Archives de Catégorie: La Fée attend le Troiz’

Vendredi 14 février, quand tout change

0h33

Atarax, spasfon et doliprane.
La SF m’a promis un peu de répit.

1h25

Impossible de continuer à tenir mon stylo,  je suis paralysée de douleurs, ça part du bas des cuisses jusqu’en haut des fesses. Je veux qu’on arrête tout, je veux rentrer chez moi.

(Ce qui suit est écrit à posteriori donc de la naissance)

J’ai trop mal, je ne sais pas quoi faire,  j’enfile un pijama,  je caresse mon ventre, je pleure, je me maudis de ne plus savoir accoucher. Je me rends très doucement au bureau des SF, je n’ai pas besoin de parler, elles me proposent de prendre un bain. Tout est prevu en salle de naissance,  on m’y accompagne. 

Bizarrement j’ai eu beau y penser plein de fois, je sens que c’est pas du tout pour moi.
Je galère à m’y installer, et je ne trouve absolument pas ça confortable ou calmant, j’ai l’impression que c’est une torture et que je vais mourir là. Je pleure, je pleure, je me maudis de subir ça comme une fatalité,  d’être aussi misérable et faible. Je me sens nulle. Une étudiante SF arrive, m’aide à sortir, me parle, me tiens la main, me caresse les cheveux.  Physiquement ce contact m’apaise,  me calme, on est en salle de naissance,  la 1, il fait nuit dehors, je retrouve un peu de courage, me hisse sur la table, je commence à accompagner mes contractions de bruits graves que je ne contrôle absolument pas, j’ai l’impression que c’est quelqu’un d’autre qui crie et gémit.

L’étudiante SF me demande si j’accepte un TV, et elle attend mon autorisation pour le faire, elle me regarde, elle me tient la main. Je suis à 4.
Je suis à 4.
Je lui demande de répéter,  de me dire ce que ça veut dire alors elle me dit cette phrase que j’avais besoin d’entendre : oui oui vous êtes en travail !

Elle me demande ce que je souhaite,  elle sait que je ne voulais pas de peri,  elle essayera de m’en dissuader plusieurs fois, me proposant dautres alternatives.  La SF arrive, je confirme mon désir de péridurale,  l’étudiante SF me demande si je souhaite appeler mon mari, je lui confirme le numéro,  mon Dragon répond à la première sonnerie,  je suis expéditive : j’espère que tu as dormi, j’ai besoin de toi maintenant,  elle arrive.

L’étudiante SF est toujours là, elle me propose d’évoquer mes peurs pour la péridurale.  Je craque,  je pleure, je lui raconte comment j’ai souffert de la péri pour N1, que la pose était une torture et que je suis passé à côté de la naissance se ma fille, je lui explique la péri pour N2, trop tard, lui faisant promettre de l’examiner juste avant la pose, je lui dis que j’ai peur d’avoir mal, encore et pour rien, je lui dis que je me sens nulle de ne pas gérer sans péri,  que je ne trouve pas la force que j’avais pour mon fils, que je ne mérite pas d’être une mère.  Je m’entends dire ça comme si ça venait de quelqu’un d’autre.

Mon homme arrive,  en même temps que l’anesthésiste. Il est 3h30. L’étudiante SF m’examine.  Je suis à 6. Ça va très,  trop vite. L’anesthésiste me sourit,  me touche la joue et me dit que je ne sentirais pas la pose et qu’elle restera jusqu’au bout pour me proposer une alternative (seringue de dérivé morphinique) si jamais …

La SF me prend dans ses bras pendant la pose. L’étudiante est à mon oreille, elle m’aide à gerer ma respiration.  Et puis je m’allonge. Je n’ai rien senti.

Merde. Ça pousse. Je regarde l’étudiante,  elle a compris. Elle regarde. Je suis à 9.
L’anesthésiste est confiante, elle caresse mon ventre. La SF appelle le chef de service,  le Professeur D, par sécurité il a demandé à être appelé. Mon homme est derrière moi, il me masse les épaules et la nuque. Je ressens son souffle, c’est chaud, c’est bon. On m’aide à gerer l’envie de pousser, mais je n’arrive plus, je pousse, la poche des eaux claque.

La SF me demande si j’accepte une épisio de précaution,  parce que si la puce coince il faudra agir vite et la déchirure sera inévitable et sûrement assez conséquente.  J’accepte sans sourciller.  Je suis à 10. Il faut que je tienne jusqu’à l’arrivée du gynécologue.  Je souffle sur la poussée,  la puce descend tout doucement. Je n’ai plus aucun ressenti de contraction, par contre ce besoin de pousser ne cesse pas. L’anesthésiste me glisse un petit « courage » à l’oreille,  puis part s’asseoir plus loin dans la salle. Le professeur D arrive. Il enfile une blouse façon plastique et me touche le bras. Il est là au cas où, et compte bien ne pas intervenir nous assure t il.

On remonte mes jambes, mes pieds sont au niveau de mon bassin, la SF place son coude près de mon ventre pour décoincer la puce comme son frère l’a été 4 ans plus tôt,  l’étudiante est entre mes cuisses. Le professeur D est près de mon bras droit L’auxiliaire est à ma gauche, mon homme est derrière moi. Je me sens en pleine confiance,  l’équipe au complet est là,  c’est à moi et à moi seule de jouer.

Et je pousse, je pousse, je pousse, je n’arrête pas, l’envie,  le besoin, la nécessité,  je pousse, he pousse,  dans ma tête je vois ma fille sortir. Je tends les bras, je l’attrape.  Le cordon est trop court, c’est l’étudiante qui le coupe. La puce est de suite posée à mon sein. Elle l’attrape seule. Je suis bluffée.  Elle ressemble tellement … à nos enfants !

Le placenta sort,  il manque les membranes. L’étudiante SF s’excuse,  je mets 2 minutes à comprendre ce qu’elle fait… Je ne sens rien. Je suis focalisée sur ma fille. Je dis à mon homme de prendre une photo du placenta, à chaque accouchement j’ai demandé à le voir mais j’ai toujours oublié sa tête … Cette fois j’aurais l’image ! Je demande l’heure de naissance,  4h10. Waw. La plus tôt de mes enfants,  en étant aussi la plus tard … et il pleut. Tu es bien une bretonne !!!

Mon amoureux emmène la puce pour la pesée. A l’oeil on ne te donne pas 3,700 kilos. Mais dans les bras, le professeur D et l’auxiliaire mise un jeton sur 4 kilos. La balance de la salle indique 3,650 kilos. LOL. Le professeur D prend la mini Princesse,  la soupése dans ses mains et l’embarque avec mon homme et l’auxiliaire dans la salle d’à côté 4,170 kilos. Mieux. 53 cm. Non étirée précise l’auxiliaire.  Tu ne rentreras pas dans ton pijama choisie par ton père.  Oups. Jolie Gambas !

Mon homme prend la puce en peau à peau, l’étudiante me fait 2 points (le minimum que j’aurais eu sur 3 bébés avec celle qui pesait le plus) et la SF me nettoie. Le gynécologue revient me dire bonne nuit, nous félicite et nous souhaite une bonne St Valentin. Je n’y pensais plus. Mon homme me regarde, il pleure. Je pleure aussi.

On remontera en chambre à 7h, après avoir remercié très chaleureusement la SF et son etudiante qui ont été absolument formidables, disponibles,  à l’écoute et vraiment attachantes. Je savoure ma chance,  j’ai été la seule femme enceinte dans le bloc d’accouchement entre le 13 au soir et le 14 après midi. Une équipe complètement dévouée à mon accouchement qui même médicalisé a été très humain.

Je n’ai aucun regret sur cette naissance.  Elle s’est déroulée comme elle a pu. On a remit les clés de l’accouchement à une équipe qui est restée absolument formidable du début à la fin. Je ne me suis à aucun moment sentie obligée de quoi que ce soit ni soumise à la volonté d’autrui ou encore abandonnée. Chaque seconde de la nuit a été absolument humaine.

Et c’est sans regrets que je tourne la page de l’album grossesse,  preuve s’il en fallait une, la disparition totale de mon ventre le lendemain de la naissance …

Je suis maman de trois. 

Publicités

Jeudi 13 février … quelque part à mi chemin

2h08

Je viens de te réveiller,  tu as remué un peu.
Allez ma Mini Princesse,  c’est notre grand jour !!!

Je suis fatiguée mais je m’accroche.
C’est la fin de notre aventure en duo.
Je caresse mon ventre bien rond qui m’accompagne sûrement pour les dernières heures.

7h06

Monito nocturne au top.
Alors quoi, tu dormiras la journée et mettra le souk la nuit ?
J’ai encore une fois très peu dormi.
J’attends qu’une place se libère en salle d’accouchement.
Il paraît qu’entre le changement de pression atmosphérique et la pleine lune à venir tout est surchargé…

Je reprends mon ballon, on ne sait jamais,  des fois que tu te sentes motivée à venir seule !
Au moins ça te guidera un peu dans le bassin.

Je ne sais pas si on peut dire que j’accepte l’idée du déclanchement, mais on m’a à nouveau ré expliqué qu’il était temps, que tu devais sortir, tu ne serai que mieux dehors … ça me fait de la peine que mon corps ne soit plus bon pour toi…

Ton papa,  ta soeur et ton frère vont bientôt se lever pour l’école. Je pense à eux, j’espère que ça va à la maison.  Ils me manquent.

7h33

J’ai quelques contractions.  Si seulement tu pouvais faire parti de ses bébés qui se decident seuls à la menace du déclanchement …

7h44

Encore,  encore !
Cest bon signe ça !

8h25

Les copines sont très présentes.  Ça fait un bien fou !
J’attends ton Papa.
Ton frère et ta soeur vont chez notre amie et ses deux filles cette nuit.
J’attends toujours une place au bloc d’accouchement.
Hier mon col était à 1 doigt mais trop long pour atteindre le bout.
J’aimerais que le ballon, les contractions aient au moins raccourci si ce n’est ouvert plus.
Je garde l’espoir d’un accouchement physii, sans douleur,  à la façon de ton frère.
Je t’aime mon petit Béluga.

8h31

La mater est pleine,  archi pleine. La prochaine accouchée n’aura pas de chambre ici mais en pédiatrie. Heureusement que j’ai eu la mienne hier du coup. La pédiatrie j’ai déjà donné !

9h57

On a vu la gynécologue. Elle confirme le chef de service.  Tu seras mieux dehors.
Je suis à jeun depuis ce matin, je commence à moins supporter le ballon. Ça me file la nausée.

11h11

J’ai l’espoir qu’au TC on m’annonce un 3cm spontané. Allez allez !

13h08

Voilà,  30 min de monito, de jolies contractions qui laissent effectivement penser à un travail spontané. Col à 1,5 … Quazi 2… j’ai essayé de négocier un délai de temps … la SF est parti chercher le chef de service,  le professeur D.

13h23

E… et maman : 0
Professeur D et SF : 1

Tu nous a fait à nouveau un sale rythme en 10 min. On n’attends pas, on me place le tampon de Propess pour 24h. Le Professeur D est adorable,  il nous explique ce que c’est et comment ça fonctionne,  ce que ça peut ou non faire etc … il est rassurant et très confiant. 

14h49

Je pleure beaucoup.  Heureusement que ton Papa est là. Je suis fatiguée.  J’ai faim. J’ai soif. Et j’ai mal. Je reprends le ballon, je marche. Le monito est câblé,  je peux bouger. J’ai un cathéter mais pas de perf. Je suis en salle 1. On installe nos affaires,  quoi qu’il arrive tu naîtras dans cette salle avec vue sur les champs. Il fait très beau. Je plaisante ave  ton Papa,  tu ne sortiras pas aujourd’hui,  il y a du soleil. Tu es bretonne, tu attends la pluie …

16h30

Elles sont là les contractions.  Bien là.

20h05

Je ne gère plus grand chose.  J’ai même escaladé la table pour finir accrochée au dossier.
Le TV a été fait sous protoxyde d’azote.  J’en veux une bouteille à la maison, c’est trop bon ce truc ! Par contre le col est toujours bof. A peine moins long.
Je suis renvoyée en chambre,  la SF me dit que les contractions vont s’arrêter et que je la reverrais à 13h demain pour décider d’un protocole peut être plus fort. 
Je suis fatiguée,  je stress, j’ai mal.
J’ai mal pour RIEN.
Je suis replongée 7 ans en arrière.
J’ai mal pour RIEN DU TOUT !

Je ne me leurre plus, y aura la péridurale le long du chemin.
Je peux m’engager sur 4, 5 ou 6h de douleurs. Pas sur 20h et pas pour RIEN.
J’hésite à retirer le Propess.
Ça calmerait peut être tout ça ?!
En même temps … si ça fonctionnait vraiment … ?

Je suis en conflit avec  mon corps, je ne comprends pas pourquoi il coince, pourquoi il n’avance pas comme pour mon fils. Je me sens démunie.

Je pousse mon mari à rentrer dormir, on m’apporte du spasfon et de l’atarax.
Les enfants sont chez notre amie pour la nuit.

Ma dernière grossesse se termine.
Il n’est que temps.
Je vais finir par maudire mon utérus qui me fait si mal !

21h46

J’ai toujours mal.
J’ai les cuisses en feu, trop de ballon sans doute, je vais le detruire …
Je gère super bien au téléphone,  ma mère ne croit pas à ma douleur du coup.
Heureusement,  les copines,  mes soeurs sont là…
Je suis apaisée de parler à des femmes, des mères,  de celles qui ont connues les doutes et les peurs de l’enfantement et de la maternité.
Je vais essayer de dormir un peu, un monito est prévu à 22h30.
J’ai de plus en plus de mal à retenir mes larmes.
Je ne sais pas ce que fais mon corps, je ne le comprends plus.

Mercredi 12 février … l’alerte est donnée

13h52

Ma Gambas,

Ce matin à 5h, tu bougeais.
Et ensuite,  le vide, le néant.
En 3h on a tout fait pour te réveiller …
A 8h on a préparé ton frère et ta soeur et on les a déposé à la garderie
On a filé à l’hôpital,  imaginant le pire.
A 9h j’étais sous échographie,  ton coeur bat.
Les 2h de monito qui ont suivi montraient que tu étais un peu trop endormie
Nous avons vu un spécialiste pour une nouvelle échographie

C’est vrai que tu es à terme dans 48h, que tu fais 4,3kilos et quetu n’es pas en forme

Alors voilà un brouhaha autour de nous
Gynécologue,  sage femme,  chef de sercice.
Déclanchement
Césarienne

Ton Papa et moi avons pris un sérieux coup de massue.
On avait sûrement trop d’idéaux
L’accouchement naturel
Comme ton frère

Décidément chaque bébé fait ce qu’il veut …

La specialiste de ce matin est venue avec la SF me parler du Propess.
Alors voilà sauf si tu te décides de toi même MAINTENANT,  ce sera sûrement demain que nous te rencontreront. Ton papa est fou de toi, il a complètement craqué sur ta bouille à l’échographie.

14h24

Je cogite beaucoup,  j’ai aussi très peur. De te perdre. J’ai eu tellement peur ce matin, je ne souhaite à personne de ressentir un dixième de cette terreur.

Tu es déjà tellement aimée ma chérie,  tellement attendue.

Notre Crevette,  notre Gambas,  notre Béluga …
Notre petite E …

J’espère que tu le sens cet amour là.

15h04

Chambre 505. Ce sera la mienne puis la notre ma chérie.
J’ai pu avoir un ballon, j’espère assouplir mon col, mettre les chances de notre côté …

16h40

Le monito est rassurant,  je respire un peu mieux. J’ai évidemment très peur pour demain.  Je sais que je vais avoir mal, je sais que c’est pour toi, mais je souhaite que ça fonctionne surtout. J’ai peur du Propess, peur des contractions,  peur des perf, peur de la péridurale, des forceps et de la césarienne…  Je suis tétanisée de peurs diverses et variées,  j’aimerais juste me cacher dans un bout de couette loin de tout ça.

18h01

Les copines sont adorables.  Je me sens tellement moins seule.
Je suis toujours sur le ballon, je vais avoir des cuisses de star !
Tu n’as pas l’air décidée à venir de toi même…
Ça m’ennuie de te chasser de mon ventre,  mais c’est mieux pour toi. Tu es arrivée au bout du chemin, il est temps qu’on se rencontre.
Et puis papa a vraiment hate maintenant … tout comme ta soeur et ton frère. 
Moi je commence à me dire qu’il est temps que je devienne maman de 3.
Et je te visualise de plus en plus dans notre famille.

18h44

Ton frère et ta soeur vont bientôt arriver.  J’ai hâte de les voir, ils n’ont pas tout compris ce matin. Ils ont hâte dete voir.

Je n’ai pas lâché mon ballon,  je me sens active.

Je suis fatiguée mais j’ai tellement hate que tout ça soit derrière nous.
Je te promets de faire tout ce que je peux pour t’aider à sortir sans complications.

22h21

Je suis restée trois heures sous monito … Décidément,  tu n’es pas une hyperactive …
On recommence le monito dans la nuit.
Seras-tu notre Béluga du 13 février ?

Journal de la baleine (J-3)

Mardi 11 février

8h32
Nuit calme. Trois reveils (0h22, 2h30 et 5h44)
Reveil de 7h un peu difficile. 
Je me projette un peu plus à vendredi,  mon RDV du jour du terme.
Même si tout peut se passer d’ici là …
Notre Gambas a sûrement une bonne raison de rester inside.
Quelques maux de ventre m’ont encore laissé croire que …
Et puis non.

9h27
On a un temps tout moisi
La Gambas est aussi bien dedans que dehors !

11h17
RAS.
Une sieste d’une heure tranquille.
La Gambas remue tranquillement.

11h25
La #TeamBaleine perds un Gros Bidon demain matin.
Je pense à plein de choses.
Il y a bien sur des moments où mon corps est à bout.
Bien sur j’aimerais ne pas aller 8 fois aux toilettes par heures.
Évidemment mes articulations morflent un peu.
Mais tant pis. Ou tant mieux.
J’arrive au bout de mes 9 mois de grossesse.
Oui il y a un « risque » que la Gambas dépasse le terme.
Et peut être même qu’elle arrive le jour de l’anniversaire de sa soeur.
On y peut rien, on ne choisit pas.
C’est la magie de la vie.
Le mystère, la surprise.

12h51
Ma mère, championne de la culpabilisation.
Comme si on avait fait exprès de choisir les dates de naissances.
Serieux ?
C’est pas comme si je negociais un déclanchement …
Zut quoi !

Non, je ne choisis pas de ne pas accoucher (?!)
Non, je ne choisis pas de serrer les cuisses (?!)

Je suis en bonne santé, ma Gambas aussi.
Je ne sais pas quand je vais accoucher.
Je ne sais pas si elle viendra d’elle même.
Je ne sais pas ni comment ni quand ça se fera.

Je suis une femme enceinte.
J’attends.

13h19
C’est vrai, j’avoue.
Ça me ferait un peu quelque chose si N3 naissait le jour des 7 ans de N1.
Mais à part croiser les doigts pour un « soit avant » ou « soit après » je peux pas faire grand chose.
Ma Grande était attendue au 27/02. Ma Gambas au 14/02.
Y avait peu de chance à la base pour un double 17/02 non ?

14h44
J’arrive pas à dormir
Je suis tristesse là

15h31
Je me suis remontée le moral avec deux tartines de Nutella

16h41
Toujours enceinte, toujours là.
Souriante.
Je répète à tout va que je pourrais aller jusqu’en mars.
Que non, j’en n’ai pas marre, que de toute façon, elle finira par sortir…
Mais quand même, à toi je peux le dire, j’ai hate de la tenir dans mes bras.
Ma Gambas.

17h42
Je n’ai pas réussi à dormir cet après midi, pourtant …
J’aurai peut être dû.
Je me sens bien hein, en forme.
Surtout en formeS d’ailleurs …
Mais voilà.
J’ai encore cette impression qu’il se passe un truc.
Je n’ai pas eu envie de m’allonger (ce que je fais toujours pour les faux travails)
J’ai été faire des jeux avec mon fils
J’ai été lire avec ma fille
Bientôt il y aura un bébé

Je suis émue en écrivant ça.
Je passe ma main sur mon ventre
Bientôt je l’aurai dans mes bras

Peut être demain
Parce que ce soir ça me paraît compromis …
Peut être jeudi
Peut être vendredi
Peut être samedi
Peut être dimanche

Je t’avoue que je serai étonnée d’aller jusqu’à la semaine prochaine
Et un peu flippée aussi
Le spectre du déclanchement …

Mais je garde l’espoir …
D’elle même, ça serait chouette !

Et je ne dis pas ça parce que je contracte un peu hein …

18h11
RAS.
Intuition de merde je t’ai dit …

18h36
RAS
Le Dragon ronfle.
J’ai mal au dos (en haut du dos)
Gambas inside, always.

19h49
Une douche chaude
Deux spasfon
Des contractions, rien de transcendant
Ce soir j’ai licorne sur glace, mais demain ça me dit bien !

20h31
RAS
Même après 25min à genoux à nettoyer le nain et ses fringues dégoulinants de diarrhée
Bonne nuit hein …

Journal de la baleine (J-4)

Lundi 10 février
6h35

Réveillée pour un nain mouillé à 5h45. Impossible de me rendormir,  un léger mal de ventre m’a envahit.  Je suis obligée de me concentrer pour le sentir mais il est là.

C’est pour aujourd’hui,  c’est pour aujourd’hui.
C’est sûr ! J’ai beaucoup joué avec ma Gambas hier soir, je suis sûre qu’elle attendait que je sois prête ! Je le suis ! Elle le sent, elle le sait !

Je me relève à 6h, je vais prendre une douche. Ma Gambas est bien réveillée.
20 min de jets d’eau chaude sur le ventre.

RAS.
Je m’habille,  je récupère mon fils qui ne s’est pas rendormi.
Fin du mal de ventre.

J’ai faim.
Petit déjeuner.

6h48.
Une vague de douleur dans le bas ventre vient de m’arracher un « putain »
Jour J ? Jour J ?

7h05.
RAS. Une copinaute twitosienne quitte en ce moment la #TeamBaleine pour la #TeamParents.
Sa DPA était le 28.
Je n’ai pas l’impression que ça sera mon cas aujourd’hui finalement.

7h14.
RAS. Donc voilà. Encore la preuve de l’intuition féminine de ta serviteuse est à chier.

7h22.
RAS. J’ai bien fait de ne pas réveiller mon homme à 6h.

7h46
Le Dragon et le Nain ont la crève.
Je suis fatiguée.

9h06
Les enfants sont à l’école
Ma dernière copine-baleine IRL a accouché ce weekend.
Je me sens seule dans la #TeamBaleine
Et j’ai envie de faire le ménage.
Je le sentais bien pour aujourd’hui …
La voiture est capricieuse, faudrait pas qu’elle meurt aujourd’hui !
Ha. J’ai envie de faire le ménage.
Et j’ai un peu mal au ventre.

9h34.
Ménage fait. Enfin le minimum, l’aspirateur. Par le Dragon.
Moi j’ai pris ce qui pourrait être la dernière photo de mon Bidon.
Au cas où j’ai enfilé un soutif d’allaitement.
Et puis voilà.
J’attends un mal de ventre.
J’attends.
J’attends.

image

10h00.
Une contraction.
Longue.
Ma Gambas, aucun souci si tu choisis de sortir aujourd’hui mais décide toi AVANT la sortie d’école de ton frère et de ta soeur. MERCI !

10h28.
Pas décidée la Gambas …
Pas grave, ma mauvaise humeur relative (l’écran de télé etant toujours squatté par un jeu vidéo …) a disparu soudainement … j’ai À NOUVEAU gagné un maillot officiel du XV de France !!!
Je suis joie, bonheur et hystérie !!!

11h31
Gambas toujours inside
Quelques douleurs au niveau du col mais rien de transcendant.
Je vais motiver mon mari pour un MacDo.

11h39
Des coups dans le col
Ça fait mal
Voilà

J’ai ressorti mes « calculs » du début de grossesse … j’ai vérifié plusieurs fois.
Il me semble avoir ovulé autour du 12 mai, donc mon terme serait mercredi
Whouhouuu
LOL
Enfin bon, ça voudrait dire que je suis à J-2.
Mouais.
Bon.
Comme pour mon petit gars quand il s’est décidé.

11h47
RAS.
RAS.
RAS.

12h03
J’ai faim
Et un peu mal au dos

13h32
Un super moment d’amoureux
Quelques mini légères douleurs au ventre
Des foux rires
Une sieste …

15h30
Bon, tu te doutes que j’ai bien dormi.
Donc bon.
RAS quoi.

16h08
C’est con, je le sentais vachement bien pour aujourd’hui moi !
Là va falloir aller chercher les enfants.
Ensuite le goûter, les devoirs, les douches etc …
Au final ce soir, sûrement faux travail …

Ne me crois pas blasée ou triste hein, je suis joie et sérénité.
Quoi qu’il se passe, on va bientôt avoir notre Gambas !!!

Et sinon, faudra que je te parle du Mac Farmer.
Parce que j’en suis très déçue hein.
Mais pas aujourd’hui.

17h33
La copine IRL avec sa DPA samedi dernier, a été déclenchée à 17h samedi. Sa Deuz’ est née à 22h. Une petite Zoé. J’adore ce prénom. C’était mon pseudo quand j’écrivais des nouvelles et des pièces (oui j’ai eu un passé littéraire que seuls mes amis ont pu découvrir)
Une jolie nouvelle ce matin, une nouvelle arrivée dans la #TeamBaleine de ma vie IRL. L’écho des 12sa va confirmer ça cette semaine. Un Deuz’ qui viendra clôturer 2014 chez mon amie.

18h10
Et donc la Gambas appuie toujours comme une furieuse sur mon col.
Mais sinon, comme d’habitude … RAS !
Je le prends bien, à la rigueur, après N1 sous peri, N2 sans peri, pourquoi pas N3 déclenchée xD

18h54
Dîner aux Spatzles.

20h26
Oui oui, toujours là !
RAS.

Journal de la baleine, le dernier weekend ? (J-6 et J-5)

Samedi 8 février
40sa + 1 jour

8h44
Une super nuit. Ça compense la soirée atroce de la veille. Contractions,  nausées, malaise général … Je suis tombée d’épuisement à 23h30. Un seul reveil à 4h58. Et on a émergé dans la douceur autour des 8h.
Je me sens donc en forme pour accoucher. Dixit @Youminou

9h39
Finalement non, je suis fatiguée. Une douche et une lessive et voilà, la Fée-Baleine est HS. Rideau.

10h33.
La Grande range sa chambre. Le Nain fout le bordel. Le Dragon squatte les JO. Je glande sur ma méridienne en carressant mon Bidon qui se déforme gentiment sous la main de mon amoureux.

11h15.
Deux contractions dans toute ma matinée. Je veux pas dire mais ça n’a pas l’air bien engagé pour Madame Irma @Youminou …

12h02.
J’aurai mieux fait de me taire. Aïe mon col.

12h40.
Mal au genou. Moi aussi je fais une algodystrophie.
Après midi au rugby avec les enfants, et mes valises.

16h30
De retour. Toujours enceinte. Et avec le sourire.

18h22.
Toujours enceinte. Et pas de signes transcendants de quoi que ce soit.

18h57
De très légères douleurs de règles viennent de faire leur apparition. Durera … durera pas …

19h49
Mais non, mais non, toutou … toutoutou !
Je suis par contre très très fatiguée.
La faute à pas de sieste.
J’espère une bonne nuit dans mon lit chez moi

20h32
Tout va toujours bien.
Hormis les textos qui pleuvent de gens qui veulent me convaincre de faire mes vitres, prendre des bains ou aller marcher. Je ne comprends pas du tout cet intérêt soudain pour vider mon utérus. Et pire, ça me gonfle. Plus je vois ça, plus j’ai envie que ma Mini Princesse squatte encore. Esprit de contradiction. Et sinon, je sais pas ce que ça vaut mais … on n’a toujours pas monter le lit bébé. Hum hum …

Dimanche 9 février
40sa + 2 jours

8h29
Une nuit catastrophique. Endormie bien après 2h, j’ai vu toutes les heures sur le cadran, je suis défoncée de fatigue. Aujourd’hui, sieste …

10h46
Et elle pleure la baleine, et elle pleure. De fatigue hein, de fatigue. Parce que ses grands ne comprennent pas qu’il ne faut pas faire de bruit, parce qu’elle n’a pas réussi à dormir, parce qu’en envoyant la Grande dans sa chambre en punition, la dite Grande qui n’avait pas rangé sa chambre s’est vautré sur une voiture barbie et s’est arraché la peau de l’avant bras, parce qu’elle n’arrive pas à regarder ses deux amours sans pleurer tellement elle a peur d’être dépassée, débordée et complètement au bout du rouleau dès le retour de la maternité…

11h37
Faire des lasagnes. Remonte-moral attitude. Les enfants jouent. Enfin non, ils cherchent les pièces du Docteur Maboul. Tsssss … bondiou de nains !!! La Gambas est sage, plus discrète depuis 24-48h, le manque de place sans doute.

12h59
Toujours là. Mes lasagnes étaient tout simplement formidables.
Sieste, sieste, sieste …

16h45
Mi-temps du match. Le calme plat dans le bidon.

19h42
Encore une victoire du XVdeFrance !
Toujours enceinte …
Dernier, très probablement, weekend à 4.
Demain nous entamons ce qui semble être ma dernière semaine de grossesse.
Je suis sereine, fière d’avoir gardé au chaud la Gambas aussi longtemps, contente que ma dernière grossesse ne me laisse pas un goût d’inachevé, je suis prête à la rencontrer quand elle se decidera, prête au tsunami d’émotions, prête à devenir maman de 3…

Journal de la baleine (J-7)

Vendredi 7 février 8h02

40sa. Toutrond. Tout pile.

Nuit hachée. Tempête ou bébé ? 1h, 3h30, 5h20 …

6h20. Contractions.  Qui reviennent,  toutes les 10min.

7h00. Une douche chaude.

7h30. Contraction.

7h35. 7h37. 7h48.

C’est con. J’y croyais.  Et avec le sourire. Enfin, on allait la rencontrer.  Finit les peurs et les angoisses …

Et puis rien.

Déçue. J’y croyais et j’étais contente d’y croire.

8h10. Et re contraction. Humph grumph shmeu !

9h40. Quelques contractions,  mais tellement éloignées que j’oublie le timing … c’est dire hein …

11h26. J’ai dormi. Donc bon. Voilà. Bref.

11h38. Contraction.

13h06. On a déjeuné. En compagnie de quelques contractions un peu bof. Rien de transcendant quoi …

15h01. Et re sieste. Quazi 2h encore. Ça va pas faire ouvrir mon col, mais ça fait du bien. Je pense qu’on peut dire que non, la Gambas ne sera pas du 7 février.

16h55. All right. Des mini contractions habituelles. Pour la première fois je me dis que … j’ai envie que cette grossesse prenne fin. Je ne chasse pas ma Gambas hein, mais voilà, c’était bien ces 9 mois, il est temps maintenant de se découvrir …

18h41. Toujours ces foutues contractions qui ne m’empêchent cependant pas de twitter des conneries devant la cérémonie des JO. Ma #BeautifulYouminou est sûre de son coup, demain, la Gambas passe de INSIDE à OUTSIDE ! Une bouteille de Champagne est en jeu.

20h57. Une ou deux contractions bien douloureuses. Je n’ose même plus imaginer quoi que ce soit. Je ne regarde même pas ma montre. Je suis juste complètement fatiguée. Et je n’ose pas aller faire pipi tellement la position m’est inconfortable au possible.