La maternité

Je suis bien.
Je la renifle.
Il est 7h du mat’.
Mon mari file cueillir les enfants au saut du lit pour leur annoncer la naissance.
Et le prénom. 
Ils sont les premiers à le découvrir.
J’attends 8h.
J’appelle ma mère.
Les textos d’annonces partent.
Je la renifle encore.
Elle a cette odeur tellement reconnaissable de mon ventre.
Elle est si belle, si renfrognée.
Mon bébé contrarié que j’aime déja si fort.
On me laisse déjeuner,  ce que je fais d’une main, l’autre plongée dans le berceau.
Je me jure de savourer chaque miette de ces instants precieux.
On s’endort après une tétée, lovées dans sa couverture polaire.
Les minutes s’égrènent,  le temps est déjà relancé.
Je peux me lever, marcher, regarder ce corps douloureux qui m’appartient pour moi seule.
Le Dragon fait du peau à peau.
Je me douche.
Le sang coule.
Je me maquille. J’enfile un jean, un haut moulant.
Je me sens complètement belle.
Je me love contre mon mari.
Plus tard il y aura les enfants.
Les fous d’amour.
Et puis la nuit, la première.
Celle où on ne dort pas, encore imbibée d’hormones,  je regarde ma fille.
Et puis les tétées.  Les tétons douloureux. Serrer les dents quelques jours.
Et puis j’installe mon coussin d’allaitement le long du lit surmonté de la barrière.
Cododo.
Plus pour moi que pour elle.
Juste pour une dernière fois ensemble,  juste nous deux.
Le samedi, les enfants,  le calme, mon bébé,  son premier bain, la perte de 200g.
Le dimanche et les seins tendus, la perte de 80g, les pleurs pour rien.
Le lundi, les feux au vert, le pédiatre qui signe, 200g de repris.
La maison, partager mon petit bout de princesse, le bien être, l’amour.
Le premier anniversaire de ma grande avec sa petite soeur.
La première tentative de séparation nocturne,  un echec pour moi.
Le cododo.
Mon petit plaisir.
Son semainiversaire,  déjà.
Le REF, ses jets qui étouffent, les rots, les régurgitations, la verticalité.
La semaine qui se déroule, les premières sorties, la fierté des grands.
Le weekend,  le premier pic de croissance, la peur d’être dépassée.
Descendre changer un pijama, rester avec elle sur la méridienne.
Ne pas dormir, lutter, la renifler encore, la serrer fort, vouloir arrêter le temps.
Profiter, savourer.

image

Publicités

6 réponses à “La maternité

  1. trop beau, je continue ……

  2. Félicitations ! 🙂

  3. ❤ ces premiers instants si précieux a nos yeux ❤

  4. Mais qu elle est belle cette poupée…..<3

N'hésitez pas à donner votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s