Chapitre premier

La Reine des neiges vient de finir,  on enchaîne avec Planes.
Mère indigne ? Télé babysitter ?
Mère fatiguée surtout !

La migraine m’empêche de me sortir du canapé.
Cette garce qui rythme ma vie depuis une vingtaine d’années.
Cette traînée qui m’enferme dans le noir et le silence des heures durant.

Mais c’est la première fois en 7 ans de To Be Mum que j’ai été incapable de faire le dejeuner des enfants !
Faible femme, mère coupable, j’ai dégainé les crêpes-nutella à midi.
Enfin 13h30 en réalité.

Une nuit complètement hachée menue aura eu raison de toute ma bonne humeur.
Ajoute par là dessus la migraine, on tient le DANGEROUS LEVEL !

Quand le Dragon a (lâchement) décidé d’aller faire une sieste (bien que je comprenne sa fatigue, je tiens à preciser qu’il a été tenu éveillé VOLONTAIREMENT par un jeu vidéo et non INVOLONTAIREMENT par un bébé de 7 semaines, contrairement à votre serviteuse) j’ai donc sorti mon sac de cynisme.

Parce que merde.

Les dimanches de mère célibataire c’est vite chiant.

Surtout que le dimanche c’est peut être fait pour glander mais il y a quand même des lessives à faire tourner, un coup de balai à donner, une cage à nettoyer (tout le monde réclame des animaux mais la logistique autour c’est toujours celle qui freinait des 4 fers qui s’y colle) et des nains à gérer (devoirs, douches, repas …) et bizarrement,  autant les hommes sont parfaitement capables de ne RIEN faire en dégainant la carte magique « dimanche glandouille », autant les femmes non. C’est vrai ça, vous ne l’avez jamais entendu le couplet du mari sympathisant ? « mais laisse ma chérie, ma douce, mon aimée, ça peut attendre demain » (note que parfois la langue du mari fourche et il precise « TU feras demain » ce qui est en général TRÈS mauvais signe pour lui puisque cette phrase fait un 100% à la provocation de dispute) …

Il doit y avoir quelque chose d’inconscient implanté dans notre cerveau qui fait qu’on est incapable de laisser les enfants mourir de faim, de froid ou d’ennui. Allez savoir pourquoi, nous, les femmes, on a tiré la carte « sens des responsabilités » au grand loto de la vie conjugale.

Malade ou pas, on est jusqu’au bout des guerrières vaillantes !

Alors ÉVIDEMMENT, il y a TOUJOURS des mecs qui en font autant, voire plus, que leur compagne. Certains ont peut être eu une invitation pour la conférence « partages des tâches » ou pour le colloque « les femmes au foyer AUSSI méritent quelques jours de repos » … ou alors je ne sais pas, il y a des mecs qui ont été élevé d’une autre façon ou des mecs qui évoluent plus vite que les autres.

9 ans que je tente de faire évoluer mon Dragon.
Et dans le genre Pokemon, il est plutôt Dracofeu que Carapuce si tu vois le genre …

Bien sur la semaine, depuis 14 mois qu’il est à la maison (il dirait COINCÉ) il fait beaucoup. Enfin d’un point de vue totalement subjectif, il fait autant qu’il faut pour ne pas me laisser crouler sous les tâches ménagères. Mais le dimanche …

Le dimanche, sa fatigue à lui est toujours plus importante,  plus handicapante, plus douloureuse que la mienne. Je n’ai pas besoin de sieste moi, j’ai dû être vaccinée à mon insu. Et j’ai été insomniaque, j’ai l’habitude … Et puis ça ne sert à rien de prévenir,  je suis voyante. Ce serait dommage d’annoncer verbalement « je vais me coucher », ça gâcherait le plaisir de la surprise. Et puis les nains sont tellement heureux de ranger les jouets et descendre au salon par ce qu’il ne faut plus faire de bruit. Carte brandie : « papa dort ».

Non, je ne suis pas en colère, pas plus de 4 minutes en tout cas. J’allaite un moineau qui squatte mes bras, si je vais me coucher,  elle va chouiner. J’ai une patience incroyable malgré la migraine,  la fatigue et l’agacement donc je suis la plus à même de gérer les nains sans hurler ou menacer. Et puis je suis jeune, je n’ai pas 30 ans et une nuit quazi blanche ne me tuera (normalement) pas !

Alors oui, je souris. De balancer un ou deux dessins animés à mes enfants, de sortir les crêpes au Nutella,  de dégainer le sein la gueule en vrac sous un plaid au fond de mon canapé. Oui ça me fait (presque) rire de me rendre compte que la fatigue m’a fait zapper de mettre une culotte sous mon survet’ et que tant pis pour tout ce qu’il rate le Dragon, je savoure en silence (tout est relatif) mon dimanche avec mes trois nains.

Oui je suis fatiguée.
Mais je n’ai pas encore 30 ans.
I will survive !

Et puis, la déesse de la fatigue (forcément une femme) m’a vengée sans que j’eusse besoin de bruler un cierge, le Dragon n’a pas dormi plus de 1h il n’a fait que des A/R lit-sdb, vomissements obligent. Limite j’aurai pu (presque) culpabiliser s’il n’était pas encore couché à l’heure de dire bonne nuit aux nains.
_____________________

Ce post inaugure la catégorie « chronique d’une presque trentenaire » qui va sûrement revenir régulièrement jusqu’au mois de juillet, une sorte de bilan, d’étape ou de relai sur différents plans de ma vie, sorte d’auto critique et d’exutoire, rite iniatique relatif à l’arrivée de l’âge dit de raison.

Advertisements

4 réponses à “Chapitre premier

  1. des calins ma belle et vive les crepes au nutella le dimanche midi \o/

  2. Ha mais je vois que c’est chez tout le monde pareil, le repos dominical…malheureusement…

N'hésitez pas à donner votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s