5 ans et demi, toujours une couche la nuit

Parti se planquer à l'arrivée des autres enfants #ltpediatrie

A post shared by Fairydesfolies (@fairydesfolies) on

Je sais que j’ai une tendance à m’inquiéter parfois pour rien mais aussi souvent pour pas grand chose.

Mon fils de 5 ans (et demi) fait pipi au lit.

S’il me lit dans 10 ans par les hasard de l’internet, il me détestera. Et je lui rappellerai le nombre de boxers imbibés que j’ai dû laver, ça le calmera.

Bref.

R, mon fils, est un garçon plein de vie qui est hyper mûr pour son âge. Il parle très bien (même si il a parlé tardivement) et il est avide de connaissance. Il tient des conversations incroyables avec les adultes.

Sauf qu’il fait pipi au lit. Comme un bébé.

Comme un bébé, c’est moi, c’est lui, c’est tout le monde qui le dit, lui dit, me le dit, nous le dit.

Oui, moi ça m’emmerde, même si lui ça n’a pas l’air de le gêner. Pourquoi ça m’emmerde ? Parce que non je ne trouve pas ça normal (même si c’est courant) et parce que ça me renvoi au passé, une frangine pré ado qui a dû être hospi un an (et à qui ça n’a pas servi) et un neveu qui avait ses couches jusqu’à 12 ans…

J’ai demandé l’avis d’un premier généraliste, qui m’a dit que fallait pas se prendre la tête et le responsabiliser.

J’ai persisté.

J’ai vu un second généraliste qui m’a dit que JE m’inquiétais pour rien et qu’il fallait que je laisse mon fils grandir à son rythme.

J’ai insisté.

J’ai vu un troisième généraliste qui a balayé mes doutes d’un revers de main, j’étais juste une mère parano qui voyait des maladies partout.

J’ai pleuré.

J’ai regardé une émission des Maternelles Pourquoi fait il encore pipi au lit ? diffusé en mai 2015 . Je mets le replay (les paroles tirées du replay sont en italiques) et je te commente ça en presque live mais différé de quelques mois.

L’énurésie est un dysfonctionnement.

Pour mon fils, ce dysfonctionnement est sévère, on est à 7 nuits sur 7 avec de superbes débordements.

On est dans un dysfonctionnement primaire, c’est à dire qu’il n’a jamais été sec le matin.

Les malformations urologiques sont débusquées à la naissance, il n’a pas lieu de le découvrir à l’âge de 5 ans.

Depuis le début je responsabilise mon fils, il met sa couche seul, il la retire seul le matin, il se change seul si besoin et retire ses draps mouillés.

La journée il a été sec (je refuse volontairement le mot PROPRE qui n’a rien à voir) tardivement. Il avait des accidents réguliers à l’école, et à la maison, selon les évènements, si l’ambiance était plus ou moins tendue, les accidents devenaient le lot quotidien (jusqu’à 6 ou 7 fois dans la journée) jusqu’aux vacances.

Un mois et demi sans accidents, je te le dis on est à deux doigts de sortir une Veuve Clicquot.

Autant R a toujours réussi a retenir ses selles et ce très tôt, autour des 15 mois, autant l’urine, bondiou !!!

Mon fils aurait (aurait parce que je ne suis pas médecin hein) une vessie immature, c’est à dire qui se vide pendant le sommeil paradoxal alors qu’une vessie mature reste tranquille à ce moment là de la nuit.

Il y a d’autres dysfonctionnements possibles.

Une vessie polyurique est une vessie qui produit de l’urine la nuit, beaucoup d’urine, alors que normalement la nuit, on ne produit presque pas d’urine. Les enfants qui ont une vessie polyurique ne peuvent donc pas contenir toute cette urine et la vessie déborde au moment du sommeil paradoxal. Une vessie polyurique est d’ailleurs remarquée quand un enfant se change plusieurs fois la nuit car la vessie continue de se remplir abondamment au cours du sommeil.

Les vessies polyuriques sont plus faciles à « soigner » parce qu’il existe un médicament qui limite la production d’urine.

Les petites vessies sont des vessies aux capacités réduites. Là encore on peut donner des médicaments pour diminuer la sensibilité de la vessie et faire en sorte qu’elle contienne un peu plus.

Les enfants qui ont des envies urgentes dans la journée sont souvent des petites envies MAIS un enfant qui joue et qui n’a pas envie de s’interrompre et qui donc est prit d’envie impérieuse d’uriner (presque à la limite du trop tard) n’a pas forcément une petite vessie.

Mon fils n’a jamais aimé s’interrompre pour aller faire pipi. Depuis maintenant plusieurs semaines il n’y a pas eu d’accident de jour et ça fait du bien. Mais il reste la nuit, ces nuits qui sont toujours entachées d’urine.

Les médecins me renvoient en plein visage que mon fils n’a QUE 5 ans (et demi) et que de toutes façons ça finira par passer Peut importe le temps. C’est un contrôle neurologique, une maturité qui arrivera à un moment, même si on ne sait pas quand.

Mon fils est le deuxième, tu sais, LA place pas facile, il est le seul garçon, il a souffert de plusieurs choses qu’on aurait voulu lui épargner, mais la cause de l’énurésie n’est pas psychologique, ça aussi ça a été balayée d’un revers de main en 20 minutes par les médecins.

Mon fils n’est pas constipé, il n’a pas non plus de problème de dos, l’ensemble de ses deux choses pourraient être une indication d’un problème médical. Son foie, ses intestins sont normaux et ses reins vont bien. Enfin c’est ce que disent les médecins après une palpation de 5 minutes.

Il n’y a rien d’urgent à donner un traitement médicamenteux à un enfant. On commence souvent par des astuces.

L’enfant ne doit pas se retenir la journée. Il faut faire pipi 6 fois par jour. La vider complètement mais tranquillement. Une vessie qui est correctement régulée la journée sera déjà moins stimulée la nuit. 

Pas d’aliments salés le soir, un petit verre d’eau seulement entre 18h et le coucher, si l’enfant se couche en ayant soif il sera dans la retenue de l’urine et non dans la production.

(Viens, on va assoiffer notre fils …) Alors cette astuce est hyper discutée, chacun voit midi à sa porte, je la donne parce que certains médecins comme l’urologue le docteur Oro (du replay des Maternelles) la donne et que des fois quand on n’en peut plus, on a envie de tout tenter)

Il y a un détecteur de pipi (un truc qui bip dès qu’il y a une goutte de pipi) on créé un réflexe chez l’enfant, au fur à mesure le cerveau se programme pour réveiller l’enfant avant que la goutte de pipi sorte.

Pour moi c’est barbare mais encore une fois, pourquoi pas …

L’aspect psychologique est très discuté. Il faut, bien sur, que le terrain pour arriver à la maturité soit favorable, que l’enfant se sente en sécurité, qu’il soit prêt à grandir mais c’est d’abord physiologique.

Aujourd’hui j’ai vu un énième médecin. Et il m’a jugé en moins de 5 minutes. Forcément. Mon fils avait POUR UNE FOIS sa mère pour lui tout seul. Il était évident qu’il allait se comporter comme un bébé.

Et c’est ce qu’il a fait.

Il s’est agrippé à ma cuisse, a voulu que je le porte, n’a pas lâché son doudou, m’a tenu la main, a voulu s’allonger sur moi. Un vrai bébé !!!

Le médecin m’a naturellement dit (et j’en aurais fait autant si les rôles avaient été inversés) après m’avoir écouté 3 minutes sur l’énurésie « en même temps ça n’a pas l’air de vous déplaire d’avoir un autre bébé ». BAM ! Dans ta face la Gwen !

C’est vrai qu’il a pris une voix de bébé, qu’il a régressé instantanément quand il a vu le stéthoscope mais ça aurait pu aussi être un signe de peur non ?

Bon, bah non alors.

Donc cette fois, parfaitement résignée, j’ai compris la leçon. Je fiche la paix aux médecins, j’arrête de dramatiser, je répète à mon fils que ce n’est pas grave, que ça arrivera quand il sera prêt et je brule un cierge à l’occasion.

Mais bordel, si t’as vécu ça et que tu as réussit d’un coup de baguette magique, je veux bien savoir où tu l’as acheté ! Merci !

*photo du fiston dans la salle d’attente, planqué au bout de pièce des jeux à l’arrivée des autres enfants.

Publicités

10 réponses à “5 ans et demi, toujours une couche la nuit

  1. Pingback: Énurésie : on fait quoi ? on dit quoi ? on gère comment ? | FAIRYDESFOLIES

  2. Bonjour’
    Et maintenant quant est il de l’énurésie de ton fils 1 an après ?

    • Malheureusement ça n’a pas évolué, ni en bien, ni en pire.
      Toute la nuit la couche deborde. Tous les matins on change les draps.
      On a revu deux fois le medecin qui repète « de ne pas s’inquieter » et « laisser faire le temps ».
      Ma dernière a 2 ans et demi, elle a une couche sèche le matin … franchement je ne sais pas quoi penser !

  3. Bonjour
    En lisant ces lignes j ai l’impression d’entendre la description de mon fils .même âge même profil: MÂTURE ++ pr son âge et très pertinent à l oral.
    Le mien est par ailleurs assez anxieux et ne dort pas toù jours très bien
    Je vais essayer l hypnose :petite vidéo sur le net, on verra
    Au fond je crois qu’il aime bien sa couche ça le rassure..

  4. la restriction hydrique je ne sais pas. Mon garçon a été très facile à ce niveau (ce fut plus compliqué pour sa soeur qui est restée « fragile » à ce niveau en fonction des stress qu’elle rencontrait dans son quotidien, mais rien à voir avec ce que tu décris là). J’avais lu Dolto (eh oui) qui disait qu’au contraire il fallait laisser la possibilité de boire, que l’enfant assoiffé dans la nuit n’avait d’autre possibilité d’avoir « de l’eau » que de pisser au lit. Bref, je trouvais l’idée un peu tirée par les cheveux mais j’ai laissé une petite gourde à disposition de N. qui transpirait beaucoup la nuit. et il n’a pas eu d’accident ou très peu.
    Comme c’était plus compliqué pour L. je n’ai pas trop osé, je ne sais pas de l’oeuf ou de la poule du coup…

    Bon courage, il y a des antécédents familiaux chez moi (mon frère) et je sais que c’est usant, au quotidien (et pour L. qui a eu des accidents tard avec aussi un gros décalage entre cette « immaturité » et le reste de son développement, j’ai souvenir de mon sentiment d’impuissance quand ça arrivait.)

    • merci ❤ c'est usant mais pour le moment lui le vit "bien" donc j'essaie de ne plus me prendre la tete, j''espère juste que ça arrivera "vite" … pour l'aspect pratique !

  5. Promis si je trouve la boutique des baguettes magiques … Je t en envoie une sur le champs !
    Mais en fait je pourrai en acheter plusieurs car j ai une amie qui partage cette même galère …

    Je suis personne pour te donner des conseils alors je te souhaite surtout bon courage ❤

  6. Malheureusement, Gwen, pas de baguette magique sur ce coup là.
    L’énurésie, je connais bien le sujet et pour moi, quand toutes les causes physiologiques ont été écartées, il est clair qu’il y a une cause psychologique mais là difficile d’en faire le tour en deux lignes ..
    En tout cas , c’est évident que c’est un souci qui met les nerfs à rude épreuve tant pour les parents que pour les enfants. Ce n’est pas simple de garder une distance salutaire face à ça.
    Du coup, je ne te suis d’aucune aide car je ne connais pas ton fils, pas ton contexte familiale et je me garderai bien de donner des conseils .
    Il faut simplement beaucoup de patience, je pense, mais ce qui est sûr et certain, c’est que cela passe et ton fils est effectivement encore jeune.
    Courage Gwen….

    • Je ne sais pas si c’est reelement psychologique, je pense qu’il y a de ça, surement mais je ne vais pas le trainer chez un pedo psy pour ça, les généralistes m’ont dit que ce n’etait vraiment pas la peine.

      On s’en tient à ce qu’on sait aujourd’hui, qu’il va bien même s’il se comporte comme un bébé parfois 🙂

      Merci ❤

N'hésitez pas à donner votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s