Archives de Catégorie: DA

Miraculous LadyBug [ merci #Netflix ]

De mon temps il y a avait Cat’s Eyes, Sailor Moon et une fille avec un poudrier magique dont j’ai oublié le nom.

 

Aujourd’hui, il y a LadyBug !

(Parait que ça passe sur TF1, nous on l’a découvert sur Netflix)

Marinette est en 3ème au collège (mais donne l’impression d’avoir 12 ans), avec Adrien (fils d’un riche monsieur un peu secret).

Le grand méchant de l’histoire c’est le « Papillon » (tout est relatif hein) et il a le pouvoir de transformer les gens en « méchants » dès qu’ils ont un sentiment négatif (peine, peur, colère…) Le Papillon fait ça pour chopper les miraculous (objets magiques) des deux super-heros.

 

Marinette se tranforme en LadyBug, une sorte de coccinelle géante qui a un yoyo magique. Et Adrien se transforme en chat noir.

 

Marinette est amoureuse d’Adrien

 

Adrien est amoureux de LadyBug

 

Marinette n’est pas attirée par Chat Noir (surplus de confiance en lui, blague de mauvais gout, un peu coquin)

Et Adrien n’est pas attirée par Marinette (maladroite, timide, très discrète)

 

Voilà voilà

Donc, on regarde parce que déjà la musique est entêtante ! Et le clip rend addict (les paroles sont faciles à retenir, les enfants adorent !)

On regarde parce que chaque épisode = un problème. La tristesse, la peine, la colère, la jalousie, la honte, la solitude … tous ces sentiments qui font basculer du côté obscur ont leur moment de gloire. On décrypte les émotions des enfants, c’est très « Dany Le Tigre » finalement en regardant bien.

On veut savoir si les héros vous garder leur identité secrète l’un pour l’autre pendant longtemps, qui est le papillon (ma fille a une piste très sérieuse sur son origine) et s’ils vont enfin se dévoiler leurs sentiments.

*l’article est imagé avec les commandes Noellesques 2017 en lien avec le dessin animé, oui, les enfants sont addict, je sais.

Publicités

Drôles de petites bêtes (le film)

Je n’étais pas forcément ultra motivée, j’avoue ! Mais je ne pouvais pas emmener ma mini voir Coco (pas vraiment adapté à son âge) et je voulais qu’elle ait aussi son ciné de Noël (les grands allaient voir Star Wars 8, mais c’est une autre histoire) alors j’ai regardé un peu la liste et j’ai trouvé que c’était chouette de l’emmener voir ce dessin animé.

L’histoire est vraiment mignonne.

La Reine des abeilles c’est Marguerite, elle est gentille, elle s’entoure des gens bons et gentils sans faire cas de leurs apparences (Loulou le Pou comme conseiller). Elle dirige la ruche avec sourire et elle n’exploite personne, elle fait attention aux ressources également. Elle pardonne, et elle est accueillante. Elle en a juste « marre » d’être cloitrée dans sa ruche alors le soir elle se déguise en mendiante pour aller chanter au bord de l’eau avec Carole la Luciole.

Un jour un saltimbanque/magicien/jongleur arrive, il porte en lui une histoire douloureuse et triste, mais il garde le sourire. Il s’appelle Apollon le Grillon. Il est parfois maladroit (quand la peine l’envahit) et du coup les habitants du jardin le rejette. Sauf Mireille l’Abeille qui lui offre même de quoi manger.

La vilaine c’est Huguette la Guêpe. Elle monte un piège pour voler le trône de Marguerite, elle se sert d’Apollon pour cela, et il est accusé à tort. Il y a aussi l’équipe des nuisibles (Moustique, Sphinx et d’autres) qui sert Huguette contre quelques pots de miel qui vont gardé Marguerite emprisonnée. Et l’armée de frelons, évidemment, qui installe la reine Huguette à la ruche.

Les Guêpes sont nulles coté organisation. Huguette asservit les petits bêtes et les rend esclaves. Bientôt le miel devient moins bon, la gelée royale vient à manquer et le jardin dépérit.

Mireille l’Abeille, Loulou le Pou, Patouche la Mouche et Léon le Bourdon entendent alors parler d’un plan de la reine Huguette pour voler les bébés abeilles. Ils décident alors de libérer Apollon, et de suivre Carole la Luciole chez les nuisibles pour libérer Marguerite. Marguerite n’aura pas besoin d’être libérée, elle a fait preuve de diplomatie et à formuler une entente avec les nuisibles pour arrêter l’oppression d’Huguette.

Tout ce petit monde arrive donc à reprendre possession de la ruche. Ils se servent même d’un allié de taille (la chauve-souris) grâce à Apollon.

Huguette est détrônée (elle refuse l’aide de Marguerite, elle refuse d’être pardonnée et de reprendre une place à la ruche), les frelons sont battus, les nuisibles peuvent venir vivre au jardin et la reine Marguerite annonce son amour pour Apollon et qu’elle laisse le trône à Mireille.

J’ai bien aimé, car même pour les adultes ce films est une parfaite allégorie de la vie, l’acceptation de l’étranger, des différences, ceux qu’on ne considère pas comme on devrait, le pardon, le regret, la douleur d’être rejeté…

Ma fille (3 ans et 10 mois) a adoré, comme les autres petits bouts dans la salle (on entendait les cris de joie et les bravo… c’était trop mignon!).

Le film n’est pas long (1h20) et les images sont belles, les couleurs ne sont pas agressives, le son est adapté (moi qui trouve toujours ça trop fort, j’ai la chance d’avoir un ciné qui fait attention aux séances pour enfants) et la musique qui accompagne le film est génial (la vie en Rose). Les méchants ne sont pas effrayants, les gentils sont gentils et attachants.

Bref, un bon moment à passer avec votre enfant !

Moi, moche et méchant 3 (banana)

Nous avons profité d’un dimanche après midi pour traîner les enfants au ciné.

Évidemment le PAPUCHE BANANA nous faisait très envie.

Les minions, ce craquage total 

Comment ne pas les aimer ?  Leur langage particulier me fait toujours autant rire (fesse ?) et j’adore leur individualités. Kévin m’a manqué dans cet opus mais Mel a pris la suite dignement.

Les filles 

Agnès est un véritable coup de cœur. Son aventure avec la licorne m’a émue. C’est une vrai métaphore de la vie que de vouloir tellement quelque chose que de finir par croire qu’on l’obtient même si c’est différent de ce qu’on imagine. C’est fort et puissant.

L’ado terrible est une Margot formidable. En pleine révélation sur le rôle de sa mère et en acceptation de l’amour et des formes qu’il peut prendre.

Dommage que Édith soit aussi transparente. Mais elle reste la gamine et son gâteau de bouillasse tellement hilarant.

Le couple Groucy fonctionne très bien. Un brin bancal mais plein de tendresse. On est conquis.

Le frangin est un phénomène. Visiblement drôle et très caricatural de celui qui veut mais qui n’arrive pas. Le boulet. Drôle et efficace.

Une comédie familiale, un moment drôle qui fait plaisir à tout le monde, mais qui est bien en dessous des deux premiers opus malgré toute la meilleure volonté du monde.

Le cas Peppa Pig

Des jours que je promets cet article, je me suis mise tellement la pression que j’ai été coincée jusqu’à aujourd’hui. Aujourd’hui c’est mercredi 28 à 7h du matin. Levée depuis 3h dejà, le ventre qui crie famine, les filles qui dorment encore, le fils en vacances chez ma mère, que de bonnes dispositions pour enfin, me coller à cet article !

L’épisode en question est disponible en lecture youtubesque

Alors, Maman Pig travaille sur SON ordinateur. Papa Pig prépare une soupe pour le dejeuner.

Jusque là, ça va, on se dit même que pour une fois que c’est dans ce sens là … ça fait plaisir.

Les enfants viennent voir leur père, et ça se gâte.

Papa Pig accepte que les enfants aillent emmerder voir leur mère tout en leur disant de NE PAS LA DERANGER (ils vont faire quoi à ton avis les gamins ?) parce qu’elle a BEAUCOUP DE TRAVAIL …

Dejà, perso, je bosse, si mon homme m’envoie les nains, je peux te dire qu’ils les retrouvent dans ses pattes à lui dans les 10 secondes.

La voix off te repète (au cas où tu n’as pas compris) que MAMAN PIG A BEAUCOUP DE TRAVAIL… En plus, ça se voit à sa tête.

Donc les deux cochons veulent squatter les genoux de leur mère. Genre. Et la regarder travailler. Bah voyons.

Ils doivent promettre de ne pas faire de bruit.

Si tu as des enfants, là, tu as ton alarme sonore qui s’est mise en route. Promesse de silence VS enfant.

Le mort de LOL du jour.

Un des nains (le plus agé, la saloperie de Peppa) demande à jouer à un jeu (Mademoiselle Poule => mais enfin, qui donne ce genre de nom ?) PARCE QUE BIEN SUR SA MÈRE NE TRAVAILLE PAS DU TOUT HEIN ???!!!

Donc recadrage de la mère Pig, c’est OUI MAIS après.

Évidemment les nains veulent AIDER A TRAVAILLER. En tapant comme des petits merdeux cochons sur le clavier de la mère qui bosse.

Arrive, ce qui devait arriver, l’ordinateur plante.

Donc là, Maman Pig, elle appelle Papa Pig pour qu’il « lui arrange ça ». Genre. Et pendant ce temps Maman Pig va finir de préparer le dejeuner …

Réparer l’ordinateur pour Papa Pig c’est le redémarrer hein, comme tout le monde quoi.

Et alors là, c’est l’apocalypse.

Les nains profitent sournoisement de leur père qui se prend pour un expert en ordinateur et obtiennent le droit de jouer sur le PC.

Je résume :

  • Maman Pig bosse
  • Les nains viennent  la souler
  • Les nains detraquent le pc
  • Maman Pig est interrompu dans son travail
  • Maman Pig va préparer le repas en attendant
  • L’ordi est réparé
  • Les gosses ont le droit de jouer dessus

WTF ???

Dejà, moi je te les prive de jeu hein, faut pas déconner, et ensuite, normallement, là, Papa Pig aurait dû aller chercher Maman Pig pour qu’elle puisse finir son travail (si elle a bien pensé à le sauvegarder, bien sur)

Bref, continuons …

Notez que c’est Maman Pig qui a rangé le jeu …

Bon, en fait je ne disserterais pas plus, la fin de l’épisode vire scato, c’est insupportable, même si ça fait marrer mes enfants…

Enfin ça fait moins rire Maman Pig qui découvre que l’ordi va bien … quoi que finalement elle finit aussi par se rouler sur le sol …

Cette famille Pig est complètement déjantée … j’ai encore quelques épisodes à dépiauter en stand by, je les garde pour les soirées au coin du feu quand on aura 25 cm de neige.

(non, Neige n’est pas un prénom).

 

 

 

L’anniversaire de la #TeamElsa

Moi, quand ma fille a annoncé qu’elle voulait un anniversaire Elsa (aka la Reine Des Neiges aka Libérée Délivrée) j’ai commencé à rêver de bleu.

Ce rêve bleuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu.

(ha non,  oups)

Coté victuailles, faciles, avec mes colorants en gel Wilton, je transforme tout ce que je veux ! J’ai juste acheté la pâte à sucre toute prête à étaler (Vahiné en supermarché – très bonne! très facile à utiliser)

020

019

Pour les 6 cupcakes, j’ai pris la recette du gateau au yahourt, sans yahourt. J’ai glissé un carré de chocolat dans chaque moule. la couverture est un topping de crème au beurre (beurre et sucre glace au fouet electrique, colorant bleu) monté en poche à douille et parsemé de déco blanche et bleue.

013

Le gâteau est un gâteau raimbow, basé sur le principe du raimbow cake. J’ai fait un gateau à la vanille, pesé en trois parts égales, trois colorations differentes. assemblées après cuisson avec du nutella.

103

016

Les plaques de caramel et la couronne prévues ont été en millions de morceaux, impossible de les refaire, je me suis rabattue sur un frosting (sucre glace et blanc d’oeuf) et mes poches à douilles. Les perles vahiné au sucre ont fait le reste (avec ma pince à épiler)

017

014

Sablés lambda décorés en deux étapes, fondant vanillé sucre glace et citron (en bleu)à puis un frosting au stylo à patisserie (en blanc) et perles ajoutées. Je regrette de ne pas avoir de moules etoilés ou de flocons …

022

Un litre de menthe glaciale, une Elsa en 3D à faire soi même, des boîtes à pop corn à faire soi même, et mon stock de tissus pour parfaire un joli buffet.

012

015

Ha oui. Les meringues. PARFAITES.

Une tuerie. Vraiment. Je n’en n’ai jamais mangé d’aussi bonnes. Les enfants n’en n’ont pas laissées une seules !

Coté ingredient c’est facile, sucre en poudre et blanc d’oeuf, le même poids au gramme près ! On commence par monter les blancs et à mis chemin de les voir devenir ferme on ajoute doucement le sucre, on continue de battre fermement pendant 6 à 8 minutes. On ajoute ensuite le colorant (ici le gel Wilton, toujours) et on remets du fouet electrique 2 à 4 minutes. C’est important pour ne pas que le sucre vienne perler sur les meringues pendant la cuisson.

Coté cuisson, il n’y a pas de secret. 6h (oui, six heures) à 90°C. Perso j’ai utilisé la poche à douille pour former les meringues sur la grille du four recouverte de papier sulfu, je les ai enfournées à mis hauteur, au plus haut du four j’ai mis le leche frite (pour protéger les meringues et eviter une coloration jaunes-vertes).

Le résultat est FABULEUX !

Coté activité, on n’a pas pu éviter les projection du film, evidemment, façon karaoké puisque tout le monde connait tous les dialogues du film …

070 069 026

Quoi que à un moment ça a commencé à danser ^^

176 173

Les filles ont réalisées une couronne DIY sur la base de cette idée, et j’ai joué les maquilleuses et manucuristes avec plaisir

169

096

J’avais pris le temps de faire un memory, les filles ont pu s’y donner à coeur joie (et celle qui tombait sur les mechants avaient un gage)

159

J’ai trouvé les cartes à imprimer ici, et j’en ai même profité pour piquer l’idée du OLAF

034 033 024 138 133 129

J’ai imprimé 3 séries de carottes ici.

Les filles ont adoré (le bandeau etait mon Kipsa de sport)

023

La banderole, comme les invitations ont été faites grâce à ce patron.

Là-Haut …

Une histoire profondément émouvante.

Les larmes sont venues avant même la première demi-heure du film.

Tellement touchant, tellement fort, tellement bien raconté, tellement bien mis en musique…

1

Une histoire d’amour, de rêves, réalisés, brisés, douloureux …

2

L’histoire d’un voyage, d’un road trip, d’une ballade initiatique, la réalisation de l’homme ne passe pas tant par sa fin mais par son voyage.

3

Et puis Kevin, Doug et Russel.

Parce que ça ne pouvait être autrement. Parce que ça fait réflechir quand on est grand et que ça fait rêver quand on est en devenir d’être grand. Parce que c’est ça être grand.

 

 

Rebelle ! Et si belle …

Parce qu’elle est rousse !

Rebelle

Parce qu’elle est plein de caractère !

2

Parce qu’elle fait du tir à l’arc comme personne !

1

Parce qu’elle est une ado en confrontation avec la Mother !

3

Parce qu’elle ne renonce à rien pour suivre son chemin !

Rebelle, si belle, si chieuse aussi. Mérida a conquis le cœur du Mâle, des enfants et de moi même. D’ailleurs, ma petite Princesse m’a demandé de lui refaire la robe « craquée » de Mérida. Y a du boulot.

En attendant, vraiment, une joli conte, emprunt de musique celte, de légendes et d’amour. Et pour une fois qu’on a une princesse libre et qui s’assume, on prend !