L’histoire de Violette

Quand A, mon ainée était petite, je lui inventais des histoires que je contais le soir. J’adorai ça. Et je suis sûre que cette transmission lui a permis de maîtriser l’exercice à son tour. Je l’ai fait aussi pour mon fils, mais je n’avais pas eu l’occasion, le temps, l’envie de le refaire avec E. E va avoir 6 ans et elle m’a réclamé une histoire. Alors j’ai grimpé sur son lit, je me suis installée aussi confortablement que possible, j’ai inspiré un grand coup et je me suis lancée.

Il était une fois, une petite princesse qui s’appelait Violette*

Elle vivait dans un magnifique château avec son papa, le Roi, et sa maman, la Reine. Le Roi avait tout les pouvoirs sur son royaume, tout le monde l’écoutait et l’admirait. Mais un jour le Roi est tombé malade. Sa femme, la Reine, a dû gouverner à sa place. Malheureusement, le peuple ne l’écoutait pas, car c’était une femme, et on n’aime pas beaucoup que les femmes décident et commandent dans ce pays.

Un jour, un chevalier vint voir la Reine. « Majestée, nous ne voulons pas d’une femme sur le trône. Faites marier votre fille, que se pays puisse avoir un nouveau Roi » La Reine n’avait pas le choix. Elle alla voir Violette pour lui dire. Violette s’enferma dans sa chambre pendant 3 jours. Au quatrième jour, alors qu’elle allait sortir pour accepter le sacrifice qui lui incombait, elle se mit à pleurer. D’une de ses larmes jaillit une petite fée qui pris place dans sa chambre.

« Bonjour Violette. Je suis ta Marraine la bonne Fée. Je sais tout du plan de ta Maman. Mais ne t’inquiète pas, j’en ai un autre ! Voici une carte pour chercher trois ingrédients magiques. Ces ingrédients sont importants, tu pourras les mélanger pour faire une potion pour sauver ton père et éviter ainsi un mariage dont tu ne veux pas. Il faut trouver la fleur magique aux pétales blancs, les gouttes de larmes et la poudre de fée. Fais ta valise Violette ! Vite ! »

Violette déplia la carte à côté de sa valise. Il faudra traverser le Désert de Sable Chaud alors elle jetta dans sa valise des robes blanches de coton, une casquette, de la crème solaire et des sandales. Il faudra escalader la Montage jusqu’au Palais de Glace Gelée. Elle pris un manteau fourré, des bottes, des gants et un bonnet. Sa dernière quête la conduira dans la Foret Ensorcelée. Elle pris son anti-moustiques. La valise bouclée, Violette se tenait là, avec sa cape rouge, elle déposa sa couronne sur son lit, mis sa capuche et se glissa hors de sa chambre. Vite mais discrètement, elle descendit l’escalier jusqu’à la grande salle du château. Elle n’avait pas le temps d’expliquer. Il ne fallait croiser personne. Elle sortit sans bruit, traversa le jardin en courant et arriva à l’écurie. Son cheval l’attendait, prêt à être monté. Elle attacha sa valise puis attrapa les rênes et grimpa sur son dos. « Vite, vite, au galop ! »

Il était tard, il faisait nuit, Violette tremblait. Elle s’emmitoufla sous une couverture de laine. Ses paupières se fermaient. Elle n’arrivait pas à rester éveillée. Elle s’endormie, la tête dans la crinière du cheval.

Se sont les premiers rayons du soleil qui lui firent ouvrir les yeux. Il faisait si chaud… Le désert ! « OUI OUI ! On est dans le désert !!!!  » Violette était ravie ! « D’après la carte, ce qu’on cherche aujourd’hui dans le désert c’est une fleur magique aux pétales blancs. » Elle s’arrêta pour se changer. Elle troqua la couverture et la cape contre une longue tunique de coton. Elle mis la crème solaire et la casquette. Un peu d’eau, un petit biscuit de sa réserve et en route ! « Nous devons traverser le désert » Il était si grand, si vaste. Une silhouette se dessinait. C’était une vieille femme, elle avait soif. Violette avait encore de quoi boire une fois dans sa gourde mais elle l’offrir à la femme. Violette était très généreuse et elle en serait récompenser ! La vieille femme lui offrir une fleur aux pétales blancs. Violette la remercia et repris sa route. Bientôt elle quittait le désert…

Le soleil se cacha, l’air se fit plus frais, de la fumée sortait de la bouche de Violette. Au loin l’escalier de glace arpentait la montagne. Violette décida qu’il était temps pour elle de mettre ses bottes, son manteau , ses gants et son bonnets. Au pied de la montagne, il fait si froid… Il fallait grimper. C’était si haut.

Mais Violette était courageuse. Elle escalada chaque marche, l’une après l’autre, jusqu’en haut. Une fois arrivée, en levant les yeux elle vit le Palais de Glace Gelée. Violette regarda sur sa carte. Une fiole était déssinée avec deux gouttes de larmes à l’interieur. « Est ce que c’est ça l’ingrédient secret ? » Allez, il était temps pour Violette de frapper à la porte du palais. Toc Toc Toc… Pas de réponse. Toc Toc Toc… Pas de réponse. Violette inspira un grand coup et frappa de toutes ses forces. TOC TOC TOC ! La porte s’ouvrir et devant elle, surgit la plus jolie créature de la contrée : un pingouin !

« Bonjour voyageuse. Que veux-tu ? » Violette raconta son histoire mais le pinguin n’avait rien à lui donner. Il accepta de la laisser entrer jusqu’au lendemain pour qu’elle reprenne des forces. Le soir, au diner, le pingouin semblait si triste, Violette lui demanda pourquoi. Il raconta qu’il n’avait pas d’amis, qu’il était seul ici depuis des années. Violette promis de ne pas le laisser seul bien longtemps et de revenir le voir souvent. Elle lui chanta alors une chanson pour le réconforter

« ho ma fleur si jolie, bien sur que tu es mon amie, ho ma douce ho ma chérie, pour toujours dans ma vie »

Une larme jaillit au coin de l’oeil du pinguin. L’ingrédient magique ! Vite, encore une chanson !

« ho ma fleur si jolie, bien sur que tu es mon amie, ho ma douce ho ma chérie, pour toujours dans ma vie »

Et la première larme roula sur la joue du pingouin pour attérir dans la petite fiole qu’avait emmené Violette. Elle repeta encore sa chanson.

« ho ma fleur si jolie, bien sur que tu es mon amie, ho ma douce ho ma chérie, pour toujours dans ma vie »

Et la seconde larme dégringola de la joue du pingouin et Violette la captura. Elle ferma la fiole, la glissa dans sa poche et pris le pingouin dans ses bras. Un câlin, ça fait toujours du bien ! Il était dejà tard, Violette tomba de fatigue dans les bras de son ami.

Le lendemain matin, après un énorme petit dej’ plein de crème glacée, Violette dit au revoir et bien emitouflée dans son manteau, retrouva son cheval pour la dernière aventure. Il fallait se rendre dans la forêt enchanté pour le dernier ingrédient : la poudre de Fée !

Violette suivit les indications sur la carte, tourner à gauche après l’arbre aux 5 branches, puis à droite après le terrier du lapin doré et enfin passer derrière la cascade de jus d’abricot. Elle Vit contre un arbre un petit écriteau avec une flèche qui montrait le bas du tronc. Su le tronc, une toute petite porte. Toc Toc Toc… Pas de réponse. Toc Toc Toc… Pas de réponse. Violette inspira un grand coup et frappa de toutes ses forces. TOC TOC TOC ! Et… la porte casse.

Violette était bien embetée, elle ne pouvait pas entrer, la porte était aussi petite qu’un bébé hérisson. Mais elle s’allongea sur le sol et regarda à l’interieur. Soudain, une Fée s’approcha et la menaça avec sa baguette magique « POURQUOI VIENS TU CASSER MA MAISON ? »

« Je m’appelle Violette, je viens chercher de la poudre de Fée pour sauver mon père qui est très malade. » La Fée lui fit conter toute l’histoire depuis le début. Violette raconta le desert chaud, le palais de glace et montra sa carte. La Fée était très impressionnée. Elle ouvrir son sac et donna à Violette un petit sachet de poudre. « Mélange les 3 ingrédients sous la lune avec une goutte de pluie, et remue trois fois avec ton petit doigt. Il faudra en donner une grosse cuillère à ton papa. Verse le reste sur les fleurs, elles ne faneront plus jamais. »

Violette remercia la Fée et repris la route. Elle demanda à son cheval de filer comme le vent, plus vite encore que la tempète. Elle arriva dès le soir au chevet de son père, qu’elle embrassa tendrement. Elle fabriqua la potion en suivant les précieux conseils de la Fée et donna une cuillère à son père. Elle arrosa les roses blanches du jardin avec le reste.

Au matin, le père Violette était en grande forme. Il pris le petit dej’ avec sa femme et sa fille, et rejoignit son trône où il annonça son retour. Violette devint l’aventurière protectrice du royaume et son père changea la loi pour qu’elle puisse gouverner seule si elle en eut l’envie. Violette fit construire un pont entre le palais de glace et son château pour retrouver son ami pingouin aussi souvent que possible et elle vécu aussi longtemps que les roses du jardin.

J’ai écrit l’histoire après l’avoir dit, donc vous me pardonnerez si c’est pas exactement la même version hein, quand on improvise c’est dur de retrouver exactement les mêmes termes. Mais l’histoire était bien celle-ci, avec ces 3 ingrédients, les 3 lieux, les 3 personnages et la même chanson (que oui, j’ai chanté). Violette est le prénom qu’aurait voulu porter ma fille et le Pingouin y a que ça qui m’est venu sur le moment.

N'hésitez pas à donner votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s