande était là. Rose et pâle mais bien là. Sur le Arrow la ligne etait grise, façon blanc délavé. C’était tout à fait différent.

Pourtant si le digitest a viré, le arrow aurait dû, puisque 25 ui VS 20 ui, le 20ui gagne même en pleine après midi …

Et puis voilà quoi. Je m’imaginais déjà acheté les teeshirts « future grande soeur » et « futur grand frère » … et j’imaginais déjà la vidéo d’annonce aux copains, la livraison de choux et de roses à ma mère, et l’annonce à mon amoureux, celui fait déjà un super papa de 2, qui sera un merveilleux papa de 3.

Enfin tu vois quoi, j’avais déjà écrit le scénario et on s’apprêtait à lancer le tournage. Vin Diesel aurait joué mon homme. J’aurais joué mon propre rôle parce que Demi Moore n’était pas dispo.

Et aujourd’hui dimanche, 14h25, mon cerveau est divisé entre « fallait bien qu’un jour, apres 15 tests negatifs qui le restaient vraiment après 3h de délai, tu découvres la fameuse ligne d’évaporation » genre si à 30 ans tu n’as pas vu de ligne d’évaporation tu as raté ta vie de serial testeuse … et « allez dans 3 jours pas de règles, test positif obligé » …

Oui parce même après avoir lu 50 pages de témoignages froumesques sur cette conasse de ligne d’évaporation, je te le dis, mon cerveau continue de fabriquer des phrases du genre :

– mais pourquoi ça m’est jamais arrivé avant ?
– pourquoi les deux lignes sont différentes si elkes ont la même cause ?
– j’ai senti la nidation vers 10dpo, trop tôt 48h apres pour le test…
– de toutes façon les tests ne sont pas 100% fiables avant un retard de règles

Donc voilà, concaincue qu’il me faut attendre mercredi. Pour être sure de mon retard.

Aujourd’hui mal de bide …
Règles ou tiraillements de début de grossesse ?

Aujourd’hui fatigue …
Mauvaise nuit ou début de grossesse ?

Je psycotte !

Chaque signe est un symptome.
Chaque symtome me convaint …

Je pense en bipolaire.

Oui je suis enceinte
Non je ne le suis pas

Non pas de grossesse
Oui je suis enceinte

Chaque minute ou presque est rythmé de ce balai de folie …

Et quand mon homme me demande si le positif qu’il a vu hier était réel, j’ai de la peine à dire non.

Alors j’ai même tout recalculé.
Ovu le 13 ok
Nidation à 9 et 10dpo

Début de la production de la HCG dans les 48h de la nidation. Donc …

FORCÉMENT à 12dpo je suis beaucoup trop tôt hein. ÉVIDEMMENT. BIEN SUR !

Donc bon.

Ça ne change rien, on attends demain, ou plutôt je n’attends PAS mes règles. Et on attendra mardi au cas où ovu le 14, et nidation à 8-9dpo. Et mercredi maxi, je serai fixée.

Comme quoi, suffit d’y croire hein …

Les jours d’après. Un article avec des tests de grossesse dedans. Partie 1

25 Mai 2013

Tu ne verras RIEN

image

Il y a pourtant une ligne rose.
C’est mon homme qui m’a annoncé que le test était positif. Qu’il croyait.  J’avais laissé le test sur la commode le temps de m’occuper de mes lessives.

Sauf que après avoir trempé 15 sec ce bâtonnet dans un flacon de pipi, 4 min après il etait négatif.

Parce que non, la notice est claire. 5 min. Après ce délai, le résultat est faussé.  Et là on avait bien 1h.

Bien sûr tu pianotes et tu demandes à Docti, Wiki, Twitter et Family.

On te parle de ligne d’évaporation. 
Même avec un test pharmacie ?

C’est gris.
J’ai eu une ligne rose-violette
Oui mais après 1h c’est l’évaporation

Positif c’est positif même après 4h.
Donc je suis enceinte ?
Oui mais tu as fais le test trop tôt.

Test non valide,  faut en refaire un.
Ok. Go to the Pharmacie.

1 test 20ui et 2 digital clearblue qui t’annonce tellement en toutes lettres le résultat qu’il est impossible de se tromper. 

Évidemment 13h30, le jour même, je tente le 20ui. Chronomètre 5 min. Négatif.  Même pas une mini ligne.

14h vérification. Toujours negatif.
Je vais brûler ma poubelle pour ne pas revenir fouiller dedans.

Mon état d’esprit, là, c’est embrumé. Envie de chialer ma race. Parce que j’y croyais. Je suis toujours humide de la culotte, mal aux tetons et fatiguée. Et ce matin en voyant le smile de mon homme, j’y croyais grave.

Je pensais vraiment que le second test allait afficher un joli positif. Et non.

Alors oui, mes amies me disent d’attendre lundi ou mardi, la fameuse date prévue des saloperie de règles, pour voir.

Voir quoi ?

A 12dpo un test négatif 20ui ne deviendra pas positif 2 jours après. Non.

Alors oui, Docti, Family et Auf racontent des jolies histoires de + magiques, de test fait trop tôt, de test fait le matin ou le soir, de concentration d’urine …

Moi aujourd’hui je ne suis pas enceinte.

Mon test de ce matin est un putain de fake qui me met en rogne. Parce qu’on y a cru. A deux.

OUI JE SAIS je ne suis qu’à mon C2!

Pas de quoi me plaindre alors que la moyenne est de 6 à 12 mois…

Mais j’ai quand même le droit de dire ce que je veux sur mon blog.

Na.

Je suis triste et amer.

C’était une chouette coïncidence avec la fête des mères et avec la conception de ma fille un 26 mai 2006 ♥

Bref.

Tu sais comment je me suis occupée 3h de temps ? En cherchant sur Google « test positif après 5 min » et bah …

Je ne suis pas plus avancée.

On a fini cette journée par une sortie familiale chez des amis. Et puisque je ne suis pas enceinte, je trinque à ma santé !

Et aux fabricants de tests de grossesse et leur avenir perrein grâce à moi …

Le jour avant

Être en « Essais Bébé » c’est se transformer en calendrier géant,  en horloge avec compte à rebours,  en dead line géante.

Je suis persuadée que sur mon front il y a écrit J-1.

Tu as ton propre langage codé qui se rapproche d’une sorte de bataille navale … C1,J2! 36,9! C4,J13! 36,8! J16! 37,3! J24/26, J25/26, 7dpo, 13dpo,14dpo…

De calculs en recalculs, on finit par définir une date.

LA date du test.

Date qu’on trouve toujours tellement lointaine,  qui finit par devenir très proche, jusqu’à être celle de demain.

image

En toute logique cette date est autour des 14 jours après l’ovulation.

Dpo 0 = ovulation
Dpo 1 = lendemain de l’ovulation
Dpo 14 = jour supposé des règles

La mienne,  d’ovulation,  est censée avoir été entre le 11 et le 14 mai. Faute de précision,  calculons les 2 dates.

Version 1 : 11 + 14 = 25
Pour être sûr je définis mon jour de test au 26 mai.

Version 2 : 14 + 14 = 28
Pour être sûr je définis mon second jour de test au 29 mai.

Bien sûr,  tu me conseillerais un seul test le 29 mai.
Normal.

Sauf que j’ai des doutes sur ma capacité à tenir en laisse mon impatience. Et puis mon test (déjà acheté, on est une serial testeuse, ou pas) détecte une grossesse à 20ui, soit 2 voire 3 jours avant la date présumée des règles. À 12, 13 dpo dans le jargon.

Donc si je teste le 26, normalement c’est fiable. Même avec une ovu au plus tard le 14 mai. Normalement.

Le jour d’avant, pour être tout à fait honnête, tu passes pour une folle si tu expliques ça à tes copains ou tes collègues et en plus tu te ruines le cerveau avec des calculs de folie !

Puisque le 26 mai, demain donc, je serais soit à 15dpo (si ovu le 11 alors 11 + 15 = 26) soit à 12dpo (si ovu le 14 alors 14 + 12 = 26) ou même 13dpo puisque je pense à 95% avoir ovulé le 13 mai mon test sera fiable puis que fait la veille de jour présumé des règles.

Mais BORDEL à part des « essayeuses webesques » qui peut comprendre ma dernière phrase ?

Punaise faudrait presque un doctorat en maths pour savoir quand faire un test de grossesse.

Et un doctorat en analyses biologiques humaines pour reconnaître son ovulation.

Maintenant je n’ai pas envie de tester pour rien. Genre les règles qui debarquent 2 heures après le test (situation habituelle pour une serial testeuse) …

Alors quoi ?

Oui je sais, si je savais être raisonnable j’attendais un 18dpo, donc 31 mai. Ou au moins le 28 pour savoir si j’ai mes règles comme prévus. Donc le 29 (pour être sûre de ne pas avoir les règles dans la journée)

La blague, qui peut attendre comme ça ?

Moi, avant.

Bébé 1 j’ai testé à 20dpo. Mais j’étais sous duphaston pour ces cycles supers longs et je n’avais qu’un test detection 50ui.

Bébé 2 j’ai utilisé un ElleTest, genre 25ui. 17 jours après le retrait du sterilet. Oui oui. J’ai ovulé dans les 24h lol et même si je doutais, le maquereau moutarde creme fraiche à 7h du matin m’a concaincu.

Au plus raisonnable, donc, je peux me convaincre d’attendre la date de mes règles. Donc le 28 au max.
Tester le lendemain donc. Le 29 mai.

On est le 25 mai.
Et je ne sais pas quoi faire demain.

Si tant est que mes règles ne debarquent pas dans la journée. 

Testera, testera pas.

Le jour d’avant le test, tu te sens à la fois euphorique de la potentialité d’être enceinte,  et psychopathe des symptomes, ceux que tu crois hyper révélateurs, et ceux qu’il est possible que tu t’imagines et que tu te créais.

Le jour d’avant tu ne penses qu’à ça,  tu te dis que tu pourrais même tester immédiatement,  parce que si ça doit être positif demain, ça le sera aujourd’hui. 

Tu te demandes quelle est la pharmacie de garde pour courrir acheter un test pour demain si tu en utilises un aujourd’hui. Oui parce que demain c’est dimanche.

Le jour d’avant tu passes du rire aux larmes, à 9h tu te dis que c’est possible,  à 10h tu te dis que non.  Et à 11h tu hésites carrément à le faire.

A 14h tu arrêtes de boire. À 16h sur les toilettes tu te resonnes un peu. Tu peux attendre 12h de plus quitte à faire…

Et finalement tu peux attendre 2 ou 3 jours non ? Pour être sure…

Mais demain c’est la fête des mères, ça serait tellement un beau cadeau.

Mais je n’ai pas envie d’être triste cette journée là si c’est negatif.

Mais ça ne sera pas négatif, 7 jours déjà de tetons hypersensibles, un pic à gauche pendant 48h à 10dpo … la fatigue, la libido complètement instable … ce sont des bons signes hein ?

Et puis les glaires, et puis j’ai des tiraillements, et même je suis d’humeur instable.

Non ? Vous pensez pas que … ?

Mais BORDEL debranchez moi, je suis fatiguée de cette réflexion de fou.

Bienvenue à #TheTest : nouvelle émission de télé réalité intra utérine et même endo vaginale.

Pour que je fasse le test tapez 1
Pour qu’on attende ensemble le 28 mai tapez 2
Pour qu’on attende ensemble le 29 mai tapez 3

………..

Le jour d’avant tu aimerais bien être le jour d’après. Même si tu flippes un peu.

………..

Et puis finalement, il est là le test.
Il me regarde.
Et me nargue.
Et à 12dpo, samedi 25 mai, je tente.

Et ÉVIDEMMENT c’est negatif.

Trop tôt ou pas, je ne veux pas savoir.
On verra ça en juin.

EDIT 9h
Ne JAMAIS aller regarder un test de grossesse à la poubelle. Vous pourriez voir la fameuse seconde barre. Et là, arrachage de cheveux garanti.

On remet ça demain …

Les coups de pouce à la fabrication

Je ne parlerai pas médicaments.

Pour l’instant.

Arrêtons nous un peu sur homéopathie.

Cela ne fait pas de mal.
De là à dire que ça fait du bien …

homeo2

En ce qui ME/NOUS concerne :

Pour réguler des cycles longs (35 jours ou plus – rappel C1 J53)
– LHRH 15CH, 5 granules tous les matins sauf au moment des règles
– Folliculinum 15CH, 1 dose à Jour15 et une autre à Jour29
– Progesteronum 5CH, 5 granules de Jour17 jusqu’au jour des règles

Pour avoir une glaire cervicale de bonne qualité (parce qu’avec seulement quelques heures en filantes j’irais pas loin)
– Lycopodium 9CH, 5 granules matin et soir
– Gelsenium 9CH, 5 granules matin et soir

Pour Monsieur, pour aider au renouvellement des spermatozoïdes
– Lycopodium 15CH, 5 granules 1 fois par semaine en alternance avec:
– Kalium Carbonicum 9CH, 5 granules 1 fois par semaine

Pour Madame, pour favoriser la mobilité in-utéro des spermatozoïdes
– Graphites 15 CH, 5 granules 1 fois par semaine en alternance avec:
– Sepia 5CH, 5 granules 1 fois par semaine

C’est sur ma liste des courses « pharmacie » si le C2 n’est pas le bon …

Il faut aussi que vous sachiez une chose, vous, futures procréatrices, il faut, pour tomber enceinte, faire l’amour. Souvent.

Une fois par semaine : les chances de réussite sont de l’ordre 16,7 %

Deux fois par semaine : elles sont de 32 %

Trois fois par semaine : elles augmentent à 46 %

Plus de quatre fois par semaine : elles atteignent 83 %

_________________

Donc, bon. voilà quoi.

Bonne baise !

Billings ? Le truc des glaires ?

[Attention : article ne se lisant pas au petit dej]

Oui.
Bon.

Ça tranche un peu avec le sujet des vibros, I know that.

Mais peut-être que, perdu dans la masse immense, ou pas, de mon lectorat, il y a une jeune femme désespérée qui me suit parce qu’elle aussi est en « essais bébé » …

Je lui dedis cet article.

Parce que perso, j’avais juste compris qu’il fallait crapuler et hop. Bingo. Laitue in the garden.

Et après un premier cycle de 53 jours, forcée d’admettre que les crapulades ont surement été mal réparties.  Faire des crapuleries tout les 2 jours est une bonne tactique.  Mais parfois on a un empêchement etc … ne vous flagellez pas pour autant.

Comment être sur de ne pas rater le rendez vous magique ? Comment savoir si on a du retard ? Comment ne pas faire un test tout les matins quand on dépasse les 28 jours ?

Tout cela résumons le en une seule et unique question. 

Comment repérer son ovulation ?

[Et parce que je suis un BOULET j’ai publié l’article hier. Une journée.  Alors que pas fini. Genre manipulation de boulet quoi. Et donc vous avez commenté un bout d’article.  Pardon. Désolée.]

La glaire cervicale,  pas derrière la nuque hein, celle au niveau du col de l’utérus,  à environ 7 cm de l’entrée du vagin, tout au fond, le col a une consistance de « bout de nez », est un parfait indice pour la gestion des essais bébé. 

Pour voir la glaire, normalement on n’a qu’ à ouvrir les yeux, elle tapisse régulièrement les sous vêtements,  les protections intimes, et le papier toilette après avoir uriné.

Si tu ne la vois pas, pas de panique,  certaines femmes en ont peu, elle reste donc sur le col. Leur étude se fait avec deux doigts, je vous laisse deviner où. 

Quelle glaire, à quel moment du cycle ?

Alors oui, dans les commentaires pré-publication j’ai pu voir que certaines élèves surement première de la classe en biologie humaine ont crié au blanc d’oeuf. 

Œuf course.

Bref.

Donc oui, c’est le signal qu’envoie le corps pour dire qu’il se prépare à l’ovulation. C’est une glaire dite filante. Qui s’étire sur 2, 3 parfois 4 cm. Je suis sympa,  photo !

image

Voilà voilà …

Donc cette glaire là,  c’est THE GLAIRE IDÉALE pour crapuler. The must quoi !

Si tu n’en n’a pas, ou que tu l’a raté,  ce n’est pas une raison pour te suicider au yaourt périmé. 

Il y a la glaire liquide, transparente, effet mouillé garanti. Cest la glaire aqueuse. Elle est aussi une glaire fertile. Hop. Crapuleries.

Photo ?
Photo !

image

Et bon, y a la blanche lambda, crémeuse,  onctueuse … LOL je m’égare ! Mais bon, l’idée c’est une glaire plus compacte et malheureusement les spermatozoïdes galèrent à s’y promener …

image

Pour faire court, dans un cycle « standard » on commence par des règles,  puis quelques jours souvents secs. Ensuite la glaire blanche et crémeuse, suivi de la glaire aqueuse. Un, deux ou même parfois trois jours de glaires filantes. Et souvent,  dès le lendemain de l’ovulation, fin des glaires, sécheresse dans la culotte.

Un retour des glaires crémeuses annoncent parfois les règles … parfois une grossesse. 

Mais bon, 14 jours après la fin des glaires filantes, c’est normalement l’apparition des règles ou du + sur le bâtonnet de plastique.

Bien sur, toi, toi petit lecteur malin qui m’a lu en avant première, tu as eu des bonnes idées. 

Les tests d’ovulation, et les courbes de températures feront l’objet d’un prochain article, suspense à son paroxysme.

ET JE DEMANDE PARDON à ceux qui ont lu et commenté en avant première hier. J’ai fait disparaître les commentaires en annulant la publication et ils ne sont pas revenus quand je l’ai relancé 😦

Nb : les photos viennent de mes pétillantes recherches sur google image, pas de moi.

Je me souviens

Je n’étais pas sûre de vouloir en parler, mais le sujet me touchait. Je pensais être neutre face à « ça » et je m’aperçois que ça me touche encore.

image

La photo vient de Google, en cherchant une image, c’est celle qui m’a le plus touché, peut-être parce que j’y vois des mains d’homme, près à devenir Père, et qui, par le contexte de la prise du mot fausse-couche, ne le sera pas cette fois ci …

Je me souviens.

C’était en hiver. Ça a commencé en décembre 2007. Ça c’est terminé en janvier 2008. Ma fille n’avait pas un an. Je prenais la pilule. Daily Gé.

Je m’en souviens.

J’ai eu des pertes roses, le truc qui m’avait alerté sur ma première grossesse. Le doute.

Je travaillais alors sur Paris, je passais un BTS en alternance,  je m’arrêtais à Gare du Nord le lundi matin, pour aller à l’école. Ce matin là, je me souviens, il pleuvait.

Je me suis arrêtée au laboratoire, j’ai fais une prise de sang, j’ai demandé un dosage directement.  Je suis repartie à l’école, je n’ai pas pu penser à autre chose de la journée. J’en ai parlé à tout le monde. J’ai pleuré. Beaucoup.

Je n’ai pas eu le courage de téléphoner au labo à midi. Je savais.

Je m’y suis arrêtée avant de reprendre mon RER. Il etait 17h30, 18h … J’ai pris la feuille, réglé la prestation,  et suis sortie.

Dehors les copains de BTS m’attendaient. Il pleuvait.Je restais là sous la pluie, avec eux, prostrée. Je savais.

Un taux très haut.  Enfin, plus haut que ce que j’avais vécu avant. Un sentiment de colère m’a envahit, pourquoi moi ? Et de honte aussi, comment j’ai pu merdé à ce point ? Est ce que j’ai oublié un comprimé ? Est ce que j’ai bu au point de zapper un jour ? Est ce que j’ai vomi ? Est ce que j’ai pris un medicament incompatible ? Je ne me rappelle pas !

J’ai appelé mon homme, j’ai annoncé froidement que j’étais enceinte mais que je n’en voulais pas.

Je pleurais.

Sur le quai du RER j’ai appelé ma gynécologue,  elle m’a félicité.  J’ai expliqué que non, je n’en voulais pas. Elle m’a dit ne rien pouvoir faire pour moi, de chercher un autre medecin.

J’ai appelé l’hôpital d’Évry, ils m’ont orienté vers un gynécologue de mon quartier, pour une datation, et un suivi pré-IVG.

J’allais mal, j’étais soulagée de trouver une « solution » mais j’allais mal. Je rentrais,  voyais mon homme souriant,  en disant à notre fille qui n’avait pas un an qu’elle serait grande sœur.

Outch.

J’étais nulle. J’allais bousiller sa joie. Mais moi, moi là, je n’en voulais pas. Je l’ai maudit de me mettre son bonheur dans la gueule. Je me sentais coupable maintenant.

Et cette alarme de rappel  « pilule ». Cette blague.

Une nuit de larmes.

Je ne sais absolument pas comment mais quand je suis arrivée à l’école ce matin là,  j’étais souriante,  j’ai annoncé que j’allais le garder.

Je ne le pensais pas.

Chaque instant de cette journée et de la semaine qui a suivi j’ai espéré voir un flot de sang m’envahir. Rien. Nada. J’étais condamnée.

Et puis le week-end est arrivé,  je me souviens,  on a parlé,  avec mes parents, mes sœurs, mon amoureux.

Et j’ai accepté. Accepter l’idée de ne rien décider, de laisser la nature faire ce qu’elle voulait, accepter de peut être être à nouveau maman,  d’être à nouveau enceinte, de redonner la vie…

Je me souviens de l’ambiguïté de dire au médecin que je n’arrivais pas à décider. Que je ne voulais pas décider,  que j’allais avoir un bébé parce que j’avais choisie de faire l’autruche.

Et la descente aux enfers.

Le point qui ne clignotait pas. Le regard gêné du médecin quand il retira la sonde et que du sang coula.

Le flou des heures qui ont suivi.

A trop souhaité la mort je l’avais obtenu.

Coupable d’avoir souhaité que tout s’arrête.

J’avais ce que je méritais, du sang entre les cuisses et un ventre vide.

La déception de mon mari a été le plus difficile à voir. À assumer aussi,  j’étais le ventre, j’étais la responsable.

J’ai fait une sorte de dépression,  j’ai mis du temps à me relever.

J’ai écrit à ce bébé qui n’est jamais né,  pour lui dire que je ne regrettais rien. J’assume tout maintenant. J’ai voulu prendre la meilleure décision, j’ai essayé de me faire à l’idée, j’ai voulu prendre tout les avis en compte.

La FC est ce qui m’est arrivée à la fois de mieux et de pire, elle m’a éviter un avortement ou une grossesse de contraintes, et elle m’a rendu terriblement fragile émotionnellement. La culpabilité de celle qui a attendu que la nature décide pour elle.

Elle m’aura convaincue que la femme est la seule décisionnaire de ce qui peut arriver à son corps, que prendre une telle décision doit se faire sur un seul facteur, ce que veut la femme. Je sais qu’en réalité la tentation est grande d’impliquer son conjoint. Mais dans les faits, soit vous êtes d’accord et c’est du soutient bonus,  soit pas. Et là il y en a un des deux qui aura à vie l’impression de sacrifier quelque chose, je ne sais pas si le couple se relève de cela.

Aujourd’hui je m’apprête, avec mon mari, à faire un bébé,  un troisième enfant.

Ce serait donc, si cela fonctionne,  une quatrième grossesse.  Parce qu’elle a existé.  Parce que j’en ai gardé des traces, dans mon cœur et dans ma chaire.

Parce que je me souviens.