Rugby, je t’explique à quoi ils servent les numéros des maillots !

Alors, le rugby, peu importe si t’as un numéro fétiche sur ton maillot, tu portes le numéro de ton job sur le terrain. Un job = un numéro.

Quand tu changes de job, tu changes aussi de numéro.

Je vais être super sympa, je prends l’équipe constituée pour battre le Tonga le 1er octobre (à 7h en France) pour illustrer mes propos, comme ça tu comprendra mieux !



La première ligne

Les joueurs numérotés 1 et 3 sont les piliers gauche et droit. Lors des mêlées, ils entourent le talonneur (le numéro 2) et constituent la première ligne. Leur rôle principal est de pousser en mêlée et lors des regroupements afin de protéger ou de récupérer le ballon. Lors des touches, on voit généralement le talonneur lancer le ballon et les piliers soulever les sauteurs. S’ils font partie des joueurs les plus lourds de l’équipe, leur vitesse et leur technique de passe sont également des atouts car ils sont de plus en plus souvent mis à contribution dans le jeu courant. Le talonneur est rapide et explosif, on lui demande plus au niveau offensif comme défensif.

Chez nous pour vaincre le Tonga ça sera Poux (1), Servat (2-talonneur) et Ducalcon (3)

Les deuxième ligne

Les numéros 4 et 5  sont traditionnellement les plus grands joueurs de l’équipe. Ils participent activement à la poussée lors des mêlées, déblaient dans les regroupements pour protéger ou récupérer le ballon, et sautent généralement en touche. Les 5 de devant représentent la puissance de combat de l’équipe.

Chez nous, Nallet (5) et Papé (4)

En troisième ligne

On trouve deux troisième ligne aile et un troisième ligne centre.

Les troisième ligne aile, numéros 6 et 7, sont des joueurs à la fois puissants et mobiles, très bons plaqueurs pour défendre efficacement sur l’adversaire. La paire de flanker est souvent composée d’un joueur longiligne sauteur en touche, et d’un autre plus costaud, dont le rôle en plus de plaquer est de gratter et ralentir l’équipe adverse dans les rucks. Le poste de troisième ligne centre  (numéro 8.) est le plus souvent tenu par un joueur d’expérience et de grande taille, possédant assez de recul et d’autorité pour orienter le travail de ses équipiers au cours des mêlées.

Chez nous, Bonnaire (7), Lakafia (8) et Dusautoir (6-capitaine)

Le demi de mêlée

Le numéro 9 anime le jeu : c’est généralement lui qui récupère le ballon en sortie de touche, de mêlée ou de regroupement, il choisit de jouer à droite ou à gauche vers ses arrières, de passer le ballon à l’un des avants pour tenter d’avancer en percussion au ras du regroupement, ou, plus rarement, de taper au pied par dessus la défense. Il introduit également le ballon dans la mêlée. Agile et vif, il est capable de faire des passes rapides et précises afin de dynamiser le jeu.

Chez nous c’est le Numéro 9 c’est Dimitri Yachvili

Le demi d’ouverture

C’est l’ouvreur, numéro 10 qui dirige le jeu : le plus souvent, suite à un regroupement, une mêlée ou une touche, il reçoit le ballon de la part du demi de mêlée (le numéro 9) et, grâce à sa position plus reculée, possède une meilleure vision du jeu qui lui permet de choisir comment utiliser ce ballon. C’est à lui de décider s’il tape au pied, porte le ballon ou le passe. Il possède généralement un bon jeu au pied qui lui permet de trouver des touches ou de mettre en difficulté l’adversaire, mais ce n’est pas toujours lui qui tape les pénalités et transformations dans une équipe. La transmission 9-10 (mêlée-ouverture) est souvent la clé du bon fonctionnement d’une équipe. Ces numéros 9 et 10 forment ce qu’on appelle la charnière.

Chez nous, le Number 10, le Zidane du rugby, c’est Choupi Aka Morgan Parra (c’est la seconde fois que la charnière Yachvili-Parra est utilisée dans la coupe du monde, normalement Choupi est un numéro 9 comme Yachvili bien qu’il est été numéro 10 dans le début de sa carrière)

Les centres

Les numéros 12 et 13 : premier et deuxième centres, en fonction de leur proximité avec l’ouvreur, ils essaient de perforer la défense adverse en combinant technique, rapidité et puissance, ou de fixer leurs adversaires pour servir les trois-quarts aile. Le premier centre peut également, s’il est performant au pied, agir comme un second ouvreur. Le second centre est généralement un peu plus rapide et moins puissant, il fait la transition avec les ailiers.

Chez nous ça sera Mermoz (12) et Rougerie (13)

Les ailiers

Il y a le gauche (11) et droit (14). Il sont en bout de ligne d’attaque. Ils sont souvent d’un gabarit plus petit, leur vitesse doit leur permettre de contourner la défense adverse. Ce sont aussi des finisseurs, généralement les meilleurs marqueurs d’essai. En défense, ils constituent le troisième rideau et aident l’arrière à contre-attaquer.

Chez nous on verra Palisson (11) et Clerc (14)


L’arrière

C’est le numéro 15, il doit allier des capacités de défenseur à celles d’attaquant. En défense, il est le dernier rempart avant la ligne d’en-but et reste souvent en retrait pour réceptionner les ballons frappés au pied par l’équipe adverse et contre-attaquer. En attaque, il peut apporter sa contribution à l’offensive de son équipe en amenant le surnombre entre les trois-quarts : on dit alors qu’il s’intercale.

Pour ce match, le numéro 15 c’est Médard (aka Wolverine) qui s’y colle !

3 réponses à “Rugby, je t’explique à quoi ils servent les numéros des maillots !

  1. Pingback: On est en demi ! On est en demi ! | Mademoiselle Rêve

  2. Toi, je t’aime… Fini de passer pour l’idiote du village maintenant !

    J'aime

Tu peux TOUT me dire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s