Noël, la radio, 512, le chocolat, Sharknado et les altères

Avec un titre comme ça, je résume plutôt bien mon état d’esprit. Je ne suis plus vraiment en état de réfléchir clairement, fatigue et stress en première cause.

512 kiko

La fatigue c’est celle qui est entraînée par un mauvais sommeil, lui même entraîné par une mauvaise alimentation, par un état de stress soutenu et par des enfants malades qui font relais jusqu’au bout de la nuit avec des bassines de vomi.

Et non, ma fatigue n’a rien à voir avec Sharknado, quoi que on y a passé quelques soirées bien sympa quand même avec ma copine Aevole (retrouvez nous sur Twitter pour des LT de folie!)

J’ai écris 4 articles pour finir 2016 sur le blog, et j’en ai effacé 4. Je ne sais pas encore quelle tournure va prendre celui là. Pour être honnête, je me dis qu’en faisant un article « fourre tout » j’aurais moins envie de me sanctionner, je me permets de passer d’un sujet à l’autre comme je le veux (je suis chez moi, je me balade à poil si je veux)

Noël est donc passé, ça y est. Alors je ne sais pas pour vous, mais ici on a fait ça à 5, tranquille, et c’était bon. On a mangé du foie gras de chez ma copine Ali Des Contes d’Albret.

Et on a bien bu, aussi. c’était bon, c’était bien, et je persiste à croire que nous passons de bons Noël depuis quelques années, par choix de nous recentrer sur l’essentiel, nos enfants, et l’amour que nous nous portons.

Mais oui, oui, je ne suis qu’une capitaliste consommatrice et oui, il y a avait des cadeaux. Des trucs même pas éthiques, même pas fait-main et des choses sûrement polluantes et pas bio. Je me flagellerais après les fêtes.

On a abusé du … ha non. J’ai abusé. Moi, j’ai abusé du chocolat. Tablettes, papillotes, boîtes et coffrets. Punaise quand je vois la quantité reçue et celle qui reste, je flippe ma race totale. Mais il en reste encore de ces chocolats. Donc … J’essaie de partager les restes pour alléger ma peine (et ma conscience morale et mon mal de ventre)

Ce matin, j’ai encore trippé sur twitter et je me suis prise au jeu d’animer ma TL avec des petites pistes musicales. Je suis toujours nostalgique des années collèges, particulièrement ma troisième. On avait une radio locale dans l’établissement, en partenariat avec une radio régionale qui nous laissait quartier libre 3 jours par semaines de 10h à 12h et de 15 à 17h. J’adorais.

Je me souviens des planifications qui ? quoi ? des organisations d’interview, des animations, des jeux, du choix des musiques. On était un noyau dur d’une dizaine d’animateurs, toujours la même voix météo et JT, 1 reporter sport, 2 reporter terrain, un courrier du coeur etc… J’adorais tellement. Mais j’étais toujours incapable de choisir entre l’organisation (le planning des plages à 10 min près) et l’animation directe et en direct.

Je me souviens qu’en quittant le collège j’ai eu envie de continuer dans cette voix, à animer, à organiser. Malheureusement pas de radio au lycée, et je me suis tournée vers le théâtre à ce moment là. Pour continuer à organiser (la mise en scène, les répétitions, les auditions) et à partager du direct (le jeu sur scène). En parallèle à mes mercredis après midi bien occupés, je travaillais chaque année à la fête de l’internat (organisation des spectacles, auditions des talents, répétition, écriture des dialogues, sketchs, tournage des films et des vidéos à présenter le jour J …). J’étais toujours là, derrière dans les coulisses, et un pied sur scène (voire les deux …). J’avais le micro et l’oreillette.

Rien qu’en repensant à ces émotions là, j’en frissonne. Bordel que c’était bon. Je ne connais rien d’aussi grisant que ce partage là avec le public. Que de savoir que c’est par et avec nous que le courant se passe.

Je sais, je le sens, je sais bien que je suis une fille du spectacle. C’est pas pour rien si je suis créatrice textile. Si vous pouviez voir le dressing « costumes » à la maison…

Enfin bref. Je n’ai pas trouvé la solution pour professionnellement m’épanouir avec ces envies là. Le blog n’est pas payant, je ne vais pas faire de chaine youtube (sérieusement, pour dire quoi ? je n’ai même pas le temps d’écrire mes 14000 livres en process dans ma tête alors 30 min devant une caméra … LOL) et je n’ai pas de quoi monter une radio pirate dans mon salon (sinon ça serait chouette ça comme truc …)

Je suis chercheuse d’emploi, si jamais.

Il y a autre chose. Un truc qui, pareil j’avais fait des articles et hop, poubelle, un truc qui s’amorce. J’ai pris conscience cette année que tout, toute ma vie, tout ce qui m’arrive, tout ce que je ressens, c’était moi, moi et moi seule l’unique responsable.

Je suis la responsable des angoisses que je ne traite pas et que j’entretiens sans suivi approfondi. Je suis la responsable de mes sautes d’humeur explicables que je ne souhaite pas expliquer. Je suis la responsable des motifs de divorces que je me créais par un comportement à la limite de l’acceptable. Je suis responsable des attitudes néfastes autour de moi, je les encourage puisque je ne les affronte pas. Je suis la seule responsable sur le fait que je crie sur mes enfants. Je suis la responsable de ma mélancolie, ma tristesse et ma colère entretenues depuis des années par une politique de l’autruche profondément étudiée et développée.

Je suis responsable de mon chômage, des mauvais choix professionnels, des mauvais choix de scolarité, des mauvaises rencontres et des kilos accumulés. Je suis responsable de ma mauvaise santé, des déménagements excessifs et de chaque larme versée.

Mais je suis aussi responsable de chaque petit bonheur de ma vie. Je suis responsable d’un beau mariage et d’un couple entretenu. Je suis responsable d’être gâtée par mon mari et aimée de mes enfants. Je suis responsable d’un moral en dent de scie mais qui peut être d’acier. Je suis responsable de chaque idée, de chaque ambition et de chaque progrès que j’ai choisi de faire.

Je suis responsable  d’avoir choisi de demander de l’aide, je suis responsable d’avoir choisi d’accepter de l’aide. Je suis responsable de choisir d’avoir une vie meilleure.

J’ai décidé de changer.

 

 

***

Ça en jette de finir comme ça, pour un dernier article 2016, mais je me sens obligée – c’est tout moi ça, je rendais jamais l’antenne à l’heure – de préciser que le dernier axe de ma pensée est lié aux altères du titre de cet article, je vais être coachée en nutrition et en musculation afin de perdre le poids que je porte depuis bien trop longtemps maintenant et qui empiète sur chaque partie de ma vie)

***

Le guest c’est le 512 de Kiko qui va surement passer le reveillon sur mes ongles. Un petit bijou de marron glacé aux reflets roses.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

2 réponses à “Noël, la radio, 512, le chocolat, Sharknado et les altères

  1. 😙😙😙😙😙

  2. Je te souhaite une excellent année 2017. C’est vrai que la vie est (aussi) ce qu’on en fait ! Sois heureuse.

N'hésitez pas à donner votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s