Archives de Catégorie: Cuisine

La farine de châtaigne

Cela faisait plusieurs mois (années ?) que j’échangeais avec une Amie sur le sujet des farines. J’avais jusque là testé celle de blé, celle de maïs, de sarrasin, de blé noir et celle de petit épeautre. A l’occasion d’une ballade chez ma maman, j’ai été attirée par le Biocoop local (qui venait d’ouvrir avec plein de promo) et donc j’ai pu acheter de la farine de coco (donc je vous parlerai une autre fois) et de la farine de châtaigne.

7.45 € les 500 grammes

C’est la même marque que celle dispo en ligne ici

L’avantage de la farine de châtaigne c’est qu’elle est sans gluten, riche en fibres, et qu’elle parfume vos préparations de façon naturelle.

Sa texture assez dense fait qu’il vaut mieux la « couper » avec une autre farine (de riz ou de maïs par exemple) car elle épaissit beaucoup les préparations. Dans les crêpes par exemple, il faudra rajouter un peu plus de liquide que d’habitude, sous peine de finir par faire des pancakes (délicieux malgré tout)

RECETTE DE CRÊPES (12 crèpes)

  • 300g de farine (200 de châtaigne / 100 de maïs)
  • 4 oeufs
  • 70cl de liquide (boisson végétal à l’amande ou lait demi écrémé)

RECETTE DE PANCAKES

  • 250g de farine (200 de châtaigne / 50 de flocons d’avoine mixés)
  • 2 œufs.
  • 30 cl de liquide (boisson végétal à l’amande ou lait demi écrémé)
  • 40g de sucre, roux de préférence.

Vous pouvez adapter n’importe quelle recette avec la farine de châtaigne, vous découvrirez un gout différent. Pensez juste à rajouter un peu de liquide sous peine d’avoir quelque chose de trop dense et de bourratif 😉

Les gâteaux d’anniversaire [recettes, astuces et gourmandise]

5 ans et 12 ans !

Une première fois chacune le jour J, un gâteau simple pour chacune (enfin, simple, je me comprends … hahaha), un pour l’école pour la miniature, un avec les grands parents (là, attention, on change de niveau) et enfin, les anniv’ avec les copains copines.

Février, entre les anniversaires, les crèpes, les bugnes, je vous assure que la balance n’a pas supporté, alors je l’ai laissé jusqu’en mars au fond du placard. Pour son bien.

Alors celui-ci c’est facile ! D’ailleurs ce gateau est à la portée de tout le monde ! Pour ça, j’ai juste adapté une recette « passe partout » !

Le cake double-chocolat ! 

200 g de beurre – 280 g de farine tamisée – 200 g de sucre – 4 oeufs – 1 pincée de sel – 1 cuiller à soupe de cacao amer – levure chimique ou bicarbonate de soude: 1 sachet (11 gr) – deux tablettes de chocolat noir – une tablette de chocolat blanc

1. Mettre le beurre en pommade.
2. Beurrer grassement le moule à cake
3. Placer le beurre pommade dans la cuve du robot et ajouter le sucre et une pincée de sel
4. Mélanger l’ensemble
5. Ajouter le premier oeuf
6. Incorporer
7. Ajouter le deuxième oeuf
8. Incorporer et continuer de la même façon jusqu’au dernier oeuf.

La masse doit être souple, crèmeuse. On doit deviner l’émulsion. Ne pas battre trop longtemps pour éviter de dédoubler le beurre.

9. Tamiser levure et farine ensemble et mélanger à petite vitesse

10. Séparer la pate en deux et ajouter dans une le chocolat blanc fondu et dans l’autre le chocolat noir fondu

11. Répartir et lisser les deux couches puis mettre au frigo 30 mn avant d’enfourner

12. Mettre au four à 220° pendant 10 mn (phase de pousse) puis 40 mn à 180°
Piquer pour contrôler la cuisson. Si rien n’y adhère on peut considérer que le cake est cuit. Pour éviter que le cake noircisse il est recommandé de poser une feuille de papier d’aluminium en fin de cuisson si votre cake colore un peu trop.

J’adapte cette recette très souvent. Par exemple au lieu de faire un cake, je prends un moule rond, je zappe le chocolat blanc (je vanille un peu plus la pâte ou j’ajoute un peu de poudre d’amande par exemple) et je mets le chocolat au dessus de l’autre, un coup de fourchette et vous faites un zebré !!!)

J’ai aussi dejà mis des éclats de caramel beurre salé (toujours à la place du chocolat blanc) ou des m&m’s par exemple. Cette recette est facile.

Alors là, pareil, j’ai zappé le chocolat blanc, j’ai vanillé un peu plus, et j’ai surtout mis du colorant en gel (Wilton, acheté chez FairyCake il y a plusieurs années – oui – mais dispo ici). Dans mon moule rond, j’ai mis les pâtes de couleurs tout autour, et j’ai mis la pâte chocolatée au milieu. Le résultat est plutôt convaincant !

J’ai fait un RAINBOW de chez Youminou. La recette était sur son blog – feu Glubbuk – mais heureusement tellement relayée sur la toile que je l’ai recuperée ici .

Je me suis fait avoir (encore) car j’ai fait dans un moule de 15cm (je vous dis pas le bordel, et la hauteur du gâteau…) mais le résultat en vaut bien la chandelle !!!

Pour l’anniv’ « copains », j’ai opté pour du SIMPLE. Déjà pour ma petite puce de 5 ans, déception totale, une copine sur les 4 invités… Donc ça a été un gâteau en forme de 5 avec un peu de décoration (mascarpone coloré qui servait au glaçage du gâteau de la grande LOL) et le tour est joué (recette basique du double chocolat, avec vanille + M&m’s/chocolat, moule à mini cake pour assemblage facile).

Pour la grande, le buffet de compet’ ! En même temps, 12 ans, mini boom et compagnie. Donc on a sorti les bols à bonbons, les moules à cannelés et le gâteau rempli de confiserie. Evidemment Champomy ! j’ai encore une fois adapté la recette du double chocolat. Le kiffe !

On a sorti les bonbons, en mode BUFFET !

View this post on Instagram

Élus parents de l'année 😎

A post shared by Fairydesfolies (@fairydesfolies) on

Ma fille aînée avait été très claire au sujet du gâteau. Il faudrait BEAUCOUP de couleurs et surtout des SMILEY !!!

Là encore, double chocolat, et une deco à base de mascarpone fouetté avec du sucre glace. Les colorants en gel ont fait le reste. Les smiley ont été acheté au Carrefour Market. J’ai craqué dessus et ma gamine a adoré !

Bref, encore un mois de passé et quel mois gourmand !

Faire des quiches et des tartes salées [passion cuisine]

Qui n’a jamais de restes dans son frigo ? Hein ? Dénoncez vous !

Je vais vous dire honnêtement, on a toujours des restes ici, car sur 5 personnes, il y en a presque systématiquement une qui n’a pas très faim, ne se sent pas bien ou n’aime pas ce qu’on a préparé.

Mon mari cuisine (oui oui) pour nous 5, pour un ou deux repas individuels de plus, ainsi on peut faire nos gamelles pour le travail. 1/ ça évite de craquer sur un panini raclettes-reblochon et 2/on économise des sous

Moi, je ne suis pas très douée en cuisine, j’ai quelques plats que je maîtrise bien (le bourguignon, le poulet-coco, et c’est à peu près tout) mais le reste, je ne sais pas faire.

Par contre, je maîtrise bien les tartes et les quiches. Oui, facile, hein, je sais. Mais voilà, encore faut-il avoir l’idée d’utiliser les restes ! Je suis une intuitive, j’ai une super imagination, alors OUI, j’assume !

On peut tout faire avec une pâte feuilleté, des restes, deux œufs et une cuillère à soupe de crème fraîche.

Tagliatelles de carottes ou de courgettes (ou les deux)

Oignons émincés avec restes de viande bolognaise

Dés de jambon, ou de lardons ou de blanc de dinde, ou de saucisses

Tomates (dans ce cas là je tartine le fond de pâte de moutarde à l’ancienne) ou poivrons

Poireaux (à mixer pour un velouté plus agréable)

Chorizo, ou crevettes, chacun ses goûts !

Poulet émincé (avec un peu de curry et des olives)

Etc… etc… tout est permis ! Et vous gagner au mieux une jolie entrée (avec un peu de salade pour décorer) et au pire un repas tout prêt pour le soir.

Les galettes des Dragon-Fée

Hors de question de se limiter à une seule galette. Nous sommes 5 personnes, avec des goûts différents. Et nous avons envie de nous faire plaisir, et ça sans être limité aux dimanches de janvier.

Alors, oui la galette des rois ici, c’est un peu à volonté !

On a commencé le 4 (d’habitude j’attends le 6, mais j’étais en repos et j’avais des enfants qui réclamaient beaucoup) avec la galette frangipane-myrtilles (une grande première cette année) et le jour même, nous avons fait la traditionnelle pomme-caramel beurre salé.

Le 5 janvier c’est une galette poire-speculoos qui est venu parfumé la maison. Et le 6 janvier, c’est une galette frangipane-framboises que j’ai mis sur la table de la cuisine.

Les recettes sont simples. Dejà pour la framboise et la myrtille, il faut seulement faire une frangipane (125g de beurre pommade mélangé à 125g de sucre en poudre et 125g de poudre d’amandes. On rajoute 2 oeufs entiers) Je fais ça à la fourchette, même pas besoin de batteur. Soit vous rajoutez les fruits dans l’appareil et vous versez sur la pâte, soit vous versez l’appareil et recouvrez ensuite avec vos fruits.

Pour la pomme-caramel au beurre salé, je ne met pas de frangipane. Je fais compoter grossièrement les pommes (boscop idéalement, sinon une grise du Canada, choisissez des pommes moches surtout pas rouges, elles sont parfaites pour la cuisson) dans du beurre salé (un peu!), j’ajoute le caramel beurre salé (un petit pot) et ensuite je mets deux cuillères à soupe de poudre d’amande. Tout ça je laisse bien tiédir et ensuite je mets sur la pâte.

Pour la poire-speculoos, même chose. Je mets les poires (passe crassane idéalement sinon pareil, regardez les poires moches, surtout pas juteuse) à compoter dans un peu de beurre salé. Ensuite je mets la pâte à tartiner speculoos (et je lèche la cuillère après!) et j’ajoute deux cuillères à soupe de poudre d’amande et hop, sur la pâte.

ATTENTION : ne JAMAIS oublier de placer la fève, dans un des rebords (moins de chance de tomber dessus à la découpe) avant de couvrir par le second disque de pâte feuilletée.

Côté cuisson, on préchauffe 15 min à 250 et on enfourne 25 min à 200.

Je varie ensuite les plaisirs tout le mois, Je fais même une variante pomme chocolat (je fais compoter les pommes, je mets du nutella à la place du caramel et toujours un peu de poudre d’amande) et une variante frangipane simple pour ma maman (très traditionnelle gustativement)

Et vous, la galette ?

Le Bistrot Du Boucher (Viens manger à #BourgEnBresse !)

Avis laissé sur la page tripadvisor

Jour ensoleillé où il fait bon prendre le temps de s’arrêter découvrir les saveurs dont on nous vante souvent les mérites, c’est comme ça qu’on s’est retrouvé à franchir les portes du restaurant pour une déjeuner d’amoureux.

Accueil agréable, souriant, la déco est superbe, la table est bien dressée, on se sent bien tout de suite ! Mention spéciale à la tapenade offerte à l’apéritif, un délice ! La déco est très belle, je vous invite à voir leur site internet avec une vision à 360 du restaurant !

Deux menus gourmands (27.50€ *2), ça donne

– ENTRÉES

  • un foie gras pour Monsieur (qui ne m’a laissé qu’une bouchée pour tester, c’est dire si c’était bon ! Et la petite gelée de poire était à tomber !)
  • un saumon mariné pour moi (assaisonnement idéal, épaisseur parfaite et avec une belle quantité dans l’assiette : un délice !)

– PLATS

  • un burger pour moi, avec frites et j’ai succombé à la tentation d’une sauce au bleue. Tout était parfait, avec mention coup de chapeau à la cuisson PARFAITE. Je déteste le saignant, et j’ai toujours peur que le « à point » ne soit pas respecté.. Et là, et bien il est parfaitement maîtrisé ! Même mon mari était très étonné de me voir manger le steak (de 200g!) sans broncher (haaa si j’avais pu en redemander !) Et pour info, le pain est maison et brioché, fondant et croustillant !
  •  un pavé du boucher pour mon mari, et vu la virginité de l’assiette débarrassée, je crois qu’il a aimé !

 

– DESSERTS

  • La coupe choco quelque chose pour mon mari, avec des biscuits et une chantilly à tomber à la renverse ! Lui qui n’est pas très chocolat, je crois qu’il vient de tomber amoureux !
  • Une coupe souvenirs d’antan, avec des saveurs merveilleuses que je n’oublierai pas de sitôt, avec du pop corn caché dedans !

Côté vin nous avions un joli rouge du Bugey, et nous avions pris un apéritif chacun. L’addition finale est restée sous les 100€ et ça les valait parfaitement !

Nous sommes restés à table assez longtemps pour apprécier le calme et la discrétion du service ! Nous reviendrons profiter de la terrasse une autre fois !

– ADRESSE

Sur la RN 83, entre St Etienne des Bois et Bourg en Bresse, vous ne pouvez pas le rater ! l’entrée se fait par le rond point direction Viriat. Si vous avez un GPS, donnez lui 3212 Chemin de Tanvol, 01440 Viriat

Google Street View le bistrot du boucher

Les bugnes c’est toute l’année [et tu peux dire beignets, comme tout le monde!]

J’utilise la même recette depuis le jour où j’ai perdu celle de ma grand mère, je prends celle de la Cuisine de Mimine 

Elles sont parfaites, systématiquement parfaites !

Je remplace la crème liquide par du fromage blanc.

Je ne mets pas de rhum, pas de sel.

Et j’utilise de la levure chimique traditionnelle Alsa

Je n’ai pas de friteuse, j’utilise une cocotte remplie d’huile et un écumoir.

J’ai doublé la recette pour avoir cette quantité finale.

Merci Mimine !

Joyeux Noël (avec des Schwowebretele)

Noel, c’est sacré ! Chaque année je m’évertue de trouver le temps pour faire les gâteaux alsaciens, chaque année je me dis que j’y arriverai jamais et chaque année je termine dans les temps.

schwowebretele

schwowebretele

Le tuto des gâteaux est disponible ici : : https://mademoisellereve.wordpress.com/2011/11/14/schwowebredele-ou-petits-gateaux-alsaciens-de-noel/ 

Cette année il y a une boîte par maîtresse, une boîte pour la nounou et un paquet pour la veillée de Noël de l’école.

L’avantage c’est que je fais bosser les enfants, et je prends des photos d’eux les réalisant qui accompagnerons les boîtes des maîtresses.

Chaque année j’hésite à tester une autre recette, une autre méthode, une variante des goûts et de la fabrication… et chaque année, indubitablement je reviens à ma recette, héritée d’un vieux livre de recettes piquées à ma mère qui l’a sans doute eu de sa mère… Ce livre est un trésor, et il renferme des recettes incroyables.

Et invariablement, la seule que je pratique c’est celle des schwowebretele.

Ces gâteaux sont le symbole du temps qu’on finit par trouver pour faire plaisir aux autres, de l’effort qu’on fait pour accorder du temps à nos enfants, des odeurs de cannelle et de beurre qui flottent dans la cuisine, du Noël d’antan qu’on voudrait retrouver.

Noël ne peut être que parfait, tant qu’il y aura des Schwowebretele.

Joyeux Noël à tous et à toutes !