Gorge nouée. La rentrée scolaire.

Lundi 3 novembre.
8h30.
On y est.

Et on n’a pas envie d’y être.
Ni les enfants.
Ni moi.

Il pleut.

Aucun mots échangés.
Peu de regards francs.
Pas de sourire.

L’ambiance de notre ancienne vie me manque.
Les éclats de rire, les embrassades …

La directrice m’enlève ma fille et la conduit en classe.
GS-Ce1.
Cherchez l’erreur.

Je peux accompagner mon petit bout dans sa classe.
Faire le tour … le tour d’un cagibi.
Tellement de gosses et peu de jouets.
Une vieille caisse de feutres bien usés,  une dizaine de voitures.
Un tapis poussiéreux.

Mon fils est completement perdu.
Moi aussi.
Il sert ma main.
Ou alors c’est moi.

L’instit me dit qu’il est temps.
Bah … ouais … mais non …
J’attrape en pleine gueule le regard larmoyant de mon fils.
Ça me dechire le ventre.

On me pousse vers la porte, qui se referme sur moi.
Je naime pas ces murs, je deteste cette porte.
Je ravale un sanglot.

La directrice me donne quelques documents à remplir puis me signifie qu’il faut que je parte.
Ok.
Salut.

Je fais 50m.
Je titube.
Brouillard.
Larmes.

Il me tarde d’être à 11h30.
De récupérer mes deux bébés.
De savoir comment ils vont.

Je ne sais pas si je me ferais violence cet après midi.
Carpe diem.

image

J’ai une terrasse

Oui, pour vous ça veut rien dire du tout, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

Déjà ça veut dire un endroit bitumé pour poser table, chaises, barbecue et dessertes apéritives.
Ça signifie aussi un endroit pour jouer au basket.

Mon fils l’avait inauguré avec sa moto, il etait temps qu’on en fasse de même.
Sous le soleil d’un jour de Toussaint …

Bouclor (et les croinoursses)

Oui.
Serieux.

Mon fils a toujours adoré cette histoire.

Dès qu’il a su parler,  tard … TRÈS TARD … (après 24 mois) il disait « encore Bouclor »
J’ai fait cette histoire des cenraines de fois, parfois deux fois de suite.

Mon aînée avait sa chanson du soir, Stewball (que je chante encore d’ailleurs – un jour je vous rn parlerais) mon second à son Bouclor du soir.

J’adore prendre les intonations des voix des différents personnages,  mon côté théâtral sans doute, et mon fils termine toutes mes phrases. Il connaît le conte par coeur.

Résumons la (passionnante) intrigue :

Une petite fille, Bouclor (va comprendre ses histoires de cheveux entre elle, Elsa et Raiponse, je sais que cest un truc de féministes mais zut hein, bref, on y reviendra une autre fois) donc cetre petite fille pourtant mise en garde par sa maman,  fait l’andouille à l’entrée du bois et se perd en ramassant des fleurs. Elle chouine etc …
Elle trouve, COMME PAR HASARD,  une maison.

Jusque là c’est un peu comme Blanche Neige tu me diras.

Bref. Dans la maison, il y a tout en trois exemplaires. Grand, moyen et petit.
Table, chaise, bol et lit. Et ours.

C’est là qu’on s’éclate (comme on peut) avec les voix.
UNE GROSSSSSSSE. Une moyenne. Une petite.

Je pourrais refaire ses passages à l’infini.
J’adore les rires de mon fils quand il me voit et m’entend prendre ainsi l’apparence des Ours.

Et puis, Bouclor finit par retrouver sa mère. Qui ne l’engueule même pas.  (Enfin moi quand je lis Bouclor, je fais en sorte que la mère ne soit pas contente DU TOUT, quand même)

Ce conte, sérieux, je ne m’y étais jamais intéressée de près mais avec #Quatrans,  il a bien fallu.

Et puis ce coup des « 3″ des « plus grand que » « plus petit que » « trop salé » et le « tout à fait juste » est idéal pour marquer des différences et compter « 1, le premier – 2, le deuxième – 3, le troisième »

Et puis bon, en mère vacharde j’aime bien insister sur le fait que quand même,  Bouclor a eu de la chance de ne pas se faire manger, elle aurait dû écouter sa mère.
image

Donnez moi le temps … (et mon canapé)

Une semaine dejà au « camping ».

On a le chauffage,  l’électricité,  l’eau chaude, le confort sommaire qu’apportent des matelas gonflables, un mini frigo qui fait surtout mini bar et 4 assiettes qui commencent à user ma patience à force de les laver 3 fois par jours.

Les nuits sont hachées et inconfortables.
Le matin est une libération,  surtout quand il fait presque jour à 7h.

De fait à 9h les nains sont propres et la maison aussi.

Impossible de me poser sur un canapé,  j’en n’ai pas.
Impossible de me divertir sur ma Gisèle,  elle n’est pas arrivée.

Par contre le linge qu’il faut laver à la main, le sol qu’il faut serpiller à la Cendrillon et les enfants qu’il faut occuper de 10000 façons pour ne pas les scotcher devant les Cars2, Planes, Barbie et la porte secrète ou encore Clochette et la Fée Pirates …

Heureusement le village est agréable,  on s’y promène en toute tranquillité. Les mille(s) âmes qui y vivent ne sortent apperement que pour la messe du dimanche. J’apprécie d’aller acheter mon pain à pied, on passe devant l’école chaque jour, il y a une bibliothèque aussi. Malheureusement fermée pour les vacances. Damned.

Le courrier transféré est en chemin.
La pub, elle, arrive toujours plus vite.
Les catalogues de Noël s’accumulent.
Ça coche bleu chez ma fille, rouge chez mon fils.

Reste que les journées sont un peu perturbées par ce rythme à prendre.
Papa Dragon renre à midi, on déjeune,  il va se coucher jusqu’à 15h, parfois 16h.
Le soir à 21h il est couché.

Je n’étais plus habituée.
Ça reviendra.
Vite j’espère.

En attendant on visite le coin, le Revermont, les montagnes, les petits villages …

La météo est clémente.
La baie vitrée est restée ouverte de 8 à 9h sans que les enfants se plaignent.

Nouvelle vie.
Reste maintenant à trouver le temps, de me poser,  de souffler, de profiter …

image

Les nains testent pour toi, la crayola box

Si seulement toutes les semaines, ou tous les mois, on recevait pour les nains une box d’activités …

Et ce pour un moindre coût (10 euros fdp inclus)

Si ça existe faites moi signe …

Parce que culottes, sex toy, thé,  patisseries, make up OUI … mais activités de nains … WE WAIT !

BREF !

Au moment de leur départ,  les copains ont offerts une boite de gommettes crayola, je pensais que ça ferait 2h hein …

DETROMPEZ VOUS.

C’est le quatrième jour et ils y jouent encore !

Pour un investissement de 12 euros (vu sur le site) il y a de quoi occuper 2 nains pendant une semaine !

image
image
image

image
image

Bien arrivés !

Samedi 18 octobre,  à midi, je dejeunais avec mon mari, nos enfants et ma maman (accompagnée de mon beau père). Ils sont venus en renfort pour moi, parce que j’appréhendais beaucoup les 8-9h de route seule avec 3 enfants. Deux voitures à emmener dans le « nord du sud » comme disent les copains.

Dimanche on charge … et on décharge. Ça ne rentrera jamais.  Les matelas,  le mixer,  la cafetière … outch !!! HeureHeureusement, maman n’habite pas loin désormais,  alors il est convenu qu’on fasse une pause à Besançon, qu’ils récupèrent leur voiture et qu’ils suivent avec frigo, matelas etc … Gros soulagement.

Lundi, le reveil est difficile. 4h. Mon beau père propose de prendre le volant de ma voiture jusqu’au petit dej. Finalement ce sera jusqu’à 10h30. Ensuite je vais rouler 45min. Et abandonner sous les hurlements de ma miniature qui a vraiment du mal avec la voiture (mal de transport ?) … je reprendrais le volant pour faire Besançon – Coligny.  Près de St Amour. Un signe.

On visite la maison avant la nuit, maman s’en va. On se revoit samedi. J’ai hate !
On passera la nuit à la bougie,  sur des matelas mal gonflés, mais reunis, tous dans la même pièce.

Mardi matin, 8h, l’électricité fut.
Et l’eau chaude a suivi.
Et le soleil aussi.

Une visite au supermarché du bled à côté,  un tour près de l’école …
Les enfants et moi sommes admiratifs de cette magnifique maison.

Elle est immense, elle est magique.

Non …. rien de rien …

Non, je ne regrette rien …

Ni l’humidité, ni le froid, ni les limaces dans la maison (salle de bains, chambres,  cuisine, toilettes) …
Ni l’absence de contenaire à poubelle (qui m’oblige à 800m de voiture)
Ni l’escalier qui craque le soir quand tout le monde dort
Ni cette allée de terre qui se transforme en boue …
Ni cette pluie incessante
Ni ce brouillard 325 jours par an …

image

VIVEMENT QU’ON SE CASSSSSSSSSSSE !!!!!