La formidable aventure de la coloscopie

Je vous avais lachement abandonné dans la salle d’attente.

Mais si.

Il était 11h45, l’infirmière est venue nous chercher (mon mari était avec moi). Elle nous a reçu dans un bureau, pour nous expliquer la suite (le vestiaire, le box d’attente puis la descente au bloc puis salle de réveil puis le box de réveil puis le vestiaire, puis la salle d’attente, puis le docteur, puis le bureau des sorties) en 10 min c’était bouclé, elle a vérifié que j’avais suivi le protocole (la fameuse question de comment sont vos selles ? – comme du vin blanc !) et m’a indiqué les vestiaires.

J’ai enfilé la HO COMBIEN GLAMOUR tenue de bloc. Une veste qui se ferme JAMAIS correctement dans le dos, d’un magnifique bleu marine, un short blanc taille 36 (hahahahahahahahahahahahaha – ceux qui me connaissent ont compris que c’était mort hein), chaussons, charlotte, la totale. THE LOOK !

J’ai mis mon sac et mes fringues dans un casier, j’ai décidé de garder mon téléphone. Le Dragon, peu bavard dans ce genre de situation, n’est pas le meilleur des exutoire. Sa présence m’a été nécessaire mais j’avais besoin de parler de tout ça.

Je me suis installée dans le box C. Sur le brancard, couverte par une couverture assez douillette et qui piquait pas (c’est important de le souligner) j’avais même un oreiller. L’infirmière est revenue m’indiquer que j’étais prévue au bloc à 13h, elle m’a posé une perf (un cathlon, ça fait quand même un peu plus mal qu’une prise de sang hein, je vous le dit) avec un peu de chépakoi pour eviter les baisses de tensions. Il était 12h30.

J’ai éteint mon téléphone vers 13h. je me suis lovée dans les bras de mon mari pendant une quinzaine de minutes, et on est venu me chercher. Mon téléphone et la clé de mon casier ont été déposés au bureau des inf’, je pourrais tout récupérer dès mon retour. Mon Dragon est rentré chez nous.

Arrivée au bloc on me fait patienter dans un mini couloir, il y a embouteillages en salle de réveil, faut faire remonter en chambre des patients pour vider le bloc pour que je puisse rentrer. J’attends. Et puis là je vois mon chir, qui vient me voir, qui m’aide un peu à garder le smile et qui s’excuse du temps qu’on me fait attendre.

Enfin le bloc est libre, le chir aide même à pousser mon brancard. j’en reste étonnée, il est à vingt mille lieux du chir qui attend le dernier moment et qui reste dans son coin jusqu’à ce qu’on lui tende le scalpel ^^

On m’installe. J’ai froid. Très froid. Le chir demande qu’on m’apporte des couvertures, elles ont été chauffées. Le chir a froid, il va chercher une veste pour lui et en ramène une pour l’infirmière de bloc, elle est magnifique, un visage fin et doux, elle ma rappelle une amie d’enfance, elle est apaisante.

On attends l’anesthésiste. L’infirmier anesthésiste est là lui, il prépare les câblages, je me fou de sa gueule parce qu’il inverse deux cordons. Mais le chir lui fait les gros yeux.

On attend l’anesthesiste. L’infirmière l’appelle, il répond pas. elle appelle un bureau qui lui répond qu’il s’est senti mal, qu’ils vont envoyer un autre medecin. On attend encore. L’infirmière rappelle, on lui dit que y a personne, que faut repousser l’intervention, le chirurgien intervient « non, j’attends l’anethesiste maintenant ».

3min, 3 min après un anesthésiste arrive en faisant des blagues « alors on attends le super héros ? » le chirurgien lui a lancé un putain de regard noir, bordel, j’en menais pas large. Bref. Il s’installe, vérifie mon dossier, engueule l’infirmier qui n’avait pas préparé le bon produit « y a écrit allaitement en cours alors on utilise quelque chose pour que Madame U puisse allaiter son bébé ce soir si elle le souhaite ».

Tout est pret on va m’endormir, on me demande de me mettre sur le côté. L’infirmière du bloc m’aide. En me tournant, évidemment, j’ai les fesses à l’air, mais alors là, le chirurgien vient, replace les couvertures sur moi et mon derrière. Putain je vous jure que si on m’avait dit un jour que même dans un bloc opératoire je pourrais garder ma pudeur, je ne l’aurai jamais cru.

On me demande de mordre dans un truc vert qui servira à passer le tuyau de la gastro, je comprends qu’ils vont commencer par ça.

On me pose un masque à oxygène, on me demande de compter jusqu’à trente. Je compte jusqu’à trente. Hahaha. On me demande de me détendre, je me détends. On s’aperçoit que le cathéter est bouché, hahahaha, y a quà moi que ça arrive hein. J’entends anesthésiste dire « c’est bon, j’injecte » et le chirurgien « c’est pas trop tôt » et mes yeux se ferment sans résistance sur le doux visage de l’infirmière du bloc.

J’entends sa voix qui me dit qu’il est temps d’ouvrir les yeux, que je suis salle de reveil. Je la remercie avec une voix un peu éraillée. La pendule indique 14h30.

Je tente de me reposer encore un peu, mais je n’y arrive pas, je me sens bien, en forme. Je me redresse un peu. Je regarde autour de moi, j’écoute les dialogues entre les inf’, j’écoute le haut parleur qui vient du bloc « on emmène l’amputation, on emmène l’hystérectomie » etc … j’entends la salle de réveil qui appelle les services « retour des amygdales, retour de la coloscopie » …

Je vois mon chirurgien qui ramène un brancard du bloc, il vient jusqu’à moi, me demande comment je me sens, me dis que j’ai un superbe intestin et qu’il est content de moi car j’ai été très scrupuleuse avec ses consignes. il me dit qu’il a retiré des polypes mais que pour lui faut pas trop s’inquiéter même si il faut attendre les résultats des analyses. Il me dit qu’il me reverra tout à l’heure, mais que je vais pouvoir retourner en chambre.

Il est 15h30, une inf’ vient me dire que je vais remonter en box, je lui confie que j’ai très envie de faire pipi, sauf que elle, elle ne peut pas m’emmener, c’est le bassin ou rien, alors quand je décline poliment elle me met face à la porte, je serai la prochaine à partir.

Oui, mais non. L’infirmière de la chir ambu est occupée, donc quand l’inf de la chir je ne sais quoi vient en salle de reveil il me pousse gentiment pour recupérer l’amputation. Youpi.

Une maman arrive, elle va être là pour le reveil de son fils. Cela me replonge des années en arrière, on m’avait refusé l’accès à la salle de reveil pour ma fille de 3 ans. Les amygdales.

Et enfin elle arrive, l’inf de la chir ambu, elle me dépose gentiment en box, il y a dejà une autre femme, que j’avais croisé en salle de reveil, une coloscopie aussi. Évacuons de les gaz de concert me dit elle. je demande mon téléphone, je peux tweeter que je suis en vie, et je peux appeler mon mari et textoter les copines.

Je peux me lever, j’en profite pour faire pipi.

On nous propose de manger un peu, mais alors le plateau va surement se perdre plusieurs minutes hein, parce que entre le « j’arrive » et le « bon appétit » il s’est passé un bon 30 min.

J’ai troqué le yahourt contre des biscottes nature. L’inf’ était partie faire la modif au moment de la photo.

Je me suis régalée, évidemment, après 2 jours de jeune, tu penses.

Quand l’infirmière revient c’est pour me dire que anesthésiste a signé ma sortie, que je vais aller me changer et attendre en salle d’attente le chirurgien.

Et comme je le demande gentiment (encore sous l’effet du shoot surement) elle me retire la perfusion, Choupette pour les intimes.

Au revoir la tenue de combat !!!!!

Coucou la salle d’attente.

J’y retrouve mon Amoureux qui m’attendait. Et on patiente un peu, peut etre 15 minutes. Je me rendais plus trop compte du temps. j’étais toute fatiguée. Le chirurgien nous reçoit dans un petit bureau. Me reçoit en fait, je voulais y aller seule.

Il decortique les examens, il me repète ce qu’il m’a dit en salle de reveil, que faut attendre les analyses mais qu’il est confiant. Il est content de savoir que j’ai rendez vous le 18 en génétique à Lyon et il me parle alors de ce qu’il cherchait.

Le syndrome de Lynch.

C’est ça, c’est ce fantôme dont je n’avais pas encore connaissance, on parlait de maladie héréditaire, de mutation de gène, mais je n’avais pas le nom. je l’ai su à ce moment là. (Oui, si tu as lu le billet d’avant hier je t’en parlais déjà, mais c’est un billet écrit, corrigé à posteriori).

Bref, il attends les resultats de Lyon, il attend aussi les conclusions de la gyneco (fin fevrier) et si tout va bien on se revoit dans 2 ans pour une nouvelle serie gastro/coloscopie.

Je prends alors mon courage à deux mains, j’avais émis avec lui avant tout ça, l’hypothèse d’un jour opté pour une chirurgie bariatrique, je lui demande donc si c’est encore quelque chose que je peux envisager.

La réponse est non, je m’en doutais, je m’y étais préparée quand il m’a annoncé l’importance du suivi tout les deux ans… Mais oui, c’est vrai, comment aller explorer l’estomac dans le cas d’une sleeve ou d’un by pass ? On ne peut pas. cette chirurgie aujourd’hui serait une barrière à ma prise en charge medicale.

Il me note l’adresse d’un centre d’obésité et le nom d’une diet’. Il me raccompagne jusqu’à la porte et me dit que si j’ai quoi que ce soit qui m’inquiète je l’appelle sans hésiter. Il me sourit. J’ai confiance en lui, il me plait beaucoup. Et okayyyy, il n’est carrément pas vilain du tout.

On va reprendre la route tranquillement, je suis fatiguée, très fatiguée. on échange un peu nos impressions, je sais que mon homme a flippé, flippe encore, qu’il porte un poids qui ne le concerne normalement pas. Je voudrais tant lui dire que non, vraiment, c’est RIEN tout ça.

C’est juste une étape de passée.

Rendez vous à Lyon, bientôt.

3 réponses à “La formidable aventure de la coloscopie

  1. Les trucs de Flo

    Je vais souvent à l’hôpital pas pour les même raisons médicales mais j’aime beaucoup comment tu as retranscris tes émotions.
    En tout les cas bon courage pour la suite.

  2. Bon, je ne commente pas souvent, mais je suis😉

    Un truc m’étonne un peu, c’est ta réflexion à propos de la chirurgie bariatrique, interdite dans ton cas. A ma connaissance, le bypass est effectivement impossible, par contre pas la sleeve. Ton toubib a bien parlé des deux méthodes ?

    • Ouais, meme de l’anneau, c’est dire … en fait tout ce qui toucherai a l’estomac compliquerait le suivi par gastroscopie et compte tenu des antécédents il vaut mieux garder l estomac intact au cas où

N'hésitez pas à donner votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s