Fin(al)ement Con(tente), l’art d’être Con(finée)

Dans la cuisine. Sur la table revêtue d’une toile cirée blanche.

Il y a des jours avec, et il y a des jours sans. Franchement Sans. Vraiment.

Mercredi dernier par exemple était un jour Sans, mais vraiment sans. Vraiment, vraiment. Les enfants étaient grognons, énervés, mal lunés. D’ailleurs y avait la grosse lune, je n’avais pas bien dormi, j’étais fatiguée. Pas d’école, pas de devoirs, un mercredi OFF. Et pourtant, pourtant rien à faire. Des chamailles, des disputes, des cris, des tapes, des colères, des larmes… J’ai eu envie de les apporter aux flics qui font les check d’attestations au carrefour devant la maison. « Embarquez les, merci« 

Photo La Montagne du 18/03

Et hier aussi d’ailleurs. Le fils a renversé ma tentative de levain.Une assiette a été cassée. Quelqu’un a mis un coup de pieds dans un village playmobils. Des enfants ont pleuré. Et certains se sont couchés les yeux rougis.

Next Level. PLease, play again.

Aujourd’hui, aujourd’hui ça va bien. Un réveil tôt mais après une bonne nuit de sommeil ça le fait. Un café dans le silence de la maison. Le temps de couper les fraises, de travailler un peu, et ensuite ils se sont levés.

Fenêtres ouvertes, prendre le frais, changer l’air, mettre de la musique pour couvrir le bruit du robot pâtissier. Pain aux céréales … Et pendant ce temps là, les enfants se sont habillés, sont allés joués. Une lessive étendue, une cuisine nettoyée, on a préparé le défi familial du jour sur les couleurs (TEASING DE OUF)

Aujourd’hui, pour la grande en 5ème (pour laquelle on a reçu le bulletin et pour laquelle on a reçu l’avis de passage en 4ème), un contrôle de SVT qu’il faudra scanné et renvoyé, de l’anglais, de la physique … De l’allemand aussi, plus facile, elle a eu film à regarder en allemand, sous titre français. La prof est cool, moi j’aurai mis les sous titre en anglais, comme ça, elle aurait travaillé les deux matières. Et du français. Un devoir à rendre. Et une visio cet après midi.

Pour le fils en Cm1, lecture, dictée, des exercices de symétries et du yoga. Bon, la position de la vache est devenue un meuglement. Mais passons. On a pu faire une petite vidéo pour la maîtresse qui a surement bien rit ! Je vous mets le lien pour télécharger les fiches.

Photo du site un jour un jeu

La petite en GS n’est pas en reste, compter, écrire, lire, dessiner. Et on colle dans le cahier des apprentissages pour montrer plus tard. Elle aime bien ce moment de travail. Elle se sent grande !

MAINTENANT VACANCES !

On a termine souvent la matinée bien tard, et on mange régulièrement des cordons bleus ou des nouilles chinoises vers 13h devant un dessin animé. Autant vous dire que quand le Dragon se lève, j’ai souvent déjà un train de retard sur mon planning journalier. Du coup Gisèle est venu au salon, je couds au milieu des gamins et des playmobils. Qui volent. Les playmobils.

En ce moment à l’atelier dans le salon, je fais des masques pour les commerçants du village et les voisins. Merci AFNOR pour le patron et le guide textile.

Je suis ulcérée de voir sur les groupes facebook ou forums des ventes de masques. Cela me rend folle. Dejà sachez que non, on n’a pas le droit de les vendre sans les avoir envoyé au labo pour passer des tests. Donc bon, rangez votre portefeuille quand on vous met de la pub sous le nez. Ensuite, franchement, même si on avait le droit, je trouve que c’est se faire de l’argent sur un déficit sanitaire grave. Le but de l’action c’est qu’on soit tous un maximum protégés, donc que les commerçants, les travailleurs, les gens qui ne peuvent pas rester devant Netflix ou Disney+ puissent se protéger ! Je suis choquée de voir des annonces pour du 10€ le masque, c’est gerbant ! Qu’on demande un euro symbolique me fait déjà lever le yeux …

Je suis professionnelle, je suis une entreprise, je déclare mes ventes, je paie des charges, mais PUTAIN ça me viendrait pas à l’esprit de vendre un masque. Oui je claque mes stocks de coton et d’élastique « à perte » mais bordel, je me rends utile, je fais un acte citoyen, un acte solidaire. Je vous en prie, n’achetez pas de masques, surtout pas à des petites mains non déclarées qui coupent les draps de mamie en flanelle. Si vous n’en trouvez pas – des masques – (et pourtant il y a plein de groupements solidaires qui DONNE) alors au moins tournez vous vers les entrepreneurs qui pourront grâce à votre achat payer leur impôt.

On résume ? Regardez sur la plateforme AFNOR les mises en relation près de chez vous (OUI c’est GRATUIT) Achetez si vraiment vous n’avez pas le choix, et à une entreprise fiable qui a connaissance des normes AFNOR et des recommandations textiles officielles.

Ce confinement est très peu différent de ma vie habituelle. Je ne sors pas ou rarement habituellement. On a peut être une soirée par trimestre (et encore) et je n’ai pas assez de vie sociale (ou trop de travail) pour me retrouver au bar à 16h l’après midi.

Nous avons un jardin, nous n’y allons ni plus souvent, ni moins souvent. On sort parfois matin et après midi, parfois juste l’après midi et parfois même pas de la journée. Pas de forcing aux activités physiques, chacun fait ce qu’il veut. Ballon ou tapi de gym, un peu de squatt, ou même des opérations commando improvisées dans le fond de la cour. Nous vivons en maison, c’est calme, et c’est un nid douillet.

Mais c’est difficile pour les enfants, coupés de leurs interactions sociales. L’ado est particulièrement dérangée par ce confinement même si elle a des échanges virtuels avec les copines, ça reste difficile d’être « coincée » avec ses vieux, son frère et sa soeur.

Chéri est en vacances. Il va découvrir le confinement. Heureusement pour lui (!) ça ne durera qu’une semaine.

Quand je pense au confinement qu’on aurait pu vivre en appartement, entre la cinglée du dessous et le barge du haut, entre les musiques à fond et les rageux. Je suis très sincèrement désolée pour ceux qui vivent cela. Et je comprends combien ces gens là souffrent de ne pas pouvoir sortir. Nous même, en appart’ (pour rappel 70m2 pour 5 en HLM) on passait nos journées dehors pour ne pas avoir à supporter d’être enfermés trop longtemps. Alors le confinement aurait ressemblé à l’Enfer (sans Lulu)

Demain il y aura d’autres morts.

Demain j’aurai toujours aussi peur, mais j’essaierai encore de moins y penser.

2 réponses à “Fin(al)ement Con(tente), l’art d’être Con(finée)

  1. Merci pour cet article, ma mère est institutrice et je lui ai filé le lien pour les cartes de yoga ! J’ai découvert ton blog en cherchant des avis sur l’application Yazio. Ta façon d’écrire me fait TROP rire, j’adore ! Courage pour la suite du confinement, j’avais pas trop le moral aujourd’hui, découvrir ton blog a ensoleillé ma journée. Merci beaucoup ! 😀

    J'aime

N'hésitez pas à donner votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s